Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 juillet 2017

Chroniques jupitériennes -1-

Depuis que le Gallo-Ricain Macron a pris le pouvoir en France, il ne se passe pas un jour sans que l'on ait droit à une IMAGE : La poignée de main avec Trump - Hum, quelle virilité !-, la leçon de morale à Poutine - attention, espionner les voisins, c'est pas bien !-, etc.

Les paroles- quant à elles - sont distillées au compte-gouttes depuis quelques dérapages notoires ( le génocide en Algérie, l'île de Guyane ).  Bien sûr on a eu droit à la conférence au château de Versailles - un monologue pompeux et trop long d'où personne n'a rien retenu tant c'était creux -. Ou alors ne sommes-nous pas assez intelligents pour décrypter le langage macronien ? C'est probablement ça. Donc, il n'est nul besoin qu'il parle.

Ce jour-là, il s'exprime devant les jeunes qui REUSSISSENT ! Oui, oui, ça existe ... 

Quant aux autres, ma foi, ILS NE SONT RIEN !

Je ne fais plus partie de la classe des jeunes depuis déjà un bon moment, mais, je ne sais pas pourquoi, je me suis sentie visée et j'ai considéré ce propos très choquant. Qu'est-ce que ça veut dire " des gens qui ne sont rien" ?

Alors je me suis lancée dans des recherches sur Internet et Bingo ! J'ai trouvé une personne qui déclare sans honte qu'il n'est rien ; ça m'a rassuré et donné de l'espoir pour les autres :

 " Je ne suis rien, je le sais, mais je compose mon rien avec un petit morceau de tout".

Victor Hugo, Le Rhin, Lettres à un ami, 1842.

hugo.jpg

Ouf, tout espoir n'est pas perdu !

À suivre suivant l'humeur.

Commentaires

j ai exactement la même analyse que toi
je ressens la même chose
désabusée.....
bises

Écrit par : marie | dimanche, 16 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

On peut aussi rajouter qu'avec son packaging électoral séduisant, (je ne suis ni de droite ni de gauche ou je suis de droite et de gauche, c'était selon les jours)il a dynamité les deux piliers de la démocratie française, une représentation parlementaire de droite et de gauche forte, pour les remplacer par un parti unique composé de députés, parfaits inconnus, qui doivent tout au maître et donc le serviront aveuglément.
Par ailleurs, pour reparler de ceux qui ne sont rien, je sens qu'il ne va pas faire bon être vieux en France durant les cinq prochaines années.

Écrit par : manutara | jeudi, 20 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Sa devise pourrait être : "Marche ou crève !". Attendons la suite, mais n'oublie pas quand même que la prétendue vague - certains prétentieux diront le tsunami- ne représente qu'à peine un quart de la population globale française. Tout juste un frissonnement de l'écume ...

Écrit par : tinou | vendredi, 21 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, exact. Si on tient compte du niveau colossal de l'abstention, il est probablement le président le plus mal élu de la cinquième république et ce malgré l'avantage qui a été le sien de se présenter face à Le Pen. Ceci étant, il faut bien reconnaître que le choix était d'une grande indigence malgré le nombre élevé de candidats. Entre Fillon ex souffre-douleur de Sarkozy et Merluchon qui se prend pour Staline, franchement....

Écrit par : manutara | vendredi, 21 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Le choix est beaucoup plus complexe. Il s'agit de savoir si on est pour ou contre cette Europe libérale qui n'est rien d'autre qu'une annexion de l'Europe par les Etats Unis. Déjà en 2005 le peuple avait voté contre le traité européen et malgré tout il nous a été imposé par la force. Tu parles d'une démocratie !
Je suis très pessimiste quant à l'avenir de nos spécificités européennes. On est de plus en plus assimilé à un grand magma ou tout doit être uniformisé. Dans quelques centaines d'années tout le monde parlera anglais, le français sera considéré comme une langue secondaire -tout comme l'allemand, l'espagnol,l'italien, etc - pour devenir au final une langue morte que nos descendants apprendront -peut-être par curiosité (comme nous l'avons fait avec le latin et le grec quand nous étions plus jeunes). Ainsi va la vie ...
Je viens de terminer le livre de Régis Debré, " Civilisation". C'est lui qui emploie le terme de Gallo-Ricain pour définir ce que nous sommes aujourd'hui. C'est bien vu, non ?
Nous ne pouvons pas faire grand chose contre ce bouleversement planétaire si ce n'est que de le constater. Certains s'en réjouiront, d'autres -comme moi- y verront le signe d'une perte de nos valeurs essentielles.
Dans un sens, je me réjouis de ne pas avoir de petits enfants.

Écrit par : tinou | samedi, 22 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire