Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 février 2019

Cousins célèbres -5-

En mars 2018, j'avais retrouvé 5000 ascendants et collatéraux. Je n'ai pas chômé depuis car, à ce jour, j'en compte exactement 28.488 !

 Parmi tous ces nouveaux venus dans mon arbre, il y a plusieurs personnalités avec lesquelles, moi ou mon mari, partageons des ancêtres communs.

JULIEN GRACQ1.jpg

Aujourd'hui, je vous présente un écrivain, Julien GRACQ, de son vrai nom Louis POIRIER. Mon mari et lui ont pour ancêtres communs Pierre JOLIVET, tanneur, né vers 1635, marié avec Jacquine MARCHAY vers 1654 en Anjou. Ce couple eut au moins deux enfants :

- René, marchand tanneur, né vers 1659, marié à La Poitevinière (Maine-et-Loire) avec Julienne GENDRON le 23 octobre 1679 ( ancêtres de Julien GRACQ).

- Jean, marchand tanneur, né le 1.10.1655, décédé le 16.09.1728 à Saint-Laurent-de-la-Plaine, Maine-et-Loire. Il avait épousé Jeanne RIVIÈRE le 12 février 1681. Ce sont les ancêtres de mon mari.

Les deux branches sont restées en Anjou. 

Louis POIRIER -Julien GRACQ de son nom de plume- est né le 27 juillet 1910 à Saint-Florent-le-Vieil dans le Maine-et-Loire. Je vous renvoie à sa biographie en bas de page. Le rivage des Syrtes.jpg

En 1951, son refus de l'obtention du prix Goncourt pour son roman Le rivage des Syrtes créa une vive polémique.

Il est un des rares écrivains à être entré  dans l'illustre collection de la Pléiade de son vivant.

Il se retira dans son village natal en bord de Loire. Il décéda à Angers le 22 décembre 2007.

Pour en savoir un peu plus :

Biographie de Julien GRACQ

 Sur les traces de Julien GRACQ à Saint-Florent-le-Vieil :

 

 

jeudi, 06 septembre 2018

Mes cousins célèbres -4-

Ou l'histoire du soldat inconnu vivant.

Je vais vous conter une bien sombre histoire que je viens de découvrir seulement aujourd'hui en effectuant des recherches généalogiques sur Internet. J'ai ressenti une profonde émotion en lisant cette histoire, émotion d'autant plus forte que j'ai des liens de parenté avec le malheureux. Lui et moi avons des ancêtres communs dans le Berry :

Pasquet LIMONDIN, né vers 1607 et mort à Montierchaume, dans l'Indre, le 16 septembre 1695.

Il avait épousé Anne LELONG dont il eut, entre autres :

Laurian, dont descend l'homme qui suit, et Françoise, dont je descends.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18Voici donc la triste histoire de mon cousin éloigné :

Le 1er février 1918, on découvre un  homme errant sur les quais de la gare de Lyon-Bottreaux. Il n'a aucun papier sur lui. Dans ses balbutiements on croit alors comprendre qu'il s'appelle Anthelme Mangin. Les médecins concluent à une démence inéluctable et il est alors conduit en asile psychiatrique à Bron, Clermont-Ferrand et enfin Rodez.

Le temps passe ... Tombe la neige ...

En février 1922, le ministre des Pensions décide de procéder à une vérification d'identité de plusieurs hommes atteints d'amnésie. La presse diffuse alors leurs portraits et la photo d'Anthelme fait partie du lot.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18

Plusieurs dizaines de familles croient alors le reconnaître et le réclament. Il faut plusieurs années d'investigations et, au début des années trente, deux familles semblent être une piste plausible :

— La famille de Lucie Lemay, à la recherche de son mari.

— La famille de Pierre Monjoin qui recherche toujours son fils disparu.

Le temps passe ... La neige continue de tomber ...

En 1934, le dit Anthelme Mangin est conduit dans le village de Saint-Maur( dans l'Indre), là où demeure Pierre Monjoin.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18

À la sortie de la gare on le laisse seul et il retrouve le chemin de la maison paternelle ! Il remarque également des changements survenus dans le village depuis son départ. La preuve est faite qu'il s''agit bien d'Octave MONJOIN, né à Saint-Maur le 19 mars 1891. Hélas pour lui, Lucie Lemay fait appel de la décision de justice,  s'ensuivent des recours en cassation.

Et tombe encore la neige ...

Il faut attendre 1938 pour obtenir - ENFIN ! - du tribunal de Rodez qu'Octave puisse retrouver son père et son frère. Hélas, son frère meurt le 23 mars 1938 d'une ruade et son père succombe de vieillesse le 1er avril de la même année.

Privé de famille, Octave MONJOIN est alors transféré à l'hôpital Sainte-Anne à Paris où il mourra de faim le 19 septembre 1942 à l'âge de 51 ans. Son corps est enseveli dans la fosse commune.

Tombe la neige ...

Il faut attendre 1948 pour que sa dépouille soit transférée au cimetière de Saint-Maur et inhumée sous le nom d'Octave MONJOIN.

À lire :


octave monjoin,soldat,guerre 14-18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre soldat inconnu.

Cette histoire me bouleverse.

mardi, 24 juillet 2018

Cousins célèbres -3-

800px-Théophile-Alexandre_Steinlen_-_Tournée_du_Chat_Noir_de_Rodolphe_Salis_(Tour_of_Rodolphe_Salis'_Chat_Noir)_-_Google_Art_Project.jpg«  Je cherche fortune

Autour du Chat Noir

Au clair de la lune

À Montmartre, le soir. »

 

Cette chanson fut écrite par Aristide Bruant pour célébrer son entrée au cabaret Le Chat Noir, établissement ouvert en novembre 1881 boulevard de Rochechouart à Paris.

Salis_Rodolphe.jpg

Le propriétaire des lieux était un certain Rodolphe SALIS, originaire de Châtellerault dans la Vienne où il était né en 1851.

Les recherches généalogiques m'amènent à découvrir que ma fille a un ancêtre commun avec le fondateur du Chat Noir :

Ils descendent tous les deux de René CONTREAU, marchand, né le 5 février 1643 à Jaunay-Clan dans la Vienne. 

Rodolphe SALIS est né à Châtellerault en 1851. Il arrive en 1872 à Paris et en novembre 1881 il ouvre son premier cabaret, le Chat Noir, situé à l'époque boulevard de Rochechouart.

Le cabaret du Chat Noir vu par Albert Robida avec son Suisse chargé d'accueillir les visiteurs :

Cabaret_du_Chat_Noir_par_Robida.jpg

Plus tard il s'installe boulevard de Clichy.

Le caveau du Chat Noir en 1929 :

Le_Chat_noir_1929.jpg

L'enseigne du cabaret est conservée au musée Carnavalet.

enseigne chat noir.jpg

Sa grand-mère paternelle, Julie CONTREAU, avait épousé le 3 février 1807 à Châtellerault Salis SALIS, pâtissier-traiteur originaire de Bregaglia, commune suisse des Grisons.

Rodolphe SALIS meurt à Naintré en mars 1897 sans descendance connue.

Pour ceux qui ne connaissent pas la chanson de Bruant :

 

vendredi, 09 février 2018

Mes cousins célèbres -2-

Si aujourd'hui les îles Marquises sont françaises, c'est quand même grâce - ou à cause selon votre humeur- à mon cousin Joseph ! Une petite explication s'impose.

Joseph BAUDICHON est originaire de Sainte Maure de Touraine où il est né le 11 septembre 1812. La famille BAUDICHON était présente en Touraine depuis plusieurs siècles et s'adonnait au commerce.

La branche fixée à Tours a compté un échevin sous Louis XIV.

Mais revenons à la branche installée à Sainte Maure : 

Luc BAUDICHON x Suzanne PARICET

D'où :

Jacques, ° 1666 X Marie JAILLE

D'où :

Jacques x 17.02.1716 Catherine MARQUENET d'où:

1. Jacques, x 22.05.1751 Jeanne BONNODEAU

2. Pierre qui suit en II A

3. Jean qui suit en IIB

IIA. Pierre BAUDICHON

Il se marie le 18 novembre 1755 avec Jeanne BIENVENU. Le couple a de nombreux enfants parmi lesquels

1. Joseph, militaire ayant participé aux campagnes napoléoniennes en Italie et en Égypte. Il avait été gravement blessé au cours de la bataille de Wagram.

1280px-Napoleon_Wagram.jpg

Bataille de Wagram, 1809

Il se marie le 6 février 1810 avec Marie Anne CHACHEREAU, d'où  :Joseph BAUDICHON.

Baudichon_XIXe_article_Pierre_Poille_SAT_1995.jpg

IIB. Jean BAUDICHON, maréchal-ferrant.

Veuf de Magdeleine PETIT, qu'il avait épousé en 1776, il se remarie le 23 février 1789 avec Marie Charlotte BIGEON,d'où Louise Jeanne BAUDICHON, mon ancêtre.

Elle est née à Sainte Maure le 11 novembre 1790 à Sainte Maure où elle a épousé, le 20 février 1812 René DURAND, un gendarme originaire de Savigné/Lathan.

Est-ce qu'aux Marquises on se souvient encore de l'évêque BAUDICHON ? Je pose bien sûr la question à Manutara !

Pour en savoir davantage :

Joseph BAUDICHON

dimanche, 28 janvier 2018

Mes cousins célèbres -1-

Mais enfin, qu'ai-je donc en commun avec cette blonde qui faisait la Une de LIFE en 1960 ? 

1942-yvette-mimieux-e-life-portrait.jpg

Rien au premier abord. Mais en cherchant un peu, on découvre que nous sommes cousines !

Cousines éloignées, certes, puisque le lien de parenté remonte à la fin du XVIIe  siècle. Nos ancêtres communs sont Silvain LUMET le jeune, berger, puis laboureur, né vers 1673, décédé le 16 février 1756. Il avait épousé Marie RINGUET, née vers 1684, décédée le 7 avril 1740. Ce couple vivait à La Champenoise dans le département de l'Indre. 

champenoise.jpg

 

Yvette MIMIEUX est américaine. Elle eut le rôle féminin principal dans le film de George Pal, La machine à explorer le temps, sorti sur les écrans en 1960.

machine.jpg

 Hello cousine !