Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 novembre 2019

Cousins célèbres -11-

adrien hardy.jpg

Découverte de ce jour : Adrien HARDY, navigateur en solitaire, né à Nantes en 1984 et qui a en commun avec moi , non pas le fait d'avoir le pied marin, mais un ancêtre originaire du nord de la France, Guillaume Richebé, né vers 1564.

Maintenant que j'ai découvert ça, je suivrai les prochaines courses à la voile avec un peu plus d'intérêt.

mercredi, 06 novembre 2019

L'arroseur arrosé

J'ai tardé à apporter ma réponse concernant l'énigme pour deux raisons au moins, la première étant d'espérer une bien improbable réponse et la seconde reposant sur la difficulté à aborder le sujet de cette note en lui-même.

Bref, je me lance donc :

Tous les personnages nommés dans la note précédente (à savoir : Mozart, Charles Dickens, Erik Satie, Franz Kafka, André Malraux, Vincent Lindon, David Beckham) ont été et sont atteints d'un même syndrome, appelé la maladie de Gilles de la Tourette. 

Or, il y a quelques mois, en effectuant des recherches généalogiques sur le patronyme ROY dans le Richelais, je tombe par hasard sur le mariage à Marigny-Marmande, en 1827,  d'un certain Vincent ROY, charpentier, avec Marie ... (le nom ne figure pas), fille naturelle de Marie LATOURETTE. L'employé de l'état civil n'était pas des plus rigoureux !

Ce patronyme LATOURETTE me fait aussitôt songer au nom Gilles de la Tourette et j'effectue alors une recherche sur WIkipédia.

Excellente idée ! Je m'aperçois ainsi que Gilles n'est pas le prénom mais bien le nom de famille : GILLES de la Tourette. et Marie LATOURETTE fait bien  partie de la même famille que :

GILLES DE LA TOURETTE.jpg

Georges Edouard Brutus GILLES de la Tourette est né à Saint-Gervais-les-Trois Clochers le 30 octobre 1867. Après des études de médecine à Poitiers, il monte à Paris et devient l'interne de Jean-Martin CHARCOT à l'hôpital de la Salpêtrière. 

salpetriere.jpg

1002935-André_Brouillet_Le_Dr_Charcot_à_la_Salpêtrière.jpg

Sur le tableau de André Brouillet intitulé "Une leçon de Charcot à la Salpêtrière", GILLES de la TOURETTE figure au premier plan sur ce tableau, assis sur la chaise, le bras droit appuyé sur la cuisse.

En 1885, il publie un rapport " Etude sur une affection nerveuse" afin de définir une nouvelle catégorie clinique. Et c'est Charcot qui décide de donner le nom de "maladie de Gilles de la Tourette" en hommage au travail de son interne.

Il se marie à Loudun, dans la Vienne, le 2 août 1885 avec Marie DETROIS (famille originaire de Chinon).

Le 28 décembre 1885 il soutient sa thèse pour le doctorat en médecine :

Tourette1885.jpg

En 1886, il collabora également avec Gabriel Legué à la publication d'une étude, Autobiographie d'une hystérique possédée, sur le cas de sœur Jeanne des Anges, la supérieure des Ursulines à Loudun qui accusa le prêtre Urbain Grandier de sorcellerie au XVIIe siècle. Ce malheureux termina sur le bûcher !

En 1893, il est blessé à la tête par une ancienne pensionnaire paranoïaque, Mme Kamper-Lecoq, ce qui fait les gros titres des journaux de l'époque :

gdt_attentat.gif

La mort d'un fils, puis la disparition de Charcot  vont profondément le marquer. Il présente des troubles du comportement qui ne font que s'aggraver au fil des ans. Ainsi le médecin est rattrapé par sa propre maladie (d'où le titre l'arroseur arrosé).

Vers 1902, il est démis de ses fonctions et il est interné dans une clinique psychiatrique non loin de Lausanne. C'est là qu'il décède le 26 mai 1904.

C'est une bien triste histoire en vérité.

Après cette découverte, je me suis intéressée à l'ascendance du médecin. Je suis remontée jusqu'en 1634 où l'on trouve son aïeul, Antoine GILLES, sieur de La Tourette (fils de Nicolas et d'Anne Lebas) né à Faye-la-Vineuse (37) en 1634 et marié vers 1658 avec Madeleine DUVIVIER.

Si aujourd'hui la commune de Faye compte environ 300 habitants, il faut se souvenir qu'au Moyen-Age cette cité fortifiée recensait au moins dix-mille habitants. Mais ça, c'était bien avant l'arrivée de Richelieu et la construction de sa ville !

L'étape suivante consiste à retrouver les descendants du couple.Je m'y emploie actuellement ...

Pour en savoir davantage :

 GILLES de la TOURETTE

Le témoignage très courageux et émouvant d'une jeune femme atteinte par le syndrome :

lundi, 09 septembre 2019

Cousins célèbres -10-

Aujourd'hui nous partons dans le département du Cher (18). Nous sommes plus précisément dans la commune de Barlieu. Là vit Geoffroy Torchon, probablement cultivateur ( je n'ai pas trouvé de renseignements ) marié à Perrette Turpin, née à Barlieu en 1601.

Le couple a -au moins- 3 enfants :

1. Sylvine, qui en 1653 épouse Jehan Billacier. Les descendants de ce couple s'installeront à Bourges au début du XIXe siècle, puis on les retrouve à Moulins, dans l'Allier, et enfin à Paris. Ce sont mes ancêtres.

2. Charles, marié en 1658 à Perrette Berthon, décède en 1697 à Dampierre-en-Crot, près de Barlieu. Actuellement je retrace la descendance.

3. Jeanne, mariée en 1647 à Jean Montagu. Leurs descendants ne quitteront pas la région et on les retrouve au fil des ans dans les villages avoisinants (Blancafort, Concressault, Oizon, Aubigny-sur-Nère) jusqu'en 1921, date de la naissance du personnage dont je vais vous parler aujourd'hui :

Pierre Paoli.jpgPierre Marie Paoli.

Rien ne laissait présager que ce jeune homme à la gueule d'ange deviendrait un tortionnaire pervers et particulièrement féroce durant la guerre. 

En 1938, il entre comme auxiliaire à la perception de Mehun-sur-Yèvre. Lorsque la guerre éclate, il part à Paris et vit de petits boulots. 

Après l'installation des troupes allemandes dans Paris, il occupe la fonction de messager-cycliste pour le compte de l'amirauté allemande. Il a choisi son camp. 

En janvier 1942, il revient dans le Berry et il est engagé comme interprète à la Gestapo de Bourges le 31 mars 1943.

Il loge dans les locaux de la Gestapo.

Il porte bientôt l'uniforme allemand et obtient le grade de Scharführer.paoli (1).jpg

Je vous laisse découvrir la suite en cliquant sur le lien en bas de cette note.

Le 6 août 1944, c'est la débacle et il quitte Bourges avec les troupes allemandes. Il sera arrêté par les forces anglaises  le 16 mai 1945 à Flensbourg, près du Danemark. Remis aux autorités françaises, il est ramené à Bourges pour y être jugé. 

Condamné à mort pour trahison, il est fusillé le 15 juin 1946 à Bourges.

L'écrivain Jacques Gimard a publié un livre qui relate la vie de Pierre Paoli :

Trompe-la-mort : les cahiers secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo, Ed. Qui Lit Vit, juin 2011.

paoli livre.jpg

J'ai trouvé un exemplaire sur Amazon mais quand j'ai vu le prix, j'ai renoncé : 798 euros. 

Pierre Paoli

 

dimanche, 08 septembre 2019

Cousins célèbres -9-

Continuons la série de ces personnages qui se font remarquer par leurs actes odieux. Aujourd'hui je vais vous parler de celui que les journaux ont appelé Le tueur de l'ombre. 

Il faut remonter au début du XVIe siècle pour trouver un lien de parenté avec les ancêtres de mon mari.

Michel Desbuissons, né vers 1500 à Lille, était marchand graissier. Vers 1529 il épouse Marie Dupont, Le couple aura, au moins, 2 enfants :

1. Guillaume, marié à Lille en 1577 avec Jehanne Ramery dit de Boulogne (les ancêtres de mon mari). 

2. Françoise, née vers 1548, décédée à Louvil en 1615, mariée à Salomon Delandas, forain, bourgeois de Lille par achat du 2.06.1654. Ce sont les ancêtres de :

barbeault3.jpg

Marcel Barbeault, ouvrier spécialisé, né à Liancourt, dans l'Oise, en 1941. Rien ne laissait présager que cet ouvrier bien intégré dans la société, père de famille aimant, apprécié de ses voisins et de ses collègues de travail, se transforme du jour au lendemain en ce monstre  tueur de femmes qui fit  trembler la petite ville de Nogent-sur-Oise de 1969 à 1976.

victimes.jpg

Ce fut une enquête particulièrement difficile à mener. Vous trouverez un document en bas de cette note résumant le déroulement des opérations.

Selon les enquêteurs, ce serait le décès de sa mère, survenu en juin 1968 dans des circonstances douloureuses, qui aurait fait basculer Marcel Barbeault et l'aurait transformé en dangereux psychopathe.

Condamné à la prison à vie, il est actuellement interné à la prison de Saint-Maur, dans l'Indre, où il occupe les fonctions de bibliothécaire. Il est âgé de 78 ans.

lundi, 02 septembre 2019

Cousins célèbres -7-

Tous les cousins "célèbres" que je retrouve ainsi au cours de mes recherches ne sont pas tous du même ordre que la famille précédente. Et heureusement d'ailleurs car ce serait passablement ennuyeux ! Vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c'est rasoir d'avoir à noter des noms à rallonge (sans compter la ribambelle de prénoms que l'on donnait au XIXe siècle).

Aujourd'hui on revient à la normalité. 

Le 13 août 1613 nait à Saint-Saturnin, dans le Cher, Louis Champagnat fils de Michel et Marguerite Bonnet. Il est probablement laboureur, et se marie avec Marie Moreau — je n'ai pas trouvé l'acte de mariage —.

Le couple a, au moins, deux fils :

1. Jean, né le 29 août 1636 et décédé le 29 juillet 1713 à Saint-Saturnin. Il épouse, toujours à Saint-Saturnin, Jeanne Péronnet. Ce sont mes ancêtres.

2. Gervais, pour lequel je n'ai ni la date de naissance, ni celle du décès, mais qui se marie à Saint-Saturnin le 2 février 1667 avec Françoise Noël. Ce sont les ancêtres de :

delair_suzy_01.jpg

Vous la reconnaissez ? 

Son nom d'état civil est Suzanne Pierrette DELAIRE, née à Paris (18e) le 31 décembre 1917.

Mais elle est plus connue sous son nom de scène : Suzy DELAIR.

Chanteuse, comédienne, elle tourna dans plusieurs films dont L'assassin habite au 21 et Quai des orfèvres, réalisés par le cinéaste Henri-Georges Clouzot avec qui elle vivait.

Pour de plus amples renseignements voir les liens ci-dessous.  

Aujourd'hui elle est donc âgée de plus de 101 ans !

Suzy Delair

Suzy Delair ou l'air de Paris

10:54 Publié dans Généalogie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suzy delair