Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 janvier 2018

Mes cousins célèbres -1-

Mais enfin, qu'ai-je donc en commun avec cette blonde qui faisait la Une de LIFE en 1960 ? 

1942-yvette-mimieux-e-life-portrait.jpg

Rien au premier abord. Mais en cherchant un peu, on découvre que nous sommes cousines !

Cousines éloignées, certes, puisque le lien de parenté remonte à la fin du XVIIe  siècle. Nos ancêtres communs sont Silvain LUMET le jeune, berger, puis laboureur, né vers 1673, décédé le 16 février 1756. Il avait épousé Marie RINGUET, née vers 1684, décédée le 7 avril 1740. Ce couple vivait à La Champenoise dans le département de l'Indre. 

champenoise.jpg

 

Yvette MIMIEUX est américaine. Elle eut le rôle féminin principal dans le film de George Pal, La machine à explorer le temps, sorti sur les écrans en 1960.

machine.jpg

 Hello cousine !

vendredi, 19 janvier 2018

Quand Haïti s'appelait Saint-Domingue

Reprenons les recherches généalogiques. Après ces premières découvertes, je reprends les fiches incomplètes à la recherche de ses ancêtres "fantômes".

Parmi ceux-ci, il y a un nom qui me pose problème depuis très longtemps. Il s'agit d'une Marie Charlotte mariée avec un ancêtre de mon mari, un certain Mathieu Albert Joseph PERKIN dont l'ascendance fut assez difficile à remonter. Sur son acte de décès (1830 à Chinon), on apprend qu'il était né en 1758 à Lille dans le Nord et qu'il était veuf d'une "Marie Charlotte .OUILLY ". L'acte est peu lisible et je n'arrive pas à déchiffrer correctement le nom : s'agit-il de ROUILLY, ou bien de SOUILLY ? 

Bref pendant des années je consulte les registres de mariage aux Archives départementales, mais rien ... J'avais fini par abandonner la trace de Marie Charlotte quand, avant-hier, en consultant les données fournies sur Geneanet sur le patronyme  PERKIN, je trouve une personne qui indique que :

Mathieu Albert Joseph PERKIN fut marié à Marie Charlotte BOUILLY de NIRAY, née le 8 mai 1772 à Saint-Marc, Saint-Domingue. Du coup, j'ai retrouvé trois générations de cette famille :

SaintDomingue.360.jpg

132. Marie Charlotte BOUILLY de NIRAY

° Saint-Marc ( Saint-Domingue) le 8 mai 1772

x Mathieu Albert Joseph PERKIN ( Où et quand ? )

+ ...

264. Jean Armand BOUILLY de NIRAY

° Chinon 27 novembre 1719, + ...

x  le 19 juin 1753 à Saint-Marc Marie Madeleine (Geneviève) VIOLEAU, ° St Marc le 17septembre 1735, fille de Pierre VIOLEAU et de Françoise RAUFORT.

528. Jean Armand BOUILLY de NIRAY, conseiller du Roi, Grenetier au grenier à sel de Chinon (Parilly)

x Marie COURTILLER (patronyme très répandu dans le Chinonais).

Cette implantation en terre lointaine ne m'étonne qu'à moitié car j'en avais déjà entendu parler dans la famille de mon mari. On parlait d'ancêtres qui seraient partis s'installer à Saint-Domingue. Bon, maintenant c'est plus précis.

J'ai trouvé un autre document intéressant répertorié aux Archives Nationales, Inventaire, série F12 concernant le secours aux réfugiés et colons spoliés :

" Marie Magdeleine BOUILLY de NIRAY, veuve MAUFFRAIS, née vers 1790 à l'Artibouste (St-Domingue), décédée à Chinon le 14 décembre 1851."

Elle pourrait avoir un lien de parenté avec les précédents BOUILLY. Pour cela, je consulte les archives en ligne. Quelle bonne invention quand même ! Autrefois, j'aurais dû me rendre aux archives et demander à consulter les registres (avant que tout soit mis sur microfilms afin de préserver les livres des dégradations. Certaines pages manquantes sont souvent le fait de lecteurs qui les arrachaient ).

 Il serait également  intéressant de retrouver le mariage de Jean Armand BOUILLY de NIRAY avec Marie COURTILLER. Mais ça, c'est une autre paire de manches !

Pour en savoir davantage :

La colonie française de Saint-Domingue  

 

jeudi, 18 janvier 2018

Réouverture de la chasse

Il y a deux jours, l'envie m'a prise de remettre le nez dans mes archives généalogiques. Cela fait en effet plusieurs mois déjà que j'avais tout remisé dans l'armoire, totalement submergée par toutes les notes que j'avais prises et que je n'arrivais pas à enregistrer.

Je ressors donc mon fichier -à savoir une boîte à chaussures dans laquelle sont rangées par ordre alphabétique les fiches des patronymes de mon arbre.

Alors, par où commencer ? Tiens, allons donc voir sur Geneanet où en est mon nom de jeune fille. Pour l'instant je suis remontée jusqu'à la dixième génération et mes recherches m'ont conduite dans des petits villages de la Nièvre où mes ancêtres exerçaient les professions de vigneron, manouvrier, laboureur.

Et là, BINGO ! Je retrouve le mariage recherché et me voilà maintenant dans le département de la Saône et Loire. Trois générations supplémentaires viennent s'ajouter sur ma fiche. Je pense que je n'irai pas au-delà.

Donc, si l'on résume, mes ancêtres directs vivaient en Saône et Loire au début du XVIIe siècle ( Lucenay-L'Évêque, Anost, Sommant) où ils exerçaient la profession de laboureur. On les retrouve par la suite dans la Nièvre (fin XVIIe, début XVIIIe), toujours laboureurs dans les villages de Teigny, Saizy, Vignol.

Puis c'est l'exode vers Paris au milieu du XIXe siècle. Mon ancêtre Pierre quitte probablement son village natal (Vignol) vers 1850-1860, s'installe à Paris où il exerce la profession de champignonniste, puis se marie (où? quand ?) avec une certaine Marie Louise MANCHON dont je ne connais que la date du décès qui ne m'apprend que le nom de ses parents. 

Trente ans que je cherche la trace de cette ancêtre sans aucun succès. Sans grande conviction je relance les recherches sur ce patronyme et là, soudainement, apparaît le mariage de Marie Louise avec Pierre !

Ils se sont mariés à Paris (12e) le 31 octobre 1861. À partir de là, je peux remonter sur trois générations et c'est d'autant plus excitant que cette famille exerce la profession de jardinier-maraîcher. Les collatéraux sont aussi des maraîchers. Tout ce petit monde vivait à Saint-Mandé dans le Val-de-Marne. Je les imagine bien allant vendre leur production aux Halles de Paris ! Et en contemplant ce tableau de Léon Lhermitte, Les Halles, peint en 1895, je  peux imaginer à quoi ils pouvaient ressembler.

 

Les_Halles-Léon_Augustin_Lhermitte.jpg

 J'ai soudain très envie de relire Le ventre de Paris de Zola.

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises !

À suivre

Pour en savoir davantage :

Le maraîchage à Paris au XIXe siècle

Les maraîchers parisiens du XIXe siècle

lundi, 23 novembre 2015

115. Les sobriquets

Je poursuis mes recherches généalogiques et je relève au fur et à mesure les sobriquets donnés aux ancêtres. Ces adjectifs sont très imagés et reflètent un trait de caractère ou un défaut physique chez les personnes.

Voici une liste non exhaustive de ce que j'ai trouvé jusqu'à présent :

Alfred saint alfred, Bouchard le barbu, Guillaume le vieux, Harald dent bleue, Arnoul le saint, Louis le pieux ou le débonnaire, Iaroslav le sage, Vladimir le grand, Foulques le roux, Rainier au long col, Eustache l'œil perçant, Hugues le brun, Robert le magnifique, Richard le bon, Guillaume longue épée, Geoffroy grisegonelle, Henri l'oiseleur, Adalbert l'illustre, Hugues le poltron, Foulques le réchin, Guillaume tête d'étoupe, Ebles Manzer le batard, Boson le vieux, Pépin le bref, Bernard plantevelue, Thibaud le tricheur,Archambaud le fort, Conrad le pacifique, Louis d'outremer, Charles le chauve, Louis le bègue, Ethelred le malavisé, Alain le blanc, Rollon le marcheur, Guillaume le libérateur, Beaudoin bras de fer, Robert le bourguignon, Henri le large, Archambaud jambe pourrie, Hugues le diable, Sigisbert l'ancêtre juif. Ce dernier était le fils de Thierry d'AUTUN, exilarque des Juifs de Narbonne au VIIIe siècle.

On pourrait s'amuser à affubler nos hommes politiques de sobriquets. Je vous laisse deviner qui pourrait être :

 Valéry l'accordéoniste, Nicolas talonnette, François le mou, Manuel l'irascible, Charles le grand, Jacques la pomme, Jean-Marie le borgne, etc. 

mardi, 13 octobre 2015

109. La pucelle des Vosges

Chinon 004c.jpg

J'ai repris mes recherches généalogiques et je mets au propre tous les renseignements. Actuellement j'ai terminé le premier tome qui va jusqu'à la vingtième génération. J'aborde maintenant le plus long et ardu traitement de mes données concernant les ancêtres jusqu'à la soixante-deuxième génération.

Dimanche, alors que je retranscrivais mes notes tout en écoutant la chaîne LCP (Public Sénat), j'ai été interrompue par la rubrique généalogie de cette chaîne qui relatait les origines du nom de Nadine Morano.

Pour-Nadine-Morano-c-est-Luc-Chatel-qui-doit-assurer-l-interim-a-l-UMP.jpg

Vous comprendrez mieux le titre de cette note en lisant la suite :

Nadine Morano est native des Vosges où elle est née au début des années soixante (je n'ai pas la date précise). Son nom de jeune fille était alors PUCELLE, un patronyme assez courant dans cette région qui vit la naissance de Jeanne d'Arc.. .

Le père de Nadine qui était chauffeur routier, entreprit des démarches pour obtenir le droit de changer ce patronyme qui peut être difficile à porter. Droit qu'il obtint en 1976 et le nom devint alors PUGELLE. Comme quoi, une simple lettre peut changer bien des choses !

Il est aussi intéressant de noter que parmi ses ascendants, Nadine Morano compte des COEUR D'ACIER !