Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 décembre 2011

271. C'était comment avant ? -3-

Le bar des Trois Rois se situe précisément à l'angle de la rue du Change et de la place Plumereau. Le voici, tel qu'il apparait de nos jours :

moka1.jpg

Mais c'était comment avant ?

Voici donc le même bâtiment, photographié au début des années trente :

moka2.jpg

Mais ... On dirait bien ... Mais oui, bien sûr, c'est mon arrière grand-père Louis -dont je vous ai parlé ICI-. Il se tient sur le seuil de la porte d'entrée. À côté de lui, c'est ma grande tante Germaine et sur la gauche, dans la rue, avec son long tablier de cafetier, c'est son mari, Albert. Ils ont été pendant un temps les propriétaires de cette épicerie-buvette.  

vendredi, 11 novembre 2011

245. Le 11 novembre


podcast

Tous les ans, à cette date de l'anniversaire de l'Armistice, je ne peux m'empêcher de repenser à mon arrière grand-père Louis, qui, à l'âge de 42 ans, s'était ré-engagé pour participer à cette 1ère guerre mondiale qui devait être la der des ders.

louissimonneau1.jpg

Né à Richelieu le 9 octobre 1872, il avait quitté sa Touraine natale -après son mariage avec Hermance -pour la région parisienne. Là, il avait trouvé un emploi de chef jardinier dans une propriété à Chatou.

Je possède quelques documents et photos de lui : son carnet militaire, son livret de famille et un petit calepin noir, l'agenda de l'année 1915, dans lequel il notait les évènements survenus au cours des journées.

doc2.jpg

Ainsi, en consultant cet agenda, on peut noter que le 11 novembre 1915, il était dans le département de l'Oise, à Ricquebourg :

doc3.jpg

" Mardi 9 novembre

Repos à Ricquebourg. De 7h à 9h théorie sur les signaux de cavalerie. De 13h à 15h exercice. 21h alerte.

Mercredi 10 novembre

Repos à Ricquebourg. De 7h à 9h théorie sur les toiles de tente.

Jeudi 11 novembre 1915

Repos à Ricquebourg. À la visite, reconnu exempt de sacs. Parti de Ricquebourg à 17h, arrivé en tranchée 1ère ligne à Plessis-de-Roy. Secteur plein de boue.

Vendredi 12 novembre 1915

1ère ligne Plessis-de-Roy. Chercher mon sac. Le soir nettoyer la c... pleine d'eau.De 17h à 19h travail emplissage de sacs. De 21h à 23h sentinelle poste d'écoute."

louissimonneau2.jpg

J'ai peu de souvenirs de lui ; il est mort en 1953 alors que j'avais tout juste quatre ans. Une photo cependant nous réunit :

simonneau1953.jpg

Aujourd'hui, il repose avec Hermance dans le vieux cimetière de La Riche. Je vais de temps à autre fleurir la tombe. Après moi, il n'y aura plus de visites et Louis et Hermance ne seront plus que des noms affichés sur une plaque qui, au fil du temps, finira par s'effacer totalement.

Nous sommes bien peu de choses ! 

samedi, 30 juillet 2011

156. Un bonheur simple


podcast

Hier je suis allée déjeuner chez la cousine de maman qui habite une maison sur les bords de l’Indre. Lors du récent décès de sa belle-mère, âgée de plus de cent ans, elle a récupéré toute une boîte de photos et, après le repas, nous avons donc regardé tous ces clichés parmi lesquels figuraient beaucoup de photos de mes grands-parents maternels ainsi que de maman. 

Juin 1947, dans le jardin de ma cousine.

maman.jpg


C’est une des rares photos sur laquelle ils sont réunis tous les trois. Ils semblent si heureux. Quant à maman, elle est radieuse et si jolie ! Elle attend le retour de son marin parti en Indochine et qu’elle n’a pas vu depuis plus de deux ans. Durant cette longue absence, ils se sont écrits régulièrement.

Juin 1947, la vie semble belle et pleine de promesses. Et puis  …Mon grand-père meurt d’une crise cardiaque le 1er janvier 1953 à l’âge de 50 ans. Sa femme est alors à l’hôpital, où elle se meurt à petit feu et dans d’affreuses douleurs d’un cancer généralisé. Elle rejoindra son mari trois mois plus tard.

Quant à  maman, elle meurt le 19 août 1980 d’une rupture d’anévrisme. Elle avait 53 ans.

En 1986, mon père alla un jour sur les bords de la Loire et fit un feu dans lequel il jeta toutes les lettres et les photos.

Aujourd’hui je me pose la question : que vais-je faire de toutes ces photos ? 

mardi, 16 novembre 2010

428. Ma fille et moi

Nous avons en commun le fait de ne  pas aimer être photographiées. Je possède donc peu de photos d'elle.

Rares sont également les photos où l'on peut nous voir ensemble. Jusqu'à présent j'en avais une seule, prise à Berlin en 2001 avec le retardateur de son appareil photo.

berlin2.jpg

Ce matin, en cherchant des portraits, je suis tombée sur cette photo dont j'avais oublié l'existence et où nous sommes ensemble.C'est à Chaumont-sur-Loire en 2007. Nous nous étions retrouvées tout à fait par hasard au détour d'une allée dans les jardins de Chaumont.

chaumont2 097.jpg

Dans le coup, je suis allée  faire développer la photo ce matin (format A4), en même temps que 28 autres portraits dont je vous parlerai dans la prochaine note.

 

samedi, 24 juillet 2010

289. La digne fille de sa mère


podcast
Il y a quelques jours (sur la Dordogne ?) :

peggy.jpg
1279989688.png
1279990080.png

Comme vous l'avez sans doute déjà compris, le sport n'a jamais été une véritable passion pour moi. Au lycée, j'ai bien fait partie de l'équipe de basket (plus pour faire plaisir à mon père qu'autre chose). Plus tard, j'ai joué un peu au tennis ...

Toutefois, si l'on considère que la chasse est un sport, alors je suis sportive dans la catégorie chasseuse d'images. C'est aussi un sport et ô combien dangereux ! Il y a peu, je me suis quand même étalée de tout mon long pour photographier une abeille. Résultat : un œil au beurre noir pendant une semaine et la bouche en sang.

Tenez, par exemple, aujourd'hui, j'ai tiré les moustaches d'un tigre blanc, j'ai nettoyé les dents d'un alligator et j'ai fait guili-guili sous la tête d'un serpent !

Beauval 250a.jpg
Beauval 369a.jpg
Beauval 348a.jpg
Beauval 192A.JPG