Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 septembre 2019

La nouvelle venue


podcast

Cela faisait une semaine que j'attendais et ce matin, enfin, le facteur me l'a apporté. Quoi donc ? Et bien le nouveau portrait en noir et blanc tiré sur aluminium. Cette fois-ci, il s'agit d'une femme que j'avais photographiée sur le quai d'une gare russe lorsque j'avais pris le transsibérien. Les arrêts dans les gares n'étaient jamais bien longs et il fallait donc avoir l'œil - et le bon - pour dénicher quelques bons clichés.

Cette femme a tout à fait l'air de la babouchka telle qu'on se la représente : une bonne bouille un peu rouge, des fossettes, et le foulard sur la tête. Il y en avait une autre, un peu plus loin, mais nettement moins sympathique.

Elles faisaient leurs achats auprès des commerçants mongols qui étaient dans le train avec nous et qui, à chaque arrêt, descendaient avec tout leur attirail (cela allait des bigoudis aux boîtes de sardines, en passant par les épingles à linge, les chaussons,  les brosses à dents, les sacs à main, etc).

Russie 553.JPG

Russie 557.JPG

Russie 561.JPG

Russie 563.JPG

C'était une grosse pagaille à chaque fois car le temps était compté ! 

Russie 564.JPG

Russie 567.JPG

Russie 568a.JPG

Voici les deux photos d'origine :

Russie 583.JPG

Russie 592.JPG

et voici les portraits que j'ai réalisés :

Russie 583a1.JPG

Russie 592a.JPG

Je ne ferai pas tirer la seconde.

02:00 Publié dans Photographie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : portraits, russie

Commentaires

Miss transsibérien 2 a une certaine ressemblance avec le vautour photographié plus loin, si ce n'est qu'il a l'air infiniment plus aimable. Je crois te l'avoir déjà écrit, mais j'avais particulièrement apprécié ton récit de la traversée du continent en train.

Écrit par : manutara | mardi, 03 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ah oui, c'est un souvenir extraordinaire.Que de fois j'avais rêvé de ce voyage quand, le matin, je prenais la Micheline qui m'emmenait à travers la campagne tourangelle endormie encore dans la brume. Pour conjurer la monotonie, je m'imaginais alors dans le transsibérien, traversant la lointaine Sibérie. D'autres fois (surtout quand l'Indre était en crue et recouvrait les champs et les bois), c'était comme si j'étais dans des bayous en plein cœur de la forêt amazonienne). L'imagination aide à vivre ...
Aujourd'hui, hélas,je ne rêve plus. Enfin si, je rêve beaucoup, mais du passé. Je ne me projette plus dans l'avenir comme je le faisais quand j'étais plus jeune, cela est probablement dû à l'âge. Je ne sais pas si tu as remarqué, mais je vais de moins en moins loin ... Je ne supporte plus les longs trajets en avion. C'est en Birmanie en 2015 que j'ai eu le déclic ; j'étais dans un petit café rempli de jeunes tous habillés pareillement, et tous le nez plongé sur leur smartphone ! à quoi bon faire des milliers de kilomètres pour retrouver la même chose qu'à côté de chez moi. Le monde est devenu un grand village.
À la limite j'ai éprouvé plus de sensations dans le road trip avec Catherine lors de notre visite des petits villages tourangeaux que lors de ma découverte de la Croatie envahie par une horde de touristes !

Écrit par : tinou | mercredi, 04 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Oui, c'est vrai,mais comme il est politiquement incorrect de dire que c'était mieux avant, on va faire comme si prendre l'avion aujourd'hui était un véritable plaisir avec ces avions HLM, les interminables files d'attente, les vérifications d'identité redondantes, le personnel de bord de moins en moins aimable (à la moindre récrimination tu te retrouves plaquée au sol, les mains attachées derrière le dos avec ces liens en plastique - oui du PLASTIQUE, où es tu Greta? - les hôtesses sont formées à ça aujourd'hui!) et n'oublions pas les ordinateurs de bord qui deviennent "Amok" et envoient les avions au tapis. Quand on décolle, il faut que le nez de l'appareil pointe vers le haut, oui, oui, pas vers le bas, non, non, même un ordinateur, surtout un ordinateur, peut comprendre ça!

Écrit par : manutara | vendredi, 06 septembre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire