Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 janvier 2017

En demi-teinte, le transsibérien -1-


podcast

Nous avons quitté la gare de Moscou un mercredi à 21h35 et sommes arrivés à la frontière russo-mongole le dimanche suivant, après avoir parcouru 5870km.

Les principales étapes furent :

Nijni Novgorod, Perm, Iekaterinbourg, Omsk, Novossibirsk, Krasnoïarsk, Ilanskaïa, Nijnaoudinsk, Zima, Irkoutsk, Oulan Oudé et enfin Naouchki.

Quelques photos prises durant ce périple :

Russie 684a.jpg

Russie 786a.jpg

Russie 605a.jpg

Russie 810a.jpg

Russie 1149a.jpg

Russie 592a.jpg

Russie 1242a.jpg

Russie 1278a.jpg

Russie 865a.jpg

Russie 1086a.jpg

À suivre

17:13 Publié dans Ici ou là | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : photos, voyage, russie

Commentaires

Avant d'avoir lu ton reportage, j'imaginais que le touriste occidental en Russie voyageait dans des compartiments d'un luxe extrême, aux cloisons en acajou, aux vastes lits accueillants dotés de draps de soie, l'insonorisation étant assurée par d'épais tapis persans, des mets rares et subtiles disposés dans des vasques en cristal étant proposés en permanence à la voracité du voyageur. Je suis tombé de haut. Bon sang!Tout n'est que skaï patiné par la crasse, reliefs de repas douteux et carpettes maculées de tâches graisseuses. En plus, si je me souviens bien, vous aviez toutes doublé de volume à la fin du voyage, vos membres ayant enflé de manière considérable.

Écrit par : manutara | mardi, 17 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

@ manutara : deux sortes de trains existent effectivement. Le train grand luxe (quand même pas au niveau que tu décris) réservé aux touristes étrangers qui veulent un certain confort, puis le voyage sur la ligne empruntée par les Russes. Comme les photos tendent à le montrer, ce n'est pas très confortable et encore nous n'étions pas en 3e classe ! Là, les compartiments comptent une cinquantaine de lits par wagon, séparés par un couloir central. Pour ce qui est de la bouffe, il y a un wagon-restaurant. Je ne me souviens plus pour quelle raison, mais nous n'y avions pas accès le midi ! Il fallait donc se contenter des achats faits sur le quai auprès des marchands ambulants. Le guide nous avait mis en garde contre tous les plats cuisinés proposés (beignets, sandwichs à la viande, etc). Chaque wagon dispose d'un cabinet de toilette (WC et lavabo). C'est très spartiate et il fallait faire la queue le matin pour aller se laver ! Il y avait bien un endroit où le mot Douche était écrit, mais c'était hors d'usage.Comme je suis très matinale, le matin vers 3h j'allais me faire un café et fumer une cigarette dans le couloir où on avait accès à l'eau chaude (sorte de samovar). Il y avait toujours un ou deux Mongols qui rodaient dans les couloirs. La nuit, on s'enfermait à clé dans le compartiment car il y avait eu des vols ...
J'ai regardé les offres sur Internet ; le voyage en train de luxe coûte plus de 10 000 euros. Certes tu as le confort, mais tu n'as pas le contact avec les voyageurs qui empruntent la ligne régulière comme nous l'avons fait. Cela reste un de mes plus beaux souvenirs de voyage !

Écrit par : tinou | mardi, 17 janvier 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire