Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 08 décembre 2011

268. Les marchés de Noël

 

1323334025.png

Tours 025.JPG

C'est la période des marchés de Noël donc. Celui de Tours se tient en partie place de la gare et sur le boulevard Heurteloup.

Tours 023a.jpg

cange.jpgVoici une idée de sortie pour le prochain week-end : un marché de Noël se tiendra les 10 et 11 décembre dans le cadre attrayant du château de Cangé, à Saint-Avertin. Avis aux amateurs !

J'irai bien sûr y faire un tour car ma copine Catherine fait partie des exposants.

 

 

 

Tours 029c.jpg

12:16 Publié dans Evènementiels | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fete, noel, marché

mardi, 04 mai 2010

179. Roulez jeunesse !

feteforaine.jpg

Les manèges se sont installés à Rochepinard et la fête foraine a ouvert ses portes vendredi après-midi. Comme chaque année, je suis allée y faire un tour pour prendre des photos. Les amateurs de sensations fortes vont être ravis : il y a des nouveautés !

Le ciel était très menaçant mais il n'a pas plu. Voici un avant-goût de ce que vous pourrez voir :

dimanche, 04 avril 2010

133. Joyeuses Pâques !


podcast

Mon amie Vera m'a envoyé cette photo et je me joins à elle pour vous souhaiter de

Paques_002.jpg

01:10 Publié dans Evènementiels | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête, pâques

mercredi, 24 décembre 2008

Préparatifs du réveillon de Noël


podcast

Parlons peu mais parlons bien : je suis levée depuis ce matin quatre heures. Rien d’exceptionnel en soi, je dirai même que c’est un peu plus tard qu’à l’habitude.

Une bonne douche à 7h30, puis je me rends sur le marché de la place de la Liberté. Le jour se lève à peine et je suis une des premières clientes chez mon marchand de fruits. Le vendeur est un jeune Marocain toujours de bonne humeur.

Bonjour Mademoiselle ! (Je ne lui dis pas, mais il a tort de m’appeler « mademoiselle », j’en oublie mon âge) Qu’est-ce que je vous mets ce matin ?

Je vais prendre des clémentines. Vous m’en mettrez deux kilos (je prévois que ma fille en voudra sûrement pour elle).

En face se trouve le marchand de tartes au fromage. J’en achète une pour midi. Un peu plus loin, je m’arrête pour acheter des pommes afin de faire de la compote. J’en prends trois kilos. Le marchand me sert un assortiment.

Il est 8h3 quand j’arrive aux restos du cœur. Tout le monde est déjà au boulot. Dans mon coin j’ai des œufs à distribuer ainsi que des paquets de madeleines. Il n’y en a pas assez pour tout le monde, donc pour les bénéficiaires ayant une carte de 1 à 3, je donnerai des sachets individuels de gâteaux. Vient ensuite de l’ananas en boite, puis des paquets de coquillettes, des boîtes de mousse de canard, des pizzas  surgelées, conserves de cassoulet, saucisses lentilles, raviolis, de belles  salades, des yaourts, du fromage en portions,  du raisin italien, des carottes, des pommes de terre et du pain. Vers 9h, Roland nous rapporte des excédents d’une grande surface. On avait juste commencé la distribution quand le camion revient avec une palette de lait à décharger dans le local. On stoppe alors tout et on organise la chaîne. Vingt minutes de déhanchement en rythme, ça vaut la gym dans un centre spécialisé et en plus c’est gratuit.

Bon, on reprend son poste. Pour les œufs, il faut que je vois serré, ce n’est pas sûr qu’il y en ait pour tous.

Ah, j’ai oublié de vous dire aussi que c’est moi qui distribue les couches, petits pots, lingettes et boîtes de lait pour les bébés. Bref, je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

N’étant pas venue depuis une semaine, je remarque qu’il y a plein de nouvelles têtes, des personnes qui semblent un peu stressées de se trouver là.

Il est quand même 13h quand la dernière personne quitte les lieux !

Pour le ménage, les filles, on verra ça un autre jour. Joyeux Noël et à lundi !

Au retour, je m’arrête chez le fleuriste . Je suis toujours à la recherche de houx, mais en vain. Je me rabats sur quelques branches diverses, histoire de décorer un peu la table.

table.jpg

En arrivant, je mange rapidement la tarte au fromage tout en regardant le courrier, je fais ensuite un peu de ménage, je nourris les oiseaux sur la fenêtre de mon bureau, je mets la table ( oui, ça sera toujours ça de fait). Et voilà… Il est 15h30, je crois que je vais faire un petit somme, sinon je ne tiendrai pas durant la soirée !

Côté cuisine, c’est épatant car je n’ai que la sauce de la salade à préparer.

Je pense que nous ne nous reverrons pas d’ici demain matin. Alors j’en profite pour vous souhaiter une bonne soirée.

Et demain matin, si l’envie vous en dit, vous pouvez toujours regarder quelques photos  en musique :

Méli-mélo 3

Méli-mélo 4

 

J’embrasse tous ceux que je connais et, pendant que j'y suis, j’embrasse aussi ceux que je ne connais point !

 

                       JOYEUX NOEL !

15:56 Publié dans Evènementiels | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : noel, reveillon, fete

samedi, 08 novembre 2008

Jean-Élie (3)

Cette nouvelle contraria énormément Jean-Elie. D’abord parce qu’il devait laisser sa chambre et puis, inconsciemment, il craignait que cette nouvelle arrivante devienne le centre d’intérêt de la maison. C’est donc en ronchonnant qu’il prit ses vêtements, ses affaires de classe et qu’il mit tout ça en vrac dans la pièce d’à côté. C’était une toute petite pièce, l’ancienne chambre de Jacques, qui avait été transformée après son départ en garde-manger. Il y avait là un divan, une table, une grande armoire dans laquelle Yvonne entreposait ses conserves et les pots de confiture. 

Le lendemain, quelques jours avant le quatorze juillet, la nouvelle arriva, accompagnée de ses parents. Jean-Elie s’était mis en retrait et l’observait. Elle semblait avoir son âge mais elle était beaucoup plus grande que lui et plus forte aussi. Elle regardait autour d’elle et semblait assez décontenancée par le décor intérieur. Tante Yvonne l’appela alors pour faire les présentations. Danielle s’avança vers lui et lui tendit la main, mais il ne bougea pas.

« Eh bien, Jean-Elie, qu’est-ce que tu attends ? Dis donc bonjour !»

Alors, tout en maugréant, Jean-Elie tendit la main et serra mollement celle de « l’étrangère » tout en se disant que dès qu’il en aurait l’occasion, il se vengerait d’avoir perdu sa chambre. Occasion qui ne tarda pas à se présenter.

Le village se préparait à fêter le quatorze juillet. Il faut avoir vu le film de Jacques Tati, « Jour de fête », pour se représenter réellement ce que pouvait être une fête à la campagne. Tous les ingrédients étaient là : les forains étaient arrivés la veille et avaient dressé leurs manèges et leurs stands sur la place du village. Les filles s’étaient mises sur leur trente-et-un, arborant des robes rose bonbon et bleu ciel. Les vieux avaient ressorti le costume de la naphtaline. Les cafés du coin avaient décoré leurs terrasses avec des guirlandes et des lampions. Et puis il y aurait le bal populaire, le moment tant attendu dans les campagnes  pour faire connaissance… Bref c’était le grand événement de l’année.

Tante Yvonne donna l’autorisation aux deux enfants de s’y rendre, à pied bien sûr. Il n’y avait pas d’autre moyen de locomotion. Le village était situé à trois bons kilomètres de la ferme et la petite route qui y menait était sinueuse et pentue…

A suivre

Pour retrouver l'ambiance de cette époque, voici un extrait de "Jour de fête".