Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 septembre 2018

L'histoire du soldat inconnu vivant

Je vais vous conter une bien sombre histoire que je viens de découvrir seulement aujourd'hui en effectuant des recherches généalogiques sur Internet. J'ai ressenti une profonde émotion en lisant cette histoire, émotion d'autant plus forte que j'ai des liens de parenté avec le malheureux. Lui et moi avons des ancêtres communs dans le Berry :

Pasquet LIMONDIN, né vers 1607 et mort à Montierchaume, dans l'Indre, le 16 septembre 1695.

Il avait épousé Anne LELONG dont il eut, entre autres :

Laurian, dont descend l'homme qui suit, et Françoise, dont je descends.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18Voici donc la triste histoire de mon cousin éloigné :

Le 1er février 1918, on découvre un  homme errant sur les quais de la gare de Lyon-Bottreaux. Il n'a aucun papier sur lui. Dans ses balbutiements on croit alors comprendre qu'il s'appelle Anthelme Mangin. Les médecins concluent à une démence inéluctable et il est alors conduit en asile psychiatrique à Bron, Clermont-Ferrand et enfin Rodez.

Le temps passe ... Tombe la neige ...

En février 1922, le ministre des Pensions décide de procéder à une vérification d'identité de plusieurs hommes atteints d'amnésie. La presse diffuse alors leurs portraits et la photo d'Anthelme fait partie du lot.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18

Plusieurs dizaines de familles croient alors le reconnaître et le réclament. Il faut plusieurs années d'investigations et, au début des années trente, deux familles semblent être une piste plausible :

— La famille de Lucie Lemay, à la recherche de son mari.

— La famille de Pierre Monjoin qui recherche toujours son fils disparu.

Le temps passe ... La neige continue de tomber ...

En 1934, le dit Anthelme Mangin est conduit dans le village de Saint-Maur( dans l'Indre), là où demeure Pierre Monjoin.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18

À la sortie de la gare on le laisse seul et il retrouve le chemin de la maison paternelle ! Il remarque également des changements survenus dans le village depuis son départ. La preuve est faite qu'il s''agit bien d'Octave MONJOIN, né à Saint-Maur le 19 mars 1891. Hélas pour lui, Lucie Lemay fait appel de la décision de justice,  s'ensuivent des recours en cassation.

Et tombe encore la neige ...

Il faut attendre 1938 pour obtenir - ENFIN ! - du tribunal de Rodez qu'Octave puisse retrouver son père et son frère. Hélas, son frère meurt le 23 mars 1938 d'une ruade et son père succombe de vieillesse le 1er avril de la même année.

Privé de famille, Octave MONJOIN est alors transféré à l'hôpital Sainte-Anne à Paris où il mourra de faim le 19 septembre 1942 à l'âge de 51 ans. Son corps est enseveli dans la fosse commune.

Tombe la neige ...

Il faut attendre 1948 pour que sa dépouille soit transférée au cimetière de Saint-Maur et inhumée sous le nom d'Octave MONJOIN.

À lire :


octave monjoin,soldat,guerre 14-18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre soldat inconnu.

Cette histoire me bouleverse.

lundi, 17 mars 2008

A Lazare, Louis, Marcel, Charles, Aimé

et tous les autres, ces combattants de la première guerre mondiale, tous disparus maintenant. Cet après-midi un hommage leur est rendu à Paris. A cette occasion, j'ai eu envie de rechercher dans ma vieille valise les quelques souvenirs que j'ai conservés de cette époque.

Des livrets militaires en très mauvais état, quelques photos jaunies sur lesquelles on voit des gens que je suis la seule à reconnaître, même s'ils étaient morts quand je suis née.

Je vais donc les faire revivre un instant :

177484707.jpgVoici d'abord Louis, né à Richelieu le 8 octobre 1872. Quand la guerre fut déclarée en 1914, il avait 42 ans mais il s'engagea. A l'époque il était régisseur dans une propriété de la région parisienne et il avait deux filles, Germaine et Blanche, ma grand-mère paternelle. Il partit en chantant, la fleur au fusil et revint  quelques années plus tard.1137492543.jpg

Il quitta Paris pour venir s'installer à Tours. C'est lui qui acheta le commerce où je suis née. Je l'ai connu mais j'ai peu de souvenirs. J'avais 4 ans quand il est décédé...

Sa femme, Hermance, avait un frère qui s'appelait Marcel.

74234095.jpg 

Marcel était typographe à Tours. En 1915, il se retrouva près de Pont-à-Mousson où il participa aux combats du Bois le Prêtre. Il disparut à cet endroit, son corps ne put être identifié. Ces combats furent d'une extrême violence. Raymond Poincaré a même déclaré : 

 «  De toutes les visions d’horreur que la guerre m’a offertes, c’est au Bois-le-Prêtre que j’ai peut-être vu les plus effroyables. J’y suis allé plusieurs fois, et j’y ai vu aux premiers jours d’hiver nos soldats merveilleux d’endurance au milieu de l’humidité et de la boue. Mais la visite qui m’a laissé le souvenir le plus ému, je l’ai faite un jour d’été, par une chaleur torride, alors qu’à la lisière du bois les mouches bourdonnaient autour des cadavres couverts de branchages, et que le soleil dardait sur les tranchées des rayons que ne tamisaient pas les arbres dépouillés par la pluie des obus. Je montai jusqu’aux premières lignes, en suivant les boyaux où la température était celle d’une fournaise, et je trouvai, derrière les créneaux,  des hommes, qui au milieu des blessés non encore évacués et des morts non ensevelis, veillaient tranquillement à la sécurité de la position. C’étaient des soldats de cette 73e division d’infanterie qui a si vaillamment défendu Pont-à-Mousson jusque dans le courant de 1915. Ils étaient là, debout, attentifs, le regard fixe, indifférents à tout, sauf à leur consigne et à leur devoir, véritable image de la patrie aux aguets. »

Mon arrière grand-mère Hermance avait une autre sœur, Blanche, qui épousa Aimé  à la fin de la guerre. Lui aussi participa à la guerre et fut décoré de plusieurs médailles miltaires. Le voici, posant pour la postérité :957124959.jpg

Dans la famille de mon mari, la première guerre mondiale laissa aussi son lot de souffrance.

Son grand-père maternel, Charles, était né à Jaunay-Clan dans la Vienne en 1896. Il fut mobilisé en 1916 et il fut trépané.

1960030897.jpg

 

 

 

1547293762.jpg 

En dehors des papiers et des photos, il me reste quelques objets de cette époque : ainsi le casque de mon arrière grand-père et la bague qu'il avait gravée dans les tranchées pour sa fille.1930788626.JPG

Figure la date à laquelle il la grava : 1915.61502798.JPG

Après moi, tous ces souvenirs n'auront plus aucun sens. Je doute que ma fille y trouve un intérêt quelconque et je dis ça sans méchanceté. Je lui ai déjà donné un album de photos en ayant soin de marquer les noms des personnes. Après tout, elle fera ce qu'elle voudra, je ne serai plus là pour râler !

Dernière photo datant de 1953 où je suis avec Louis et Hermance. 

779571799.2.jpgCeci étant dit,  je trouve que l'on en fait peut-être un peu trop en ce moment dans les commémorations de guerre. Après Guy Moquet, après les petits Juifs , voici qu'arrivent les poilus de 14 !

Les grognards napoléoniens, c'est pour quand ?

15:42 Publié dans Généalogie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : soldat, guerre