Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 septembre 2016

Escapade polonaise -9-

Lundi 12 septembre

Après deux nuits passées à Zakopane, nous prenons ce matin la direction de Cracovie. Le temps est toujours aussi serein, et l'ambiance du groupe agréable.

Pologn1e 354a.jpg

Pologn1e 359a.jpg

En chemin, nous nous arrêtons à Lanckorona, village typique du Piémont carpatique.

Pologn1e 365a.jpg

Pologn1e 362b.jpg

La veille, une fête agricole avait eu lieu et il en restait quelques traces !

Pologn1e 352a.jpg

Notre prochaine étape nous conduit à Wadowice. ville natale de Karol Wojtyla. Ce nom ne vous dit probablement rien, mais si je dis Jean-Paul II, tout le monde comprendra aussitôt.

Pologn1e 373a.jpg

Le pape est donc né ici,en 1920, dans une maison qui se situe dans la rue longeant l'église sur le côté gauche. Après la chute du communisme, l'ancien propriétaire de cette demeure a récupéré son bien qu'il a ensuite vendu et la maison a été transformée en musée consacré au pape. Nous ne visitons pas le musée, mais une partie du groupe assiste à la fin de la messe qui se déroulait à cet instant précis dans l'église.

Pologn1e 374a.jpg

Pologn1e 377a.jpg

Direction le restaurant Miodowa ! Au dessert, nous avons droit au "Kremowka", gâteau préféré de Jean-Paul II d'après les dires. Il s'agit d'une sorte de  mille feuilles.

Maintenant, une visite particulièrement redoutée sur le plan émotionnel nous attend, celle du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz.

Et là, rien ne se passe comme j'avais pu l'imaginer. Quand nous arrivons à l'entrée, il y a un monde fou, des dizaines de cars déglutissent leur horde de visiteurs venus de tous les coins du monde. S'ajoutent à eux les malheureux visiteurs solitaires qui ont bien du mal à se frayer un passage entre les groupes. On nous distribue un casque et on nous donne le numéro du canal sur lequel se brancher pour pouvoir entendre les explications de la guide. Puis on passe les portiques de sécurité. Tout sac dépassant 20cm de côté est proscrit.

Pologn1e 398a.jpg

Une fois à l'intérieur du camp, je suis d'abord frappée par les couleurs contrastées entre le vert de la nature environnante  et la couleur lumineuse des briques des bâtiments. L'ensemble a un coquet propret qui me met mal à l'aise.

On visite plusieurs blocs, chacun ayant une spécificité. On passe devant le bloc n°24. Là, Himmler avait eu l'idée de créer un bordel au bénéfice des gardiens et de certains prisonniers collabos. Les 200 femmes étaient des prisonnières - la plupart des Polonaises-.

Dans d'autres blocs, les visages des prisonniers couvrent les longs murs du couloir. On défile devant, pas le temps de lire les noms, ils sont si nombreux ... À la fin, je ne regarde même plus. 

Dans certains blocs, on se retrouve  à plusieurs groupes entassés dans la pièce principale, bousculades ... Et pour finir, mon casque tombe en panne. Alors je ressors et vais m'asseoir un peu plus loin. Je ferme les yeux et je me repasse les images en noir et blanc des films pris à l'époque de la libération du camp. J'essaie d'imaginer ce qu'a pu être l'horreur de ce lieu. Mais non, je ne peux y arriver, seuls ceux qui ont vécu cette atrocité peuvent ressentir quelque chose.

La visite d'Auschwitz se termine devant la chambre à gaz ; elle servait également d'abri antiaérien pour les SS. Nous pénétrons dans la salle de désinfection et c'est à cet instant précis que j'ai ressenti une vive émotion. L'angoisse m'a soudain saisie, une angoisse salutaire car elle m'a permis, quelques secondes, de vraiment ressentir ce qu'est la peur de mourir, celle qui fait que les murs des lieux gardent encore les stigmates des ongles qui raclaient le béton.

J'étais tellement troublée que je n'ai même pas vu les fours crématoires situés dans la pièce suivante. Chaque jour 340 corps y étaient brûlés et les cendres servaient ensuite d'engrais.

Le car nous conduit à présent à Birkenau (Auschwitz II). Là aussi, il y a foule ; les cars ont du mal à trouver une place libre sur le parking et une longue file de visiteurs se presse sur le chemin de l'entrée.  Je ne visite pas.

Demain, je vous montrerai quelques photos d'Auschwitz I  que j'ai mises en noir et blanc.

Le soir, nous arrivons à Cracovie.

À suivre

Pour en savoir davantage :

— Auschwitz

— Le réseau Odessa

 Ce documentaire est composé de quatre parties qui - en théorie- se suivent sur la vidéo.

 

 

 

07:32 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, pologne

Écrire un commentaire