Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 janvier 2020

Bienvenue à La Salle

Je vous propose de découvrir le cimetière de Tours, appelé cimetière La Salle

Un petit peu d'histoire :

Avant la Révolution, Tours intra-muros comptait quatorze paroisses ayant chacune son propre cimetière. À la fin du XVIIIe, deux cimetières furent construits pour remplacer les cimetières paroissiaux :

- Le cimetière Saint-Jean des Coups, à l'est, situé à l'emplacement de l'actuel parc Mirabeau.

- Le cimetière des Acacias, à l'ouest, situé à l'emplacement de l'actuelle place Nicolas Frumeaud. 

Mais, établis en pleine ville et de surcroît en zone inondable, ils ne sont pas conformes aux prescriptions légales. Aussi, en 1856, la ville achète un terrain situé rive droite de la Loire,sur la commune de Saint-Symphorien (rattachée à Tours en 1964). Le nom de La Salle donné à ce nouveau cimetière proviendrait du nom du lieu-dit (le nom apparaît sur la droite du plan) :

tours,cimetiere

À partir de 1858, toute inhumation dans les deux anciens cimetières est interdite.

Au fil du temps il s'est agrandi, notamment en 1871 par le rachat de la propriété de la Chenardière. Aujourd'hui il couvre une superficie d'environ 13 hectares.  

tours,cimetiere

Il y a trois entrées, deux situées rue Saint-Barthélémy, et la troisième, au nord, rue Frédéric Chopin.

La ville de Tours a édité une petite plaquette référençant quelques 40 personnalités tourangelles inhumées dans le cimetière et indiquant l'emplacement de leurs tombes, sur le modèle fourni au Père-Lachaise à Paris. C'est bien pratique !

tours,cimetiere

Je suis donc partie à la recherche de ces tombes. À l'heure actuelle il doit m'en manquer une ou deux. Entre-temps, je m'égare un peu dans les allées, attirée par d'autres tombes remarquables.

À partir de là, je fais des recherches généalogiques sur les noms, essayant de retracer l'histoire de ces familles.

Bref, me voilà engagée dans un travail qui va m'occuper pendant un bon bout de temps ! Ceci dit, ça tombe bien car je n'ai rien d'autre à faire.

Commençons tout de suite avec deux tombes de libres penseurs :

La première est celle de la famille Boyer. On ne peut que la remarquer très vite car elle est tout en mosaïque rouge, ce qui dénote évidemment dans un cimetière !

tours,cimetiere

tours,cimetiere

Je n'ai trouvé aucun renseignement aux archives sur cette famille.

tours,cimetiere

tours,cimetiere

Soyons les meilleurs, nous serons les plus forts

La seconde est encore plus secrète car n'y figure aucun nom :

tours,cimetiere

À suivre   

Écrire un commentaire