Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 février 2020

Retour en Norvège -2-

Gustav Vigeland est mort le 12 mars 1943 à l'âge de 73 ans. Il venait d'achever une sculpture en plâtre intitulée Overrasket — qui signifie surprise en norvégien — représentant une jeune femme. Cette jeune femme s'appelait Ruth Maier, née à Vienne en Autriche en 1920. Elle et toute sa famille, d'origine juive, avaient fui Vienne dès l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne en 1939 et étaient venus se réfugier en Norvège. Elle fut arrêtée en 1942 et déportée à Auschwitz où elle mourut le 1er décembre 1942. norvege,oslo

Elle écrivit son journal dès l'âge de 13 ans jusqu'à son arrestation. En 2009, son journal a été édité aux Editions K&B. 

norvege,osloPour en savoir plus sur sa vie, cliquez ICI.

 

La statue de Vigeland a fini par être fondue dans le bronze et intégra le parc en 2002. J'en ai trouvé une photo que voici :

norvege,oslo

04:01 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : norvege, oslo, vigeland

mercredi, 19 février 2020

Retour à Oslo -1-

Je suis allée une semaine en Norvège en juillet 2013. Ce fut un voyage exécrable du fait que nous étions 57 touristes regroupés ensemble dans un même car. Lors des pauses dites "techniques", les derniers passagers n'étaient pas encore descendus du car que les premiers remontaient, la vessie soulagée  !

En dehors de cet inconvénient, le pays est magnifique et je ne regrette pas d'y avoir séjourné.

En ayant fini avec le cimetière et le goulag, j'ai besoin maintenant de me changer les idées avant de sombrer dans une profonde déprime. Je viens de terminer un petit livre de photos sur Prague  et l'idée m'est alors venue d'en faire d'autres sur les grandes villes que j'ai eu l'occasion de visiter.

En fait, jusqu'à présent, je n'ai fait aucun tirage papier de mes photos de Norvège. C'est tout juste si j'ai fait deux diaporamas sur l'installation Vigeland à Oslo, et je ne suis même pas sûre de les avoir mis en ligne sur You Tube.

Bon, me voilà de l'occupation pour quelques jours ... en attendant des jours meilleurs ! 

Je viens de transférer mes deux diaporamas. Les photos ne sont pas géniales en raison d'un manque de luminosité. Mais vous aurez ainsi un aperçu du site.

L'installation de Vigeland est un ensemble de 212 sculptures en bronze ou en granit réalisées par l'artiste Gustav Vigeland. Pour sa biographie, c'est ICI.

norvege,oslo

Elles sont situées au centre du parc de Frogner à Oslo, principalement le long de l'allée centrale. Au milieu se dresse un monolithe haut de 14 mètres représentant un enchevêtrement de corps d'hommes, de femmes et d'enfants.  

norvege,oslo

Et dire qu'il a fallu faire cette visite au pas de course ! On a dû rester environ 1/2 heure alors qu'il m'aurait fallu au moins deux heures pour tout voir.

norvege,oslo

norvege,oslo

Première partie :

15:54 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : norvege, oslo, vigeland

lundi, 17 février 2020

Les seconds couteaux de Staline

J'ai fini de visionner le documentaire en trois épisodes présenté mardi dernier sur Arte, Goulag, une histoire soviétique. C'est excessivement intéressant et j'ai appris plein de choses concernant cette période de l'histoire en URSS. russie,goulags,lejov,beria

Mais les films passent et on oublie vite ... Aussi ai-je commandé le livre de Nicolas Werth, François Aymé et Patrick Rotman. Je devrais l'avoir en milieu de semaine.

Aujourd'hui, je vais vous parler de deux personnages qui ont eu un rôle majeur au sein de la police politique. Si les noms des dignitaires de l'Allemagne nazie nous sont familiers (Goebbels, Himmler, Goering, Heinrich, Hesse,etc), il n'en est pas de même avec leurs homologues russes. Aujourd'hui seulement on commence à parler ouvertement de ce qui s'est passé en URSS.

Parmi tous les noms cités (et ils sont nombreux !), j'en ai retenu deux :

Tour d'abord Nikolaï Lejov

russie,goulags,lejov,beria

Chef du NKVD de septembre 1936 à novembre 1938,  il fut le principal exécutant des grandes purges de Staline. Il était surnommé le nabot sanguinaire en raison de sa petite taille (1m57) et de sa férocité. Il est décrit comme alcoolique, prédateur sexuel, sadique.

En 1930 il avait épousé Evguénia Khayoutina qui se suicida en 1938. Le couple avait adopté une petite fille, Natalia.

russie,goulags,lejov,beria

Quand Staline en eut fini avec ses purges, il s'empressa de faire porter la responsabilité des crimes commis sur le dos de Lejov. Ce dernier fut arrêté en novembre 1939, puis fusillé le 4 février 1940.

La petite Natalia fut alors envoyée dans un orphelinat. Le nom de Lejov fut supprimé et elle devint Natalia Khayoutina. Je l'ai retrouvée à Magadan, dans le documentaire que j'ai mis sur la note précédente. C'est une pauvre petite vieille qui se rappelle avec beaucoup de nostalgie son enfance heureuse. "J'aimais tant mon père  ! "

Elle tenta d'obtenir sa réhabilitation à plusieurs reprises mais sans succès.

Le deuxième personnage est Lavrenti Beria, le successeur de Lejov à la tête du NKVD. Il dirige les purges dans l'ensemble de la Transcaucasie.

russie,goulags,lejov,beria

C'est lui qui est chargé de la déportation de tous les Allemands de la Volga en 1941, puis des Tchètchènes et des Tatars de Crimée en 1944. Toutes ces minorités furent accusées d'avoir soutenu l'Allemagne. 

Les Tatars ont commencé à rentrer au pays quand l'Ukraine a récupéré la Crimée en 1954 (sous Kroutchev). Mais depuis la reprise de la Crimée par les Russes en 2014, je doute que ce flot de retours continue ! 

Lors de mon voyage dans le transsibérien, un jour que j'étais descendue du train pour acheter du ravitaillement ( le wagon restaurant est fermé le midi !), j'ai fait la connaissance d'une marchande d'origine allemande.Toute sa famille avait été déportée dans ce trou perdu pendant la guerre.

Que de tristesse dans ses propos et que de vies gâchées !

Mais revenons à Beria :

Il est présent au coté de Staline lors de la conférence de Yalta en février 1945. On rapporte que Roosevelt, ayant demandé à Staline qui il était, ce dernier aurait répondu :

— C'est notre Himmler à nous !

En 1947, Staline décide de se séparer de Beria. Il fait ouvrir un dossier le concernant. Le but est d'accumuler des preuves permettant de l'accuser de trahison à la cause du parti. On peut supposer que l'homme est sur ses gardes. La mort de Staline le sauve un temps. Mais le dossier n'est pas fermé pour autant et le 21 juin 1953, sur l'ordre de Kroutchev, il est arrêté en pleine séance du Poltiburo par le maréchal Joukov. Accusé de hautre trahison, il est exécuté en décembre 1953. 

Sa mort coïncide avec le début de la " déstalinisation". 

À regarder pour mieux comprendre :

L'exil sans fin des Tatars de Crimée

Russes Allemands ou Allemands Russes ?

samedi, 15 février 2020

La route des os

Encore une bien sinistre escale dans la Russie soviétique : la région de Kolyma, située tout à l'est de la Sibérie.

rissie, goulag,magadan,kolyma

À partir de 1929, des milliers de détenus furent envoyés dans ce trou perdu pour travailler dans les mines car la région est riche en minerais divers.Ces malheureux étaient d'abord transportés en train (dans des wagons à bestiaux) jusqu'à Vladivostock. De là, ils prenaient un bateau qui les emmenait au nord jusqu'à un petit port de pêche du nom de Magadan. Le voyage durait une quinzaine de jours !

Dans un premier temps, ils construisirent la ville, puis il fallut construire une route permettant d'accéder dans le centre du pays. Cette route qui mène jusqu'à Iakoutsk fait plus de 1000 kilomètres de long. La route porte le sinistre nom de route des os car les déportés morts étaient enterrés sous la route. Ceux qui avaient survécu à ce travail dantesque se retrouvèrent ensuite dans les mines. La cadence de travail était infernale : 14h par jour dans le froid extrême, affamés. Les équipes se relayaient; il n'y avait aucun temps mort. 

rissie,goulag,magadan,kolyma

rissie,goulag,magadan,kolyma

Les camps situés dans la région de Kolyma fermèrent  en 1953 après la mort de Staline.

La route des os de nos jours :

 

rissie,goulag,magadan,kolyma

Parmi les survivants, il y a Eddie Rosner, de son vrai nom Adolf Ignatievitch Rosner, un Polonais trompettiste de jazz. Son histoire est assez extraordinaire, découvrez-la ICI. 

 

Aujourd'hui voici à quoi ressemble la ville de Magadan : l'ombre du ghetto plane encore, certains essaient de protéger les lieux en mémoire à tous les morts. D'autres voudraient passer à autre chose ...

rissie,goulag,magadan,kolyma

Quelques lectures :rissie,goulag,magadan,kolymarissie,goulag,magadan,kolyma

10:17 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rissie, goulag, magadan, kolyma

vendredi, 14 février 2020

Bienvenue sur les îles Solovski !

J'ai une amie qui part fin mars en Russie en compagnie de sa fille. Elle a organisé elle-même son voyage d'une quinzaine de jours : quelques jours à Moscou, puis direction Irkoutsk en prenant le transsibérien. Visite de la région autour du lac Baïkal puis retour à Moscou en avion. De là elles iront en train jusqu'à Saint-Pétersbourg.

Passionnée d'histoire, elle se documente beaucoup sur la Russie. C'est elle qui m'a indiqué le documentaire  Goulag, une histoire soviétique, diffusé mardi dernier sur la chaîne ARTE.   

Hier, j'ai regardé la première partie de ce film. C'est terrifiant !

russie,solovski,goulag

Tout commence dans les années 1920 sur les îles Solovski, perdues au fin fond du grand nord. À voir les photos récentes des lieux, le cadre est enchanteur.

russie,solovski,goulag

russie,solovski,goulag

russie,solovski,goulag

Mais c'est oublier que c'est là précisément que fut mis en place par le régime soviétique le premier camp de travail forcé :

russie,solovski,goulag

russie,solovski,goulag

Certes, plusieurs voix à l'époque avaient déjà dénoncé les horreurs du camp ( je pense en particulier au livre de Raymond Duguet, Un bagne en Russie rouge, livre qui fut naturellement dénoncé par les communistes comme un ramassis de mensonges). 

Pour enrayer toute polémique à venir, les Soviétiques tournèrent alors un film de propagande montrant la vie dans le camp : une vraie colonie de vacances avec baignade, lieux de lecture, spectacles et j'en passe. Vingt ans plus tard les Nazis  réitérèrent le même procédé en filmant le camp de Therezin en République tchèque. CIRCULEZ ! IL N'Y A RIEN À VOIR !

Des écrivains russes, comme Maxime Gorki, contribuèrent à la désinformation. Ayant lui-même visité le camp, il se contenta de dire que les conditions de vie y était rude, certes, mais que bon, après tout, il était bien que les travailleurs fautifs ( fautifs de quoi ? Certains ne savaient même pas la raison de leur arrestation ) se repentent en œuvrant pour la bonne cause. 

Une anecdote me revient à l'esprit. Mes parents avait un client arménien. Plusieurs membres de sa famille avaient la nostalgie du pays. Aussi, en 1946, quand Staline ouvrit les portes de son paradis soviétique, il décidèrent de rentrer au pays. L'Arménie était devenue depuis 1936 une république socialiste soviétique. Mais méfiants quand même, ils avaient convenu d'envoyer des photos sur lesquelles ils indiqueraient leur situation : s'ils étaient debout, c'est que tout allait bien ; s'ils étaient assis, c'est que la situation n'était pas bonne. Quand les photos arrivèrent en France ... Ils étaient tous couchés dans l'herbe !

Et que dire de ces familles ayant naïvement cru au message de Staline et qui se retrouvèrent  privés de leurs papiers, coincés définitivement en U.R.S.S quand ils n'étaient pas envoyés eux aussi dans des camps.

À ce propos, je vous conseille la lecture de :russie,solovski,goulag

- Piégés par Staline, de Nicolas Jallot, Editions Belfond.

- Ma vie volée, de Renée Villancher.

Je mets également en lien (en bas de la note ) le témoignage d'Edmond Zajac. 

Il faudra quand même attendre 1962, avec la parution du premier roman d'Alexandre Soljenitsyne, " Une journée d'Ivan Denissovitch " , pour qu'en occident on commence à chuchoter qu'il se passe de bien étranges choses en U.R.S.S. 

La parution de L'archipel du goulag en 1973 fut un véritable tsunami dans le monde entier. Vous imaginez quel fut l'embarras du parti communiste français ! Ne pouvant nier l'évidence, ils tentèrent de s'en prendre à l'écrivain lui-même : C'est un monarchiste ! Il est antisémite !  Un anticommuniste à la solde de l'impérialisme !

La notoriété fulgurante de Soljénitsyne lui sauva probablement la vie. Il n'était plus possible de se débarrasser de lui en le renvoyant dans un camp. Il fut donc expatrié et trouva refuge en Suisse, dans un premier temps, puis aux États-Unis.

Quant au camp des Solovski, il ferma ses portes en 1939. Les déportés furent déplacés beaucoup plus à l'est en Sibérie. Une école des Cadets fut créée à la place pour la formation des jeunes engagés volontaires de 1941 à 1945. 

Aujourd'hui je vais regarder la deuxième partie.

La vie d'Edmond Zajac

11:08 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, solovski, goulag