Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 décembre 2014

226. Marchés de Noël -5-


podcast

Jeudi 11 décembre 

Aujourd’hui, nous quittons l’hôtel à 8h15. Premier arrêt à Dornbirn pour visiter le musée des crèches situé au fond d’un vallon. Dans ce lieu sont regroupées environ 180 crèches provenant du monde entier.

No1el 286a.jpg

No1el 289a.jpg

No1el 319a.jpg

No1el 307a.jpg

Il y a également un chemin de croix très saisissant de réalisme.

No1el 312a.jpg

De l’autre côté de la route se tient le musée des voitures Rolls-Royce.

No1el 333a.jpg

Après cette visite, nous reprenons le car et passons la frontière allemande en direction de Bregenz et Ulm.

No1el 336a.jpg

 

La ville d’Ulm fut bombardée et détruite presque totalement à la fin de la deuxième guerre mondiale.

No1el 337a.jpg

Le marché de Noël s’étale tout autour de la cathédrale qui possède le plus haut clocher d’Allemagne. C’est le plus beau marché que nous ayons fait depuis le début de ce voyage.

No1el 344a.jpg

Les petites cabanes en bois sont joliment décorées et il règne une atmosphère de fête malgré le vent cinglant qui glace les oreilles (flûte, j’aurais dû mettre mon bonnet !). 

No1el 349a.jpg

 

No1el 360b.jpg

No1el 378a.jpg

No1el 381a.jpg

No1el 386c.jpg

No1el 383a.jpg

La guide nous emmène ensuite voir le quartier des pêcheurs avec ses anciennes maisons  ...

No1el 418a.jpg

No1el 412a.jpg

Et nous allons déjeuner dans un Gasthaus tout ce qu’il y a de plus gemütlich ! Ce n'est pas celui que l'on voit sur la photo ci-dessus.

L’après midi nous allons visiter Ravensburg, situé un peu plus au sud. Malheureusement le temps est particulièrement gris et quand nous arrivons, vers 16h30, la luminosité est particulièrement faible.

No1el 430.JPG

On perd encore plus d’un quart d’heure pour la pause technique de certaines personnes du groupe. C’est foutu pour les photos !

No1el 447a.jpg

No1el 453a.jpg

No1el 455a.jpg

Retour à Feldkirch pour un dîner dansant à l’hôtel. Je m’éclipse discrètement à la fin du repas.

 

Vendredi 12 décembre 

Départ de l’hôtel à 7h30. C’est la fin de l’escapade et nous rentrons à présent sur Tours. Au niveau de Bâle nous sommes pris dans les embouteillages dus à un violent accident sur l’autoroute. La route défile, monotone, et je sommeille …

Nous déjeunons au même endroit qu’au départ puis le voyage se poursuit. Peggy et Thierry ont prévu de venir me chercher à la gare. À 21h30 j’envoie un texto à Peggy :

 — On traverse la Loire, j’éteins mon portable.

Dix minutes plus tard je l’aperçois adossée à un arbre. Elle a pris son grand parapluie multicolore car le temps est pluvieux.

 

— Guten Abend  Mutti !

No1el 426a.jpg

06:42 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : allemagne, ulm, ravensburg

mercredi, 17 décembre 2014

225. Marchés de Noël -4-

Après Appenzell, voici la jolie ville de Constance en Allemagne :


Konstanz par cheztinou

08:07 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : allemagne, constance

lundi, 15 décembre 2014

223. Marchés de Noël -2-

Mercredi 10 décembre

podcast 

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

Ce matin, nous quittons Feldkirch à 8h30 et partons à la découverte de la région d’Appenzell, en Suisse. Le paysage est vraiment superbe.

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

Nous arrivons bientôt dans la petite ville d’Appenzell : c’est une merveille de voir tous ces chalets couverts de dessins et les boutiques décorées. Je ne sais plus où donner de la tête tant il y a de choses à photographier. 

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

À l’entrée du village se trouve une brasserie :

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

Ensuite nous prenons la direction de Stein où se trouve une fromagerie ; on ne peut tout de même pas quitter Appenzell sans rapporter un morceau du délicieux fromage du même nom !

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

Il y a trois affinages : l’argenté (trois mois d’âge), le doré (six mois d’âge) et enfin le noir (environ un an d’âge). J’ai donc pris un morceau de chaque ainsi qu’un flacon de liqueur aux herbes — une autre spécialité de la région —. Gustativement cela rappelle un peu  le Fernet-Branca, amertume en moins.

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

 

Chacun ressort du magasin avec son petit colis de fromages. Heureusement qu’ils sont emballés sous vide !

Maintenant nous quittons la Suisse pour l’Allemagne. Voici le lac de Constance et nous nous arrêtons dans une ancienne blanchisserie réaménagée en restaurant sur les bords du Rhin. Excellent repas servi sous forme d’un buffet très varié.

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

 

Nous avons ensuite tout l’après-midi pour flâner dans les rues de Konstanz. Le marché de Noël est partout, même sur les bords du lac, où certains bateaux se transforment en magasins flottants.

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

 

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

suisse, appenzell, allemagne,konstanz

Au détour d’une rue, je tombe sur un magasin de chocolats suisses et j’en profite pour faire le plein ! Je sais que Peggy et Thierry vont apprécier.

La nuit tombe malheureusement très vite et tout le groupe se retrouve bientôt au car. Retour au bercail !

Dans la journée, j'ai reçu un texto de Peggy qui me demandait s'il était possible de lui rapporter du Meerrettich. Comme un Lidl se trouve juste à côté de l'hôtel, nous voici partis à quatre ou cinq faire des emplettes. J'en profite pour rapporter deux paquets de Spätzle.

 

À suivre

dimanche, 09 novembre 2014

206. La cage est ouverte

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux,

Regardez-les s’envoler, c’est beau …

Comme ils ont l’air heureux, ces premiers Allemands qui franchissent la ligne de démarcation en ce jeudi 9 novembre 1989 ! Ils sont encore hésitants, n’y croyant pas tout à fait. Puis la rumeur se répand comme une traînée de poudre dans toute la ville et bientôt des milliers de Berlinois descendent dans la rue et se rendent aux différents points de contrôle. Il est trop tard pour les arrêter.

Les voici maintenant sur le Kudamm, l’avenue principale de Berlin-ouest, la vitrine étincelante d’un monde où ils aspirent de plus en plus à vivre. Ils n’ont pas encore conscience que tout ce qui brille n’est pas d’or, mais ils s’enivrent d’une liberté de mouvements qu’ils avaient perdue depuis déjà vingt-huit ans !

allemagne, berlin, mur

Tout avait commencé dans la nuit du 13 août 1961 avec le début de la construction d’un mur pour séparer la zone sous contrôle soviétique du reste de la ville. La république démocratique allemande se vidait en effet peu à peu de ses habitants qui rejoignaient l’ouest en passant par les postes frontières situés dans Berlin.

allemagne, berlin, mur

 

Devant la télé je suis médusée en voyant toute cette foule exulter. C’est un grand moment historique et j’aurais aimé le vivre en direct. Je pense en particulier à ce journaliste, Dieter, que j’avais rencontré à Berlin. Je l’avais revu quelques années plus tard sur les bords de la Baltique. Nous avions correspondu pendant quelques années. Je me souviens d’une lettre dans laquelle il m’écrivait :

Je reviens d’un séjour à Cuba. Le bateau a longé les côtes françaises et j’ai pensé à toi. 

Vingt-cinq années se sont écoulées depuis ce jour mémorable. Aujourd’hui l’Allemagne va fêter en grande pompe la chute du Mur.

J’ai retrouvé quelques photos en noir et blanc que j’avais faites en 1967 lors d’un séjour à Berlin.  Elles ne sont pas d’une grande qualité mais on ressent bien l’atmosphère qui régnait alors dans la ville :

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

À l’époque j’étais allée voir ma correspondante Évelyne, qui habitait dans la partie Est. En 2001, je suis retournée sur les lieux, espérant retrouver sa trace. Mais sa famille n’était plus là et personne n’a pu me donner de renseignements.

allemagne, berlin, mur

Une récente enquête a montré qu’un Allemand sur trois ayant vécu en RDA a la nostalgie de cette époque.

La liberté a toujours un prix … 

Pour en savoir davantage :

 

Le mur de Berlin

dimanche, 26 août 2012

178. Croisière sur le Rhin -2-


podcast

Mardi 21 août : de Rüdesheim à Düsseldorf.

 Ce matin, il n’y a aucun retardataire au petit déjeuner. La raison en est simple : nous allons traverser la plus belle partie de la vallée du Rhin, celle que l’on surnomme le Rhin romantique, avec tous les châteaux se dressant sur les collines, les petits villages pimpants au bord du fleuve, le rocher de la Lorelei, etc. 

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

Bref, tout le monde est sur le pont supérieur dès 9h du matin. La petite laine est la bienvenue car le fond de l’air est particulièrement frais- pour ne pas dire glacial-.

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

Le Rhin est encaissé et forme de nombreux méandres. À chaque méandre se trouve un ancien château fort, la plupart du temps restauré.

Les explications historiques nous sont données par haut-parleur.

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

Quand le rocher de la Lorelei est annoncé, on sent une certaine fébrilité chez les passagers. Je me marre car, ayant déjà fait ce trajet il y a fort longtemps, je sais d’avance qu’ils vont être déçus ! En effet, la statue est ridiculement petite, située sur une île, et de surcroît, ce matin-là, elle était perdue dans la brume.

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

Ich weiss nicht was soll es bedeuten,

Dass ich so traurig bin ;

Ein Märchen aus alten Zeiten,

Das kommt mir nicht aus dem Sinn.

Die Luft ist kühl und es dunkelt,

Und ruhig fliesst der Rhein ;

Ce beau poème d’Heinrich Heine (die Lorelei, 1824) fut mis en musique par le compositeur Friedrich Silcher en 1837. Voici la mélodie :

Guillaume Apollinaire reprit ce thème dans un poème écrit en 1902 :

À Bacharach il y avait une sorcière blonde

Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde.

La suite ICI.

Peu après nous longeons la jolie ville de Koblenz (Coblence) située au confluent de la Moselle et du Rhin.

 

croisiere,rhin,croisieurope,allemagne,cologne

Ce bol d’air matinal nous a ouvert l’appétit et tandis que tout le monde passe à table, le bateau continue sa route en direction de Köln (Cologne).

Le niveau du Rhin est assez bas, aussi le bateau est obligé de ralentir, ce qui fait que nous atteignons Cologne avec une heure de retard. La halte prévue de deux heures se réduit donc maintenant à un arrêt express d’à peine une heure !

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

Avec Christine, nous décidons de nous débrouiller par nous-mêmes. C’est donc au pas de course que nous traversons la gare centrale. Un arrêt dans une Apotheke pour acheter du gel pour les mains, puis un autre arrêt dans une boutique de souvenir pour ,cette fois-ci, acheter de l’eau de Cologne, quelques photos de la cathédrale et retour au bateau, toujours au pas de course.

Bien sûr, c’est un peu décevant de ne pas pouvoir rester plus longtemps, mais ce sont les aléas de la navigation. Certains passagers ne semblent pas l’avoir compris. Ils n’auront qu’à revenir !

Je me souviens : c’était en 1969 et j’étais partie à Berlin en train. J’avais été fort impressionnée par la cathédrale de Cologne que l’on pouvait apercevoir puisqu’elle est juste à côté de la gare centrale. C’était au début du printemps mais il faisait froid. L’esplanade était déserte et je me sentais tellement petite au pied de cet imposant édifice sombre! Tout était nickel autour.

Aujourd’hui, il fait très chaud et une foule compacte est avachie sur les marches devant la cathédrale, bouffant des Hamburgers et sirotant du Coca. Le sol est jonché de papiers gras, de mégots. Ça fait débraillé tout ça ! Autre temps, autres mœurs.

Nous prenons encore du retard car un passager a perdu son portefeuille durant la visite. Par chance pour lui, il a été retrouvé, mais  il faut aller le chercher …

Adieu Cologne !  Je ne reviendrai pas.

Le bateau a repris sa navigation et nous, nous avons repris nos places à l’arrière, tout près du salon-bar.

Bientôt le haut-parleur vient nous rappeler à l’ordre :

Nous vous rappelons que ce soir a lieu la soirée de gala. Vous êtes invités à venir prendre l’apéritif à partir de maintenant au salon-bar. 

— Ah mince, c’est vrai ! Tu te changes, toi ?

— Bof, je n’ai pas tellement envie. Et toi ?

—C’est tout pareil. On n’a qu’à rester comme on est…

Je zieute de temps à autre pour vérifier le remplissage du salon. Vers 18h45, tout le monde semble être installé.

— Bon, on y va ?

 Discrètement on pénètre donc par l’arrière et on squatte une place légèrement en retrait de la piste de danse.

— Non mais je rêve ! T’as vu celle-là en robe longue décolletée ? Et l’autre, avec tous ces bijoux, on dirait un sapin de Noël.

La petite serveuse apporte des verres et des amuse-gueules.

Pour couronner le tout, la musique est en rapport avec l’évènement : répertoire de Clederman et Rieu. Là c’en est trop !

On grignote les biscuits et Christine boit son verre de jus de fruits.

— Tu es prête ? Allez, go !

Nous nous levons alors très dignement et traversons toute la salle en fête. Direction le pont supérieur où bien sûr il n’y a plus  personne. Ah si ! Un couple d’Italiens a fait comme nous.

Cela n’a pas manqué, on est venu nous chercher :

— Non, merci, mais on préfère rester ici.

Flûte alors, si on ne peut plus faire ce qu’on veut ! Ça me fait penser à la chanson de Trust : Antisocial, tu perds ton sang-froid.

Et tandis que Christine papote en anglais avec les Italiens, j’en profite pour faire des photos de complexes industriels au coucher de soleil !

 

croisiere, rhin, croisieurope, allemagne, cologne

Nous atteignons Düsseldorf vers 21h.

À suivre