Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 novembre 2011

244. Bilan d'une décennie -64-


podcast

Dimanche 16 décembre 2007 :

Lever à 7h du matin. Puis à 8h nous partons visiter la forteresse de Podor.La petite ville semble figée dans le temps.

 

dec07 201.jpg

 

dec07 240.jpg

Sur le quai les femmes sont déjà en train de laver le linge tandis que des barques relient les deux rives du fleuve avec leur chargement de victuailles et de gens.

 dec07 186.jpg

 

 

dec07 246.jpg

 

dec07 237.jpg

C’est une ville où les températures peuvent atteindre 50° en été. Aux alentours la végétation annonce déjà la savane et le désert tout proche de la Mauritanie.

 

dec07 227.jpg


C’est dans ce lieu qu’un corps expéditionnaire français sous la conduite de Faidherbe construisit entre mars et mai 1854 un fort défensif contre les invasions des Maures qui venaient enlever les femmes et les enfants. Durant les travaux les pertes en hommes furent considérables en raison d’insolation.

 Pendant la première guerre mondiale, les Sénégalais de cette région s’engagèrent en masse dans le bataillon des tirailleurs sénégalais. Ils se firent remarquer pour leur bravoure, en particulier durant la guerre d’Indochine.

A l’époque la région était peuplée de lions, de panthères, d’éléphants et d’autruches. Les hippopotames peuplaient les eaux du fleuve. Hélas plus aucun de ces animaux n’a pu résister au braconnage et à la déforestation massive. La restauration du fort, commencée au début des années 2000, se poursuit peu à peu. Des fouilles archéologiques ont permis de retrouver des objets datant de l’époque où Podor faisait partie du royaume du Tekrour.(XIe siècle).

 dec07 251.jpg

Nous rejoignons le bateau vers 10h et bientôt nous quittons la ville pour redescendre le fleuve.

Côté droit c’est la Mauritanie et des terres arides, peu d’arbres car ils sont coupés pour faire du charbon de bois qui est ensuite revendu au Sénégal. Les rives du côté gauche sont beaucoup plus verdoyantes et cultivées.

La cloche vient de sonner l’heure du repas ! Au menu :

Niébé ( petits haricots locaux)

Capitaine (poisson) farci à la Saint-Louisienne

Melon.

Et tandis que le bateau continue sa lente progression, je m’en vais faire une petite sieste  avant l’heure de la visite d’un village.

À suivre…

D'autres photos sur Podor : 


Le fleuve Sénégal-1- par cheztinou