Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 septembre 2012

192. Le jardin botanique de Rio de Janeiro

Je vous propose une petite pause détente avant de poursuivre le carnet de voyage :


Brésil 1 par cheztinou

lundi, 17 septembre 2012

191. Carnet de voyage au Brésil -2-


podcast

Lundi 3 septembre : En route pour Parati.

 Je me réveille à 5h30 et, après avoir jeté un œil à la fenêtre, je constate que le temps est bien incertain. Bon, ce n’est pas le moment de flemmarder ! Il faut prendre le rythme. Après une bonne douche, je descends prendre le petit déjeuner à 6h30 puis je remonte boucler la valise : nous quittons en effet Rio en début d’après-midi pour aller à Parati, petite ville coloniale située à environ 280km au sud.

À 8h tout le monde s’engouffre dans le minibus après avoir chargé les valises. Au programme de la matinée : visite du jardin botanique de Rio. Le soleil a enfin fait son apparition, une chance pour les photos.

Ce magnifique parc couvrant une surface de 140 hectares fut conçu par le roi Jean VI en 1808 lors de son arrivée au Brésil et fut ouvert au public en 1822. Il renferme des plantes venant des quatre coins de la planète ce qui en fait un des plus beaux jardins botaniques au monde.

On pénètre dans le parc par une allée imposante bordée de palmiers royaux de plus 30m de hauteur :

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

C’est l’occasion d’apercevoir quelques animaux en liberté (toucans, ouistitis) :

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

 

 

 

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

Un peu plus loin, une serre propose une grande variété d’orchidées, toutes plus belles les unes que les autres :

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

 

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

 

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

 

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

Avant de quitter Rio, nous passons à l’endroit où s’effectue le défilé du Carnaval, le sambadrome. Marcelle ne résiste pas à l'envie d'essayer un costume ! Sacrée Marcelle, bientôt 80 ans et toujours partante. Son dynamisme nous a tous impressionnés :

 voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

— Et maintenant, en route pour Parati !

Le temps change brusquement et devient tout gris. La route serpente bientôt le long de la côte, nous traversons la région connue sous le nom de Costa Verde. La région est vraiment très belle, c'est dommage que le ciel soit voilé !

En chemin, nous faisons un arrêt pour déjeuner dans un restaurant au kilo. Ici, les plats sont présentés dans un buffet et l’on paie selon le poids de l’assiette. Le seul inconvénient est que l’on ne mange jamais chaud !

Nous atteignons Parati peu avant  la tombée de la nuit, juste le temps de faire un petit tour à pied. Cette petite ville de 33 000 habitants fut autrefois un port important d’où transitaient les épices, les soies, les pierres précieuses en partance pour le Portugal. Son déclin intervint à la fin du XIXe siècle, lors de l’abolition de l’esclavage et de la construction de la voie ferrée entre Rio et Sao Paulo. Le centre historique a été aménagé en zone piétonne et toutes les maisons présentent une restauration parfaite : c’est un vrai petit bijou ! Cela rappelle Trinidad à Cuba, pour ceux qui connaissent. Nous logeons dans une pousada, ICI.

 

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

La nuit tombe bientôt sur Parati :

voyage, bresil, rio de janeiro, jardin botanique

À suivre

Complément d'informations :

Le sambadrome au moment du Carnaval :


Le Sambodrome de Rio prêt pour le Carnaval ! -... par nocommenttv

dimanche, 16 septembre 2012

190. Carnet de voyage au Brésil -1-


podcast

Samedi 1er septembre :  Le départ

 C’est avec angoisse que j’attends l’arrivée de Christine ; je me suis en effet réveillée avec cette douleur au dos qui me cloue en général plusieurs jours au lit !

Ce voyage commence plutôt mal. Pour un peu, je me serais mise à pleurer. Allons, réagissons et utilisons la méthode Couet : Je n’ai pas mal au dos, je n’ai pas mal au dos …

Lorsque Christine arrive à midi, la douleur a presque totalement disparu. Mais je sais que je dois rester attentive à tous mes gestes et éviter les mouvements brusques.

— Au revoir Miss, à dans quinze jours !

J’arrive à Roissy vers 15h15 et je me rends directement au Terminal 1. Une longue attente s’ensuit puisque l’enregistrement des bagages ne débute qu’à 18h30. Je m’occupe en regardant les gens aller et venir.

À 19h, je passe le contrôle. Dans mon sac à dos, j’ai laissé mon briquet et il passe sans problème.

L’avion, un Airbus A330 de la TAM décolle à 21h50. J’ai obtenu une place côté couloir ce qui est un moindre mal. Bon, c’est parti pour 11h dans une boîte de sardines !

11 heures de déprime à me dire que c’est bien le dernier voyage lointain que j’effectue. Je dis ça à chaque fois et, malgré tout, je recommence. 

 

Dimanche 2 septembre : Arrivée à Rio 

L’avion atterrit à Rio à 4h –il est 9h à Paris- avec une demi-heure d’avance sur l’horaire prévu. Par chance je récupère rapidement ma valise et je me précipite vers la sortie. Pas de guide en vue, tant pis, je sors pour fumer.

Quelques minutes plus tard, je me retrouve à l’intérieur de l’aéroport. Entre temps, la guide, Carmen est arrivée. Peu à peu le groupe se constitue ; nous sommes 11 au total.

Bon, les choses sérieuses peuvent commencer ! Pas de temps à perdre.

Confortablement installés dans un immense bus nous débutons la visite de la ville. Le jour se lève bientôt :

 

voyage,bresil,rio de janeiro

Dès la sortie de l’aéroport nous traversons les favelas qui s’étalent tentaculairement à flanc de collines et viennent jusqu’au bord de la route. Tout le long de la route, de grandes plaques de plexiglas ont été érigées pour cacher la misère. Depuis quelques années, le gouvernement a enfin décidé de réagir  de manière musclée en envoyant l’armée pour lutter contre les bandes et les trafics divers. Des associations viennent également en aide auprès de cette population totalement marginalisée. Chaque quartier de Rio est flanqué de sa favela et à la tombée de la nuit, des hordes de pauvres envahissent les rues pour trier les poubelles. 37% de la population de Rio vit dans les favelas. La ville de Rio compte 578 favelas. Impressionnant tout ça ! Pas étonnant si les consignes furent strictes quant à nos déplacements personnels :

— N’emportez rien avec vous, ni argent, ni bijoux, ni papiers, ni appareil photographique.

Conclusion : je ne suis pas sortie !

Bientôt nous faisons un arrêt pour le petit déjeuner près d’une plage.

voyage, bresil, rio de janeiro

La première visite est consacrée à la cathédrale Saint-Sébastien, construite entre 1964 et 1976 et dont la forme n’est pas sans rappeler les pyramides précolombiennes.

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

Nous passons ensuite près du mythique stade de football, le Maracana, qui est actuellement en cours d’aménagement en vue de la coupe du monde de 2014.

Le midi, Carmen nous emmène déjeuner dans un restaurant où l’on peut goûter au churrasco : ce sont d’énormes brochettes de viandes diverses, cuites sur les braises et que les serveurs amènent de table en table et coupent en tranches à la demande. J’ai bien aimé la bosse du zébu, morceau très tendre et goûteux !

Après cette pause, nous partons en direction du Corcovado (déformation de corcova qui signifie bossu en portugais) nom donné au pain de sucre en haut duquel se dresse la statue monumentale du Christ rédempteur.

Pour être véritablement appréciée, cette visite doit s’effectuer par temps dégagé. Or, cet après-midi, il y a malheureusement un peu de brume et la vue sur la baie de Rio est un peu floue.

 

voyage, bresil, rio de janeiro

Pour accéder au sommet, on emprunte un funiculaire puis un ascenseur qui nous conduit directement au pied du monument. Ce Christ mesure 30m de haut, pèse 700 tonnes et repose sur un piédestal de 8m. Rien que les mains pèsent chacune 8 tonnes et font une longueur de 3,20m ! Il fut ciselé par le sculpteur français Paul Landowski.

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

 

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

Pas étonnant si j’ai eu beaucoup de difficulté pour le photographier. J’avais le vertige !  Et je n’étais pas au bout de mes peines car nous partons ensuite escalader le Pao de Açucar dans le quartier d’Urca.

voyage, bresil, rio de janeiro

Ouf, il y a deux téléphériques ! Autre vue remarquable sur toute la baie …

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

18h, la nuit tombe, il est temps de rejoindre notre hôtel situé dans le quartier de Copacabana.

voyage, bresil, rio de janeiro

De ma chambre je peux apercevoir la plage sur le côté. Cette plage mesure environ 4,5km de long. À savoir tout de même que l’eau est polluée et cette plage mythique dans les années 50-60 est maintenant en perte de vitesse face aux plages plus branchées d’Ipanema et Leblon.

Les recommandations de Carmen m’ont un peu refroidie et je reste à l’hôtel.

 

Complément d’informations 

1. Films documentaires sur les favelas de Rio :

- La cité de Dieu, de Walter Salles, film tourné dans la favela de Cidade de Reus.

- Favela Rising, de Jeff Zimbalist et Matt Mochary.


Favela Rising par imineo

- Tropa de elite, de José Padhila.

À suivre