Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 novembre 2016

La Cantabrie -4-

La journée est consacrée à la visite de quelques petites villes côtières.

Espagne 308a.jpg

Le matin, nous partons donc à Santoña, petit port de pêche. C'est la ville de naissance de Juan de La Cosa, cartographe né en 1460 et mort en Colombie en 1510. Il fut l'armateur et le capitaine de la Santa Maria et accompagna Christophe Colomb lors de ses voyages. C'est à lui qu'on doit le premier planisphère mentionnant les territoires d'Amérique à la fin du XVe siècle.

Espagne 295a.jpg

Espagne 303a.jpg

Espagne 309a.jpg

Espagne 297a.jpg

Espagne 314a.jpg

 

On trouve dans cette ville de nombreuses conserveries d' anchois et après avoir flâné le long de la mer, nous allons donc visiter la conserverie Emilia :

Espagne 317a.jpg

Les anchois sont entassés dans ces grands bidons par couches successives avec du gros sel. Ils resteront ainsi pendant au moins 7 mois. Ensuite, c'est un travail méticuleux qui commence : après avoir été rincés, les anchois sont séparés en filets, coupés soigneusement sur les bords, roulés puis rangés dans des bocaux et recouverts d'huile d'olive. Tout ce travail est exécuté manuellement.

Espagne 318a.jpg

Après une dégustation (non merci, le matin ça ne me tente guère), on passe dans la boutique. Outre les anchois, on trouve également du thon blanc. J'ai beau regardé, rien ne me tente vraiment et comme Peggy m'a dit qu'elle n'en voulait pas, dans le coup, je n'achète rien.

Espagne 328a.jpg

L'après midi nous partons à Comillas. Nous découvrons le palais construit par le marquis Antonio Lopez y Lopez, un Indiano parti faire fortune en Amérique et revenu au pays immensément riche. Il fit construire une université pontificale - aujourd'hui en travaux de rénovation-.

Espagne 324a.jpg

Un peu plus loin, se trouve le Capricho de Gaudi, tout couvert de tournesols. Malheureusement, la maison est entourée d'une haie et j'avais le soleil dans les yeux. Les photos n'on pas le rendu souhaité.

Espagne 332a.jpg

Espagne 345a.jpg

Espagne 349a.jpg

Espagne 338a.jpg

Nous terminons la journée dans une magnifique petite cité médiévale, Santillana del Mar.

Espagne 356a.jpg

Espagne 361a.jpg

Espagne 362a.jpg

Espagne 372a.jpg

Espagne 377a.jpg

Espagne 382a.jpg

La Collégiale romane date du XIIe siècle.

Espagne 394a.jpg

Espagne 395a.jpg

Au passage nous croisons un groupe de Jacquets ; ce sont les pélerins qui effectuent le chemin jusqu'à Saint-Jacques- de-Compostelle et la cité est une étape sur la route du Nord. Ceux-là sont des Américains.

Espagne 381a.jpg

Espagne 392a.jpg

Bon, direction les boutiques !

Espagne 386a.jpg

 

17:37 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, espagne, cantabrie

Commentaires

Les anchois, comment dire..., le matin à jeun, oui, oui,je vois et ces coulées brunâtres qui suintent des tonneaux,tout à fait exquis! Tu es certaine que vous n'avez pas confondu conserverie et usine de retraitement des eaux usées? Quand on ne parle pas la langue on a vite fait de se tromper.
En ce qui concerne le pèlerinage je serais assez partant, mais avec les bagages qui suivent dans la Bentley (la Rolls c'est d'un vulgaire) conduite par un chauffeur kalmouke (on risque pas d'être assommé par sa conversation) et le soir venu, étape dans le palace du coin. Autant dire que ce n'est pas pour demain.

Écrit par : manutara | samedi, 05 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

@ manutara : Les taches brunâtres ? C'est en effet peu ragoûtant.
Ta façon d'envisager le pélerinage vers St Jacques de Compostelle est assez amusante, d'ailleurs elle se développe de plus en plus (peut-être pas de manière aussi luxueuse). Maintenant on peut trouver des agences spécialisées qui prennent en charge les bagages des "pélerins" durant leur périple. Par curiosité j'ai étudié le trajet de Tours jusqu'à la frontière espagnole. Il n'y a pas de difficultés majeures (c'est plat tout le long), mais bon ... Rien que de penser qu'il me faut plus de cinq jours pour atteindre Poitiers alors qu'en voiture je mettrais une heure, ça me coupe toute envie. Et puis, j'ai peur d'avoir à marcher trop souvent le long des routes principales. C'est pourquoi j'ai commandé un livre pour étudier plus sérieusement le parcours. Au printemps, qui sait, je me lancerai dans l'aventure ?

Écrit par : tinou | dimanche, 06 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

ah décidément j'apprécie beaucoup l'architecture de Gaudi , c 'est rigolo je trouve ! bises

Écrit par : Juju | lundi, 07 novembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire