Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 août 2019

Road trip dans le 3-7, chapitre IV, fin

Nous arrivons bientôt à Loché-sur-Indrois. Le nom m'est familier car j'ai des ascendants ayant vécu là aux 17e et 18e . Le bourg traversé par l'Indrois compte environ 536 habitants. Il s'est développé autour de son église. Nous n'avions pas prévu de nous y arrêter mais, en le traversant, nous apercevons un café restaurant face à l'église. Nous traversons le pont enjambant la rivière et garons la voiture.

IMGP5278a.JPG

Le cours d'eau rappelle un peu le marais poitevin : 

IMGP5279a.JPG

IMGP5280a.JPG

La propriétaire du café est en train d'afficher le menu du jour sur son tableau.

— On peut déjeuner ?

— Bien sûr, aujourd'hui le menu du jour est du couscous !

Ce n'est pas que l'on n'aime pas le couscous, mais il faut dire qu'il fait chaud aujourd'hui ! Devant notre peu d'enthousiasme elle nous propose alors de nous préparer une salade de tomates :

— Je vais vous rajouter un peu de jambon, de la mozarella, quelques croûtons. Ça vous convient ?

— C'est parfait ! On peut s'installer dehors ?

IMGP5281a.JPG

La petite terrasse compte quatre ou cinq tables disposées sur le trottoir face à l'église. Cette pause déjeuner est très agréable, nous parlons de tout et de rien ... Le repas se termine par une crème brûlée-maison et un petit café. C'est alors qu'une idée saugrenue me traverse l'esprit. Je me vois très bien tenir un troquet dans un village paumé, loin de tout, surtout loin des villes. Je m'imagine déjà derrière le comptoir ... Un café, c'est l'âme d'un village. Quand le café disparaît, le village meurt. Bien sûr que cette idée ne verra jamais le jour car il y a trop de contraintes à la réalisation de ce projet. Tout d'abord trouver le lieu approprié, ensuite l'aménagement , enfin et surtout le fonctionnement ! Allons il faut se faire une raison, le troquet Chez Tinou ne verra jamais le jour ... Pourtant cela aurait pu être un lieu accueillant, j'aurais mis ma bibliothèque à disposition, les murs auraient été couverts de mes tableaux, de temps à autre j'aurais invité des groupes de musique, enfin les jours d'euphorie, j'aurais même pu me mettre au fourneau pour préparer mes spécialités. STOP !

Une petite voix me susurre à l'oreille :

— Tu penses à ton âge , au boulot quotidien que cela représente, toi qui te plains de ton dos à longueur de journée ? Et puis, dois-je te rappeler que tu es loin de respirer la joie de vivre, toi, aussi accueillante qu'une porte de prison !

Elle n'a pas tort la petite voix. Je ne suis plus à un âge où l'on fait des concessions. 

Notre prochaine étape est le village de Villedômain, situé tout près du département de l'Indre.Les habitants s'appellent les Villedominis et sont au nombre de 136 au dernier recensement. Bon, le tour est vite fait, une église, un café, une vieille publicité sur le mur et basta.

IMGP5284a.JPG

Direction Esves-le-Moutier, à quelques kilomètres plus à l'ouest. On traverse une zone de culture céréalière très monotone. 

IMGP5289a.JPG

En 2016 les Esvanais étaient au nombre de 149. Tout semble endormi ici. Il ne reste plus que quelques enseignes indiquant qu'il y avait de la vie autrefois : c'est déprimant !

IMGP5286a.JPG

IMGP5288a.JPG

IMGP5292a.JPG

Il nous reste encore deux villages à visiter— Vou et Civray-sur-Esves — mais, canicule oblige, on ne se sent pas le courage de continuer ; ainsi s'achève donc ce road trip dans le 3-7 version 2019.

FIN

Écrire un commentaire