Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 novembre 2019

L'âme du vieux Tours, 2/3

Rue des Cerisiers, rue de la Paix, rue du Petit-St-Martin, rue de la Madeleine ... Tous ces noms de rues situées dans le vieux Tours ont été les lieux de vie d'une partie de mes ancêtres au XIXe siècle. Je comprends mieux pourquoi, quand je m'y balade, j'ai l'impression d'être en pays de connaissance ! Ça ne s'explique pas, ça se ressent.

plan.JPG

Là, nous sommes place Plumereau dans les années 1920. C'est mon arrière grand-père qui se tient à la porte du café-épicerie ; il est en compagnie de sa fille Germaine, la sœur de ma grand-mère.

indre et loire,tours

Et, si l'on remonte encore plus loin dans le temps, je peux aussi vous citer l'église de Notre-Dame-la-Riche où certains de mes aïeux se sont mariés au XVIIe siècle.

nd la riche.jpg

Mais les actes paroissiaux sont beaucoup moins précis et n'indiquent pas les noms des rues, juste le nom des paroisses. Alors, je retrouve,en consultant les différents actes, le nom des différentes paroisses : Saint-Saturnin, St Clément, St-Pierre-le-Puellier, St-Pierre-du-Boile, Notre-Dame de l'Écrignole, St Hilaire, St-Simple, etc.

Mais revenons à une période plus récente. Voici la deuxième partie de l'âme du vieux Tours, avec ses scènes de rue pittoresques :

ph11.jpg

ph4.jpg

ph19.jpg

ph20.jpg

ph1.jpg

Bonne balade !

Commentaires

Ah, les deux petites vieilles! Elles sont exquises....Celle de gauche regarde avec mépris, quoi ou qui? Un ivrogne peut-être. Ou une jeune femme un peu trop bien habillée, ou trop légèrement...Elle dit à sa compagne, pas dans le sens moderne du terme, je doute que ces deux là eussent été lesbiennes, elle dit donc à la dame au chien, regarde moi le Marcel, pour sûr qu'il est encore torché, avec sa femme qui est grosse de leur cinquième...Ou, si elle regarde la jeune femme quelques clichés plus loin, mais pour qui elle se prend cette roulure? Et la vieille au bâtard tacheté d'approuver du chef, en regrettant de n'avoir pas mis son dentier histoire de dire le fond de sa pensée.
Un vrai régal, merci Tinou!

Écrit par : manutara | jeudi, 14 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ah, c'est vrai qu'elles sont incroyables ces deux petites vieilles ! On n'en trouve plus des comme ça maintenant. La vieillesse est honnie par la société. On pourrait en inventer des dialogues amusants entre elles. Celui que tu proposes correspond bien à leur mine réprobative. Elles auraient été les épouses parfaites de Noël Noël et de Jean Gabin dans le film "Les vieux de la vieille", tu ne crois pas ?
Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, je ne suis que l'intermédiaire dans l'histoire. Un grand merci à Paul Martinaud !Je le salue au passage car je sais qu'il passe régulièrement sur ce blog.

Écrit par : tinou | vendredi, 15 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire