Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 octobre 2014

191. Une femme hors du commun

Deces-d-Irena-Sendler-qui-sauva-2500-enfants-juifs_article_main_large.jpg

Cette petite dame joviale s'appelle Irena Sendlerowa. Très certainement, vous n'avez jamais entendu parler d'elle -comme moi jusqu'à aujourd'hui-. Elle est décédée à Varsovie en 2008. 

Son action héroïque dans le ghetto de Varsovie durant la seconde guerre mondiale mérite d'être connue du plus grand nombre !

 


Une Juste : Irena SENDLER- par Herveybay

Sa vie a été retracée dans un film sorti en 2013 :

vendredi, 08 novembre 2013

193. Les mutants

Ils ont le même âge que moi, les frères Bogdanov, à savoir 64 ans. C'est un âge où les rides sont de plus en plus apparentes, où les taches brunes envahissent les mains, où la peau se flétrit à vitesse grand V, bref toute une série de transformations sur lesquelles on ne peut pas grand chose, si ce n'est de les accepter. Pour se consoler, on peut penser qu'on gagne en sagesse (quoique ...).

Il y a quelques jours les deux frères étaient invités dans une émission à la télé. Sur le coup j'ai eu un choc -il y avait plusieurs années que je ne les avais vus-. Certes ils n'ont aucune ride, mais quelle métamorphose de leur visage ! C'est assez effrayant quand même.

bogdanov2.jpg

 

bogdanov1.jpg

 

bogdanov3.jpg

 

bogdanov4.jpg

On peut se demander ce qui leur est arrivé. Selon le magazine Marianne, ils auraient ingéré de la déhydroépandrostérone (une hormone stéroïdienne réputée pour ses effets antivieillissement) ou bien de l'hormone de croissance (qui peut provoquer une déformation du visage au fil des ans).

Ce qui m'a toujours épatée, c'est le succès qu'ils rencontrent à chaque fois qu'ils publient un livre. Car, soyons quand même logiques, on ne comprend rien à ce qu'ils racontent ! Et gare à ceux qui viendraient les critiquer. Les procès sont chez eux monnaie courante ...

Mais eux, qu'en pensent-ils vraiment ?

 

mardi, 18 décembre 2012

299. Étrange découverte

Délaissant pour un temps le Cambodge, je lisais ce matin toutes les réactions  suscitées par le départ de Gérard Depardieu en Belgique. Personnellement, je pense que cette affaire est totalement grotesque et qu’il y a d’autres sujets plus importants actuellement que la fortune de Mr. Depardieu. C’est un crime de posséder un appartement de 1800m2 dans le centre de Paris ? Ce n’est pas pour autant qu’il est un homme heureux ; il suffit de le voir et de l’entendre pour se rendre compte qu’il est bien fatigué par la vie, notre pauvre Gégé national, alors foutons-lui la paix.

En parcourant sa biographie sur Google, je découvre qu’il a eu une liaison amoureuse avec Hélène Bizot.

Hélène Bizot ? Mon front se plisse soudain. Y aurait-il un rapport avec la fille de François Bizot, l’auteur des deux livres sur le génocide des Khmers rouges ? Dans son livre, Le portail, il évoque en effet sa compagne, Cambodgienne, et sa fille, Hélène, née en 1968.

En 1974, sentant que la situation dégénérait, il avait envoyé Hélène dans sa famille en France. Lors de l’évacuation de Phnom Penh en 1975, sa compagne ne peut quitter le territoire cambodgien. Dès la chute des Khmers en 1979, François Bizot part alors à sa recherche et la fait venir en France, dans les Ardennes, où elle vit toujours actuellement.

helenebizot.jpg

Quant à sa fille, Hélène, c’est bien elle qui croise le chemin de Depardieu en 2001. De cette relation naîtra un petit Jean –prénom choisi en hommage à Jean Carmet-. en 2006.

En 2008, Depardieu reconnait l’enfant.

François Bizot, pour sa part, est retourné vivre en Thaïlande. Il demeure au nord-est du pays, à Chiang Maï.

Étrange tout de même que ces deux êtres-là venant d’horizons si différents se soient rencontrés !

Quant au petit Jean, quelle singulière ascendance : d’un côté une famille de prolétaires de Châteauroux, René dit Dédé, tolier-formeur et sa femme Alice, dite Lilette, mère au foyer.

De l’autre François Bizot, anthropologue, spécialiste du bouddhisme de l'Asie du sud-est à l'École française d'Extrême Orient  et sa compagne d’alors, Cambodgienne. 

mardi, 14 février 2012

36. Felix Kersten

Felix Kersten

felixkersten.jpg

Stockholm en Suède, 19 avril 1945 :

Les deux hommes s'envolèrent sur l'un des derniers avions à porter la croix gammée. Ils étaient les seuls passagers.

Cela se conçoit. Dans les environs immédiats de Berlin, on entendait déjà gronder les canons russes. Au fond de l'abri souterrain aménagé sous la Chancellerie du IIIe Reich, Hitler, enragé, encagé, lançait des ordres délirants que lui dictaient le désespoir, la fureur et la démence.

Dans leur avion, à cause du bruit des moteurs et de la nature de leurs pensées, les deux voyageurs solitaires gardaient le silence.

Masur contemplait, par le hublot, la plaine d'Allemagne du Nord se dérouler sous ses yeux.

Kersten, selon son habitude, avait croisé ses mains sur son ventre et tenait les paupières mi-closes. À travers leurs fentes, il observait le compagnon qu'il emmenait dans l'aventure la plus singulière et la plus dangereuse. 

Masur était un homme jeune, grand, svelte, habillé avec soin. Il avait un beau visage, brun et mince, qui exprimait une intelligence très ferme, une énergie tenace et une parfait maîtrise de soi-même. "Il aura besoin de tout cela", pensait Kersten.

Extrait de "Les mains du miracle", livre écrit par Joseph Kessel, paru en 1960 aux Ed. Gallimard.


Le médecin du Diable : Felix Kersten (2007) par sunsetpresse

Quelle histoire extraordinaire et cependant si méconnue que la vie de ce thérapeute qui fut le médecin du chef des SS, Heinrich  Himmler, de 1939 à 1945.

Joseph Kessel retrace dans son livre tous les évènements qui se déroulèrent durant cette période et le rôle précis que joua le médecin. Une lecture passionnante que je recommande à tous ceux qui s'intéressent à cette période de l'histoire.

Autre lien :

Biographie de Felix Kersten

samedi, 04 février 2012

28. Maison à vendre

jeanlinard3.jpg

Belle longère à vendre ! Bon, d'accord, ce n'est pas la porte à côté puisque la maison se situe à Neuvy-deux-Clochers dans le département du Cher.

Le prix ? 800 000 euros. 

Ce n'est pas donné, me direz-vous. Oui, mais il s'agit en fait de la maison construite par Jean Linard, un céramiste qui, pendant plus de vingt-six ans, consacra sa vie à bâtir sa maison et une cathédrale.

jeanlinard2.jpg

En regardant les photos du site, on pense à des hommes comme le facteur Cheval, Robert Tatin à Cossé-le-Vivien (53), Jacques Warminsky à Saint-Georges des Sept Voies (49) ou bien encore à  Raymond Isidore (dit Picassiette) à Chartres.

Jean Linard est décédé en février 2010. Aujourd'hui sa famille,estimant que le site demande trop d'entretien, a donc décidé de le vendre.  

Apparemment, aucune clause n'interdit l'éventuel acheteur de démolir l'ensemble du travail effectué, ce qui émeut le monde artistique ! Aussi, une pétition a-t-elle été envoyée au ministre de la Culture afin que le site soit maintenu en l'état.

Un lien a été créé sur Facebook : SAUVONS LA CATHEDRALE DE JEAN LINARD 

En attendant une éventuelle réponse, voici quelques liens pour s'informer sur le sujet : 

http://frichesdelart.blogspot.com/2011/11/la-cathedrale-de-jean-linard-est-vendre.html

http://www.art-insolite.com/pageinsolites/insolinard.htm

J'en profite pour vous remettre le diaporama sur "l'hélice terrestre" de Warminski :