Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 octobre 2013

170. Escapade à Lisbonne -1-


podcast

Mercredi  2 octobre : de Tours à Lisbonne

 

Je quitte la maison à 6h30. Une fois à Montparnasse, je prends la queue dans la file d’attente pour avoir un taxi. Ils arrivent au compte-gouttes et les gens s’impatientent. En face, un taxi moto propose ses services. Je l’aurais bien pris si je n’avais pas eu ma valise –même si elle est relativement petite-.

Les minutes s’égrènent peu à peu : 10, 20, 30, 40 minutes. Heureusement que j’avais prévu de la marge !

C’est bientôt mon tour ; un taxi arrive mais refuse de prendre la personne juste avant moi sous prétexte qu’il ne veut pas aller au nord de Paris. Dans le coup, je monte à sa place :

— Orly-ouest, s’il vous plait !

Tout le long du trajet, j’ai droit aux récriminations du chauffeur contre l’actuelle mise en place des nouveaux horaires à l’école. Si seulement il pouvait savoir comme je m’en fous ! Il est évident qu’il y aura toujours des gens pour critiquer toute nouveauté. Quand j’étais encore en activité, on travaillait le samedi matin mais on avait le mercredi de libre, et je trouvais cette formule très bien pour les enfants car ça coupait la semaine.

L’avion décolle à 13h10 et deux heures plus tard me voici arrivée à Lisbonne : l’aéroport à taille humaine est très agréable et je prends bientôt la file d’attente pour avoir un taxi.

voyage, portugal, lisbonne

— Boa tarde, hôtel Eden, praça dos Restauradores !

La première chose qui frappe en arrivant est de constater que l’aéroport est situé pratiquement dans la ville. On ne se retrouve pas perdu dans la rase campagne comme c’est souvent le cas, mais on débouche sur une large avenue bordée d’arbres et d’immeubles. C’est très surprenant.

voyage, portugal, lisbonne

Dix minutes plus tard, le taxi m’arrête devant l’entrée de l’hôtel situé dans l’aile droite (quand on regarde de face) de l’ancien théâtre Eden, en plein cœur de la ville. J’ai réservé un studio pour cinq jours.

voyage, portugal, lisbonne

 

voyage, portugal, lisbonne

Tout en haut de l’hôtel, au dixième étage, se trouve une piscine. De là-haut, on a une très belle vue sur le château Saint-Georges et les toits de Graça et Baixa. On aperçoit aussi le Tage que j’ai pris pour la mer ! Il me faudra deux jours pour me rendre compte que Lisbonne ne donne  pas directement sur la mer mais sur les bords du Tage.

voyage, portugal, lisbonne

voyage, portugal, lisbonne

 

voyage, portugal, lisbonne

 

voyage, portugal, lisbonne

Je prends possession des lieux et ressors aussitôt, appareil photo en bandoulière, pour prendre la température des lieux.Sur la gauche débute la belle avenue de la Liberté.

voyage, portugal, lisbonne

Au début de l’avenue sur la gauche, voici l’ascensor da Gloria qui permet d’accéder au quartier de Bairro Alto.

voyage, portugal, lisbonne

 Amusants, ces mannequins :

voyage, portugal, lisbonne

 

voyage, portugal, lisbonne

Un peu plus loin, je découvre l’elevador de Santa Justa qui fut construit en 1900 pour accéder plus facilement à l’église du Carmo. On peut grimper tout en haut du belvédère mais avec mes problèmes de vertige, je zappe.

voyage, portugal, lisbonne

La pluie fait soudainement son apparition. La petite bruine se transforme bientôt en véritable ondée. Par chance, il y a des vendeurs de parapluie !

voyage, portugal, lisbonne

Je fais une halte dans une pastelaria (pâtisserie) en vue du dîner. Je craque devant les pasteis de nata, une spécialité de Belem ; ce sont des petits flans crémeux sur une pâte feuilletée.

L’office de tourisme se trouvant  à deux portes de l’hôtel, je vais chercher de la documentation et un plan de la ville pour préparer les visites à venir puis je rentre étudier tout ça à tête reposée tout en dégustant les pasteis …

 

voyage,portugal,lisbonne

À suivre 

09:38 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, portugal, lisbonne

mercredi, 09 octobre 2013

169. L'âme de Lisboa -2-


podcast

Retrouvons Amalia pour une balade dans les ruelles de Lisbonne :

lis13.jpg

lis27.jpg

lis22.jpg

lis34.jpg

lis16.jpg

lis8.jpg

lis6.jpg

lis39.jpg

lis35.jpg

lis28.jpg

lis32.jpg

lis24.jpg

lis23.jpg

lis11.jpg

lis40.jpg

lis36.jpg

lis18.jpg

lis9.jpg

lis41.jpg

lis12.jpg

mardi, 08 octobre 2013

168. L'âme de Lisboa -1-

Rares sont les villes européennes qui ont conservé une véritable authenticité. Lisbonne en fait partie, mais pour combien de temps encore ?

Je suis donc partie avec la ferme intention de m'imprégner de l'atmosphère des vieux quartiers : Alfama, Graça, Baixa, Chiado et Bairro Alto. Pendant des heures, j'ai arpenté les ruelles populaires jusqu'à ne plus pouvoir marcher !

Voici donc un aperçu - en deux parties- accompagné par la voix d'Amalia !

Je commencerai le carnet de voyage demain avec -cette fois- des photos en couleur.

IL EST INDISPENSABLE DE METTRE LA MUSIQUE.


podcast

lis1.jpg

 

lis2.jpg

lis3.jpg

lis4.jpg

lis5.jpg

lis7.jpg

lis14.jpg

lis15.jpg

lis17.jpg

lis19.jpg

lis20.jpg

lis21.jpg

lis26.jpg

lis30.jpg

lis29.jpg

lis31.jpg

lis33.jpg

lis37.jpg

lis25.jpg

lis10.jpg

dimanche, 29 septembre 2013

167. Prochain départ

voyage, portugal, lisbonne

Il s'agit du Portugal, bien sûr ! Et plus précisément Lisbonne, que je ne connais pas encore et où j'ai réservé un studio pour quelques jours. Mon dernier passage dans ce pays remonte à août 2004 :


Découverte de Porto par cheztinou

Thierry m'a apporté hier le timbre qu'il a créé à cette occasion :

 

voyage,portugal,lisbonne

Je vous donne donc rendez-vous le mardi 8 octobre et d'ici là, portez-vous bien !

12:18 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, portugal, lisbonne

mardi, 16 août 2011

174. Bilan d'une décennie -26-


podcast
Le mois d’août vient à peine de débuter que me voici de nouveau sur les routes. Cette fois, cap au sud, je pars au Portugal retrouver mon amie Maria qui m’a invitée dans la maison familiale au nord du Portugal, dans un petit village du nom de Bemlhevai, près de Vila Flor.

portugal1.jpg

 Mardi 3 août 2004 : Il est 16h, je suis place de la gare à Tours et j’attends le car Eurolines venant de Paris. Parmi les gens qui attendent, je retrouve Armando, le frère de Maria. 

Michel, qui est à Tours ce jour-là, m’a accompagnée et me donne les dernières recommandations :

— Mets bien ton petit chapeau de soleil, ne suis pas n’importe qui, n’accepte pas de bonbons des vieux messieurs.

Mais voici le car qui arrive bientôt. Il est déjà bien rempli et je trouve une place au milieu tandis qu’Armando s’installe tout au fond.

Allez, c’est parti pour une bonne vingtaine d’heures avec quelques rares pauses. La plupart des passagers sont des Portugais qui retournent dans leur pays pour les vacances. J’entame bientôt la conversation avec une jeune Lettone qui va faire les vendanges dans le Bordelais.

portugal7.jpg

Sur le coup des 20h, le car s’arrête soudain à un carrefour perdu dans la campagne  : c’est l’arrêt pour le dîner dans un routier. Puis le voyage se poursuit, je finis par m’assoupir, bercée par le bruit du moteur. Un arrêt en Espagne vers 2h du matin puis, au petit matin, nous passons la frontière entre l’Espagne et le  Portugal et un arrêt est prévu pour le petit déjeuner.

J’arrive à Mirandela vers 8h du matin. Maria et sa maman sont là et nous partons aussitôt pour Bemlhevai.

Après  mon installation, je vais avec Maria faire le tour du village. C’est très vite fait car c’est tout petit. Il n’y a qu’une petite épicerie et un café. Ici, tout le monde se connait et ils sont tous cousins (ou presque)!

L’après-midi, Maria m’emmène visiter Vila Flor.

 Jeudi 5 août 2004 : nous allons faire le marché à Mirandela. La maman de Maria retrouve ses voisins de Joué-les-Tours qui sont aussi de cette région, le Haut Tras-os-Montes. C’est une région pauvre qui a vu les gens partir peu à peu vers d’autres horizons plus roses. Ce fut le cas pour les parents de Maria. Le père de Maria a quitté le Portugal dans les années soixante, avec son petit baluchon et son courage, laissant au pays femme et enfants. Ces derniers l’ont rejoint un peu plus tard. Cela fait donc quarante ans que la mère de Maria vit en France et elle ne parle toujours pas français ! Elle le comprend, mais elle n’ose pas le parler. Nos conversations furent donc très limitées.

 Vendredi 6 août 2004 : aujourd’hui, nous partons à Porto. Nous longeons le Douro pour admirer les vignes en espaliers.

portugal2.jpg

Nous arrivons en fin de matinée et nous cherchons aussitôt un hôtel pour la nuit. L’hôtelier nous regarde d’un air suspicieux quand nous débarquons tous les quatre dans son hôtel. La mama, tout de noir vêtu, avec sa bouteille thermo à la main et crachant ses poumons, essoufflée d’avoir eu à monter l’escalier menant à la réception, le frère qui, en raison de son traitement médical contre la skizophrénie, semble toujours être sur une autre planète. Bref, il nous accepte tout de même, mais c’est tout juste !

L’après-midi est consacré à la visite de Porto : la gare, superbe avec ses azujelos, le marché couvert, la librairie, les caves de porto, le funiculaire et le pont de Gustave Eiffel. La traversée du pont fut un exploit de ma part, car, prise d’un soudain vertige, j’ai dû me servir de journaux en guise d’œillères !

portugal9 (2).jpg

portugal6.jpg

Le soir, nous descendons dîner sur les quais.

portugal3.jpg

Samedi 7 août 2004 : il est environ 7h du matin et je suis en train de ranger mes affaires quand on frappe à la porte ; c’est Armando, il a l’air très affolé :

— Maria est partie !

— Comment ça, elle est partie ?

— Oui, cette nuit je me suis levé pour fumer et ça ne lui a pas plu.

Je vais aussitôt dans leur chambre : la mama est assise sur le lit, très anxieuse.

Je me rends alors jusqu’au garage où la veille Maria a mis la voiture. Bon, la voiture est bien là, donc elle ne doit pas être très loin. Effectivement elle arrive une petite demi-heure après.

— Bah alors, où étais-tu passée ? Ta mère s’inquiétait.

— Ah, Armando a fait le souk cette nuit. Pour décompresser, j’ai pris la voiture et je suis allée me promener sur la plage ! Mais rassure-toi, tout va bien !

Nous quittons Porto en début d’après-midi et nous allons dans le parc national du Geres. La route est très sinueuse, la région assez sauvage. Nous atteignons Bemlhevai tard le soir.

Dimanche 8 août 2004 : Maria m’emmène visiter un site archélologique. Le temps tourne à l’orage et nous rentrons trempées comme des soupes.

Lundi 9 août 2004 : nous allons à Vila Flor pour quelques achats, puis nous déjeunons dans un restaurant tenu par la tante de Maria.

Mardi 10 août 2004 : c’est le jour du départ. Il est 7h45 lorsque nous quittons Bemlhevai, après avoir chargé la voiture de Maria. Sa maman reste seule, elle rentrera en France à la fin du mois avec un de ses fils.

La traversée de l’Espagne est toujours à hauts risques car les Espagnols roulent un peu trop vite et les accrochages sur l’autoroute sont fréquents. Finalement nous atteignons Tours vers 2h du matin.

 En écrivant cette note, j’ai une pensée émue pour la maman de Maria qui m’avait si gentiment accueillie. Elle est décédée en juin dernier.

portugal9.jpg

 Je vous propose maintenant une petite balade dans les rues de Porto :


Découverte de Porto par cheztinou

06:24 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : portugal, porto