Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 septembre 2012

203. Brasilia

Avant de poursuivre le récit de ce voyage, je vous propose quelques photos supplémentaires de Brasilia sur un air de bossa nova :


Brésil 4 par cheztinou

01:04 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, bresil, brasilia

lundi, 24 septembre 2012

202. Carnet de voyage au Brésil -10-

podcast

Samedi 8 septembre : découverte de Brasilia, suite et fin.

 Après le déjeuner, nous reprenons les visites :

Bre2sil 157a.jpg

La cathédrale métropolitaine, mélange heureux de verre et de béton. Elle est surmontée de la couronne d’épines. Les quatre évangélistes nous accueillent à l’entrée, qui est en contrebas. À l’intérieur trois anges aux proportions différentes semblent voler dans le ciel.

Bre2sil 167a.jpg

 

Bre2sil 189a.jpg

Et le clocher ?

Bre2sil 190a.jpg

Il est à côté de l’édifice, constitué de quatre cloches provenant de Saragosse, en Espagne. 

Nous voici à présent sur la grande avenue des ministères, tous construits à l’identique, comme ça, pas de jaloux ! Nous pénétrons à l’intérieur de celui des Affaires Étrangères, le Palais Itamaraty :

 

Bre2sil 192a.jpg

— Allez, on se dépêche !La journée n’est pas finie !

En route maintenant pour visiter la chambre des députés et celle des sénateurs, deux bâtiments en forme de bol.

 

Bre2sil 238a.jpg

 

Bre2sil 237a.jpg

Notre cher Roland a beau avoir de l’influence un peu partout, il est cependant obligé de nous inclure dans un groupe déjà formé avec la guide spécialisée. Et elle en a des choses à dire, cette femme, et tout en portugais bien sûr ! J’ai bien failli piquer du nez, assise sur le siège d’un député !

Bre2sil 250.JPG

Arrêt suivant sur la vaste esplanade des Trois Pouvoirs  regroupant :

- Le Tribunal Suprême, devant lequel se dresse une statue de la justice aveugle :

 Bre2sil 253a.jpg

- Le Panthéon de la Patrie, inauguré en 1986 en l’honneur de Tancredo Neves. La pince à linge située sur le côté est … un pigeonnier !

 Bre2sil 255.JPG

- La statue des Candangos, en hommage aux milliers d’ouvriers venus défricher puis construire cette ville de la démesure.

 Bre2sil 276a.jpg

Le jour baisse peu à peu. Allez, encore un petit tour devant le Palais de Alvorada, de jour cette fois, pour voir la Garde à l’entrée de la résidence de l’actuelle présidente, Dilma Rousseff.

 

Bre2sil 282.JPG

Le soleil se couche lorsque nous prenons le chemin de l’aéroport.

— Comment ça ? Vous partez déjà ?

— Mais oui, je vous avais dit que tout allait se faire au pas de course. D’ailleurs à plusieurs reprises, nous avons abandonné Andrée dans le car. Elle était trop fatiguée pour suivre le groupe.

Michel se dépêche de faire passer sa petite enveloppe pour le pourboire au guide :

— Tu plaisantes j’espère ! Il nous a déjà pris 35 réals. C’est largement suffisant.

À notre retour à Rio, en fin de voyage, Carmen nous indiquera qu’il n’est pas Brésilien, mais Libanais et qu’il a un sens aigu des affaires. On s’en était aperçu !

L’avion décolle vers 19h30.

— Destination ?

— Vous le saurez au prochain numéro !

 

Bre2sil 292.JPG

À suivre

02:31 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, bresil, brasilia

dimanche, 23 septembre 2012

201. Carnet de voyage au Brésil -9-

podcast

Samedi 8 septembre : découverte de Brasilia

Beau lever de soleil aperçu depuis ma chambre d’hôtel :

Bre2sil 029a.jpg

Chouette, le petit déjeuner est servi à partir de 6h du matin ! Je m’y précipite.

Nous quittons l’hôtel vers 9h30 escortés par Roland-le-Magnifique. Nous avons exactement huit heures pour faire le tour des principaux monuments de la capitale brésilienne.

Si Brasilia n’existait pas, il faudrait l’inventer ! Sortie du néant –l’endroit était une savane peuplée de serpents- elle défie le monde architectural par son audace. Le moindre petit détail a été longuement réfléchi, voulant faire de cette ville futuriste un lieu de vie rationnel et agréable. Je ne suis pas tout à fait certaine que le but ait été vraiment atteint. Ici la fantaisie n’a pas cours … 

Je pourrais vous parler longuement de Brasilia au risque de très vite vous ennuyer. Aussi vais-je me contenter de vous renvoyer ICI, pour les curieux et les désireux de s’instruire.

 

Bre2sil 058a.jpg

Premier arrêt devant une petite chapelle qui n’est pas sans rappeler celle de Ronchamp réalisée par Le Corbusier. Le toit fait penser à une coiffe de religieuse.

Bre2sil 067.JPG

 

Bre2sil 068a.jpg

Puis balade dans un quartier, le bloc D. Rien que le mot bloc me donne la migraine ! Chaque quartier est composé de quatre blocs, tous construits à l’identique. Ah, on ne peut nier que cela soit bien entretenu, les rues sont tirées au cordeau, les espaces verts ne manquent pas, les endroits de jeux pour les enfants non plus. Seulement tout cela parait totalement mort. On ne voit pas un chat !

Bre2sil 066.JPG

 

Bre2sil 065a.jpg

Un peu plus loin, on tombe enfin dans un quartier un peu plus vivant : c’est celui des magasins. Là encore, quelle uniformité : rue des pharmacies, rue des magasins de mode, etc. Rien n’est laissé au hasard. Quel mortel ennui !

Nous passons au sanctuaire Dom Bosco. Les murs sont composés de milliers de morceaux de verre dans les nuances de bleu et mauve ce qui donne une luminosité intérieure remarquable. Cet édifice est l’œuvre de l’architecte Carlos Alberto Neves.

 

voyage,bresil,brasilia

 

voyage,bresil,brasilia


Bre2sil 098a.jpg

 

Bre2sil 082.JPG

 

Bre2sil 094a.jpg

 

Bre2sil 090a.jpg

Nous voici à présent devant l’imposant ministère de l’Armée de Terre.

Bre2sil 114a.jpg

Sous la voûte, l’acoustique est extraordinaire et les généraux n’ont pas besoin de micro pour leurs discours. (C’est ce qu’il aurait fallu à Castro à Cuba !).

Bre2sil 115a.jpg

Pour vous montrer à quel point le coin est désert, je me suis carrément mise au milieu de la route ; voici le résultat :

Bre2sil 121a.jpg

Roland nous conduit ensuite au pied de la tour de la télévision. Je commence déjà à stresser quand il nous dit qu’on va grimper en haut. Par chance, la file d’attente est trop importante et nous zappons cette visite. Ouf !

Dernier arrêt avant le déjeuner : visite du Mémorial Juscelino Kubitschek qui fut président de 1956 à 1961.

 

Bre2sil 127a.jpg

Le repas de ce midi est compris dans le voyage et Roland nous emmène dans un endroit assez agréable, je dois bien l’avouer, pour goûter à une des spécialités brésiliennes : la feijoada

Les haricots noirs sont mijotés avec tous les morceaux du porc ( pieds, queue et oreilles inclus),de la poitrine, des saucisses, de la viande de bœuf fumé, le tout aromatisé à l’ail et revenu dans l’huile de palme. Ce plat s’accompagne de riz blanc, de farine de manioc , de chou vert et de quartiers d’oranges. C’est goûteux, mais quand même un peu lourd à digérer !

 

Bre2sil 141a.jpg

Je vous retrouve un peu plus tard pour la suite.

Complément d'informations :

L'architecte Oscar Niemeyer

02:43 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, bresil, brasilia

samedi, 22 septembre 2012

199. Carnet de voyage au Brésil -8-

podcast

Vendredi 7 septembre : l’arrivée à Brasilia

Ainsi donc, nous passons d’un extrême à l’autre ! Après l’exubérante Manaus et la forêt luxuriante, la chaleur moite de la forêt tropicale, voici la froideur du béton, le futurisme architectural.

Notre nouveau guide s’appelle Roland. À première vue, il semble assez rigolo ce gnome bedonnant aux larges bretelles. Mais très vite, je me rends compte qu’il est plein de suffisance et assez arrogant.

Durant le trajet nous conduisant au Saint-Paul Plaza hotel, il nous indique que rien n’est prévu pour la soirée (il n’est que 20h), mais que, si on le souhaite, il peut organiser une sortie « by night »… moyennant 35 réals par personne :

— Non négociable, s’empresse-t-il de rajouter.  

Il se doute bien que tout le monde va accepter. Notre séjour à Brasilia étant extrêmement bref dans le temps, on veut en profiter au maximum. Après avoir pris un pot au dernier étage de l’hôtel, près de la piscine illuminée, nous récupérons nos valises, les déposons dans les chambres et nous nous retrouvons donc dans le hall pour cette sortie improvisée.

Bre2sil 009.JPG

 

Bre2sil 015.JPG

La première impression ressentie est la démesure des artères, le peu de vie dans les rues et l’uniformité de bon nombre d’immeubles.

Bre2sil 014.JPG

 

Bre2sil 019.JPG

 

Bre2sil 025.JPG

 

Bre2sil 020.JPG


Le tour de ville est assez vite expédié. Arrêt devant la cathédrale, puis devant la place des trois pouvoirs. Tout au long du périple, Roland ne cesse de nous vanter la ville-capitale où il demeure depuis environ 35 ans. Puis il en vient à nous parler de sa situation financière, propriétaire d’un appartement qui  a vu sa valeur multipliée par cinq en quelques décennies.

J’ai envie de lui dire :

— Stop, petit bonhomme, on n’en a rien à cirer ! Mais comme je suis polie, je me tais.  

 

Bre2sil 027.JPG

Après avoir fait un détour devant la résidence de Mme la Présidente, le car nous conduit dans un restaurant pour le dîner. Ce restaurant se trouve sur les bords du gigantesque –tout est gigantesque dans cette ville !- lac artificiel de 80km de périmètre et tout autour duquel ont été construites de magnifiques demeures pour gens fortunés.

Autant dire que le restaurant dans lequel il nous entraîne est à l’image du quartier et n’a rien à voir avec le boui-boui infâme dans lequel nous avions déjeuné la veille en compagnie de Ricardo ! D’ailleurs je pense qu’il n’y a pas de boui-boui à Brasilia.

Bref, nous pénétrons à l’intérieur d’un immense complexe sur deux étages, rempli à craquer d’une jeunesse branchée et très bruyante !

L’attente s’avère interminable. D’abord, il faut que chacun choisisse sur la carte et ce n’est pas une mince affaire : entre ceux qui ne veulent pas poisson (moi), ceux qui choisissent en fonction du prix (c’est horriblement cher)  et ceux qui ne savent pas quoi prendre, il s’écoule facilement une heure. Heureusement qu’entre temps nous avions été plusieurs à prendre une caïpirinha, (je vous donnerai la recette ultérieurement) ça détend un peu l’atmosphère et ça m’enlève toute envie de râler (ou presque).

Notre guide qui semble connaître tout le monde dans ce restaurant, vient alors vers moi et, se penchant et posant ses mains sur mes épaules :

— Comment ça va, ma chère ?

Le « ma chère » me semble superflu, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble, quant aux mains, elles ne me semblent pas à leur place et, tout en me dégageant ostensiblement, je rétorque d’un air désabusé :

Bof, ça peut aller !  

Tu parles Charles, bouffer un morceau de viande de bœuf élevé au soja transgénique, accompagné de quatre rondelles de carottes et de trois petits bouquets de choux-fleurs, le tout pour 100 réals, qui dit mieux ? 

Demain commence la visite de la ville. En attendant je rejoins la chambre 1311 …

À suivre

06:58 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : voyage, bresil, brasilia