Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 mai 2010

182. Le musée des arts forains-1-

IMGP1765a.jpg

L'autre jour, en flânant dans les allées de la fête foraine, j'ai pu constater une nouvelle fois que nous vivons dans un monde entièrement copié sur la culture américaine. Les manèges ont des noms anglais ( No Limit, Shaker etc), la musique que l'on entend est made in USA, les manèges pour enfants représentent des personnages de Disney. Bref, petit à petit on perd toute notre identité au profit d'un modèle mondial des plus médiocres. Et pourtant ...

En 2008, lors de mon passage à Paris pour recevoir ma carte VIB par Hautetfort, j'avais visité le musée des arts forains dans le 12e arrondissement. C'est un endroit peu connu, où il faut réserver à l'avance pour une visite guidée. Dans les anciens entrepôts de Bercy sont regroupés quelques manèges et divers éléments relatifs aux fêtes foraines fin XIXe, début XXe. 

Jusqu'à présent je n'avais pas utilisé les photos que je jugeais trop sombres (l'endroit est faiblement éclairé). Mais grâce à Picasa, j'ai pu retravailler les clichés et voici donc une visite des lieux, en deux temps :

À suivre  

13:49 Publié dans Bô Zar | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : musée, art, forain, manèges, chevaux

mardi, 04 mai 2010

178. Ouverture au public

Reprenons en détail les évènements de la semaine dernière, évènements dont je n'ai pas encore pu vous parler :

Jeudi 29 avril à 10 heures du matin j'avais rendez-vous avec Nico devant l'entrée du MEP (Musée Éphémère Poirrier) qui a ouvert ses portes au public depuis le 24 avril. Chacun peut ainsi visiter les appartements revus et transformés par des artistes ou des associations.

Joué 010a.jpg

Il régnait une atmosphère estivale en ce jeudi matin et la foule se pressait au marché de La Rabière. La façade d'entrée a un petit air noirci ; d'après ce que j'ai cru comprendre, cela est dû  au cramage d'une voiture qui avait été placée juste au-dessus de la porte d'entrée de l'immeuble. Cela expliquerait alors l'inscription que l'on peut lire sur la façade :

Joué 002a.jpg

L'immeuble est ouvert au public chaque mercredi, jeudi et vendredi (après-midi) de 16h à 20h et le dimanche.

La fermeture est prévue le dimanche 22 mai. Ensuite l'immeuble sera démoli.

Voici donc le dernier reportage sur les lieux : 

vendredi, 02 avril 2010

129. Quoi de neuf à Joué ?

nico.jpgMercredi en début d'après-midi, profitant d'une éclaircie, je suis allée chez Nico. La veille il m'avait envoyé un mail pour m'informer de l'avancement des créations dans l'immeuble de la rue Poirrier. Ce fut pour moi l'occasion de refaire le point en allant inspecter les appartements.


MEP-2-
envoyé par cheztinou. - Regardez plus de courts métrages.

jeudi, 10 décembre 2009

452. Quand Pan s'ennuie

Photo trouvée sur ce blog.

dieupan2.jpg

Pan s'ennuie. Depuis des années ce dieu mythologique, mi-homme, mi-bête, est tout seul dans un coin d'une salle du musée du Louvre. Il tient bêtement une grappe de raisin dans la main droite et une flûte dans la gauche. Il ne peut même pas profiter de la lumière du jour puisqu'il tourne le dos à la fenêtre. Voudrait-il s'enfuir qu'il ne le peut car de solides barreaux empêchent toute évasion.

Aussi, quand le musée s'est vidé de ses visiteurs le soir et que le silence reprend possession des lieux, il descend doucement de son piédestal et...  

On peut tiquer sur le bien fondé de cette vidéo, mais chapeau pour la prouesse technique !

16:41 Publié dans Les insolites | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dieu, pan, musée, louvre

dimanche, 05 juillet 2009

233. De Tours à Saché

et pedibus jambus, s'il vous plait !

sa20a.jpg

Quand Balzac se rendait chez la famille Margonne, à Saché, il parcourait le chemin à pied. Quittant Tours par la barrière Saint-Eloy, il traversait le Cher sur le pont Saint-Sauveur, pénétrait dans Joué-les-Tours, puis prenait l'actuelle rue Saint-Léger. A environ cinq kilomètres il arrivait alors dans les landes de Charlemagne. Il paraitrait que les Sarrazins, en 732, seraient arrivés jusqu'à cet endroit où ils furent alors repoussés par Charles Martel.

Après avoir traversé le village de Pont-de-Ruan, Balzac prenait ensuite la rive gauche de l'Indre jusqu'à Saché. Pour de plus amples détails, cliquez ICI.

Hier je suis donc retournée visiter cette demeure que voici en photos :