Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juin 2013

98. Carnet de voyage en Ukraine -17-

Samedi 18 mai : Odessa

 Proverbe du jour : Ne crache pas dans le puits, il peut se faire que tu en boives.

07h00  Réveil musical

07h15  Petit-déjeuner

09h00 Visite du poste de pilotage. Rendez-vous au pont soleil

10h30  Conférence de Youri sur Pouchkine au Sky bar

12h30  Déjeuner

14h00  Arrivée à Odessa

14h10  Départ en bus pour le tour guidé de la ville et balade à pieds dans le centre historique.

18h30  Dîner du commandant

20h30  Concert de l’équipage au Sky bar.

  Au fur et à mesure que passent les jours, je prends de moins en moins de notes et ce matin, en ouvrant mon petit carnet, je m’aperçois que je n’ai pratiquement rien écrit pour la date du 18 mai. Il va donc falloir que je fasse appel à mes souvenirs !

J’ai bien assisté à la conférence de Youri sur le poète Pouchkine, mais aucune trace écrite. Je vous renvoie donc ICI pour plus de renseignements. Lors de son exil, le poète séjourna à Odessa de 1823 à 1824.

croisiere, ukraine, odessa

Sur la mer Noire, les cargos en attente se font de plus en plus nombreux. Odessa est bientôt en vue. Le bateau vient prendre place le long du quai de la gare maritime et l’on peut apercevoir, en arrière-plan, le fameux escalier dont je vous avais parlé dans la note n° 69.

croisiere, ukraine, odessa

Nous sommes samedi, jour des mariages, et la ville prend à cette occasion des allures de fête.  Au moment précis où l’on commence la visite, j’ai une rage de dents qui se déclenche ! Heureusement que j’ai toujours dans mon sac des cachets, au cas où …

La ville d’Odessa, construite sur un plateau surplombant la mer,  compte environ 1 010 000 habitants. C’est un important port sur la mer Noire.

Le tracé de la ville est attribué à un Français, Armand-Emmanuel du Plessis de Richelieu. Sa statue où il est représenté vêtu d’une toge romaine, se dresse tout en haut de l’escalier.

croisiere, ukraine, odessa

Ce qui saute d’emblée  aux yeux, c’est l’importance de la verdure dans la ville : marronniers, peupliers, vignes grimpant le long des façades, le grand jardin public, tout cela apporte une douceur de vivre. C’est une ville très agréable !

croisiere, ukraine, odessa

Le car nous laisse en haut de l’escalier. On peut apercevoir le bateau dans le fond. Demain je vous montrerai l’escalier vu du bas. Je vais également préparer un diaporama sur la ville.

croisiere, ukraine, odessa

À la chute du Mur de Berlin, Odessa a perdu la grande majorité de sa population juive, retournée en Israël.

Avant le dîner, je ressors un peu afin d'observer les alentours de la gare maritime : pour rejoindre le bas de l’escalier, c’est un tout un micmac. Il faut d’abord grimper sur la terrasse de la gare, ensuite traverser un pont qui franchit les voies ferrées, prendre un souterrain passant sous la route qui longe le port et enfin on accède à l’escalier ! Bon, j’ai pris mes repères pour demain !

croisiere, ukraine, odessa

Le soir, le personnel du bateau ainsi que les guides nous offrent un récital de chants et danses.

Hélas, j’avais oublié mon appareil photo !

 

À suivre       

03:33 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : croisiere, ukraine, odessa

mercredi, 17 avril 2013

69. Cent quatre-vingt douze

C'est le nombre exact de marches que compte l'escalier d'Odessa, en Ukraine. Il fut rendu célèbre par le film de Sergeï Eisenstein, Le cuirassé Potemkine, qui raconte l'insurrection des marins sur le bateau. Ce film muet en noir et blanc fut tourné en 1925 et reste un chef-d'œuvre du cinéma. Il s'inspire de la véritable insurrection des marins du cuirassé Potemkine Tavritchesky, en 1905, qui se révoltèrent parce qu'on leur donnait de la nourriture avariée.

Cette mutinerie se tranforma en révolution. Les habitants d'Odessa vinrent sur les berges du Dniepr pour acclamer et soutenir les marins ; mais les troupes tsaristes intervinrent et tirèrent sur la foule.

En réalité la foule fut abattue dans les rues de la ville et non dans l'escalier comme le montre le film. Cela n'enlève rien à l'horreur.

Cet escalier fut conçu par l'Italien Franz Boffo et la dernière marche fut posée en 1841. Les marches inférieures sont plus larges que celles du haut ce qui crée une illusion d'optique, l'escalier paraissant beaucoup plus grand qu'il n'est en réalité.

Voici une vue prise en 1905, au moment de la révolution. 

ukraine, odessa, film,potemkine, eisenstein, escalier

Notre bateau doit être en principe amarré au pied de l'escalier, si j'en crois le plan de la ville.

Extrait du film :