Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 février 2019

Découverte de quelques îles en France -1-

Je viens de terminer un diaporama sur l'île-de-Batz que j'avais découverte en septembre 2014 lors d'un séjour dans le nord de la Bretagne. Dans le coup, j'ai pensé vous proposer la découverte d'autres îles que j'ai visitées mais il a fallu que je retrouve les diaporamas sur Internet. Cela n'a pas été une mince affaire ! Enfin, maintenant c'est bon, je vais pouvoir les remettre en ligne.

bretagne, finistère, ile-de-batz

Aujourd'hui nous partons donc sur l'île-de-Batz, au large de Roscoff. 

dimanche, 30 décembre 2018

En passant par Colmar

Balade dans les rues de cette ville richement décorée au moment de Noël :

vendredi, 28 décembre 2018

Balade à Eguisheim

Petite promenade dans les rues d'Eguisheim au moment de Noël. Pensez à allumer le son de votre ordinateur !

mercredi, 19 octobre 2016

Sacrée Mère Poulard !

C'est désormais une adresse incontournable pour beaucoup de touristes venant pour la première fois au mont Saint-Michel : l'auberge de la Mère Poulard !

Mt St Michel 023a.jpg

Bien située au début de la montée vers l'abbaye, on ne peut pas louper son enseigne rouge. Sa réputation remonte à plusieurs décennies et sa notoriété serait due à la fameuse omelette qu'elle préparait pour les visiteurs de l'époque.

Pict0024.jpg

Bon, remettons quand même les pendules à l'heure ! On  parle d'une omelette, faite avec un ou deux œufs par personne, un peu de sel, de poivre et une noix de beurre dans une poêle, le tout cuit dans la cheminée - qui devait être probablement le seul moyen utilisé pour cuire les aliments dans la gargote de la dite Mère Poulard. Pas de quoi fouetter un chat en somme. D'ailleurs, ma tante qui y était allée dans les années trente, n'en gardait pas un souvenir inoubliable. Il est vrai que chez nous, en Touraine, nous avons la Mère Hamard !

Par curiosité j'ai photographié la carte avec les prix :

Mt St Michel 024a.jpg

Ah oui, quand même ! 35 euros la simple omelette !

Bien de l'eau a coulé depuis le départ de la Mère Poulard : mais pour certains ce fut l'occasion de faire fructifier un filon qui pouvait s'avérer juteux, vu le nombre de touristes qui passent dans le coin. Ils sont bernés, certes, mais quelle importance puisque d'autres gogos leur succédent et ça n'est pas prêt de s'arrêter avec le développement du tourisme de masse !

Mais l'omelette ne suffit plus à l'appât du gain. Maintenant la Mère Poulard fait des biscuits, des cookies (très tendance !). Je vous mets un lien en bas de cette note pour faire un tour dans la boutique au cas où vous seriez intéressés.

Je suggère donc qu'il faudrait étendre la gamme des produits :

Pourquoi pas toute une gamme de poêles ou de fouets pour faire mousser les œufs ? Le tablier aussi, pour éviter de se tacher.

Côté cosmétique, on pourrait proposer des sels de bain parfumés à l'omelette, une crème anti-rides à base d'œufs ?

Pour le parfum, c'est déjà plus délicat. Sentir l'omelette, ça ne le fait pas trop ...

Pour en savoir davantage :

— Qui se cache derrière La Mère Poulard

— Des ennuis avec la justice

— La boutique en ligne

PICT0030.JPG

 

 

 

 

lundi, 17 octobre 2016

Pour le sable comme pour la femme

... Il y a une finesse qui est perfidie. "

Cette phrase de Victor Hugo est le titre du chapitre V, livre III des "Misérables" (dans la collection Nelson).

On pourrait se demander ce qui a poussé Hugo à une telle comparaison, mais ce n'est pas mon propos aujourd'hui.

Samedi, tout en marchant et contemplant en même temps le paysage qui m'entourait, je n'ai pu m'empêcher de songer à ce passage du livre qui me procure toujours le même effroi.

Jean Valjean est alors dans les égouts, portant sur son dos Marius qui a été blessé sur les barricades. Voici le texte :

" Il sentit qu'il entrait dans l'eau, et qu'il avait sous ses pieds, non plus du pavé, mais de la vase.

Mt St Michel 005a.jpg

Il arrive parfois, sur de certaines côtes de Bretagne ou d'Écosse, qu'un homme, un voyageur ou un pêcheur, cheminant à marée basse sur la grève loin du rivage, s'aperçoit soudainement que depuis plusieurs minutes il marche avec quelque peine. La plage est sous ses pieds comme de la poix ; la semelle s'y attache ; ce n'est plus du sable, c'est de la glu.

Mt St Michel 016a.jpg

La grève est parfaitement sèche, mais à tous les pas qu'on fait, dès qu'on a levé le pied, l'empreinte qu'il laisse se remplit d'eau. L'œil, du reste, ne s'est aperçu d'aucun changement ; l'immense plage est unie et tranquille, tout le sable a le même aspect, rien ne distingue le sol qui est solide du sol qui ne l'est plus ; la petite nuée joyeuse des pucerons de mer continue de sauter tumultueusement sur les pieds du passant. L'homme suit sa route, va devant lui, appuie vers la terre, tâche de se rapprocher de la côte. Il n'est pas inquiet. Inquiet de quoi ? Seulement il sent quelque chose comme si la lourdeur de ses pieds croissait à chaque pas qu'il fait. Brusquement il enfonce. Il enfonce de deux ou trois pouces. Décidément il n'est pas sur la bonne route ; il s'arrête pour s'orienter. Tout à coup il regarde à ses pieds. Ses pieds ont disparu. Le sable les couvre. Il retire ses pieds du sable, il veut revenir sur ses pas, il retourne en arrière ; il enfonce plus profondément. Le sable lui vient à la cheville, il s'en arrache et se jette à gauche, le sable lui vient à mi-jambe, il se jette à droite, le sable lui vient aux jarrets. Alors il reconnait avec une indicible terreur qu'il est engagé dans de la grève mouvante, et qu'il a sous lui le milieu effroyable où l'homme ne peut pas plus marcher que le poisson n'y peut nager. Il jette son fardeau s'il en a un, il s'allège comme un navire en détresse ; il n'est déjà plus temps, le sable est au-dessus de ses genoux.

Il appelle, il agite son chapeau ou son mouchoir, le sable le gagne de plus en plus ; si la grève est déserte, si la terre est trop loin, si le banc de sable est trop mal famé, s'il n'y a pas de héros dans les environs, c'est fini, il est condamné à l'enlisement. Il est condamné à cet épouvantable enterrement long, infaillible, implacable, impossible à retarder ni à hâter, qui dure des heures, qui n'en finit pas, qui vous prend debout, libre et en pleine santé, qui vous tire par les pieds, qui, à chaque effort que vous tentez, à chaque clameur que vous poussez, vous entraîne un peu plus bas, qui a l'air de vous punir de votre résistance par un redoublement d'étreinte, qui fait rentrer lentement l'homme dans la terre en lui laissant tout le temps de regarder l'horizon, les arbres, les campagnes vertes, les fumées des villages dans la plaine, les oiseaux qui volent et qui chantent, le soleil, le ciel.

Mt St Michel 062a.jpg

L'enlisement, c'est le sépulcre qui se fait marée et qui monte du fond de la terre vers un vivant. Chaque minute est une ensevelisseuse inexorable. Le misérable essaie de s'asseoir, de se coucher, de ramper ; tous les mouvements qu'il fait l'enterrent ; il se redresse, il enfonce ; il se sent engloutir ; il hurle, implore, crie aux nuées, se tord les bras, désespère. Le voilà dans le sable jusqu'au ventre ; le sable atteint la poitrine ; il n'est plus qu'un buste. Il élève les mains, jette des gémissements furieux, crispe ses ongles sur la grève, veut se retenir à cette cendre, s'appuie sur les coudes pour s'arracher de cette gaine molle, sanglote frénétiquement ; le sable monte. Le sable atteint les épaules, le sable atteint le cou ; la face seule est visible maintenant. La bouche crie, le sable l'emplit ; silence. Les yeux regardent encore, le sable les ferme ; nuit.

Mt St Michel 013a.jpg

Puis le front décroît, un peu de chevelure frissonne au-dessus du sable ; une main sort, troue la surface de la grève, remue et s'agite, et disparaît. Sinistre effacement d'un homme.

Quelquefois le cavalier s'enlise avec le cheval ; quelquefois le charretier s'enlise avec la charrette ; tout sombre sous la grève. C'est le naufrage ailleurs que dans l'eau. C'est la terre noyant l'homme. La terre, pénétrée d'océan, devient piège. Elle s'offre comme une plaine et s'ouvre comme une onde. L'abîme a de ces trahisons.

Cette funèbre aventure, toujours possible sur telle ou telle plage de la mer, était possible aussi, il y a trente ans, dans l'égout de Paris. "

Et, samedi dernier,  tout en flânant sur la passerelle menant au mont Saint-Michel je repensai avec effroi à ce sublime texte de Victor Hugo. 

Mt St Michel 069a.jpg