Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 novembre 2014

216. Fin des travaux

Souvenez-vous, c’était en mai et j’avais découvert que des rats se baladaient dans le grenier (ICI).

Si, de mon côté, j’avais réagi très vite en faisant venir un dératiseur, du côté de l’agence il en avait été tout autre !

Finalement un gestionnaire s’était déplacé début juin pour constater les dégâts et, horrifié devant le spectacle, avait déclaré aussitôt :

— Il faut d’urgence vous changer la VMC !

Ça, c’était en juin. Et aujourd’hui, ENFIN, un ouvrier va venir installer la VMC. Vous me direz « tout vient à point à qui sait attendre », soit, mais enfin quand même ! Durant ces cinq mois d’attente je ne suis pas restée à me tourner les pouces ; j’ai téléphoné à maintes reprises, tombant à chaque fois sur un nouvel interlocuteur qui n’était pas au courant et à qui il fallait re-débiter toute l’histoire.  D’ailleurs, à la fin, je n’expliquais plus rien, leur demandant de relire leurs notes !

Et puis, un matin d’octobre, j’ai vu surgir un chamallow en slip Calvin Klein avec sa petite échelle sous le bras. Le chamallow en question – un jeune bien enrobé, plutôt mou dans ses déplacements et peu enclin à grimper dans le grenier  — a toutefois jeté un œil distrait dans les combles pendant que je tenais son échelle (c’est là que j’ai pu observer qu’il portait un slip Calvin Klein car son jean lui descendait à moitié des fesses).

— Houlà, ça n’est pas facile d’accès ! Moi je ne peux rien faire.

Puis il redescend, plie péniblement son échelle et s’en va.

Ce même jour, j’ai la visite de contrôle pour le ballon d’eau chaude. L’ouvrier constate qu’il y a une fuite et qu’il faut le changer « dans les plus brefs délais ».

— Dés aujourd’hui j’en commande un et je vous préviens quand je repasserai vous l’installer.

Fin octobre, un deuxième ouvrier envoyé par l’agence vient pour la VMC.  Celui-ci semble connaître beaucoup mieux son métier que le premier.

— J’envoie le devis à votre agence et dès que j’ai reçu l’accord pour les travaux je vous téléphone pour venir vous l’installer !

Et voilà, c’est ce matin que je vais enfin pouvoir récupérer la VMC dans la salle de bain !

 

Entre temps le ballon d’eau chaude a été remplacé. Elle est pas belle la vie ?

mardi, 11 novembre 2014

208. L'armistice

11 novembre 1918, signature de l'armistice mettant fin à la première guerre mondiale.

Quelques images tirées de l'Illustration pour commémorer cet évènement :

Guerre 010a.jpg

Guerre 009a.jpg

Guerre 005a.jpg

Guerre 006a.jpg

Guerre 008a.jpg

Guerre 007a.jpg

Mes deux grands pères, nés en 1900, n'ont pas participé à la guerre.

Mon arrière grand-père Louis, né en 1872, avait repris du service dès 1914.

louissimonneau2.jpg

simonneau.jpg

J'ai conservé son agenda de l'année 1915 ainsi que son casque.

Guerre 003a.jpg

Guerre 002a.jpg

Guerre 004a.jpg

Le grand-père maternel de mon mari, né en 1896, fut appelé sous les drapeaux en 1916.

BONNEMAIN Charles6.jpg

bonnemain.jpg

Il combattit ensuite dans les Dardanelles jusqu'en 1920.

dimanche, 09 novembre 2014

206. La cage est ouverte

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux,

Regardez-les s’envoler, c’est beau …

Comme ils ont l’air heureux, ces premiers Allemands qui franchissent la ligne de démarcation en ce jeudi 9 novembre 1989 ! Ils sont encore hésitants, n’y croyant pas tout à fait. Puis la rumeur se répand comme une traînée de poudre dans toute la ville et bientôt des milliers de Berlinois descendent dans la rue et se rendent aux différents points de contrôle. Il est trop tard pour les arrêter.

Les voici maintenant sur le Kudamm, l’avenue principale de Berlin-ouest, la vitrine étincelante d’un monde où ils aspirent de plus en plus à vivre. Ils n’ont pas encore conscience que tout ce qui brille n’est pas d’or, mais ils s’enivrent d’une liberté de mouvements qu’ils avaient perdue depuis déjà vingt-huit ans !

allemagne, berlin, mur

Tout avait commencé dans la nuit du 13 août 1961 avec le début de la construction d’un mur pour séparer la zone sous contrôle soviétique du reste de la ville. La république démocratique allemande se vidait en effet peu à peu de ses habitants qui rejoignaient l’ouest en passant par les postes frontières situés dans Berlin.

allemagne, berlin, mur

 

Devant la télé je suis médusée en voyant toute cette foule exulter. C’est un grand moment historique et j’aurais aimé le vivre en direct. Je pense en particulier à ce journaliste, Dieter, que j’avais rencontré à Berlin. Je l’avais revu quelques années plus tard sur les bords de la Baltique. Nous avions correspondu pendant quelques années. Je me souviens d’une lettre dans laquelle il m’écrivait :

Je reviens d’un séjour à Cuba. Le bateau a longé les côtes françaises et j’ai pensé à toi. 

Vingt-cinq années se sont écoulées depuis ce jour mémorable. Aujourd’hui l’Allemagne va fêter en grande pompe la chute du Mur.

J’ai retrouvé quelques photos en noir et blanc que j’avais faites en 1967 lors d’un séjour à Berlin.  Elles ne sont pas d’une grande qualité mais on ressent bien l’atmosphère qui régnait alors dans la ville :

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

allemagne, berlin, mur

À l’époque j’étais allée voir ma correspondante Évelyne, qui habitait dans la partie Est. En 2001, je suis retournée sur les lieux, espérant retrouver sa trace. Mais sa famille n’était plus là et personne n’a pu me donner de renseignements.

allemagne, berlin, mur

Une récente enquête a montré qu’un Allemand sur trois ayant vécu en RDA a la nostalgie de cette époque.

La liberté a toujours un prix … 

Pour en savoir davantage :

 

Le mur de Berlin

samedi, 01 novembre 2014

200. Un avenir incertain

Avant-hier, je suis allée faire un tour à la jardinerie proche de chez moi ; j'avais envie d'acheter une plante verte pour mettre dans ma cuisine et il me fallait également des graines de tournesol pour les oiseaux.

Je me gare donc puis pénètre dans le magasin. Les plantes d'intérieur sont situées tout de suite sur la droite, tandis qu'à gauche ce sont les cactées. Je tombe alors sur de magnifiques jasmins et lorsque je regarde le prix, je n'en reviens pas : 3 euros le pot ! 

C'est alors que je lève (ENFIN) la tête et regarde autour de moi ... Et là j'ai soudain un gros choc : le magasin est à moitié vide ! Une grande partie des rayonnage a disparu. Je me fais alors la réflexion que j'ai dû louper un épisode quelque part.

Et effectivement, en cherchant un peu sur internet, je découvre la réalité de la situation, ICI. 

(Cliquez ensuite sur la vidéo).

Nous sommes début novembre et les employés ne savent toujours pas comment la situation va évoluer. Pour l'instant ils continuent de vendre ce qui reste ...

 

 

vendredi, 24 octobre 2014

195. Pina colada and desert ship


podcast

Ce pourrait être le titre d’un film ou d’un livre, mais ce n’est pas le cas ici ; c’est le nom des deux saveurs que j’ai choisies de … fumer !

En effet, je me suis mise à la cigarette électronique depuis maintenant deux jours et cela s’est produit d’une façon tout à fait inattendue.

Lorsque j’avais dîné chez Peggy le soir de son anniversaire, j’avais remarqué qu’elle vapotait :

— Tu as totalement arrêté le tabac ?

— Non,  je ne me mets aucune pression. Mais en fait, depuis que j’ai commencé à vapoter, je fume de moins en moins. Hier, par exemple, je n’ai fumé que trois cigarettes !

— Je peux essayer ?

Et je tire donc une bouffée de vapeur. Aussitôt ma bouche se remplit d’une saveur qui ma foi est très agréable !

Voyant ma surprise, elle rajoute alors :

— Si tu veux, je peux t’emmener lundi dans le magasin où j’ai acheté la e-cigarette. Tu verras, ils ont un grand choix de saveurs et ils prennent bien le temps de t’expliquer le fonctionnement.

— Ma foi, pourquoi pas ?

Et on en est resté là. Le lundi suivant (le 13 octobre), j’ai attendu, attendu … Mais elle n’est jamais venue ! En fait elle a pensé que ma réponse était un refus poli.

Bon, tant pis, ai-je pensé sur le coup. Après tout, je n’ai pas envisagé d’arrêter de fumer ; rien que l’idée même me plonge dans un véritable stress. Pourtant je souffre des effets néfastes de la tabagie –pas sur le plan de la santé- mais pour les dégâts que cela produit dans mon environnement proche : odeur désagréable, nuage de fumée  constant dans la maison, etc.

Une semaine se passe et j’ai totalement oublié le sujet lorsqu’avant-hier Peggy me téléphone :

— Alors, quoi de neuf ?

— Je t’ai attendu lundi !

— Ah, je croyais que cela ne t’intéressait pas. Bon, si tu veux, je te prends à 10h30 et on y va ensemble.

Aussitôt dit, aussitôt mis en pratique. À 11h on pénètre dans le magasin rue des Fusillés. D’emblée, je lui explique mon cas :

— Je suis une grosse fumeuse depuis près de quarante ans. Je n’ai jamais vraiment réussi à m’arrêter et je ne souhaite d’ailleurs pas m’arrêter. Je cherche une autre façon de fumer, plus propre.

Il me fait essayer plusieurs saveurs, m’explique le fonctionnement et au final je choisis donc deux parfums :

Désert ship  où l’on retrouve le goût du tabac et pina colada qui dégage les mêmes arômes que la boisson éponyme.

Ça, c’était donc mercredi matin. Que s’est-il passé depuis ?

La journée de mercredi s’est déroulée calmement. J’ai vapoté de temps à autre et à la fin de la journée j’étais très calme, sereine et j’ai constaté que je n’avais fumé que 3 cigarettes traditionnelles.

Hier, même topo : aucun stress, beaucoup de plaisir à vapoter et au final, 4 cigarettes seulement !

Je ne suis pas en manque car j’ai pris des arômes qui contiennent une dose importante de nicotine. À la longue, je pense arriver à réduire peu à peu la dose mais je ne me fixe aucun délai.

Tout ça est très positif et je suis extrêmement surprise du résultat. En fait, ça n’est que du bonheur. Le plus extraordinaire, c’est que je ne vapote pas comme une malade … À la maison il ne reste plus qu’un cendrier sur la table de la cuisine, au cas où …

Mais ce matin, au moment du café, mon premier geste a été de prendre la vapoteuse. Alors, bientôt la fin du tabac ? Je suis en bonne voie.

Le plus amusant dans tout ça, c’est que je n’avais pas du tout envisagé d’arrêter !

 

Affaire à suivre donc …