Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 juin 2017

Découverte de la Sicile -7-

Jeudi 18 mai : retour à Palerme

Nous quittons définitivement Taormina ce matin vers 9h et prenons la direction de Piazza Armerina, grosse bourgade de 20 000 habitants située au centre de la Sicile et qui connut son heure de gloire au Moyen Age sous le règne de Roger II le Normand (encore eux !).

voyage,sicile,piazza armerina

En fait nous ne verrons que peu de chose de cette ville car notre visite est axée quelques kilomètres plus loin sur la découverte de la Villa romana del Casale.

voyage,sicile,piazza armerina

Construite au IVe siècle après J.C, cette villa romaine se situe dans une belle vallée, au pied du mont Mangone. De la villa, il ne reste aujourd'hui que peu de choses exceptées ... les mosaïques qui tapissent le sol et les murs.

Les ruines furent découvertes en 1929 et la mise en valeur de ce site exceptionnel débuta en 1954. Une structure en bois fut construite pour protéger les scènes de vie représentées par ces magnifiques mosaïques qui furent probablement composées par des ouvriers spécialisés venus d'Afrique du Nord. Cette maison appartenait  certainement à un aristocrate romain. 

La visite se fait par des coursives permettant de visualiser globalement  les scènes  :

Le grand Péristyle avec ses têtes d'animaux en médaillons

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

Le corridor de la grande chasse

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

Les Amours pêcheurs

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

La chambre des jeunes filles qui pratiquent différents sports

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

Les jeux d'enfants

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

voyage,sicile,piazza armerina

 

La tentation du Mal

voyage,sicile,piazza armerina

Les appartements des femmes

voyage,sicile,piazza armerina

Nous reprenons ensuite la route vers Palerme. Arrêt déjeuner dans un restaurant situé dans un grand domaine.

voyage,sicile,piazza armerina

 

La campagne sicilienne est encore bien verte et la région très vallonnée. Nous arrivons à destination vers 18h. Nous revoici au point de départ et cette fois-ci j'obtiens une chambre donnant sur la piscine et la mer ! Je me réjouis sans doute un peu trop vite.

voyage,sicile,piazza armerina

Nous nous donnons alors rendez-vous pour prendre l'apéritif tous ensemble. En fait, les gens se regroupent par affinité et des petits groupes épars s'installent donc autour de la piscine. 

Le dîner est un buffet ce qui me plait bien car on n'a pas besoin d'attendre. Vers 21h30 j'ai donc regagné ma chambre et j'ouvre la fenêtre en grand pour profiter ... C'est à cet instant que la musique se met en route juste en dessous ! Le tintamarre va durer jusqu'à environ 2h du matin. Finalement, j'en arriverai presque à regretter ma chambre de Taormina ! 

voyage,sicile,piazza armerina

Et dire que demain soir je serai chez moi.  Le temps passe très vite ...

À suivre

 Pour en savoir davantage :

La Villa romana del Casale

 

 

samedi, 10 juin 2017

Découverte de la Sicile -6-

Mercredi 17 mai : J'aimerais tant voir Syracuse !

Nous quittons Taormina ce matin vers 8h30. Nous nous dirigeons à pied à une centaine de mètres  sur la route d'accès où notre car va s'arrêter provisoirement le temps que l'on puisse grimper à l'intérieur. 

Comme chaque matin,  Mario compte ses ouailles avant le départ définitif. Et là, stupeur, il manque une personne ! Il a beau compter et recompter, rien n'y fait, quelqu'un manque à l'appel.

— Est-ce que chacun a sa chacune ?

À cet instant, le guide reçoit un appel téléphonique de l'hôtel ; une dame de notre groupe serait à l'accueil.

Dans le car, on ne sait toujours pas qui manque. Apparemment, chacun a sa chacune ... Ah, sauf peut-être ce monsieur pensif qui regarde le paysage à travers la vitre :

— Ah mais, votre femme n'est pas avec vous ? C'est elle la manquante !

— Ah oui, peut-être, constate-t-il évasivement.

Bref, on fait demi-tour pour récupérer l'absente qui, ayant quitté l'hôtel en retard, s'était trompée de chemin pour rejoindre la route. Nous pouvons maintenant rouler en direction du sud. Prochain arrêt à Noto.

Noto fut totalement détruite par un séisme en 1693 et fut reconstruite 18 km plus loin dans un style baroque tardif. Les ruelles tortueuses ont donc laissé la place à trois  rues principales  parallèles tracées d'est en ouest pour permettre un ensoleillement maximum et bordées de palais et d'églises bien restaurés.

Sicil1e 247a.jpg

La ville compte environ 23 500 habitants. Le car nous laisse près du jardin public et nous pénétrons dans le centre de la vile par la porta Reale. C'est une agréable balade à pied que l'on effectue tranquillement sous un soleil qui devient de plus en plus ardent.

Sicil1e 250a.jpg

Un peu plus loin, sur la droite, on peut remarquer la façade du Palazzo Nicolaci di Villadorata avec ses balcons aux consoles surchargées de figures.

Sicil1e 258a.jpg

Dans cette rue, les jeunes sont en plein préparatif de l'Infiorata qui a lieu le 3e dimanche de mai. Le sol de la rue est alors recouvert de motifs réalisés avec des pétales de fleurs.

Sicil1e 256a.jpg

Sicil1e 257a.jpg

Je profite du temps libre laissé par Mario pour aller m'installer à une terrasse et boire un cappuccino.  

— Avant le déjeuner, je vous propose de visiter le théâtre grec de Syracuse car ce site archéologique sera fermé à la visite cet après-midi en raison d'un spectacle, déclare Mario.

J'aimerais tant voir Syracuse ! La chanson d'Henri Salvador ne va plus me quitter de la journée ...

Sicil1e 260a.jpg

Eh bien quelle déception ! Impossible d'imaginer le théâtre en raison de toutes les infrastructures mises en place pour l'après midi.

Sicil1e 261a.jpg

J'aimerais tant voir Syracuse, l'île de Pâques et Kairouan ... Kairouan c'est fait, l'île de Pâques c'est trop loin !

Arrivée dans la ville de Syracuse fondée en 734 avant J.C par les Corinthiens. Tout le charme de la ville réside dans sa petite île d'Ortygie où tous les styles se bousculent.

Sicil1e 264.JPG

Sicil1e 263a.jpg

Sicil1e 262a.jpg

Malheureusement nous ne resterons pas assez longtemps pour en ressentir toute l'originalité. Nous nous engouffrons dans une ruelle tortueuse pour pénétrer ensuite chez Archimède - le nom du restaurant-.

Sicil1e 274a.jpg

Que vient faire ici l'homme du principe ? C'est à Syracuse qu'il vit le jour en 287 avant J.C. 

ηὕρηκα ! prononça t-il en traversant la ville tout nu à la suite de sa découverte mathématique. Aujourd'hui encore le mot Eurêka perdure dans la mémoire collective.

Edouard_Vimont_(1846-1930)_Archimedes_death.jpg

Il fut tué par un soldat romain en 212 avant J.C durant le siège de la ville.

Rapide balade à pied après le déjeuner puis retour au car. Nous repartons sur le site archéologique afin de continuer la visite interrompue du matin. Il reste encore des choses à voir, en particulier les catacombes et les latomies (anciennes carrières). Ce sera sans moi ...

Il est environ 18h lorsque le car repart vers Taormina. Il reste encore deux heures de route. J'ouvre alors mon portable et je découvre le nouveau texto de Peggy, sorte de rébus, que je soumets à mes voisins :

1. Chargé de l'écologie : j'aimais arpenter les contrées sauvages dans mon émission TV à la fin des années 80.

2. À l'intérieur : un connaisseur des traboules, soutien d'E.Macron depuis le début.

3. À l'économie : celui qui 2 minutes après les résultats du 1er tour a changé de bord.

4. Le Breton remplace le Nantais aux Affaires Étrangères.

5. À la Justice : Monsieur Modem.

Pour les autres, je ne connais pas, il y a du modem, des radicaux de gauche et des membres de la vie active. Tu verras ça à ton retour. Bises.

On en conclut qu'il s'agit de Nicolas Hulot, Michel Collomb, Bruno Lemaire, Jean-Yves Le Drian et François Bayrou. 

Rien de bien nouveau sous le soleil !

Après un dîner rapide, je regagne ma chambre. Tiens, j'ai les chevilles enflées !

À suivre

 

 

07:31 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, sicile, noto, syracuse

lundi, 05 juin 2017

Découverte de la Sicile -5-

Mardi 16 mai : À l'assaut de l'Etna !

voyage,sicile,etna,catane

L'Etna est le plus grand volcan actif d'Europe, inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis juin 2013. 

Départ de l'hôtel à 8h en direction du versant sud-est du volcan. Le car nous conduit jusqu'au refuge de Sapienza, il ne peut aller plus loin. Nous sommes à une altitude de 1900 m environ. La végétation a totalement disparu, laissant place à des pentes noires. C'est un vrai paysage de désolation.

À partir de là, trois possibilités s'offrent à nous :

1. Rester sur place pendant 2h30 à faire les boutiques de souvenirs et s'attarder devant un café.

2. Prendre le téléphérique qui grimpe jusqu'à 2600m et crapahuter un peu sur les chemins. 

3. Emprunter des minibus spéciaux (très hauts sur roues) qui nous conduisent jusqu'à environ 3000m où, là, accompagnés de guides, nous pouvons déambuler sur les pentes.

J'hésite encore, je prends quand même un billet pour l'aventure , la curiosité l'emportant sur la crainte d'être 2h30 à m'ennuyer !

Sur le groupe de 38 personnes, nous ne sommes que 10 à opter pour la troisième solution. 

Avant de grimper dans une cabine pouvant contenir 6 personnes assises, on loue des anoraks car en-haut la température n'est que de 2 degrés.

voyage,sicile,etna,catane

Et c'est parti ! La montée est un peu chaotique, le téléphérique s'arrêtant parfois on ne sait trop pourquoi. Ensuite on grimpe donc dans ces étranges bus qui avancent sur des chemins que seuls les conducteurs peuvent repérer dans un brouillard à couper au couteau. On ne voit pas à deux mètres devant soi !

voyage,sicile,etna,catane

À la descente du bus, on se retrouve encadré par un guide local en compagnie d'autres personnes. Certaines sont en petites sandales avec un simple gilet !

voyage,sicile,etna,catane

Je suis le mouvement, trop occupée à regarder où je mets les pieds car le chemin est étroit, encombré de gens qui reviennent et c'est un peu la bousculade. Bref, pour faire simple, c'est un vrai calvaire : il fait froid, on ne voit rien, le guide parle italien et à chaque pas on risque de se casser la figure. Parait-il qu'on s'est arrêté devant un ancien cratère ... Au retour, le guide me donne un petit morceau de lave encore tiède qu'il a récupéré sous les scories. 

Je repense aux paroles d'Alexandre Dumas : "Rien n'est comparable à ce que l'on voit du haut de l'Etna ... Jamais je n'avais vu Dieu de si près, et jamais par conséquent, je ne l'avais vu si grand."

Je suis plus pragmatique , n'étant pas croyante, et cette escapade ne me laissera pas un souvenir inoubliable.

Il est quand même 12h30 quand nous retrouvons le groupe, installé dans le car. Direction Catane !

En chemin, on s'arrête pour déjeuner dans un domaine viticole où l'on déguste des produits locaux. Le lieu est charmant et le déjeuner exquis. J'achète des confitures pour Peggy.

voyage,sicile,etna,catane

Nous voici maintenant à Catane. Un dicton local affirme que lorsque le volcan éternue, Catane tremble. Il faut dire que la ville fut maintes fois détruite par des coulées de lave et des tremblements de terre.

voyage,sicile,etna,catane

Avec ses 315 000 habitants, c'est une ville jeune et dynamique, considérée comme la capitale économique de la Sicile. C'est aussi la patrie du musicien Vincenzo Bellini et de l'écrivain Giovanni Verga. Enfin, elle est la ville la plus chaude d'Europe car la température peut atteindre les 50 degrés  en plein été !

Petit tour du centre ville à pied :

La fontaine de l'Éléphant sur la piazza del Duomo

voyage,sicile,etna,catane

Les restes de l'amphithéâtre romain. Quand on songe que cet édifice pouvait accueillir jusqu'à 15 000 spectateurs !

voyage,sicile,etna,catane

Nous atteignons le théâtre Massimo Bellini où une visite privée nous était accordée car un spectacle est en cours de montage et les visites sont interdites. Seulement, l'heure du rendez-vous a été différée et l'on doit attendre un certain temps pour ne pas dire un temps certain. Alors que tout le monde fait le pied de grue devant l'entrée, je vais boire un cappuccino dans le café situé juste en face.

voyage,sicile,etna,catane

Le théâtre dédié à Bellini fut inauguré le 31 mai 1890 avec la première de Norma. C'est un lieu splendide tout de rouge et d'or vêtu. Il me rappelle le dernier théâtre que j'ai visité, celui de Manaus au Brésil.

Nous reprenons le chemin du retour et atteignons notre hôtel vers 20h30.

Nous reprenons nos places et je suis la première à ma table où nous sommes trois en principe. Les quatre personnes de la table voisine sont déjà installées et boivent un verre de rosé. Le serveur apporte bientôt sur ma table une bouteille de vin. C'est alors que la femme d'à côté se lève, prend la bouteille et met à la place leur bouteille largement entamée sans dire un mot. Cette façon de faire me heurte un peu ; aussi je ne manque pas  de le faire remarquer, tout en jouant l'imbécile :

— Vous buvez quoi ? Du rosé ?

— Oui.

— Et la bouteille que le serveur vient de déposer sur ma table, c'est du rosé aussi, non ?

— Oui, oui.

— Alors pourquoi vous prenez la bouteille alors que vous avec déjà entamé la vôtre ?

Évidemment mes propos jettent un peu le trouble et le mari se lève pour reposer la bouteille pleine et prendre la leur.

Il eut été si simple de demander au préalable. C'est de bon cœur que j'aurais accepté l'échange d'autant plus qu'à notre table il n'y a qu'une seule personne qui boit du vin ! 

Il est déjà 22h45 quand je rejoins ma chambre. Nouveau texto de Peggy :

Alors ! Le gouvernement ne sera finalement présenté que demain car Emmanuel Macron souhaite vérifier la situation fiscale de tous les membres du gouvernement pour qu'il n'y ait aucun conflit d'intérêt. Le premier Conseil des ministres et reporté à jeudi marin, à suivre. Bises la Sicilienne ! Ici c'est l'été, 27 degrés !

Au dehors l'orage éclate, ça fait du bien un peu de pluie.

À suivre

Pour en savoir davantage :

— Éruption de l'Etna, février 2017

09:17 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : voyage, sicile, etna, catane

jeudi, 01 juin 2017

Découverte de la Sicile -4-

Lundi 15 mai

voyage,sicile,taormine

Nous quittons le bel hôtel où nous étions sur l'île de Lipari. Les mouettes nous regardent partir sur l'hydroglissseur qui nous ramène à Milazzo. Là nous retrouvons Fausto, le chauffeur et son car, puis nous prenons la direction de Taormina vers l'est.  À la hauteur de Messine je ne peux m'empêcher de chantonner dans mon coin au fond du car : Allons à Messine, pêcher la sardine, allons à Lorient pêcher le hareng -

Nous longeons un temps le détroit de Messine qui, dans sa partie la plus étroite, n'est distant de la côte calabraise que de trois kilomètres environ. Un pont est d'ailleurs prévu depuis longtemps pour relier les deux rives. Ce qui manque pour la réalisation de ce projet  c'est l'argent bien sûr.

voyage,sicile,taormine

Arrivée à Taormina au mauvais moment. En effet, du beau monde est attendu dans les jours à venir (ce n'est pas nous) et les forces de police sont omniprésentes ! Les cars n'ont plus la possibilité de pénétrer dans la ville ; aussi c'est un peu compliqué pour rejoindre notre hôtel. Mais pour l'instant il est midi et nous allons déjeuner.

voyage,sicile,taormine

Après le déjeuner nous pénétrons dans la vieille cité médiévale construite sur un piton rocheux. Du sommet on a une vue magnifique.

voyage,sicile,taormine

Nous visitons l'ancien théâtre grec qui fut construit au IIIe siècle avant J.C et qui pouvait accueillir jusqu'à 4 000 spectateurs.Ce qui en fait le deuxième plus grand théâtre de la Sicile, après celui de Syracuse.

Effectivement la vue est fantastique. Selon où l'on se place, on peut apercevoir l'Etna :

voyage,sicile,taormine

ou bien la mer ionienne :

voyage,sicile,taormine

Retour en ville et direction l'hôtel -toujours à pied-. Certains commencent à fatiguer.

Et là, c'est la surprise ! Ce n'est pas l'hôtel prévu dans le catalogue. C'est une grande bâtisse assez ancienne et meublée vieillotement. On se croirait un peu dans un musée d'antiquités. Les grincheux du groupe commencent à sortir leurs papiers et à râler auprès du guide qui, lui, n'est pas responsable du changement.

voyage,sicile,taormine

En ce qui me concerne, l'affaire est plus délicate car, ayant une chambre individuelle, je me retrouve logée près du garage, avec une fenêtre donnant sur la rue. Quand je pénètre dans la chambre, j'ai l'impression de pénétrer dans une chambre mortuaire tellement il y fait sombre ! Ce qui est un peu chiffonnant, c'est qu'on va rester ici pendant trois nuits. Mais, bon, il faut aussi relativiser la situation. Certes ce n'est pas un cadre génial, mais je n'y serai que pour dormir ...

voyage,sicile,taormine

Nous avons quartier libre pour le reste de la journée. Je vais me balader dans le jardin public situé juste à côté puis la fatigue venant et les rues étant un peu raides, je décide de rentrer à l'hôtel pour y faire une petite sieste. C'est un texto envoyé par Peggy qui me réveille vers 18h :

Le 1er ministre est Edouard Philippe, juppéiste de 47 ans, maire du Havre, qui a quitté la campagne de Fillon au moment de l'affaire Pénélope. Il a fait Sciences-Po, l'E.N.A, il a écrit plusieurs livres.

Voilà, tu sais tout, gouvernement demain. Bises, la Sicilienne !

Je ne suis pas surprise par cette nouvelle, les bruits de sa nomination future couraient déjà la semaine dernière.

En attendant le dîner, je vais prendre un cappuccino sur la terrasse de l'hôtel, face à l'Etna.

voyage,sicile,taormine

À suivre

 

18:03 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, sicile, taormine

samedi, 27 mai 2017

Découverte de la Sicile -3-

Dimanche 14 mai :

Hier soir nous avons donc débarqué sur l'île de Lipari, la plus grande des îles éoliennes qui sont au nombre de 7 :

Lipari, Vulcano, Panarea, Stromboli, Salina, Filicudi etAlicudi. Il n'y a pas d'eau sur ces îles volcaniques et ce sont des bateaux ravitailleurs provenant de Sicile, de Calabre, voire même de Naples, qui ravitaillent les habitants.

Sicil1e 065b.jpg

Au programme de la matinée, un tour de l'île pour admirer les paysages. C'est somptueux, la mer est d'un bleu puissant, la végétation est époustouflante, sauvage. Bref, un vrai bonheur que de se trouver en pareil lieu !

Sicil1e 068.JPG

Sicil1e 071a.jpg

Retour à l'hôtel pour le déjeuner, puis, l'après-midi, nous partons en bateau pour visiter Panaréa et, en fin de journée, Stromboli.

Sicil1e 089a.jpg

Sicil1e 090a.jpg

L'histoire de Panaréa est amusante. En 1950, sans eau et sans électricité, l'île se mourait doucement, lorsque surgit un beau jour le cinéaste Antonioni pour réaliser un film sur le vide, l'absence, intitulé L'avventura. Dans le rôle principal, sa femme, Monica Vitti. Présenté à Cannes en 1960, le film connait un grand succès et aussitôt l'île est envahie par des Milanais qui rachètent toutes les vieilles maisons à bas prix. Panaréa devient le Saint-Trop local. Aujourd'hui encore, on se rend bien compte que ce n'est pas le smicard du coin qui habite ici ! C'est donc un peu -même beaucoup- surfait.

Sicil1e 091a.jpg

Sicil1e 096a.jpg

Sicil1e 097a.jpg

Retour au bateau et direction Stromboli. La plage noire ne donne guère envie de s'y prélasser. Nous grimpons (on grimpe partout dans ces iles) en haut du village pour dîner.

 Sicil1e 118.JPG

Sicil1e 120.JPG

Sicil1e 123a.jpg

Sicil1e 122a.jpg

Sicil1e 121.JPG

Sicil1e 131b.jpg

À 20h, on embarque sur un nouveau bateau qui contourne l'île  afin d'assister (peut-être, rien n'est garanti !) à des éruptions du volcan qui est toujours en activité. J'en profite pour photographier le coucher du soleil sur le Strombolicchio (ce rocher sur lequel se dresse encore l'ancien phare).

Sicil1e 147a.jpg

Et on attend ... On attend. Au bout d'un quart d'heure, j'en ai marre et je range mon appareil. C'est à ce moment que survient une petite éruption. Le temps que je reprenne l'appareil photo, c'était fini. Bon, je m'arme de patience, on ne sait jamais; mais au bout de vingt minutes environ, je pose l'appareil. Et toc, nouvelle éruption que je loupe encore une fois !

Sicil1e 153a.jpg

Finalement, ce sera au bout de la troisième éruption que j'arriverai -juste à la fin- à photographier l'incandescence. La photo est ridicule, mais je vous la montre quand même :

Sicil1e 154.JPG

Fin de la visite, le bateau nous ramène à Lipari dans la nuit tiède. Ce fut une bien belle journée !

À suivre

Le Stromboli, juin 2013