Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 avril 2014

67. Promenade dominicale

Comme prévu, je suis donc allée me balader dans le vieux Tours pour prendre quelques photos. J'étais seule car ma coéquipière avait des obligations familiales. Alors, dans le coup, je suis partie très tôt ! J'ai quand même attendu qu'il fasse jour.

Il était environ 8h quand je me suis garée place des Halles. Ne vous fiez pas à l'horloge de la Grosse Tour qui est en panne :

Tours 547a.jpg

C'est épatant à cette heure matinale car il y a peu de monde. J'ai cependant croisé quelques personnes et j'ai papoté avec les balayeurs qui avaient bien du boulot ce matin car c'était Carnaval hier et l'état des rues laissait à désirer.

Tours 534a.jpg

Quelques insolites :

Tours 509a.jpg

Tours 508a.jpg

Tours 516c.jpg

Une fois rentrée à la maison, j'ai mis les photos en noir et blanc et j'en suis arrivée à cette conclusion :

Le vieux Tours a conservé son âme intacte ! Même si les magasins ont changé, même si les gens sont habillés autrement, l'atmosphère, elle, n'a pas bougé. En regardant les photos, j'ai cru revenir quarante ans en arrière !

Pour vous en convaincre, je vous invite à aller voir ICI. Et j'aimerais bien avoir votre opinion sur le sujet (si ça n'est pas trop vous demander).

vendredi, 11 avril 2014

66. Une probable suite

Mardi matin j'avais rendez-vous avec Nicolas aux Éditions Sutton. Il m'a proposé de faire un nouveau livre sur Tours :

— Il pourrait être intéressant de voir comment ce quartier a évolué et de montrer les lieux à cinquante ans d'intervalle. Ça serait une bonne conclusion à cette série sur le vieux Tours.

— Oui, l'idée est effectivement intéressante et ça me plait bien. Je vais donc partir en expédition pour retrouver des endroits précis. 

J'avais déjà commencé ce travail pour quelques photos. J'ai donc repris les photos de Paul Martinaud et j'ai trié les endroits reconnus. Il faut bien sûr adapter la prise de vue avec la photo initiale (pas toujours évident !).

Voici quelques exemples :

Les Halles

halles1.jpg

halles2.jpg

L'entrée de la rue du Grand Marché

repu1.jpg

repu2.jpg

Place du Grand Marché

armurerie1.jpg

armurerie2.jpg

Rue de la Lamproie

lamproie1.jpg

lamproie2.jpg

Me voici une saine occupation pour les semaines à venir !

mercredi, 09 avril 2014

63. Mais où est donc passé Saint-Martin ?

statue, saint martin, basilique, tours

Comme Catherine le fait remarquer, c'est bien Saint-Martin qui a disparu brusquement sur la photo mise dans la note 62. Il suffit qu'il ne soit plus là pour que l'on s'intéresse à lui ! Enfin, cela est mon cas. 

On était tellement habitué à sa présence en haut de la basilique qu'on n'y prêtait plus aucune attention. Et pourtant quelle vie trépidante il a eu cet homme. Il suffit de lire le résumé proposé ICI pour s'en convaincre si ce n'était déjà fait.

Alors, que s'est-il donc passé ?

Eh bien la statue a été descendue de son socle car les services responsables ont craint qu'en raison des récentes tempêtes elle finisse par céder et termine sur la chaussée. Voir l'article de la NR à ce sujet ICI.

Ouf, me voilà rassurée ! On devrait donc prochainement retrouver notre bon Saint-Martin :

statue, saint martin, basilique, tours

vendredi, 28 mars 2014

57. Sucré salé

L'autre dimanche à la terrasse de la crêperie située près de la cathédrale :

— Et pour mesdemoiselles, ce sera ... ?

— Euh ... Je vais prendre une glace fraise vanille avec plein de chantilly !

 

Tours 008b.jpg

 

— Pour moi, ce sera une galette au fromage avec un petit pichet de cidre doux.

 

Tours 007c.jpg

 

— Ça roule !

 

mercredi, 29 janvier 2014

20. La mise au point -1-

Lundi 27 janvier, 14h15 : lorsque j’arrive place de la gare, les deux jeunes journalistes sont déjà sur place. Guillaume est en train de faire la mise au point de la caméra. Le temps qu’il fait ses réglages, j’en profite pour donner à Madjéné quelques renseignements historiques sur les lieux :

— Comme tu peux voir sur cette ancienne carte postale datant du début du XXe siècle, la place constituait alors un grand espace vide. Dans les années cinquante, c’est là que s’installait le cirque Pinder. Tours était la ville de départ de sa tournée à travers la France.

Dans les années soixante, cette place s’est transformée en un vaste parking pour les voitures de plus en plus nombreuses. Aujourd’hui elle a retrouvé un bel aspect avec ses plantations d’arbres et sa fontaine. Sur le côté gauche de la gare, il y avait un troquet, le Nantes, fréquenté par les soldats américains de la base de Chinon.. Fréquemment  la jeep de la M.P venait récupérer quelques éméchés.

À l’angle de la rue de Bordeaux, voici donc la briocherie Lelong. Elle fut créée en 1907 par Paul Lelong, reprise et modernisée en 1928 par son fils, René, qui abandonna la fabrication du pain au profit de la pâtisserie et des spécialités (pruneaux fourrés). En 1968 c’est son fils Serge qui reprend l’affaire et se spécialise dans les brioches. Par la suite, il a ouvert une succursale à New-York, sur la 6ème avenue. Un autre magasin devait ouvrir à Moscou, mais je ne sais pas s'il existe.Tu noteras la belle verrière de style Art Déco.

Nous empruntons maintenant la rue de Bordeaux. Arrêt devant l’entrée du Printemps :

 

Tours 001a.jpg

— Autrefois ce magasin s’appelait Lefroid. Remarque la belle façade Art Déco.

J’en profite pour faire quelques photos.

— Là sur la gauche, ce bel immeuble était l’hôtel Métropole.

 

Tours 012a.jpg

 

Nous traversons l’avenue de Grammont en direction de la rue Victor Hugo :

— Autrefois il y avait là un excellent traiteur. Sa fille a fait l’école de journalisme de Tours. Elle présenta durant plusieurs années le journal télévisé avec Yves Mourousi. Il s’agit de Marie-Laure Augry.

— Ce bâtiment imposant, à l’angle de la rue Victor Hugo et de la rue George Sand, fut le siège de la Gestapo durant la dernière guerre. Dans les années cinquante c’est là que se tenait le centre culturel américain. Après le meurtre de Kennedy, un registre de condoléances fut installé à l’entrée. Je me souviens que, passant devant tous les jours pour aller au lycée, j’avais laissé un petit mot. Le directeur de ce centre avait deux filles ; l’aînée, Christine Blair, suivait les cours de russe avec moi.

Nous arrivons bientôt devant l’entrée du lycée Balzac.

— Voici donc l’endroit où j’ai passé dix ans de ma vie. Jusqu’en 1968 ce lycée n’accueillait que les filles et tous nos professeurs étaient des femmes !

On recommence la séquence car une mobylette vient de passer.

Maintenant direction place Jean Jaurès.

— Vous savez à quoi on reconnaît les vieux Tourangeaux ? Ils disent place du Palais pour parler de cet endroit.

Tours 016a.jpg

Nous remontons ensuite la rue Nationale. Nouvel arrêt pour la mise au point. Quelques badauds curieux nous regardent. Une petite dame un peu plus curieuse s’avance et nous questionne :

— Vous tournez un film ?  

— Oui, on fait un reportage sur la ville.

La pluie s’invite alors et Guillaume remballe tout son matériel.

— Si l’on allait prendre un pot ? On continuera l’interview au chaud.

Terrasse de l’Univers. Installation de la caméra.

— Danielle Léger, pouvez-vous nous dire quels sont les liens qui vous lient à Tours ?

— Euh …. Commence alors une série de questions plus embarrassantes les unes que les autres : l’endroit que je préfère, ce que je pense du tramway, comment je vois l’évolution de la ville, etc. 

La pluie a cessé et nous repartons faire quelques plans dans la rue Nationale.

— Vous avancez tranquillement vers la caméra comme si de rien n’était !

 

Tours 018a.jpg

 

 Bon, on reprend demain.