Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 juillet 2014

125. Le chantier

Petite visite chez Peggy pour voir où en sont les travaux de terrassement. Il s'agit de déblayer l'arrière de la maison afin d'installer un espace suffisamment grand pour pouvoir y mettre une table et des chaises.

 ph1.jpg

  

ph2.jpg

 Pendant que j'y suis, je fais le tour de la maison :

Le petit potager

 potager.jpg

 Le coin du lecteur

 banc.jpg

 Le bassin

 bassin.jpg

 Tiens, il y a du monde !

 grenouille.jpg

 L'actuel petit salon de jardin

 salon.jpg

 Un acrobate en pleine action

 

acrobate.jpg

 Et, à l'intérieur

 maison1.jpg

  

maison2.jpg

 Bon, rendez-vous dans quelques semaines pour constater l'évolution.

 voiture.jpg

 

mercredi, 02 juillet 2014

119. Le verdict

Dans la vie, il y a des moments où le temps parait soudain perdre sa vitesse normale, où les secondes semblent durer des minutes et les minutes des heures.

Ce fut le cas hier matin. J’avais pris rendez-vous pour passer une mammographie pour le dépistage du cancer du sein. Tous les deux ans, je reçois cette convocation. Jusqu’à présent, j’allais toujours au même endroit, mais cette fois-ci, lorsque j’ai téléphoné pour avoir un rendez-vous, la secrétaire m’a indiqué que le centre avait déménagé pour s’installer au Vinci. Je décide donc de changer de lieu et je prends un rendez-vous à Veigné.

Donc hier matin, j’arrive sur les lieux de l’examen. Après une brève attente, je passe dans la salle d’examen et le tripotage commence : étirements, compressions des seins, « Ne respirez plus ! », puis :« respirez ! » (des fois qu’on oublierait !).  

Je passe ensuite dans une pièce mitoyenne en attendant le résultat des clichés. Au bout d’une dizaine de minutes, la radiologue me rappelle et me dit :

— Je vais refaire des clichés du sein gauche.

Et armée d’un stylo, elle commence à me faire des marques sur la peau. Retripotage, ne respirez plus, respirez, puis retour à la case zéro.

Au bout d’un temps qui me parait relativement long (j’avais épuisé tous les magazines), un homme pénètre dans la pièce :

— Bonjour, je vais vous faire une échographie. Comment vous sentez-vous en ce moment ?

— Euh … Bien.

— Vous n’avez pas de problèmes particuliers ?

— Euh … Non.

— Avez-vous des antécédents familiaux de cancer du sein ?

— Non, pas que je sache.

— Bien, installez-vous.

À cet instant précis, je me dis qu’il y a anguille sous roche. Si l’examen est approfondi ainsi  c’est qu’il y a quelque chose qui cloche et  cela explique la longue attente précédente.

L’examen commence donc et le radiologue déplace méticuleusement son appareil sur toute la surface du sein en  revenant à plusieurs reprises à certains endroits. Je reste étrangement calme, mais ça cogite dur cependant.

Il est évident que ce n’est pas normal, il a dû détecter quelque chose sur les radios sinon je serais déjà partie. Je le regarde mais il est totalement impassible et silencieux, les yeux rivés sur son écran.

Il ne reste donc plus qu’à attendre et c’est là que le temps me parait terriblement long. Attendre un verdict qui peut prend l’apparence du couperet de la guillotine. Et dire qu’il y a une heure, j’étais tranquille à la maison !

Et si le résultat est mauvais, que vais-je faire ? Serai-je assez forte pour lutter contre la maladie ?

Au bout d’un temps qui m’a paru interminable – sans doute un bon quart d’heure- il ouvre enfin la bouche :

— Bon, il n’y a rien d’anormal, juste un petit kyste dans le sein gauche. Vous pouvez vous rhabiller, vous recevrez une convocation pour venir chercher les résultats. 

 

 

dimanche, 09 février 2014

30. Bizarrerie

Il y a quelques mois, j'ai changé de téléviseur, l'écran étant vraiment trop petit. Depuis je n'arrivais plus à avoir la chaîne Paris Première que j'obtenais précédemment en tapant le nombre 22.

Et puis ... Tout à fait par hasard, j'ai remarqué qu'en tapant 2 -ce qui m'amène aussitôt sur France 2 - et en retapant 2 quelques secondes plus tard, j'arrive sur Paris Première. Mais si je tape 22 immédiatement j'arrive alors sur la chaîne 6Ter.

Il y a de ces bizarreries parfois ... 

jeudi, 23 janvier 2014

15. Des heures difficiles

Pour Théo, rien n'est gagné. Hier après midi je l'ai emmené chez le vétérinaire après avoir constaté qu'il n'avait pas bougé depuis le matin. De plus, il avait un œil complètement fermé.

J'ai très vite paniqué. En arrivant à la clinique, il semblait déjà plus en forme. Après auscultation, la vétérinaire a trouvé que son œil présentait quelques anomalies. Mais il n'avait pas de fièvre et elle n'a rien découvert à la palpation.

Je suis repartie rassurée. En arrivant, le chat est allé mangé quelques croquettes. Tout semblait aller pour le mieux.

Mais hier soir, alors qu'il s'était installé sur le divan du salon, je l'ai trouvé à nouveau très mal en point. Comme il me reste encore quelques cachets de cortisone , j'ai donc décidé de continuer le traitement durant tout le week-end. Et lundi, j'aviserai ...

Autant vous dire que je n'ai pas le moral au beau fixe. 

mardi, 14 janvier 2014

8. Vingt-quatre heures sous haute tension

Tout a commencé hier soir vers 18h. J'attendais le technicien pour l'installation de mon nouvel  ordinateur.

Il lui faut peu de temps pour se rendre compte qu'il y a effectivement un problème : manque de rapidité, bugs, j'en passe et des meilleures sans doute. Tout à coup il aperçoit dans un coin de mon bureau mon vieil ordi :

— Dites-moi, il n'est pas vieux ! Qu'est-ce qu'il a au juste ?

— Il ne s'allume plus. J'ai enlevé le disque dur pour pouvoir recopier les données sur le nouveau.

Ah bon ? Attendez, on va regarder ça. 

Aussitôt il s'installe sur le carrelage du couloir qui se transforme bientôt en salle d'opération :

— Passez-moi un petit tournevis ! Suceur d'aspirateur ! Brosse à dents !

À peine dix minutes plus tard, l'ordinateur est remonté puis testé. Il fonctionne très bien ! 

— Il ne vous reste plus qu'à reporter l'autre là où vous l'avez acheté pour vous faire rembourser.

— Plus facile à dire qu'à obtenir !

Ce matin j'avais rendez-vous à 10h30 chez le vétérinaire pour Théo qui ne mange plus depuis une semaine. Au fur et à mesure que le temps passait dans la salle d'attente, mon angoisse augmentait et quand enfin le vétérinaire me fit entrer dans son bureau, j'étais déjà au bord des larmes, persuadée qu'il allait piquer mon pauvre chat. 

— Théo n'a pas de température, il n'est pas déshydraté. Mais en le tâtant je remarque qu'il semble avoir un ganglion au niveau de l'intestin. Nous allons lui faire passer une échographie pour mieux voir.

Et voilà Théo maintenu sur le dos, le ventre tondu. Il se débat comme un beau diable et miaule de toutes ses forces. L'échographie n'est pas probante. Donc, pour l'instant je vais devoir lui faire avaler de la cortisone durant six jours. Je ramène mon pauvre chat tondu et complètement perturbé à la maison.

Je pars ensuite au magasin pour rapporter mon ordinateur. Le vendeur déballe aussitôt le matériel pour le tester. Effectivement il se rend vite compte qu'il y a quelque chose qui cloche. Je le mets alors en contact avec  Fred qui lui explique ce qu'il a fait la veille.

Heureusement que j'avais sauvegardé toutes les données sur une clef USB que je donne au vendeur et je retourne donc à la maison en attendant que la configuration soit mise à jour, ce qui me permet d'écouter la conférence de presse de Hollande.

18h, coup de téléphone du vendeur :

— Votre ordinateur a été reconfiguré. Il fonctionne maintenant parfaitement ; nous vous avons installé un antivirus et nous l'avons configuré pour qu'il s'ouvre sur la page "bureau".

Me voici donc avec deux ordinateurs. Si quelqu'un est intéressé par le neuf, dites-le moi ; il s'agit d'un tout-en-un HP  (ioulette  pacard si vous préférez !)

Entre temps, Amélie -de Nouvelles Frontières-  m'a appelée pour m'annoncer que mon passeport était revenu avec le visa pour l'Éthiopie.

Ça suffit amplement pour aujourd'hui, je vais me coucher car j'ai un gros coup de pompe !