Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 août 2013

130. Les potins de la commère

Puisque je vous parle de la Norvège en ce moment, voici un potin fondé sur des faits véridiques.

Je vais vous raconter l'histoire de la petite Sinni-Frid, dite Frida :

 

frida.jpg

Tout commence en 1943. Alfred Haase, sergent nazi et chef-pâtissier dans la vie civile, est affecté à Ballangen, près de Narvik, en Norvège. Il fait la connaissance d'une jeune Norvégienne, Synni, et une relation amoureuse nait entre les deux jeunes gens.

En 1945, Alfred Haase est alors rappelé en Allemagne et il abandonne la jeune fille qui est alors enceinte. La guerre prend fin et à Ballangen les rumeurs et les persécutions vont bon train (Rappelez-vous l'Épuration en France). 

La petite Frida voit le jour le 15 novembre 1945 à Ballangen et sa grand-mère, Agny, décide de fuir la Norvège et part s'installer en Suède où Synni la rejoint peu de temps après. Elle meurt deux ans plus tard et Frida est élevée par sa grand-mère.

L'histoire pourrait s'arrêter là. Mais non, car vous connaissez tous Frida ! Elle est mondialement célèbre.

Regardez maintenant la vidéo suivante :

Alors, vous l'avez reconnue ? Non, Frida n'est pas la blonde, mais la brune, chanteuse du groupe suédois ABBA.

Enfin, le 26 octobre 1992, ellé épouse le prince Heinrich Ruzzo Reuss von Plauen, membre de la famille princière allemande REUSS. Une façon de se réconcilier avec ses origines germaniques.

Aujourd'hui elle vit à Zermatt, en Suisse.

lundi, 24 juin 2013

106. Pas de panique !


podcast

Bon, s'il y a des jours qui baignent dans une totale morosité, ce ne sera pas le cas pour demain !

Carte3 169b.jpg

Tout d'abord, le matin, contrôle technique de la voiture. Puis, direction la campagne où je suis invitée à déjeuner chez D. dont j'ai fait la connaissance en Ukraine. A-t-elle réussi à fourguer son pangolin à Martine ? Mystère ...

En milieu d'après-midi, je reviens à Tours où j'ai rendez-vous avec une personne qui devrait m'apporter des renseignements utiles pour les photos du Vieux-Tours.

Hier, avec l'aide TRES EFFICACE de mon attachée de presse, j'ai trié les photos par thèmes. J'hésite maintenant pour le choix de la couverture entre trois photos :

Qu'en pensez-vous ? La 1, la 2 ou la 3 ?

banc1.jpg

 

palissade1.jpg

 

resto.jpg

Il y aurait bien la 4 aussi :

 

rue.jpg


dimanche, 16 juin 2013

102. Un avant-goût

" Elle est des nô- ôtres,

Elle a bu son verre comme les zau-autres!"

Bon, il est minuit et c'est la fête chez mes jeunes voisins. Oh, bien sûr, elle est venue me prévenir pour me dire qu'il y aurait certainement un peu de bruit ... N'empêche que ...Finalement, autant me relever puisque je ne peux pas m'endormir.

C'est affolant ce qu'ils peuvent boire. Et la soirée n'en est qu'à ses débuts, ça va durer jusqu'au lever du jour ! Ah, pour sûr, ils ont une sacrée descente. Le plus gênant, ce sont les cris hystériques des filles ! Je ne me souviens pas, étant jeune, avoir poussé de tels hurlements. M'enfin, comme on dit, faut bien que jeunesse se passe !

Bref, pour m'occuper, j'ai Cityville et puis, j'y repense, j'ai récupéré chez Paul deux photos en couleur de la place Plumereau. Voilà une idée de note, moi qui actuellement manque terriblement d'idées. Ces deux clichés  reflètent bien l'ambiance des années soixante-dix. Ils seront présents dans le  prochain livre, mais peut-être en noir et blanc.

Voici donc la version colorisée.

plum1.jpg

plum2.jpg

Vous remarquerez au fond, le très vieux camion de transport de meubles.

" Il est des nô-ôtres,

Il a bu son verre comme les zau-autres !" Ah, c'est au tour des garçons maintenant.

Bon, je file sur Cityville !

 

mardi, 11 juin 2013

101. En préparation

La semaine dernière, je suis allée rendre visite à Paul dans le sud-ouest. Ce fut pour moi l'occasion d'utiliser pour la première fois mon GPS que j'ai surnommé Tommy :

— Bon, Tommy, tu me trouves l'itinéraire le plus court !

Le résultat fut satisfaisant même si, dès le départ, nous n'étions pas d'accord :

— Tournez à droite !

— Ah non, moi je tourne à gauche !

Il a fini par céder et quelques secondes plus tard, il avait changé sa trajectoire.

Il n'y a pas à dire, c'est très pratique ; toutefois, ça ne rend pas plus intelligent, je dirais même que ça abêtit terriblement. Il n'est plus nécessaire de connaître sa géographie et d'étudier l'itinéraire sur la carte. On devient totalement dépendant d'une machine. Espérons que Tommy ne soit pas atteint un jour par la maladie d'Alzheimer ! 

Je suis revenue chez moi le lendemain avec toute une série de nouvelles photos que Paul m'a données. Il y en a suffisament pour envisager un deuxième tome de L'âme du vieux Tours.

Hier matin, je suis donc allée voir mon éditeur et, ensemble,nous avons trié les photos par thèmes. Le temps qu'il prépare la maquette, je réfléchis au texte que je vais inclure.

Affaire à suivre donc ...

Ce matin, j'ai reçu une ultime photo à rajouter. Il s'agit du stand du marchand de glaces à la sortie du jardin botanique :

Ah, les bons esquimos aux frits !

 

esquimos-11a.jpg

mardi, 23 avril 2013

71. En vrac

Il y a peu, j'ai reçu un courriel d'un journaliste qui me demandait l'autorisation d'utiliser une de mes photos pour imager son article. En l'occurence il s'agissait d'un article concernant l'arnaque sur la viande de bœuf -remplacée par du cheval-. Son choix s'était porté sur l'enseigne d'une boucherie chevaline, à Chinon.

boucherie.jpg

Je lui ai donné mon accord à la condition que je puisse voir le résultat. Il m'a donc transmis un PDF de son article paru dans le journal de l'association des Butineurs. Dans le coup, j'ai trouvé ça intéressant et je me suis donc abonnée ! Me voici devenue butineuse ...

Cet après-midi j'ai rendez-vous avec une Chinoise, Mme Ling X..., mariée à un libraire spécialisé dans les livres anciens, bien connu sur la place de Tours. Cette dame ayant découvert par hasard un de mes blogs aimerait faire ma connaissance. Ma foi, je n'y vois pas d'objection. 

Peggy et Thierry sont partis une semaine dans le Lot, où ils ont loué un gîte.

En généalogie, je suis arrivée à la vingt-cinquième génération et les choses se corsent pour la numérotation.