Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 août 2012

175. À très bientôt !

Danu2be 534a.jpg

Je vous abandonne momentanément pour partir à la découverte de nouveaux horizons. 

Je vous donne donc rendez-vous le samedi 25 août. D'ici là, portez-vous bien ! 

dimanche, 12 août 2012

165. Tout avait pourtant bien commencé

Il y a des jours, comme-ça, où rien ne se passe comme prévu. Ce fut le cas hier.

Pourtant tout avait parfaitement débuté : une météo exceptionnellement belle -ce qui est rare cet été-, une forme épatante et une envie de bouger.

Aussi, à 9h du matin, je passe chercher Christine en voiture et nous voilà parties, cheveux au vent, sur les routes. Direction : Chartres !

Sans doute pensez-vous que nous allions visiter la cathédrale. Eh bien pas du tout ! Nous avions prévu d'aller chez un certain monsieur Raymond Isidore dit Picassiette.  Ce brave homme, né en 1900, a consacré plus de trente ans de sa vie à décorer son petit pavillon de fragments d'assiettes de toutes les couleurs. Tout y a passé : les murs, le sol, les objets.

Picassiette était une sorte de facteur Cheval.

Tomy nous accompagne dans cette escapade. Tomy est mon GPS et je l'utilise pour la première fois. Seulement Tomy ne trouve pas la rue du repos à Chartres.Qu'à cela ne tienne, on le programme pour Chartres-centre.

Et nous voilà donc parties sur l'autoroute. Dans le sens Paris-province, les voitures sont agglutinées sur des dizaines de kilomètres dans des bouchons monstres.

Vers 11h30 nous arrivons à Chartres. La défection de Tomy nous oblige à demander notre chemin et après quelques errements un peu agaçants, nous finissons par trouver la petite maison.

Première déception : IL EST INTERDIT DE PHOTOGRAPHIER sur le site !

Le désappointement est tel que nous renonçons à la visite. Il est midi passé et je propose alors à Christine de rentrer sur Tours en passant par Chambord.

Avant de quitter Chartres, nous nous arrêtons déjeuner dans un Courte Paille.

Tomy est donc programmé pour nous trouver le chemin sans emprunter l'autoroute. Il s'acquitte parfaitement de sa tâche et c'est ainsi que nous traversons la Beauce sur des petites routes totalement déprimantes où le seul paysage s'offrant à notre vue sont des champs à perte de vue, d'affreux silos de grains en béton et des dizaines d'éoliennes. 

Nous atteignons Chambord vers 15h. Le soleil brûlant et la digestion en cours nous ont rendu complètement amorphes et une fois sur place, nous nous sommes écroulées à l'ombre en sirotant une boisson fraîche. Finalement, quand j'ai voulu photographier le château, je me suis alors aperçue que je n'avais pas le mis le bon objectif et je n'ai même pas eu le courage d'en changer ! Vous n'en verrez donc qu'un tronçon. De toute façon, c'est aussi bien comme ça car le château subit actuellement une cure de rajeunissement et les échafaudages en place auraient gâché l'ensemble architectural.

Chambord 011a.jpg

Bref, après une petite demi-heure, nous rentrons en direction de Tours. Je passe les clefs de la voiture à Christine car je commence à être un peu fatiguée.

Arrivées à la Ville-aux-Dames, nous nous arrêtons faire quelques emplettes dans une grande surface.

Au passage devant une glace, nous constatons alors que nous sommes totalement cramoisies !

Je regagne la maison vers 18h après avoir laissé Christine chez elle.

Voilà une journée bien épuisante pour pas grand chose !

jeudi, 09 août 2012

163. Maman les p'tits bateaux

Hier j'ai reçu au courrier -et en recommandé s'il vous plait !- le carnet de voyage pour la croisière sur le Rhin. À l'intérieur il y a nos numéros de chambre (357 et 359), le descriptif du trajet ainsi que divers renseignements sur les excursions prévues et nos deux billets de train Amsterdam-Paris.

Gerard_Schmitter-bateau-actu.jpg

Nous allons naviguer sur un bateau tout neuf ! Il date en effet d'avril 2012 et a été baptisé le MS Gérard Schmitter en hommage au fondateur de la société Croisieurope, décédé le 28 février dernier. 

Plus de photos ICI.

Ah, vivement le 19 août !

mercredi, 08 août 2012

160. Incroyable !

Incroyable ! ... C'est le titre d'un livre de Pierre Bellemare qui doit paraître en novembre aux éditions Flammarion dans la collection Beaux-livres.

Incroyable ! C'est ce que je me suis dit en lisant le mail reçu hier :

" Bonjour,

Les éditions Flammarion vont bientôt publier le livre suivant :

Titre : Incroyable

Auteur : Pierre Bellemare

Parution : 14 novembre

Collection : Beaux-livres

Support : imprimé (ebook)

Durée de la cession: commercialisation de l’ouvrage

Exploitation : langue française

Nous aimerions utiliser dans ce projet illustré une de vos photographies (en pièce jointe). 

Si cela vous semble envisageable, merci de m’en transmettre la HD et le crédit et de me confirmer votre accord pour cette cession de droits de reproduction et de représentation.

Je reste à votre disposition pour discuter des modalités de cession de reproduction.

Dans l’attente de votre réponse,

Cordialement,

Marine Montégut "

Bon, j'ai envoyé mon numéro de téléphone afin qu'elle me recontacte. Affaire à suivre ...

Et la photo dans tout ça ?

Eh bien il s'agit de la tombe de Yul Brynner :

boisaubry 015a.jpg


jeudi, 28 juin 2012

126. Une heureuse rencontre

Cet après-midi, je suis allée chercher des C.D à la médiathèque pour mes futurs diaporamas. J’avais préparé une liste de compositeurs et j’ai trouvé tout ce que je voulais. Vous allez donc –dans les prochains jours- faire une cure de musique classique ! Voyage oblige… Bruckner, Brahms, Strauss, Liszt, Bartok.

En sortant de la médiathèque je suis allée faire des emplettes pour ce soir car Peggy et Thierry viennent dîner. Il était trop tard pour faire un pâté aux foies de volailles (une de mes spécialités), aussi je me suis arrêtée à la charcuterie du centre de Joué. Il n’y avait personne dans la boutique et bientôt le jeune commis arrive.

Tout en me servant, il me dit :

— Vous ne me reconnaissez pas ?

Je le dévisage alors un bref instant :

— Oui, bien sûr, je te reconnais, tu es un de mes anciens élèves, mais j’ai oublié ton nom !

— Aurélien L.

— Ah oui, Aurélien. Tu habitais à Ballan et tu n’es resté qu’un an dans ma classe. Que deviens-tu ?

Il m’expose alors son parcours : C.A.P de boucherie, puis divers emplois dans la même branche. Il travaille dans ce magasin depuis maintenant trois mois.

— Ça te fait quel âge maintenant ?

— Je vais avoir trente ans.

— Oups, ça ne nous rajeunit pas ! Il y a presque vingt ans que je ne t’avais vu.

Arrive alors le patron :

— Vous avez un jeune commis très agréable !

C’est vrai qu’il était bien mignon, Aurélien. Un petit garçon avec plein de capacités qui n’avaient pas su se révéler à l’époque. Mais je constate avec plaisir qu’il a réussi à se débrouiller. Il a même reçu un premier  prix lors d’un concours de rillettes ! En tant que tourangelle, je ne peux m’empêcher d’apprécier naturellement.

— Eh bien Aurélien, je suis très contente de t’avoir revu aujourd’hui et je viendrai ici plus souvent dorénavant.  

C’était durant l’année scolaire 1994/95. Aurélien a le numéro 4.

annee94.jpg

La grande bringue sur le côté droit, c'est moi bien sûr !