Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 janvier 2012

20. La maison de mon enfance -1-


podcast

Une page de ma vie va bientôt se tourner. En effet, je vais me séparer prochainement de la maison de mon enfance, celle où j’ai grandi et vécu jusqu’à l’âge de 22 ans.

Si les murs de cette maison pouvaient parler, ils vous raconteraient l’histoire d’une famille qui y a vécu pendant presque cinq générations. Alors, je vais me substituer aux murs et vous narrer, avec les quelques souvenirs qui me restent encore, cette histoire somme toute assez banale, mais qui pour moi représente beaucoup puisqu’elle retrace la vie de mes ancêtres.

Tout débuta après la guerre de 1914-18. Mon arrière grand-père Louis –eh oui, encore lui !-  quitta la région parisienne où il s’était installé vers 1905 et où il exerçait la profession de jardinier en chef dans une grande propriété à Chatou.

SIMONNEAU famille2.jpg

SIMONNEAU famille1.jpg

Toute la petite famille (Louis, sa femme Hermance et leurs deux filles, Blanche et Germaine) revint s’installer en Touraine. Là, il prit possession d’un café situé boulevard Tonnellé. A l’arrière du café se trouvait un dancing à ce qu’il parait. Il habitait alors une petite maison attenante à ce café, avec un grand potager.

Il exerça peu de temps son activité et céda le commerce à sa fille aînée, Blanche. Celle-ci s’était mariée en 1922 et avait eu un petit garçon prénommé Louis, mais que tout le monde appela Raymond. Le  jeune couple habitait alors rue de l’Alma (l’actuelle rue Roger Salengro) et Lucien, le mari de Blanche, travaillait  comme compagnon tourneur dans les ateliers Rolland-Pillain, constructeurs de voitures. C’est lui qui fume la pipe sur la photo.

CLERC Lucien3.jpg

Le jeune couple s’installe donc dans la maison. Le café prend le nom  « Au nouvel abattoir ». On peut supposer que l’abattoir avait été construit peu de temps auparavant. Peu à peu, dans les années trente, les champs et les terrains en friche font place à des constructions neuves, de pimpants petits pavillons qui, avec le temps, ont gardé tout leur charme.

la maison2.jpg

Puis la guerre arrive. Lucien est mobilisé et Blanche se retrouve seule pour tenir le commerce. Mon père quitte alors définitivement le lycée Descartes, où il était alors en classe de troisième, pour lui prêter main-forte.

 

document3.jpg

Le passage des familles belges fuyant devant l’armée allemande avait créé un vent de panique qui atteignit ma grand-mère. Aussi prit-elle la fuite avec son fils et se réfugia à Bayonne.

Quand elle revint à Tours, ce fut pour s’apercevoir que la maison avait été visitée et quelques objets de valeur avait disparu. Et son étonnement fut encore plus grand, quand, des années plus tard, elle reconnut chez une voisine ses petites cuillers en argent gravées à ses initiales !

Mon grand-père revint et la vie reprit son cours presque normal. Mon père était entré en apprentissage de mécanique.

C’est durant cette période que se déroula une triste histoire dont j’ai tiré une nouvelle  qui s’intitule « Le mauvais chemin ». Je vais la remettre en ligne …

À suivre 

samedi, 21 janvier 2012

16. Bilan d'une décennie -83-

Le 1er avril 2009, je vais à Paris pour visiter le cimetière Montparnasse. C'est une belle journée printanière.

Parmi les tombes des célébrités, nous trouvons d'abord celle de Sartre à l'entrée principale. Puis l'étrange tombe de Mr Pigeon, l'inventeur de la lampe du même nom, représentant un lit.

Paris 009.JPG

Paris 070.JPG

Un peu plus loin la tombe très fleurie de Serge Gainsbourg puis celle de Jean Carmet. 

Paris 088.JPG

Paris 105.JPG

Mais suivez-moi, nous allons parcourir les allées de ce beau cimetière parisien :


Cimetière Montparnasse par cheztinou

jeudi, 19 janvier 2012

15. Bilan d'une décennie -82-

Le retour de mon voyage au Bénin fut des plus désagréables. Je n'ai qu'à m'en prendre à moi-même car, avant d'embarquer dans l'avion, j'ai eu le malheur de boire un coca dans un verre rempli de glaçons ! Et ça, les glaçons, ça ne pardonne pas !

Toujours est-il que, 24h après avoir quitté Cotonou, je franchissais enfin le seuil de ma maison, fièvreuse et à moitié inconsciente, sous l'œil intrigué de mes deux chats !

Il me faut bien tout le mois de février pour me remettre sur pied et c'est reparti !

1er mars 2009 :

Le carnaval de Manthelan.

J'avais été tellement emballée l'année précédente que pour rien au monde je n'aurais voulu manquer ça. Les couleurs des chars sont splendides, l'ambiance très festive et il y a toujours des gens qui se déguisent de façon amusante. Seul bémol cette année-là : le temps très froid -à ne pas mettre une honnête femme dehors !-.

Mais bon, avec la musique, on finit par se réchauffer :


Manthelan 2009-1- par cheztinou

Je vous en remets une deuxième couche, l'occasion de ré-entendre la regrettée Cesaria Evora !


Manthelan 2009-2- par cheztinou

En parlant du carnaval de Manthelan, je vous signale que cette année il aura lieu le dimanche 26 février.

Pa pa dam, pa dam, pam pam, pa pa dam, pam pam pam pam ...

18:13 Publié dans Croque mots | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : carnaval, manthelan

samedi, 14 janvier 2012

11. Il est de retour !

Le voici revenu ! Cela faisait plus d'un an que je n'en avais pas subi les dérangements. Et puis, lundi dernier, dans l'après-midi, d'un seul coup, comme ça, sans prévenir, je me suis retrouvée pliée en deux.mal au dos.jpg

Dans ces cas-là, il faut éviter de forcer et je suis donc allée me coucher.

Mardi après-midi, je suis allée à la médiathèque. La douleur était toujours présente et ça n'augurait rien de bon. J'ai passé les journées de mercredi et jeudi au lit espérant que la position couchée allait arranger les choses. Tu parles Charles !

Vendredi après-midi je me suis donc retrouvée chez l'ostéopathe. Selon lui, j'avais le bassin déplacé et une lombaire qui n'était pas revenue à sa place lors d'un mouvement.

Je suis ressortie un peu plus droite qu'à l'arrivée mais ayant toujours mal.

Ce matin, on peut dire qu'il y a une légère amélioration mais sans plus. Je me pépare donc à passer un week-end au fond du lit...en espérant retrouver bientôt une mobilité normale !

vendredi, 06 janvier 2012

5. Une occasion ratée

Comme tous les ans, depuis 2007, j'ai reçu une invitation pour participer au 36e salon de peinture qui se tient à Descartes du 4 mars au 18 mars prochain.

Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé cette année d'y exposer trois toiles que voici :

Sous-bois en forêt de Chinon

peinture, salon, descartes

Lycéennes, Vietnam

peinture, salon, descartes

Tournesols

peinture, salon, descartes

Le choix étant fait, je commence à remplir la fiche d'inscription. Je suis dans les temps puisque la clôture des inscriptions est fixée au 20 janvier. 

Je vérifie ensuite la date de dépôt des œuvres : 25 et 26 février. Bon, jusque là, tout va bien.

Le vernissage a lieu le 3 mars 2012 à 17h. Voilà une bonne occasion de sortir de chez moi !

Soudain, un doute surgit lorsque je constate que le retrait des peintures se fera à la clôture du Salon, le 18 mars.

Mince, je ne serai pas là, mais quelque part, au fin fond de la forêt équatoriale, chez les pygmées Baka !

Il ne reste plus qu'à tirer un trait sur cette exposition.

Mais rien ne vous empêche d'aller y faire un tour.