Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 novembre 2011

248. Les métiers de demain ?

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, disait Lavoisier, reprenant les propos d'Anaxagore de Clazomènes :

Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau.

Avez-vous entendu parler des Ekovores ? J'ai découvert ce site tout à fait par hasard et j'avoue que je me suis amusée en regardant les vidéos proposées.

Le concept est simple : il s'agit de se réapproprier la ville et ses abords et d'en faire un lieu de production alimentaire. Installation de fermes modulables, conserveries, élevages de poules, recyclage etc.

ekovores2.jpg

À partir de là, de nouveaux métiers apparaissent : ainsi ont trouve l'ambassaTrice, le père poule, les soupiers, les fructifieurs, les impulseurs, le phytodoc, le locadouanier etc.

Utopique tout ça ? Pas tant que ça en fait. Prenons par exemple le cas des abeilles. De plus en plus de ruches sont installées dans le cœur des villes où l'on a pu constater que la production de miel  est parfois supérieure à celle obtenue dans les campagnes.

Je reste encore très réticente à l'idée des toilettes sèches, sans doute parce que j'ai connu autrefois la cabane au fond du jardin, lieu où l'on ne s'attardait guère en raison de l'odeur et de la prolifération des mouches !

Le site des Ekovores propose 13 petites vidéos très intéressantes. En voici une :

Les équipements / Ekovores / Épisode 2 : Produire en ville from FALTAZI on Vimeo.

Vous trouverez les autres ICI. 

lundi, 14 novembre 2011

247. Bilan d'une décennie -66-

Dimanche 16 décembre 2007, suite et fin :

Nous rejoignons le bateau vers 19h. Je vous avais dit qu’une surprise nous attendait : ce soir nous dînons à terre ! Durant notre absence l’équipage est allé sur la rive sénégalaise préparer un méchoui, installer des nattes sur le sol et disposer tout le long du chemin des lampes tempête. Et à 20h30 nous voici tous embarqués sur la barge, une petite laine sur le dos car il fait frais (tout est relatif, disons 20°), et la lampe torche dans le sac pour ne pas se perdre en chemin au retour.

 dec07 105a.jpg

Un grand feu est allumé et des gamins surgis dont on ne sait où sont assis tout autour. Dans le ciel des centaines d’étoiles scintillent, c’est un moment à la fois féerique et festif !

dec07 097a.jpg

 

dec07 098a.jpg

 

dec07 102.jpg

 La journée se termine vers 23h.

 Lundi 17 décembre 2007 :

 

dec07 481.jpg

Le bateau a levé l'ancre et repris sa lente progression sur le fleuve. Après le petit déjeuner je me suis installée sur le pont supérieur pour photographier les rives du fleuve.

 

dec07 324.jpg

C’est une succession de villages animés où les femmes sont occupées au lavage. A l’approche du bateau, qui de temps à autre émet un strident coup de corne, des hordes d’enfants déboulent sur le rivage et se mettent à crier, gesticuler, danser, taper dans les mains, faire de grands signes. Il faut dire que le «Bou-el-Mogdad» est le seul bateau à naviguer sur le fleuve.

 

dec07 339.jpg

Toutes ces scènes sont joyeuses, colorées et je me retrouve avec plein de photos qui se ressemblent toutes. Le choix va être difficile à faire !

Nous approchons de Dagana. Le bateau jette l’ancre un peu en amont, et nous partons pique-niquer sous les manguiers.

Au menu, le plat traditionnel du Sénégal, le tiéboudienne, appelé aussi riz au poisson. Je peux vous garantir que ça vaut toutes les paellas du monde !Parmi les légumes accompagnant le poisson il y a du tamarin, des carottes, un genre de potiron et d’autres légumes dont les noms m’échappent totalement aujourd'hui. Bref, ce fut un délice !

dec07 114a.jpg

 

Une petite sieste n’est pas de refus.

A 16h la barge nous emmène à la découverte de la ville de Dagana.

A suivre…

samedi, 12 novembre 2011

246. Bilan d'une décennie -65-

Dimanche 16 décembre 2007, suite :

16 h, la cloche retentit, c’est le signal du départ pour la visite du village sénagalais  Dégembéré situé sur les bords du fleuve. Le bateau traîne une barge dans laquelle nous prenons place pour rejoindre la rive toute proche.Nous sommes déjà attendus par une foule d’enfants qui crient et gesticulent. Ces gens appartiennent à l’ethnie des Toucouleurs. Nous sommes bientôt tous entourés, nous échangeons nos prénoms.

 

dec07 419.jpg


Le guide nous conduit alors au centre du village où la femme la plus âgée est là pour nous accueillir. Tous les hommes et les jeunes garçons sont partis dans les champs. En leur absence, c’est elle qui détient  l’autorité dans le village pour régler d’éventuels litiges. 

dec07 428.jpg

Après les formules de bienvenue, elle nous invite à nous asseoir sur des nattes et Ansou, le guide, sert alors d’interprète. Femmes et enfants viennent s'asseoir à leur tour et écoutent avec respect le discours de l'aînée.

 

dec07 465.jpg

 

dec07 441.jpg

Puis nous sommes conviés à visiter le village. Les maisons sont construites en terre séchée avec de toutes petites ouvertures en raison de la forte chaleur. Les animaux ( des chèvres et des poulets ) errent en liberté à la recherche de nourriture. A la sortie du village les premières plantations sont des rizières, puis des cultures maraichères grace à une irrigation élaborée à partir de l’eau du fleuve. La terre est riche dans cette région.

 

dec07 448.jpg

 

dec07 449b.jpg

Bientôt les hommes arrivent. Une joyeuse troupe colorée nous raccompagne alors jusqu’à la barge et les enfants se précipitent pour pousser la barge.

 

dec07 450.jpg

 

« Au revoir ! Au revoir !».

Changement de rive : cette fois-ci nous arrivons dans le village mauritanien de Saldé. L’accueil me semble un peu plus froid. Le village parait également plus pauvre. Là encore, c’est la femme la plus âgée qui nous reçoit. Et tandis que le groupe part voir les cultures, Anne et moi retournons à la barge. Le soleil décline bientôt dans le ciel.

C'est l'heure où le bétail vient s'abreuver, où la dernière pirogue traverse le fleuve.

 dec07 459.jpg

 

Mais la journée n'est pas finie pour autant car une surprise nous attend pour le dîner !

A suivre...

mardi, 08 novembre 2011

244. Bilan d'une décennie -64-


podcast

Dimanche 16 décembre 2007 :

Lever à 7h du matin. Puis à 8h nous partons visiter la forteresse de Podor.La petite ville semble figée dans le temps.

 

dec07 201.jpg

 

dec07 240.jpg

Sur le quai les femmes sont déjà en train de laver le linge tandis que des barques relient les deux rives du fleuve avec leur chargement de victuailles et de gens.

 dec07 186.jpg

 

 

dec07 246.jpg

 

dec07 237.jpg

C’est une ville où les températures peuvent atteindre 50° en été. Aux alentours la végétation annonce déjà la savane et le désert tout proche de la Mauritanie.

 

dec07 227.jpg


C’est dans ce lieu qu’un corps expéditionnaire français sous la conduite de Faidherbe construisit entre mars et mai 1854 un fort défensif contre les invasions des Maures qui venaient enlever les femmes et les enfants. Durant les travaux les pertes en hommes furent considérables en raison d’insolation.

 Pendant la première guerre mondiale, les Sénégalais de cette région s’engagèrent en masse dans le bataillon des tirailleurs sénégalais. Ils se firent remarquer pour leur bravoure, en particulier durant la guerre d’Indochine.

A l’époque la région était peuplée de lions, de panthères, d’éléphants et d’autruches. Les hippopotames peuplaient les eaux du fleuve. Hélas plus aucun de ces animaux n’a pu résister au braconnage et à la déforestation massive. La restauration du fort, commencée au début des années 2000, se poursuit peu à peu. Des fouilles archéologiques ont permis de retrouver des objets datant de l’époque où Podor faisait partie du royaume du Tekrour.(XIe siècle).

 dec07 251.jpg

Nous rejoignons le bateau vers 10h et bientôt nous quittons la ville pour redescendre le fleuve.

Côté droit c’est la Mauritanie et des terres arides, peu d’arbres car ils sont coupés pour faire du charbon de bois qui est ensuite revendu au Sénégal. Les rives du côté gauche sont beaucoup plus verdoyantes et cultivées.

La cloche vient de sonner l’heure du repas ! Au menu :

Niébé ( petits haricots locaux)

Capitaine (poisson) farci à la Saint-Louisienne

Melon.

Et tandis que le bateau continue sa lente progression, je m’en vais faire une petite sieste  avant l’heure de la visite d’un village.

À suivre…

D'autres photos sur Podor : 


Le fleuve Sénégal-1- par cheztinou

lundi, 07 novembre 2011

243. Bilan d'une décennie -63-


podcast

Samedi 15 décembre 2007, suite :

dec07 173.jpg

Il est 14h30 lorsque nous quittons Saint-Louis. D’autres touristes nous ont rejoints et nous sommes 23 au total dans un grand bus. A l’extérieur la température dépasse les 30°. La route est bonne, le trafic est assez intense.

dec07 175.jpg

 

dec07 174.jpg

La somnolence m’envahit bientôt lorsque, brusquement, un doute m’envahit : ai-je bien mis mon manteau dans la valise ? Je ne me revois pas le plier.

J’essaie alors de joindre l’hôtel avec mon portable mais sans succès. Pas de panique, on verra une fois arrivé au bateau. Durant le trajet j'arrive à prendre quelques photos de la rue.

Le bateau, le voici justement, amarré au quai de Podor. Il est déjà 18h30.

 dec07 187.jpg

Nous sommes accueillis à bord par Sophie, une jeune française responsable de la gestion. Elle nous indique nos cabines. J’ai la cabine 2, surnommée Barracuda.

Les chambres ont toutes un lavabo. On trouve également un ventilateur, une bombe insecticide et une lampe torche pour se déplacer la nuit en cas de besoin urgent. Chaque pont est équipé de plusieurs douches et toilettes.

 dec07 038.jpg

 

Au début on a tous un peu de mal à s’orienter car il y a des escaliers un peu partout.

La nuit est tombée quand on se retrouve au bar situé en haut pour le premier cocktail servi par Moktar.

 

dec07 042.jpg

Le dîner est servi à 20h30  au restaurant qui se situe près de la passerelle d’embarquement.  Au menu : poisson mariné, poulet au gingembre, fondant au chocolat et infusion à la citronnelle.

Notre guide, Ansou, nous indique le programme pour la journée de demain : visite de Podor puis départ du bateau vers 10h.

Chacun regagne ensuite sa cabine.

Et le manteau ? Eh bien Sophie a joint l'hôtel de Saint-Louis. Le manteau a été retrouvé et mis de côté. Je le récupèrerai la semaine prochaine. Me voilà quand même rassurée car je me voyais mal arriver à Paris en tenue d'été.

 A suivre …