Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 15 août 2013

142. Le retour de Tatie Danielle

Il y avait bien longtemps que je n'avais pas embêté le monde, ça me manquait forcément. Ce matin l'occasion s'est présentée, une occasion à ne pas louper !

Mes anciens voisins  viennent de déménager - rupture du couple et vente de la maison-. Ils sont partis depuis une semaine maintenant et je vais regretter leur petite chatte Sushi, une grande copine de mon Théo.

La-comedienne-Tsilla-Chelton-heroine-de-Tatie-Danielle-est-decedee_portrait_w532.jpg

Bref, ce matin, alors que je jetais un œil curieux par la fenêtre de la cuisine, j'aperçois un camion de location garé juste à la sortie de mon garage. À dire vrai, ce camion ne me gênait en rien puisque je n'avais pas prévu de sortir. Cependant il eût été correct de me demander si cela ne me dérangeait pas. Auquel cas, j'aurais bien sûr donné mon accord ! Je ne suis pas encore tout à fait asociale.

Je me précipite donc sous la douche, je m'habille et me voilà dans le garage. Je vais en profiter pour aller acheter des cigarettes.

— Ah, la dame veut sortir ! dit l'un des jeunes. Un deuxième rajoute :

— Vous allez devoir attendre qu'on ait fini !

La phrase à ne pas dire, même si cela était peut-être pour rire.

— J'en doute fort, répliquai-je alors sur un ton assez sec.

L'un d'eux va donc chercher les clefs et déplace le camion.

Un quart d'heure plus tard, me revoici. Le camion est de nouveau devant ma porte de garage :

— Ah, la dame veut rentrer ! Puis, se tournant vers moi :

Vous ne pouvez pas vous garer ailleurs ?

— Non, je rentre ma voiture. D'autre part, je vous préviens que je risque d'avoir besoin de la place en début d'après-midi car j'attends quelqu'un.

— On aura fini ...

Dommage ! Ah, qu'est-ce que c'est bon la méchanceté parfois ! C'est un des rares privilèges de la vieillesse !

Affaire à suivre ...

dimanche, 04 août 2013

132. Aux dernières nouvelles

Dans quinze jours, je pars effectuer la deuxième partie de ma croisière sur le Danube. N’ayant toujours pas de nouvelles, j’ai donc téléphoné hier afin de savoir si les horaires des vols étaient connus. Oui, ils le sont et c’est encore bien saugrenu !

Le vol pour Budapest fait une escale à … Caen ! Idem au retour. Cela implique donc une réservation de chambres à Roissy. En plus, maintenant, les consommations à bord de l’avion sont payantes : il faut compter 2,50 euros pour un café dégueulasse.

Dans un sens, je préfère le savoir maintenant, la mauvaise surprise sera passée.

Vendredi matin je suis allée voir mon éditeur pour mettre la touche finale au deuxième tome de L’âme du Vieux Tours. En principe il devrait paraître courant septembre.

— Nous allons en profiter pour faire un nouveau tirage du premier tome qui est en rupture de stock. À propos, avez-vous vu l’article dans le Magazine de la Touraine ?

— Ah non, faites voir !

Maison 001a.jpg

 

Maison 002a.jpg

 

Maison 003a.jpg

 

Maison 004a.jpg

Huit pages sont consacrées au livre avec de beaux agrandissements. Voilà une bien belle récompense et je vais envoyer un exemplaire du magazine à Paul.

 Peggy m’a apporté ses plantes vertes en pension car elle part une semaine et, au retour, elle déménage. Adieu l’appartement en centre ville … Bonjour la maison à la campagne ! En plus elle porte un joli nom : 

photo2.jpg


vendredi, 02 août 2013

130. Les potins de la commère

Puisque je vous parle de la Norvège en ce moment, voici un potin fondé sur des faits véridiques.

Je vais vous raconter l'histoire de la petite Sinni-Frid, dite Frida :

 

frida.jpg

Tout commence en 1943. Alfred Haase, sergent nazi et chef-pâtissier dans la vie civile, est affecté à Ballangen, près de Narvik, en Norvège. Il fait la connaissance d'une jeune Norvégienne, Synni, et une relation amoureuse nait entre les deux jeunes gens.

En 1945, Alfred Haase est alors rappelé en Allemagne et il abandonne la jeune fille qui est alors enceinte. La guerre prend fin et à Ballangen les rumeurs et les persécutions vont bon train (Rappelez-vous l'Épuration en France). 

La petite Frida voit le jour le 15 novembre 1945 à Ballangen et sa grand-mère, Agny, décide de fuir la Norvège et part s'installer en Suède où Synni la rejoint peu de temps après. Elle meurt deux ans plus tard et Frida est élevée par sa grand-mère.

L'histoire pourrait s'arrêter là. Mais non, car vous connaissez tous Frida ! Elle est mondialement célèbre.

Regardez maintenant la vidéo suivante :

Alors, vous l'avez reconnue ? Non, Frida n'est pas la blonde, mais la brune, chanteuse du groupe suédois ABBA.

Enfin, le 26 octobre 1992, ellé épouse le prince Heinrich Ruzzo Reuss von Plauen, membre de la famille princière allemande REUSS. Une façon de se réconcilier avec ses origines germaniques.

Aujourd'hui elle vit à Zermatt, en Suisse.

lundi, 24 juin 2013

106. Pas de panique !


podcast

Bon, s'il y a des jours qui baignent dans une totale morosité, ce ne sera pas le cas pour demain !

Carte3 169b.jpg

Tout d'abord, le matin, contrôle technique de la voiture. Puis, direction la campagne où je suis invitée à déjeuner chez D. dont j'ai fait la connaissance en Ukraine. A-t-elle réussi à fourguer son pangolin à Martine ? Mystère ...

En milieu d'après-midi, je reviens à Tours où j'ai rendez-vous avec une personne qui devrait m'apporter des renseignements utiles pour les photos du Vieux-Tours.

Hier, avec l'aide TRES EFFICACE de mon attachée de presse, j'ai trié les photos par thèmes. J'hésite maintenant pour le choix de la couverture entre trois photos :

Qu'en pensez-vous ? La 1, la 2 ou la 3 ?

banc1.jpg

 

palissade1.jpg

 

resto.jpg

Il y aurait bien la 4 aussi :

 

rue.jpg


dimanche, 16 juin 2013

102. Un avant-goût

" Elle est des nô- ôtres,

Elle a bu son verre comme les zau-autres!"

Bon, il est minuit et c'est la fête chez mes jeunes voisins. Oh, bien sûr, elle est venue me prévenir pour me dire qu'il y aurait certainement un peu de bruit ... N'empêche que ...Finalement, autant me relever puisque je ne peux pas m'endormir.

C'est affolant ce qu'ils peuvent boire. Et la soirée n'en est qu'à ses débuts, ça va durer jusqu'au lever du jour ! Ah, pour sûr, ils ont une sacrée descente. Le plus gênant, ce sont les cris hystériques des filles ! Je ne me souviens pas, étant jeune, avoir poussé de tels hurlements. M'enfin, comme on dit, faut bien que jeunesse se passe !

Bref, pour m'occuper, j'ai Cityville et puis, j'y repense, j'ai récupéré chez Paul deux photos en couleur de la place Plumereau. Voilà une idée de note, moi qui actuellement manque terriblement d'idées. Ces deux clichés  reflètent bien l'ambiance des années soixante-dix. Ils seront présents dans le  prochain livre, mais peut-être en noir et blanc.

Voici donc la version colorisée.

plum1.jpg

plum2.jpg

Vous remarquerez au fond, le très vieux camion de transport de meubles.

" Il est des nô-ôtres,

Il a bu son verre comme les zau-autres !" Ah, c'est au tour des garçons maintenant.

Bon, je file sur Cityville !