Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 septembre 2009

309. Rendez-vous au 4 septembre !

J'ai rendez-vous avec Julie le 4 septembre. Vous me direz qu'on est le 4 septembre. Je sais, mais je vous parle du 4 septembre 2010... Allez, petite devinette ? Que peut donc être ce rendez-vous fixé si longtemps à l'avance ? Surement pour un évènement extraordinaire, ne pensez-vous pas ?Eh bien effectivement, Juju se marie avec Olivier et la date est fixée au 4 septembre de l'année prochaine. Pas de place avant...

IMG.jpg

Si c'était moi, l'affaire serait réglée en quatrième vitesse : deux témoins, passage à la mairie, un restaurant avec les témoins et hop, le tour est joué ! Après, on prévient toute la famille. Mais chacun voit midi à sa porte.

Esvres 020a.JPGJe sais déjà que la cérémonie religieuse aura lieu à Esvres. Voici la photo de l'église pour ceux qui ne connaitraient pas. Autrefois j'habitais juste à côté et tous les matins nous étions réveillés par les cloches.

La fête aura lieu dans la salle des fêtes de Veigné.

En attendant ce jour, on ne peut que leur souhaiter du bonheur... et de la patience !

dimanche, 30 août 2009

305. La fête du cochon

Truyes 029b.JPG

Cet évènement se déroulait sur trois jours à Truyes (normal pour une fête du cochon!). Je suis allée y faire un tour en fin de matinée et j'ai été bien déçue. Je m'attendais à une manifestation beaucoup plus importante. Dans le coup, ça m'a fichue de très mauvaise humeur et après avoir pris quelques photos de porcelets, je suis rentrée chez moi. J'ai dû rester une demi-heure tout au plus.

Truyes 025a.JPG

Décidément, il est grand temps que je change d'air !

 

dimanche, 23 août 2009

299. Les bolides à pédales

photo1.jpg

Bolide est peut-être un peu exagéré pour parler des voitures à pédalier qui se sont affrontées aujourd'hui et hier à Saint-Etienne de Chigny. Le Mans n'a rien à craindre !

photo40.jpg

Cette course dure 24 heures, les équipiers sont au nombre de quatre et se relaient quand la fatigue devient trop grande. Ils ont pris le départ hier à 17 heures. Je suis allée voir cette course ce matin. Il y avait peu de monde encore pour les encourager. Je ne sais pas quelle voiture a gagné, je pense que ce sera marqué dans le journal demain.

Voici un résumé :

samedi, 22 août 2009

298. Les retrouvailles


podcast

Je vous avais déjà raconté la visite que j'avais effectuée chez la mère de ma copine d'enfance Joëlle. Aujourd'hui ont eu lieu les retrouvailles au même endroit. Une fois de plus je me suis égarée dans Tours-nord. Mais comme j'avais prévu le coup, j'étais partie avec de l'avance sur l'heure du rendez-vous. J'appréhendais un peu cette rencontre. J'avais eu le temps de réfléchir et je m'étais dit que finalement nous n'aurions pas grand chose à nous dire, une fois les souvenirs d'enfance évoqués. Nous avions eu chacune un parcours de vie très différent et nous n'avions plus aucun lien affectif. Quand madame P. m'a téléphoné pour m'inviter à déjeuner, j'ai failli me rétracter, mais elle semblait si heureuse de m'inviter que je n'ai pas osé refuser.

Me voici donc devant la porte de l'appartement, un bouquet de fleurs à la main. Une dame ouvre. Est-ce ma copine ? Si c'est le cas, je ne la reconnais absolument pas. Ça commence plutôt mal.

Bonjour, je suis Raymonde, la sœur de Joëlle, tu te souviens de moi ? Ouf, ce n'est pas Joëlle.Sa sœur avait dix ans de plus que nous et à l'époque elle ressemblait vaguement à Gloria Lasso.

Madame P. s'avance, m'embrasse chaleureusement. Puis je pénètre dans la salle à manger où se trouve deux hommes. Le plus âgé, je le reconnais malgré  le temps passé. C'est Michel, le mari de Raymonde. Il a gardé une certaine superbe. L'autre, beaucoup plus jeune, est le copain de Joëlle, il s'appelle Gildas et il décarcasse des dindes dans un abattoir de Vendée. Madame P. m'avait prévenu qu'il était bizarre... Je dirais qu'il est assez surprenant au premier abord, mais on s'habitue très vite et je le trouve même assez rigolo. En tout cas, il semble bien s'entendre avec ma copine et c'est le principal.

Enfin voici Joëlle ! Elle a pris un peu de poids, mais elle est restée la même fille simple, naturelle, pas chichi  pour un sou, un peu brut de décoffrage.

Madame P. était tellement énervée par ce repas qu'elle a fait un malaise au moment de  l'apéritif. J'ai cru qu'on allait devoir faire venir le SAMU... Par chance, elle est revenue à elle et tout s'est bien déroulé par la suite. J'ai fait quelques photos, mais je devais être énervée à mon tour car elles sont toutes ratées !

On s'est quitté vers 16h30 en promettant de se revoir. Mais au fond, je sais bien qu'il y a fort peu de chance que cela se produise. Nous sommes restées trop de temps séparées. C'est la vie qui est ainsi... Et en fin de compte je me demande si j'ai bien fait de vouloir renouer.

Finalement il restera une photo de cette journée, celle prise par Michel avec mon appareil. Vous vous souvenez de la photo de 1957 ?

 

ScannedImage.jpg

On reprend les mêmes et on recommence, mais avec 52 années d'intervalle :

Joelle 005b.jpg
Cette journée m'a fichu un terrible coup de bourdon au final ...

dimanche, 02 août 2009

272. Les gueux à la quête du Graal

Chinon, 1er août, 9h du matin... Difficile de trouver une place pour se garer ! Une partie du vieux quartier a été bouclée. Que se passe-t-il donc ? Ah mais oui, c'est le jour du marché médiéval !

Chinon 021a.JPG

Les cochons sont déjà embrochés, les gardes brandissent les lances, le bourreau met sa cagoule, les belles ajustent leur coiffe. Les entonneurs rabelaisiens ont endossé leur tenue rouge.

Chinon 107a.JPG

Tout ce petit monde se prépare pour la parade qui débute à 10h30 sur le quai Danton, traverse le pont puis s'engouffre dans la rue Haute Saint-Maurice.

J'ai quitté Chinon vers 11h30. Au passage devant un café, j'ai aperçu ma "copine" de l'autre jour, attablée devant un demi de bière, le regard dans le vague... 

Alors que je rangeais mon matériel dans le coffre de la voiture, je suis interpelée :

Please !

Je me retourne et aperçois deux femmes en voiture.

Xwcb..hyxwkk eas'qt ...?

Je tords la bouche, hausse les épaules et réponds :

Je ne comprends pas.

En fait, je comprends très bien, elles veulent savoir si je libère la place, mais après tout, elles n'ont qu'à faire un effort pour parler français ! C'est quand même incroyable ces gens qui pensent que tout le monde parle anglais. Moi, non et je ne veux faire aucun effort.

Je vois dans son regard désespéré qu'elle fait un effort pour trouver les mots. Finalement, elle me dit :

Vous ... Partir ? 

Eh ben voilà, c'était pas si difficile que ça !

Allez, sur ces bonnes paroles, je vous emmène voir la parade.