Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 juin 2009

201. Les années Joué -3-

La visite pour le moins insolite que nous propose le professeur Poupon ( à ne pas confondre avec le professeur Choron) nous a entraînés dans le sous-sol de la maison de retraite située juste à côté, à la découverte d’insectes rares ! Je ne m’étendrai pas sur le sujet, je n’ai pas aimé la prestation. Toutefois, il est bon de signaler qu’à la fin de la séance il nous était demandé une petite participation aux frais. Ma fille –qui m’a téléphoné hier soir- m’a signalé que la municipalité ne rétribue pas tous les spectacles et ainsi certains artistes y sont de leur poche puisque tous les spectacles sont gratuits. Si j’avais su ça plus tôt, j’aurais donné quelque chose…

juju7.jpg

 La journée se poursuit sur le même rythme mais avec la chaleur en prime. Je commence singulièrement à fatiguer. Aussi Julie et Olivier en profitent pour pénétrer dans cette caravane, le temps que je sirote une eau glacée. Je ne vous dévoilerai pas le secret, mais il parait que c’était très bien !

Retour sur la place de l’hôtel de ville ( qui s’appelle en fait place François Mitterrand mais comme je n’ai jamais aimé le personnage je continue de dire « place de l’hôtel de ville »). 

Joué 2 191a.JPG

 

 

Il y a là un musicien qui retient toute mon attention. La musique me rappelle un peu celle que j’avais entendue lors de la fête vaudou au Bénin. J’étais donc scotchée devant lui et j’y serais probablement encore si Olivier n’était pas venu me chercher.

Oh il n’y a personne à l’agence d’Antoine Lefranc. On y retourne ?

Sitôt dit, sitôt fait. Je passe en premier, le temps que Julie choisisse un thème. Moi je sais… Je veux une engueulade, une bonne engueulade bien franche, d’intensité 10/10 et pendant deux minutes.

Joué 2 180a.JPG

Afin que le sieur Lefranc trouve une bonne répartie, je lui donne quelques pistes sur mon caractère.

Je n’ai pas été déçue, j’en ai eu pour mon grade.

1245060116.png

C’est maintenant au tour de Julie qui a choisi un bain de pieds ! Sympa le bain coloré.

Bref on a vécu un moment loufoque que l’on n’est pas prêt d’oublier. A rajouter dans la liste déjà longue de nos « conneries »…

juju11.jpg

Mais il est déjà 19 heures. Le temps passe vite, mais la fatigue commence à se faire ressentir. Un coup d’œil rapide sur la famille des géants qui déambule avenue de la République, un cornet de chichis et c’est le retour à la maison à la vitesse des escargots.

Joué 2 248a.jpg

Bon, en résumé, quelques photos :

 

 

200. Les années Joué -2-

Résumé de la journée d’hier, durant laquelle Juju, Olive et moi-même sommes allés assister aux spectacles proposés dans les rues de Joué-les-Tours.

Julie avait laissé sa voiture devant chez moi et nous nous sommes rendus à pied dans le centre ville. Le ciel était très incertain, aussi chacun d’entre nous avait pris un parapluie, on ne sait jamais !

Nous avons recherché tout de suite un endroit abrité pour déjeuner. Bien nous en a pris car il a plu durant tout le repas.

Avec le retour du soleil nous sommes allés directement au stand d’Antoine Lefranc.

Nous étions les premiers « clients». A dire vrai le spectacle est aussi bien donné par l’artiste que par nous. C’est une sorte de théâtre improvisé où il faut avoir quand même un grand sens de la dérision. Comme Julie n’avait pas encore choisi ce qu’elle allait lui demander, je suis donc passée en premier.

Dites-moi plein de mots doux !  Mais pour corser un peu l’affaire, mettez-vous en slip !

Joué 2 037c.JPG

On règle les derniers détails, à savoir la durée de la prestation, l’intensité puis je signe le contrat et c’est parti ! Une minute vingt de petits mots doux débités  par un homme en slip et nœud papillon, c’est irrésistible. La foule s’était agglutinée autour du stand…

joue2.jpg
Joué 2 053a.JPG

Ensuite ce fut le tour de Juju qui lui demanda des massages. La seule chose que l’on craignait avec Olivier, c’est qu’elle s’endorme !

Après ces quelques minutes de délire, nous avons continué notre déambulation dans la ville. Les spectacles sont nombreux et variés, il y a du bon comme du moins bon… C’est affaire de goût.

Joué 2 080a.jpg

Tiens, les trois Grâces sont en vadrouille !

Dans la cour de l’école Marie Curie il y avait également un très beau spectacle donné par un jeune couple. Malheureusement nous n’avons pas vu la fin car nous avions réservé nos places pour voir le spectacle du professeur Poupon. Si on avait su…

 

À suivre…

dimanche, 14 juin 2009

198. Les années Joué -1-

1244955502.png
1244956171.png
Joué 012a.JPG
Joué 009a.JPG

mardi, 09 juin 2009

190. Quand Tours fait la une des journaux

Tours 037a.JPG

Les Tourangeaux se seraient bien passés d'une telle publicité pour leur ville. Ce matin en effet débute le procès de Véronique Courjault, cette femme accusée d'avoir tué trois de ses nouveau-nés. L'affaire  a débuté en 2006 lorsque Mr Courjault découvre deux corps de nourrissons dans le congélateur de sa maison, à Séoul en Corée. Le couple nie tout lien avec ces bébés. Cependant les tests ADN viennent prouver le contraire. Revenus en France, les époux sont alors entendus par la police et Mme Courjault avoue très rapidement qu'elle est bien la mère de ces deux bébés, qu'elle a étouffés à leur naissance puis mis dans le congélateur. Elle avouera également l'infanticide d'un autre nourrisson, en 1999, dont elle a brûlé le corps. 

Le procès devrait durer une semaine. Durant cette période, il sera demandé à l'accusée d'expliquer ses gestes. Pourra-t-elle fournir une explication ? Laquelle ? Le déni de grossesse ? À trois reprises ? Une histoire terrible qui dépasse un peu l'entendement.

Mme Courjault est soutenue par tous ses proches qui cherchent à comprendre ce qui a pu pousser cette femme à de tels actes.

Le rappel des faits ICI et

vendredi, 05 juin 2009

188. Bonne fête maman

Oui, je sais, la fête des mères c’est dimanche ! Mais je prends un peu d’avance. La raison en est toute simple : ma fille étant absente dimanche, nous avançons donc la date à ce soir. Après tout, ce n’est qu’une formalité. Il y a quelques années encore, j’y attachais beaucoup d’importance et j’aurais été extrêmement déçue si ma fille avait oublié cette date (ce qui n’est jamais arrivé).

Aujourd’hui, c’est un peu différent. Je suis beaucoup moins à cheval sur les principes. C’est peut-être un tort, enfin c’est comme ça.Perraudière 043a.JPG

Donc, nous allons nous retrouver en tête à tête ce soir. Il était prévu que nous allions  dîner en ville mais entre-temps  il y a eu un imprévu. Un de ceux que j’exécre le plus, à savoir… mal au dos !

Hier matin, une soudaine frénésie s’est emparée de moi et j’ai commencé à faire du grand nettoyage à la maison. Ça n’a pas duré bien longtemps. À un moment j’ai senti une légère douleur dans le dos. Mais j’étais tellement absorbée par le travail que j’ai persisté. Fatale erreur ! Dans la journée, j’ai constaté que j’étais de travers –dans ces cas-là, je penche à gauche-. Je me suis donc allongée le reste de la journée.

Ce matin, ça ne va pas mieux, je dirai même que ça a empiré. Le lever a été laborieux, en plusieurs étapes. J’ai néanmoins réussi à aller jusqu’à la cuisine pour me faire un café, puis à ouvrir l’ordinateur pour papoter avec vous.

Le dîner de ce soir se fera donc à la maison et ce sera déjà bien si j’arrive à me rendre jusqu’à la table dans le jardin ! 

Ce qui m’ennuie le plus, c’est que nous sommes vendredi et lundi je dois partir en Bretagne. C’est pas gagné.

Sur ce, je vais me remettre au lit !