Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 février 2013

29. Promenade insolite

Tout à fait fortuitement, je viens de redécouvrir un ancien diaporama que j'avais fait sur le château du Rivau en m'attardant non pas sur le château en lui-même mais plutôt sur la décoration originale du jardin.

Alors, si ça vous dit :


Le Rivau insolite par cheztinou

mardi, 15 mai 2012

96. Le jardinier de Maulévrier


podcast

Une fois n’est pas coutume, je veux rendre aujourd’hui hommage aux jardiniers qui, par leur talent et leur travail, savent mettre en valeur la nature.

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler de Louis, mon arrière grand-père qui était jardinier chef dans une propriété de la région parisienne où il exerça son métier jusqu’au début de la première guerre mondiale.

 

SIMONNEAU famille1.jpg

À quoi reconnaît-on un  jardinier chef ? C'est celui qui, sur les photos de groupe, ne tient aucun outil. 

 

Aujourd’hui, c’est au tour d’Alphonse Duveau :

Né en 1871, il étudie l’horticulture à l’École Nationale d’Horticulture de Versailles d’où il sort en 1891 avec un premier prix de mosaïculture. Il entre alors comme jardinier chef au château de Chaalis dans l’Oise, propriété appartenant à l’époque au prince Joachim Murat (1834-1901).

 En 1900, Alphonse est présent à l’Exposition Universelle de Paris où il représente l’ENH. L’architecte Alexandre Marcel (1860-1928) est aussi présent : c’est lui qui fut  chargé de la réalisation des pavillons du Cambodge, de l’Espagne et de la Compagnie des Messageries Maritimes.alexandremarcel.jpg

Sans doute ne le savent-ils pas encore, mais leur sort va être très bientôt profondément lié.

En effet, en octobre 1901, le prince Murat décède et sa propriété de Chaalis est vendue le 14 juin 1902.

 Fin septembre 1902, Alphonse arrive alors au château Colbert à Maulévrier, dans le Maine et Loire, propriété appartenant à Alexandre Marcel.  Ce dernier  a décidé d’aménager autour du château un jardin à la française, un verger, un potager et un jardin exotique qu’il désigne sous le nom de « paysage japonais ».

Alphonse travaillera dans cette propriété jusqu’à sa mort, en 1939. Il y a planté beaucoup d’arbres, façonné de nombreuses allées et massifs, assisté au montage du temple Khmer provenant de l’Exposition Universelle. De nombreux coups de burins furent nécessaires pour donner à ce temple un air de « faux-vieux ». 

Le temple Khmer en 2010 :

Maulévrier 119.JPG

C’est donc grâce au labeur d’Alphonse et des autres jardiniers que l’on peut aujourd’hui admirer ce magnifique parc de Maulévrier !

Été 1906 devant la serre :

 

laserre.jpg

Alphonse et son équipe de jardiniers. Il est en arrière-plan, avec une casquette noire. À l’avant on aperçoit son fils, Bernard, âgé de deux ans.

La maison du jardinier, 1929 :

 

maison2.jpg

Camille, l’épouse d’Alphonse, est devant l’entrée de la maison. Alphonse est au fond, devant la porte de l’Orangerie. Ces deux bâtiments existent toujours : ils sont situés à l’angle de la rue Joseph Foyer et du chemin du Grand Pont, côté château.

Le potager, 1929 :

 

potager1.jpg

 

potager2.jpg

Parterres dessinés par Alphonse, 1929 :

 

parterre.jpg

Chargement des hortensias devant la maison, 1929 :

 

maison1.jpg

Vues du parc en 1929 :

 

jardin1.jpg

 

jardin2.jpg

 

jardin3.jpg

L’embarcadère, 1938 :

 

embarcadere1938a.jpg

L'embarcadère, 2010 :

 

Maulévrier 112.JPG

Alphonse au crépuscule d'une vie bien remplie :

 

bananier.jpg

 

alphonse.jpg

Il est certain que lors de ma prochaine visite au parc de Maulévrier, j'aurai une pensée émue pour Alphonse !

Je remercie vivement le lecteur qui a bien voulu me fournir ces documents d'archives.

Aujourd'hui, le parc n'a rien perdu de sa beauté originelle et je vous invite à y pénétrer :


Maulévrier 2010 par cheztinou

lundi, 23 janvier 2012

17. Bilan d'une décennie -84-

En février 2009, Julie, Olivier et moi-même décidons de partir à Marrakech. Malheureusement pour des raisons de santé ils sont obligés d'annuler la réservation et je pars donc seule. Le printemps est sans doute la meilleure saison pour visiter la ville et sa région : la chaleur n'y est pas encore intense et c'est la période de floraison des jacarandas, ces magnifiques arbres à fleurs bleues qui bordent les avenues et les routes.

Ce séjour fut un merveilleux moment : l'hôtel que j'avais réservé était accueillant, pas trop grand, situé tout près du jardin Majorelle et la cuisine proposait des plats locaux excellents.

Ma première visite fut donc consacrée à ce magnifique jardin Majorelle -du nom de son créateur, Jacques Majorelle -.

J'ai eu bien du mal à trier toutes les photos prises durant cette visite tant la nature était belle.

Si le cœur vous en dit, vous pouvez pénétrer dans le jardin, c'est ouvert :  


Jardin Majorelle-1- par cheztinou


Jardin Majorelle 2 par cheztinou

mardi, 20 juillet 2010

282. Pour le plaisir des yeux

Ce matin dans mon jardin ...

Jardin 009b.jpg

dimanche, 16 mai 2010

197. À la recherche des p'tites bêtes

N'ayant rien de particulier à faire, je suis partie à la recherche des petites bêtes dans le jardin.

fourmi4.jpg

Commençons par les fourmis et leur élevage de pucerons : elles traient les pucerons qui sécrètent un liquide sucré, le miellat, dont elles se nourrissent. Ce sont leurs vaches à lait en quelque sorte !

fourmi1.jpg

Un peu plus loin, je suis tombée sur une salticide prête à attaquer un insecte deux fois plus gros qu'elle. Sans complexe la bestiole ! Il faut savoir qu'elle possède 4 paires d'yeux et qu'elle bondit soudainement sur sa proie en un saut à couper le souffle. Au moment où je prenais la photo elle s'est mise à sauter et, dans le coup, je me suis retrouvée les fesses dans l'herbe !

Quand on pense qu'elle ne fait pas plus de 7 millimètres de longueur ...

fourmi2.jpg

18:58 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : insectes, jardin