Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 novembre 2008

Tout seul

Cette note est plus particulièrement destinée aux amateurs de B.D.chabouté.jpg

Un phare isolé au milieu de la mer. Depuis la mort du gardien, le phare a été automatisé. Pourtant, régulièrement un chalutier vient y déposer de la marchandise. Mystère ! Je ne vous en dirai pas plus. Mais vous pouvez toujours aller voir LÀ.

Une belle histoire, de très beaux dessins en noir et blanc réalisés par Christophe Chabouté. Une idée de cadeau pour les fêtes, peut-être ? 

dimanche, 09 novembre 2008

Un drôle de dimanche

C'est le titre du livre que vient de publier un autre blogueur de mes connaissances et dont j'ai commencé la lecture hier soir, bien calée sous la couette

livremaurice2.jpg

Maurice nous fait partager son enfance dans un paisible village d'Ile de France durant la guerre. Un ensemble de clichés instantanés de moments tout particuliers, qui fleurent bon le terroir, la douceur de vivre malgré une époque où les gens étaient bien malheureux. On fait la connaissance de "grand-mère Camille", de la ravaudeuse, de l'oncle Robert et de bien d'autres personnages tous plus attachants les uns que les autres. Un vrai plaisir, cette lecture ! Merci Maurice pour ce retour dans une époque complètement révolue aujourd'hui. 

05:52 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : livre, enfance, guerre

jeudi, 06 novembre 2008

Quelques coups de griffes au passage

J'ai fini la lecture du livre de Simone Veil. Je m'attendais à quelques petites piques lancées au passage sur tel ou tel homme politique. Et bien, je suis restée sur ma faim, sauf toutefois pour une personne qui, à deux reprises, se retrouve égratignée par la plume de Mme Veil.

« ... (prénom et nom de la personne à découvrir) que je connaissais alors à peine et auquel je faisais confiance, tant il m'était apparu intelligent et dynamique, venait de me donner la vraie mesure de son caractère, capable en quelques jours d'énoncer avec la même assurance une chose et son contraire, uniquement préoccupé de son propre avenir qui, depuis sa jeunesse, ne porte qu'un nom : l'Élysée.

Le personnage demeure incompréhensible si l'on ne tient pas compte de cette donnée essentielle : il est convaincu qu'il a été touché par le doigt de Dieu pour devenir président. C'est une idée fixe, une obsession à laquelle il est capable de sacrifier principes, alliés, amis. Comme tous ceux qui sont atteints de ce mal, il se figure les autres à son image : intriguants et opportunistes. (...)

oursbrun2.jpg

Je fis part des travaux du Haut Conseil à l'Intégration, en insistant sur l'urgence de positions claires sur les questions concernant les étrangers. Le débat s'engagea. Je me suis un peu enflammée, rappelant qu'il fallait avancer sans crainte sur toutes ces queqtions de société. Je trouvai que ...(nom du parti politique) demeurait trop timide, trop soucieuse de ne pas heurter la droite, et que le temps était venu de se définir clairement. Quelle ne fut pas alors ma surprise d'entendre ...(prénom et nom) m'en faire le reproche. « Avec de telles idées gauchistes, vous allez faire fuir notre électorat !» m'a-t-il soudain lancé. Je ne me le suis pas fait dire deux fois. La réunion devait se poursuivre l'après-midi. Je n'y suis pas retournée.

J'ai ainsi quitté ...(nom d'un parti politique), sans regrets. Je devrais plutôt savoir gré à...(prénom et nom) de m'avoir pratiquement mise à la porte. Tout bien pesé, je n'étais pas faite pour de telles pratiques. Je manque de la souplesse nécessaire et, de surcroît, je suis incapable de travestir mes convictions. À partir de ce moment, je n'ai plus fréquenté aucune formation politique.»

A votre avis, de qui parle t-elle ? Je précise qu'il ne s'agit pas de Nicolas Sarkozy.

12:18 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (11)

dimanche, 02 novembre 2008

Et puisqu'on est dans les livres...

restons-y encore un peu !

J'ai appris avec grand plaisir que certains blogueurs chez qui je vais régulièrement ont réussi à faire éditer un livre. Cela tient parfois du parcours du combattant, mais le résultat est bien là et c'est tant mieux !

Le premier de la liste est CCRIDER. Il est très prolifique, CCRIDER, il suffit d'aller jeter un œil ICI et vous en jugerez. Personnellement, j'adore les aventures de Nulco. C'est à mourir de rire !

mammouth.jpgDans un tout autre registre, voici donc "Le mammouth m'a tuer...tué". C'est le témoignage d'un instit' en banlieue. CCRIDER et moi avons de nombreux points communs. Nous avons débuté notre carrière dans l'enseignement à la même date (novembre 1969), par la petite porte, j'entends par là que nous nous sommes retrouvés du jour au lendemain face à des gamins sans aucune formation spécifique. Nous étions ce qu'on appelait à l'époque des suppléants, personnel maléable et corvéable à merci, qui s'est formé sur le tas. Une bonne façon de voir si on était fait pour ce métier !

Tout comme moi, il était plein d'énergie et d'espoir. Avec le temps, on a fini par s'éroder. Nous n'avons pas suivi le même parcours. CCRIDER a eu le courage de prendre en main la direction d'écoles avec toutes les obligations et tracasseries que cela comporte. Pour ma part, je désirais conserver un maximum d'indépendance face à l'institution. C'est la raison pour laquelle, très tôt, j'ai opté pour une spécialisation. J'étais libre dans mes choix d'enseignement, je n'avais pas de programme établi et je dépendais, au début tout du moins, d'un inspecteur spécialisé.

Son témoignage est intéressant à lire car il relate avec justesse des tristes réalités de notre école aujourd'hui. J'aurais aimé avoir un directeur d'école de cette trempe. Aujourd'hui personne ne veut plus exercer cette fonction. Vous vous demandez pourquoi ? Eh bien lisez le livre, vous en comprendrez la raison.

08:51 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : livres, education, ecole

Une vie

"Maupassant, Maupassant que j'aime, ne m'en voudra pas d'avoir emprunté le titre d'un de ses plus jolis romans pour décrire un parcours qui ne doit rien à la fiction."

C'est par ces mots que débute la biographie de Simone Veil. Une lecture intéressante pour découvrir le parcours d'une femme hors du commun ! Quelques photos personnelles illustrent le livre et on retrouve en annexe les textes de différents discours de Simone Veil.simoneveil.jpg

Un extrait :

«Le voyage a duré deux jours et demi ; du 13 avril à l'aube au 15 au soir à Auschwitz-Birkenau. C'est une des dates que je n'oublierai jamais, avec celle du 18 janvier 1945, jour où nous avons quitté Auschwitz, et celle du retour en France, le 23 mai 1945. Elles constituent les points de repère de ma vie. Je peux oublier beaucoup de choses, mais pas ces dates. Elles demeurent attachées à mon être le plus profond, comme le tatouage du numéro 78651 sur la peau de mon bras gauche. À tout jamais, elles sont les traces indélébiles de ce que j'ai vécu.»