Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 07 février 2010

50. Sur les bancs de l'école -2-

En 1955, à la TSF on pouvait entendre :
podcast

L’école primaire se situait sur le boulevard Tonnellé, juste après le stade de rugby. Elle a été démolie il y a peu. Elle était composée de quelques préfabriqués. Par la suite, dans les années soixante-dix, une nouvelle école fut construite un peu plus loin, l’école Maryse Bastié.

J’allais à l’école à pied, il me suffisait de traverser le boulevard en face de chez moi, puis de passer devant l’entrée principale de l’abattoir, des entrepôts de la ville, le stade et j’étais arrivée. À cette époque le boulevard n’était pas bitumé, et il était bordé de platanes du côté des numéros pairs.

Certains enfants venaient à pied de beaucoup plus loin. Je pense à ceux qui habitaient sur les bords du Cher, un grand nombre de ces maisons ont disparu aujourd’hui. Mais la route existe toujours, elle permet de rejoindre Savonnières par la rive droite.

La circulation était quasiment inexistante, rares étant les gens qui possédaient une voiture. D’ailleurs il y avait encore des voitures à chevaux qui circulaient dans les rues.

Quand je rentrais à la maison, maman me préparait un goûter. Je me souviens de tartines de pain beurrées sur lesquelles elle râpait du chocolat. Ensuite c’est mon grand-père qui supervisait mes devoirs. Mon père à cette époque travaillait à Vernou. Il partait tôt le matin sur son vélo jusque dans le vieux Tours et  là un camion venait le chercher ainsi que d’autres ouvriers pour les conduire jusqu’à l’usine. Il était tourneur sur métaux et fabriquait des aiguilles à coudre.

Mon grand-père s’était aperçu que j’avais pris l’habitude de tenir mon porte-plume de la main gauche. Aussi, c’est à coups de règle sur les doigts qu’il me força à changer de main. J’ai donc appris à écrire de la main droite, mais je me sers naturellement de la main gauche pour de nombreuses activités. Je suis une gauchère refoulée. C’est amusant car en tapant ces mots je me dis que politiquement c’est un peu la même chose ! J’ai plutôt le cœur à gauche mais il ne me viendrait pas à l’esprit de voter à gauche. C’est sans doute la raison pour laquelle je ne vote pas. Je vous vois déjà lever les bras au ciel en disant que ce n’est pas une attitude citoyenne et que si tout le monde faisait comme moi, ce serait le chaos… Sans doute, mais je ne suis pas tout le monde.

La mixité dans les classes n’était pas de mise. Nous étions relativement nombreuses (toujours plus de 30). Nos pupitres étaient penchés et pour bavarder c’était bien pratique,  il suffisait de lever le battant. L’encrier était encastré sur la droite.

poucet.jpgIl me semble avoir appris à lire avec Poucet et son ami, mais sans certitude. Je n’ai pas retrouvé de cahiers datant de cette époque.

L’année scolaire 1955/56 se déroule donc tranquillement et on peut supposer qu’en juillet je savais lire.

Quelques évènements de l’année  1955 :

Le 7 avril, Winston Churchill démissionne de sa fonction de Premier Ministre.

Le 18 avril, mort d’Albert Einstein à Princeton aux États-Unis.

Le 27 juin, naissance d’Isabelle Adjani. Je l’ai vue hier à la télé et, franchement, elle ne fait pas son âge comme on dit. Enfin, il faudrait la voir le matin au réveil…

Montage en cours11a.jpg

Le 18 août : mort de l’écrivain allemand Thomas Mann.

Le 13 septembre : chute de Juan Peron en Argentine.

Le 30 septembre : mort de l’acteur américain James Dean à l’âge de 24 ans. Un nouveau mythe est né.tintin.jpg

Enfin, le 22 décembre parution en Belgique d’un nouvel album de Tintin : Tintin et l’affaire Tournesol.

À demain pour l’année 1956…

11:54 Publié dans Nostalgie | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 06 février 2010

48. Sur les bancs de l'école -1-

ecole.jpg

Cinquante années séparent ces deux photos. Elles représentent mon entrée à l'école ... puis ma sortie, un demi-siècle plus tard. Dans une note précédente, je vous avais montré la photo de maternelle.

À partir d'aujourd'hui, je vais retracer toutes ces années en y ajoutant les évènements de l'époque qui m'ont marquée. Dans la prochaine note, j'aborderai donc l'année scolaire 1955/56, date de mon entrée au CP.

lundi, 05 octobre 2009

348. La coupe au bol


podcast
annee77-78.jpg

Je suppose qu'il devait y avoir du vent le jour où cette photo a été prise, sinon, ce n'est guère à mon avantage ! Photo de classe avec mes élèves... Nous sommes à la rentrée de l'année scolaire 77/78. L'année précédente j'étais en formation à l'Ecole Normale pour préparer le CAEI (certificat d'aptitude à l'enseignement des enfants et adolescents déficients ou inadaptés), otion D.I (déficients intellectuels).

J'avais déjà eu l'occasion de passer plusieurs années dans des classes de perfectionnement depuis mon entrée dans l'enseignement et je m'y sentais très à l'aise. C'est la raison qui m'a fait postuler à cet examen.En fin de formation, en juin, nous devions présenter un dossier personnel. Il était vivement recommandé de faire également une étude d'enfant que nous aurions suivi tout au long de l'année scolaire. J'avais choisi un petit gamin qui ramait au CP dans mon ancienne école à La Riche.Il s'appelait Michel. Il avait une jolie petite frimousse avec des boucles brunes qui lui retombaient sur le front. Il ne présentait aucune déficience particulière à la naissance, hormis un dévloppement physique légèrement en-dessous de la normale. Il faut préciser que les parents étaient relativement âgés et alcooliques. Evoluant dans un contexte socio-culturel particulièrement défavorable, il n'avait guère de chance de s'épanouir et les prévsions étaient très alarmistes.

Le deuxième dossier traitait d'un sujet plus général. J'avais choisi de parler du phénomène de migration en France (c'était déjà d'actualité). Ayant eu à enseigner dans un quartier où même le bus n'osait plus aller, j'avais matière à discuter. En conclusion, je mettais le doigt sur le danger réel qu'il y avait à regrouper ces gens loin des centres villes. On se préparait à une ghettoïsation comme aux États Unis.Ce qui n'a pas loupé... Et ce n'est pas parce que l'on repeint les cages d'escaliers tous les deux ans que le problème sera résolu !

Mais revenons à la photo. Samedi dans l'après-midi je reçois un coup de fil. Une voix de femme me dit alors : 

Allo, bonjour madame, vous avez bien une fille ?

Euh... (moment d'hésitation, en quoi cela la regarde ?) oui, peut-être, pourquoi cette question ?

J'ai rencontré votre fille. Je m'appelle Véronique G, et je suis une de vos anciennes élèves.

Ah, Véronique, oui, oui, je me souviens très bien de toi (et en plus c'est vrai !). A l'époque ma fille était à la maternelle et il est arrivé quelques fois où je fus obligée de la laisser manger à la cantine. Quand cela se produisait, je demandais alors à cette petite Véronique-en qui j'avais toute confiance- de veiller à ce qu'elle mange correctement. Et c'est ainsi que la pauvre fille s'est trouvée obligée à plusieurs reprises de manger les sardines à l'huile que Peggy détestait. Et comble de l'horreur, cette dernière de rajouter :

Tu manges sinon je le dis à ma mère !

Elle est mariée et habite maintenant à la campagne, près de Tours. Elle voulait savoir si je n'avais pas des photos de classe. Alors je viens de lui envoyer celle-ci.

11:47 Publié dans Nostalgie | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 20 août 2009

297. La vie mouvementée des ours en peluche

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler des ours en peluche. Pas n'importe lesquels, évidemment, mais ceux qui nous ont accompagnés lorsque nous étions enfants, ceux qui étaient là quand nous avions peur ou quand nous avions un gros chagrin. Leur présence nous rassurait. En grandissant nous avons appris à nous en passer (quoique...)

Que deviennent-ils alors ? Qu'est devenu votre ours en peluche ? Voici donc l'histoire de trois ours.

oursrené.jpg

Le premier, dont j'ai toujours ignoré le nom( en avait-il seulement un ?) avait bien débuté dans la vie. Il passa ses premières années sous le soleil de l'Algérie. Puis un jour, un bateau l'emporta bien loin, dans une contrée plus froide. Le temps passa et le malheureux se trouva alors jeté au rebut, dans un coin sombre de la cave. Il finit ses jours sous les plombs d'une carabine dans le jardin familial.

enfance5a.jpg

Le deuxième, Martin, connut des jours plus calmes. Certes, il perdit une grande partie de ses poils que sa jeune maîtresse arrachait pour en faire des petites boules utilisées pour se chatouiller le nez tout en suçant son pouce (drôle de manie tout de même !). Plusieurs décennies plus tard il réintégra une place privilégiée sur un meuble de la chambre et eut même droit à un gilet crocheté spécialement à ses mesures ainsi qu'à un chapeau. 

martin.jpg

Le troisième ours fit son apparition en 1972 et prit le nom de Papou. Vous savez, l'histoire des Papous : chez les Papous, il y a des papas Papous sans poux et des papas Papous à poux...

 

papou.jpg

Bref, ce Papou-là était d'une belle couleur, le poil brillant, tout doux et tout mou. Il eut à subir quelques éventrations et quelques lavages automatiques qui eurent pour effet de le rétrécir quelque peu. Mais il survécut, lui aussi, et aujourd'hui, il a retrouvé sa propriétaire après un abandon de plusieurs années.

Enfin, si vous avez des petits enfants, je vous conseille le livre suivant :

otto[1].jpg

20:33 Publié dans Nostalgie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ours en peluche

mardi, 11 septembre 2007

Il y a juste un an...


podcast

d8d27aa43a0e8ccdaec94a966d7c54f8.jpgJulie et moi revenions de Barcelone où nous avions passé cinq jours à un rythme d'enfer ! Après un voyage mouvementé où le car a failli partir sans nous à l'arrêt du soir pour le dîner, nous étions arrivées à cinq heures du matin à la gare routière où le chauffeur avait jeté nos bagages sur le bitume. Après avoir pris un petit déjeuner dans un bar où une bagarre s'était peu après déclarée, nous avions trouvé avec difficulté l'hotel que j'avais réservé. Le temps de se rafraîchir et nous étions reparties à la découverte de la ville. Le soir, éreintées, nous nous étions endormies dans le métro.

4999004bc4451b26f22ee9b862f4272a.jpg 

 Les jours suivants s'étaient déroulés au même rythme - il y a tant de choses à voir à Barcelone !-. sans parler du voisin d'en face qui faisait sa toilette tout nu le matin vers 7h... Virées dans les bars à tapas du Barri Xino, escalade en plein soleil pour atteindre le parc Guëll, promenade en bateau dans le port, baignade pour Julie, pause photos pour moi, visite interrompue du jardin botanique en raison d'un exhibitionniste, intoxication alimentaire de Julie après avoir mangé des sardines etc.

Quant au retour, il fut à l'image de ces cinq jours : arrivées de justesse à deux heures du matin à la gare routière, nous avons trouvé le moyen de laisser passer le bus. Sur le coup, nous étions plutôt embêtées, mais maintenant cela fait partie des bons souvenirs !

Et aujourd'hui ? Eh bien, je suis en train de soigner une rage de dents qui persiste depuis ma visite d'hier chez le dentiste !

11:45 Publié dans Nostalgie | Lien permanent | Commentaires (3)