Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 avril 2011

99. paradis et enfer meles

coucou me revoici. je suis a jaipur depuis hier et j ai retrouve une forme quasi normale malgre la chaleur. etrange pays tout de meme ou se melange beaute et laideur , beaute des palais, laideur des villes . la misere est etalee la, sous nos yeux, et on ne peut pas y faire grand chose. ce qui me choque le plus, c est la salete presente partout. et puis ces vaches qui pissent et chient dans les rues, qui genent la circulation, mais il n est meme pas pensable de les perturber. finalement dans ce pays ce sont encore les animaux qui sont les plus heureux. j ai vu les premiers singes ce matin en visitant le fort d amber. j ai du me farcir la balade a dos d elephant, aucun plaisir vraiment pour cette mascarade. et puis il y a la vie en communaute avec les gouts des uns qui ne correspondent pas forcement aux gouts des autres. ainsi aujourd hui il a fallu aller visiter trois magasins bijoux, tapis, et miniatures... mais je vous raconterai les anecdotes a mon retour

demain nous quittons jaipur pour nous rendre a ... oups j ai oublie le nom, mais on se rapproche d agra ou se trouve le taj mahal.

c etait tinou en direct de jaipur, inde, samedi 16 avril 2011, 19H heure locale

et vous, ca va

je rappelle a miss chpoo que ma maison est a son entiere disposition. caresse a theo

15:20 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3)

jeudi, 14 avril 2011

98. apres l enfer, le paradis

on peut dire que ce voyage a demarre sous de tres mauvais auspices ; de roissy a munich, pas de probleme. a munich deja il a fallu attendre plus de cinq heures dans la salle d embarquement. mais je ne me plains pas car il y avait un superbe fumoir a disposition des passagers. et quand je dis superbe je n en rajoute pas ;vaste salle avec fauteuils, cheminee artificielle avec de fausses flammes et pas une once de fumee dans la piece.

l embarquement eut lieu vers 19h45 et l avion a decolle a 20h30. j avais reussi a avoir une place cote couloir en bout de queue. la nuit fut interminable ... puis un evenement imprevu vint animer l avion. une dame avec qui j avais sympathise durant l attente a munich et qui faisait partie de mon groupe se leva un moment pour aller aux toilettes quand tout a coup elle s est effondre a mon niveau dans le couloir. toute raide, les yeux fermes ... j ai eu tres peur et je me suis precipitee prevenir l hotesse. il devait etre aux alentours de minuit. elle passa le reste du voyage allongee par terre a l arriere. les hotesses l avait mise sous oxygene.

une fois arrivee a delhi un medecin est monte a bord pour l examiner. par chance son etat s etait peu a peu stabilise et il ne fut plus question de l hospitaliser.

donc nous voici a delhi . 42 degres a l exterieur, une nuit blanche et nous voila partis visiter la ville en pleine chaleur apres seulement un petit quart d heure passe a l hotel . en fait juste le temps de poser la valise dans la chambre.

la journee fut pour moi un veritable enfer . chaleur, bruit, mendiants de toutes sortes qui exhibent leurs infirmites pour quelques roupies et .... la dessus vous rajoutez un debut de tourista. attendez ce n est pas fini apres avoir visite une mosquee, le monument de gandhi, un minaret et un temple le diner etait prevu en dehors de l hotel avec un spectacle en plus. la j ai craque. je suis restee a l hotel pour soigner mon mal au crane, mes coups de soleil et ma dyarrhee. a 20h je dormais profondement.

ce matin, toute autre ambiance. j ai soigne ma tourista, j avais ce qu il fallait, j ai pris un bon petit dejeuner, et nous sommes partis en direction de jaipur que nous atteindrons demain.

et ce soir, nous sommes descendus dans un palace situe dans un grand parc, diner dans le jardin, chambre demesuree, salle de bain grande comme ma maison etc j en passe et des meilleurs. la on peut parler d un vrai paradis. alors j ai retrouve la peche. excusez pour le manque de ponctuation mais je tape vite et ce n est pas le clavier habituel.

cote nourriture c est excellent mais a vrai dire je me contente de manger du riz et de boire du coca. on verra dans deux ou trois jours.

c etait tinou en direct  de l inde

a bientot 

18:50 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6)

jeudi, 24 février 2011

67. Souvenir de Tripoli


podcast

aeroporttripoli.jpg.jpg

Tripoli, janvier 2009 : escale de trois heures à l’aéroport. Arrivant de Roissy, j’attends le vol pour Douala et Cotonou. Pourquoi cet arrêt à Tripoli ? Je viens juste d’en comprendre la raison : en fait je voyageais sur la compagnie libyenne,  Afriqiyah Airways.afriqiyah.jpg.jpg

 Je suis dans la salle d’embarquement et je constate avec joie qu’il y a un espace pour les fumeurs ainsi que de nombreuses échoppes où l’on peut acheter de quoi boire et manger. Les euros sont acceptés.

Je m’engouffre bientôt dans la salle vitrée qui sert de fumoir. Il n’y a que des hommes, hommes d’affaires arabes qui ont l’oreille scotchée à leur portable. Certains ont même deux portables en mains ! Ma présence ne pose aucun problème. Il est vrai que nous sommes dans un aéroport international. On est dans un épais nuage de fumée et l’air est assez irrespirable.

Le vol est bientôt annoncé. Je laisse mes compagnons de fumerie et me dirige vers la porte indiquée. Après le passage dans le sas, nous voici bientôt pris en charge par un car qui nous conduit jusqu’à la piste où l’avion nous attend. Au dehors, il fait une chaleur suffocante, difficile à supporter quand on est-comme moi- avec des vêtements d’hiver. 

Au moment où l’on s’apprête à sortir du bus, c’est l’heure de la prière et il n’est plus question de bouger de là. On voit alors les pilotes sortir de l’avion avec leur tapis et se positionner sous les ailes pour faire la prière. Durant tout ce temps, nous sommes enfermés dans le bus où la climatisation ne fonctionne pas … Le temps me parait alors interminable.

Tripoli, février 2011 :  le vent de la révolte vient d’atteindre la Libye.

 

 

CENSURE !

15:35 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (4)

jeudi, 17 février 2011

58. Naufrage en baie d'Along

baiealong.jpg

Un bateau de touristes a fait naufrage la nuit dernière dans la baie d'Along, au Vietnam. Cette nouvelle a retenu mon attention car je connais l'endroit où a eu lieu ce naufrage. Cette baie, inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO, est en effet un lieu insolite où surgissent de la mer des milliers de pitons rocheux aux formes les plus variées. Bien des fois à la maison, mon père nous en parlait et, étant enfant, je m'étais fait une image un peu idyllique sans doute de ce lieu.


Naufrage au Vietnam : 1 Français disparu
envoyé par BFMTV. - L'actualité du moment en vidéo.

La réalité m'a un peu déçue : d'abord il faut savoir que la plupart du temps le site est dans les brumes.L'endroit m'a paru assez lugubre, il y règne un silence de mort. D'autre part, un détail m'a frappée : on ne voit ni n'entend aucun oiseau ! Le guide que nous avions n'a pas su me donner la réponse. Mais a-t-il seulement compris ce que je lui avais dit ? J'en doute un peu !

Voici le diaporama des photos que j'avais faites. C'était en janvier 2007 :


VIETNAM 1
envoyé par cheztinou. - Evadez-vous en vidéo.

mardi, 18 janvier 2011

22. Une odeur de jasmin

jasmin.jpg

Il souffle dans l’air comme un parfum de jasmin, qui nous vient de l’autre côté de la Méditerranée et qui me rappelle subitement mon séjour en Tunisie.

mohamed.jpg

Le petit vendeur de jasmin : il s’appelle Mohamed et chaque jour, après la sortie de l’école, il fait le tour des hôtels de Monastir pour vendre ses petits bouquets de jasmin, préparés par sa mère.

C’était en avril 2003, je n’étais encore jamais allée dans les pays du Maghreb et j’avais choisi la Tunisie car c’était un voyage que mon mari et moi avions prévu de faire en 1972, voyage qui n’a jamais abouti.  

Ce matin, j’ai donc repris mes deux albums de photo, photos argentiques et les souvenirs sont aussitôt revenus, intacts.

J’étais partie une semaine à Monastir. De là, j’avais fait des excursions : Sousse, Kairouan, Tunis, Sidi Bou Saïd, Carthage, Nabeul, Hammamet.

Lors de cette semaine je m’étais liée d’amitié avec une jeune femme qui habitait la région parisienne. Elle était accompagnée de sa mère. Nous étions allées ensemble visiter le musée des mosaïques à Sousse.

Nous avons continué à nous écrire pendant quelques années, puis nous nous sommes un peu perdues de vue.

Ce matin donc, j’ai recherché dans mon foutoir un vieil agenda  dans lequel j’espérais retrouver, sinon son téléphone, du moins son adresse. Heureusement que je garde tout. Bingo !

Je téléphone aussitôt :

— Allo, Linda, c’est Danielle. Tu te souviens, nous étions ensemble à Monastir.

— Ah, Danielle de Tours ! Justement je pensais à toi et à notre rencontre en Tunisie …

Et voilà, le contact est renoué. Elle n’est toujours pas équipée d’un ordinateur — ça c’est bête — mais nous allons reprendre la correspondance.

Enfin, souhaitons aux Tunisiens tout le courage possible. Le chemin vers la démocratie est semé d’embûches. Rien n’est encore acquis !