Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 août 2011

160. Bilan d'une décennie -13-


podcast

Mercredi 31 juillet 2002 : en route pour Camagüey ! Une route verdoyante et sinueuse nous conduit jusqu’à la basilique de la vierge de la Charité del Cobre (du cuivre). C’est un lieu de pèlerinage important car c’est la Sainte Patronne de Cuba.

basilique1.jpg

L’arrêt déjeuner s’effectue dans la jolie petite ville de Bayamo. Sur la place centrale, à l’ombre des arbres, les Cubains s’adonnent à leurs jeux favoris : les échecs et les dominos.

Nous assistons à un récital de musique cubaine dans une casa de la trova.

Puis nous reprenons la route. Voici un car très singulier, que les Cubains appellent le chameau car il semble avoir deux bosses. C’est un bricolage astucieux et qui permet de transporter environ 300 personnes à la fois ! On en verra plusieurs circuler à La Havane. Très souvent ils sont peints en rose.

carchameau.jpg

À Camagüey nous visitons le musée Ignacio Agramonte. Dans le patio, j’ai photographié ces grandes jarres à-demi enfouies et qui récupèrent les eaux de pluie.

 

voyage,cuba

Jeudi  1er août 2002 : nous quittons Camagüey dans la matinée. Nous faisons une halte à Sancti Spiritus, très jolie petite ville où les maisons sont en cours de restauration. C’est là que je photographie la petite fille au chien.

cuba.jpg

Nous déjeunons dans la ville puis nous reprenons le car en direction de Trinidad.

Pendant une cinquantaine de kilomètres nous longeons alors la vallée de San Luis, ou « vallée des moulins à sucre ». En effet, cette contrée compta jusqu’à 70 moulins jusqu’en 1850. Cet endroit a été inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité en 1988. Un arrêt est prévu durant lequel nous visitons une ancienne plantation de canne à sucre, aujourd’hui transformée en musée et en restaurant.

hotel brisas1.jpgLe soir enfin, nous arrivons à l’hôtel de Trinidad où nous allons passer deux nuits dans un cadre absolument merveilleux ! Il s'agit de l'hôtel Las Brisas.

J’obtiens une suite avec salon donnant sur le jardin, avec une terrasse privée. C’est la grande classe ! Et vingt mètres plus loin, au bout de cette allée, c’est la mer des Caraïbes …

hoteltrinidad1a.jpg

Eh bien, croyez-le ou non, je me suis baignée !

 

 

Vendredi 2 août 2002 : la journée est consacrée à la visite de la vieille ville de Trinidad, classée au Patrimoine mondial en 1988. Nous visitons également une poterie et le soir nous allons écouter de la musique et guincher ! Ma plus grande crainte était d’être invitée

 

Samedi 3 août 2002 : nous quittons avec un peu de regret l’hôtel Brisas. Mais d’autres lieux nous attendent. Voici la ville de Cienfuegos et son palais transformé en restaurant de haute gamme. La pianiste, installée dans le hall,  joue « La vie en rose » lorsque nous pénétrons à l’intérieur. Ce n’est pas là que le déjeuner est prévu, mais juste en face, de l’autre côté de la route. Je n’ai d’ailleurs aucun souvenir de l’endroit.

pianiste.jpg

L’après-midi, avant de repartir, nous flânons dans les rues. Voici un magasin d’état : par curiosité nous pénétrons voir ce qu’il y a. Hélas, fort peu de choses ! Quelques paires de chaussures d’un autre âge, des vêtements semblant provenir des pays de l’est. J’ai oublié de préciser que nous effectuons tous nos achats en dollars. Nous n’avons aucune monnaie cubaine qui ne nous servirait d’ailleurs à rien. En 2002, les Cubains avaient des tickets de rationnement pour la nourriture. Beaucoup de produits étaient manquants sur les étals (en particulier les produits de toilette tels que savon, dentifrice etc.) Quant à la nourriture en elle-même, nous avons pu constater, en allant sur un marché qu’elle était peu variée. Bref, il y avait une crise, mais une crise que le gouvernement voulait cacher aux touristes. Et puis, ne parlant pas espagnol, il m’était difficile de communiquer avec les gens. Tout était loin d’être aussi rose que ça au pays de la Revolucion !

Le soir, nous couchons à l’hôtel La Granjita de Santa Clara, constitué de petits bungalows disséminés dans la forêt tropicale : la chasse aux moustiques s’avéra fructueuse !

 

À suivre 

20:29 Publié dans Croque mots, Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, cuba

lundi, 01 août 2011

158. Bilan d'une décennie -12-

Mai 2002  :  je suis hospitalisée à la clinique du Parc pour subir une hystérectomie, mot barbare pour désigner l’ablation chirurgicale de l’utérus. L’opération se déroule en musique, le chirurgien m’ayant proposé d’apporter mes CD préférés pour m’occuper l’esprit durant qu’il me charcute. Par un moment j’ai dû avoir une petite faiblesse car je me suis réveillée avec le masque à oxygène. Tout s’est bien passé malgré tout et il m’a ensuite montré le petit sac dans lequel il avait mis tous les fibromes qui s’étaient formés dans l’utérus. On aurait dit un plein sac de billes !

Quatre jours plus tard je ressortais de la clinique.

 Juin 2002 : l’année scolaire s’achève avec un peu de nostalgie. C’est ma dernière classe car l’année prochaine j’intègre un RASED en tant que maîtresse E. L’idée ne m’enchante guère, mais je n’ai pas le choix, si ce n’est de prendre une classe dite normale. Or j’ai trop l’esprit d’indépendance pour me plier aux exigences d’un programme.

Juillet 2002 : j’ai des problèmes de dos et je passe une bonne semaine alitée. Je commence à m’inquiéter car à la fin du mois je pars en voyage. Où ça ?

Au pays des cigares et du rhum, de la musique et de la révolution. À CUBA !

En avant la musica !

 
podcast

Pourquoi ce choix précis ? Sans doute à la suite d’un reportage à la télé, certainement pour la musique du film « Buena vista social club ». Et puis le pays semble vouloir s’ouvrir au tourisme et il me semble judicieux d’en profiter. Deux options s’offrent alors à moi : le séjour à Varadero dans un hôtel au bord de la mer ou bien un circuit dans toute l’île. Quitte à aller à Cuba, ce n’est pas pour rester enfermée dans un complexe à touristes. Dans ce cas-là, autant aller à Trifouillis-les-eaux-grasses ! J’opte donc pour la seconde solution afin de découvrir le pays et ses habitants.

cuba, santiago

Et donc le …

 29 juillet 2002 : dans ma valise j’ai tout un attirail de médocs pour le mal au dos et aussi pour les suites de mon opération. C’est la première fois que je pars en voyage organisé.

Le départ a lieu d’Orly et je suis très surprise quand, à l’enregistrement, j’apprends qu’il y a des places fumeurs !  C’est un vol de la Cubana.

cuba, santiago

L’avion décolle d’Orly à 13h50. Très vite l’ambiance s’installe dans l’avion. Les places pour les fumeurs se trouvent à l’arrière, mais sans séparation et les passagers non-fumeurs ne tardent pas à se plaindre. Il y a de quoi : un Cubain qui vient de se marier et retourne dans son pays passe alors parmi les passagers et offre rhum et cigares à volonté. L’avion se transforme vite en tripot, c’est tout juste si l’on ne se met pas à danser ! Mais quelques heures plus tard, l’arrivée à Santiago s’avère des plus compliquées pour certains qu’il faut soutenir car ils sont trop ivres pour se tenir debout seuls !

À la sortie de l’aéroport un guide nous attend et le groupe se forme peu à peu : une petite vingtaine de personnes. Je me retrouve très rapidement toute seule (les autres étant en couple ou entre amis) et cela le restera d’ailleurs durant tout le voyage, l’ambiance dans le groupe étant des plus désastreuses.

Mais pour l’instant, il est 18h –heure locale- et le bus nous conduit vers notre hôtel situé en-dehors de la ville. Il s’agit de l’hôtel Versalles. Ce qui me frappe tout de suite, c’est  la présence de la police ainsi que les barrières à l’entrée.

Une fois la clef en main, je vais dans ma chambre et je m’allonge car le voyage a quand même été assez épuisant. Quand je me réveille, il est presque 22h ! Tout est plongé dans le noir et j’ai bien du mal à trouver le chemin du restaurant où je me retrouve seule à dîner … face à un orchestre d’une dizaine de musiciens qui ne jouent que pour moi ! Dans mon dos je sens la présence du serveur qui attend impatiemment que je finisse mon assiette pour achever son service.

Oh que ce voyage commence mal ! D’autre part, je m’aperçois que le portable n’est pas utilisable par manque de réseau. Impossible donc de prévenir ma fille que je suis bien arrivée.

Mais que suis-je donc venue faire dans cette galère ?

 

30 juillet 2002 : sitôt réveillée, je me précipite sur la terrasse pour admirer le paysage.

cuba, santiago

Nous sommes dans une région montagneuse et sauvage, très verdoyante. Je fais un petit tour dans le jardin de l’hôtel avant d’aller prendre le petit déjeuner. La flore est particulièrement belle et luxuriante. Ah, si à l’époque j’avais eu mon Réflex ! Mais bon … Tiens, en y songeant, je me dis que j’y retournerai bien ! Dix ans après, il  doit y avoir eu des changements. Fidel est toujours là, mais ça a dû quand même bouger un peu. Enfin revenons au récit.

La journée est consacrée à la visite de Santiago de Cuba, qui est la deuxième ville de l’île par son importance. Il fait extrêmement chaud et humide. On peut admirer de belles anciennes demeures coloniales aujourd’hui occupées par les administrations et quelques écoles. Nous visitons un cimetière ( ?) puis pour la pause déjeuner nous partons au Castillo del Morro, situé à environ sept kilomètres. Cette forteresse fut construite par les Espagnols en 1663 pour protéger la ville des assauts des pirates. On a une très belle vue sur la côte depuis le fort.

cuba, santiago

Retour l’après-midi dans les rues de Santiago, visite du musée Diego Velasquez : cette demeure fut construite en 1516 et c’est la plus ancienne demeure coloniale de toute l’Amérique du sud. Nous terminons la journée devant une pina colada  sur le parque de Cespeda (place centrale).Hum ! qu’elle était bonne, j’en ai encore le goût dans la bouche ! Rien que pour ça, j’ai envie d’y retourner.

cuba, santiago

 C’est là que je croise la fumeuse de Havane :

cuba, santiago

À suivre

 

Rajout : 


Buena Vista Social Club - Bande annonce FR par _Caprice_

17:34 Publié dans Croque mots, Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cuba, santiago

jeudi, 28 juillet 2011

155. Bilan d'une décennie -10-

 


podcast

Mardi 2 avril 2002 : Jean Paul m’emmène à la découverte de San Francisco. Pour nous y rendre, nous empruntons le Bart, l’équivalent d’un métro aérien. Il passe sous la mer juste avant d’entrer dans la ville.

Une petite heure plus tard, nous sommes au cœur du centre ville. De grands immeubles, certes, mais on ne se sent pas écrasé comme à New York.

usa3.jpg

Nous allons flâner du côté des quais, là où les phoques se prélassent tout au long de l’année.

usa4.jpg

Puis descente à pied de la Lombard Street et balade dans les quartiers italien et chinois. Je mets peu de photos car elles ont été prises avec mon argentique et je suis donc obligée de les scanner. Le résultat est très décevant.

usa5.jpg

 

usa7.jpg

 

usa6.jpg

 

usa8.jpg

Mercredi 3 avril 2002 : Jean Paul va chercher la voiture de location et c’est le départ pour l’ouest. Au passage, nous récupérons Clarisse à l’école où elle donne des cours de conversation française.

Je suis étonnée de ne pas voir de grosses voitures. Par contre, c’est impressionnant le nombre de pneus éclatés qui restent sur les bas-côtés des autoroutes.

Le soir, nous dînons et dormons à Ventura.

Jeudi 4 avril 2002 : nous quittons Ventura vers 8h30 et reprenons l’autoroute en direction de Los Angelès. En fin de matinée, nous nous arrêtons à Hollywood, balade sur Hollywood Boulevard.

Hollywood2.jpg

Hollywood3.jpg

etoile1.jpg

etoile8a.jpg

Nous voulions aller à Beverly Hills, mais il y a des travaux sur la route et finalement nous laissons tomber.

Après Hollywood, nous traversons Los Angelès en direction de San Bernardino, puis nous empruntons la route 15 vers Las Vegas.

Le paysage est très monotone, assez désertique. Clarisse et moi sommes installées à l’arrière de la voiture. Jean Paul fera le chauffeur durant tout le circuit.

C’est fou comme les Américains roulent lentement, j’ai l’impression qu’on se traîne. Cela fait plus d’une heure qu’on roule derrière un camion, on ne doit guère dépasser les 80km/h.

— Pourquoi roules-tu aussi lentement ?

— La vitesse est limitée et puis … il ne me reste plus beaucoup d’essence !

— Pourquoi tu n’as pas fait le plein lors de notre dernière pause ?

— Elle était trop chère !

Bon, nous voilà bien. Et aucune station en vue. La nuit commence à tomber, la circulation est quasi nulle. Au loin, dans le ciel, on aperçoit bientôt des éclairs :

— Tiens, il y a de l’orage ?

— Non, ce sont les lumières de Las Vegas que tu vois. Nous en sommes encore à cinquante kilomètres.

Peu avant l’arrivée, la route grimpe. Le voyant d’essence s’allume.  Un silence pesant règne dans la voiture. Pourvu que nous ne tombions pas en panne sèche !

Ouf, voici enfin une station. Jean Paul file :

— Bah, pourquoi tu ne t’arrêtes pas ?

— En face, elle est moins chère !

Sans doute, mais au carrefour où il effectue un demi-tour, il loupe l’entrée de la station et nous voici repartis vers la montagne. Et pas de voie de dégagement sur plusieurs kilomètres. L’angoisse monte encore d’un cran et les engueulades pointent le bout de leur nez.

Finalement nous trouvons un endroit pour rebrousser chemin et là, arrêt à la première station sans s’occuper du prix.

Le plein d’essence étant fait, nous pénétrons donc dans la ville. Il est environ 23h.

Ça clignote de partout. Nous remontons lentement le Strip, long d’environ 6km.

Le fils de Jean Paul nous a réservé deux chambres au Hilton. L’hôtel ayant plus de 3000 chambres, il faut bien les remplir. C’est pourquoi on peut obtenir des prix très avantageux.

hilton.jpg

Après une attente interminable à la réception où une foule compacte et bigarrée se presse (Américains débraillés et suants),   nous obtenons ENFIN les clés. Je suis au 26e étage et mes amis au 27e.

Nous nous fixons donc rendez-vous à la sortie de l’ascenseur une heure plus tard. Oui, mais nous n’avions pas songé que cet établissement dispose de plusieurs ascenseurs et pendant que j’attendais à un endroit, ils étaient à un autre endroit. Ce petit jeu de cache-cache a duré facilement une heure. Et pas moyen de les joindre car ils n’avaient pas de portable à l’époque !

Nous finissons quand même par nous croiser et nous allons ENFIN dîner, car les émotions ça creuse ! Ensuite balade sur le Strip, parmi le vacarme. Nous entrons dans un casino. Je suis quand même frappée par le laisser-aller des Américains et je suis très étonnée de constater que dans ces lieux on peut fumer comme on veut et même écraser la cigarette sur la moquette !

lasvegas3.jpg

Enfin bref, j’ai  très vite mal au crâne et c’est avec plaisir que je me retrouve dans la chambre. Il est environ 4h du matin. Avant de me coucher, je jette un œil  par l’immense baie vitrée, Et là,  je songe soudain au film « La tour infernale », avec Steve Mac Queen et en considérant les lieux avec plus d’attention, je remarque que ma chambre ressemble étrangement à celle où un des acteurs, voulant échapper aux flammes, saute par la fenêtre ! Je suis prise alors d'une subite bouffée d’angoisse. Et si le feu se déclarait ? Heureusement la fatigue et la plus forte et je finis par m’endormir.

Au petit matin – enfin plutôt vers onze heures - je me réveille et après avoir plié bagage, je vais faire quelques photos à l’extérieur de l’hôtel. La ville semble totalement déserte. Il est vrai que c’est une ville où l’activité principale se déroule la nuit.

Je quitte cet endroit très kitsch sans regret. Je n’y retournerai probablement jamais, mais au moins j’aurai vu à quoi ça ressemble, ce Las Vegas qui fait rêver d’envie tant de gens. Y a vraiment pas de quoi fouetter un chat, foi de Tinou !

 À suivre

samedi, 23 juillet 2011

150. Bilan d'une décennie -7-


La musique est tout particulièrement dédiée à Peggy !


podcast


Que la fête commence !

Nous sommes donc le samedi 22 décembre 2001, il est 17h et nous montons dans le TGV. Arrivées à Montparnasse, nous prenons un taxi qui nous conduit dans un hôtel près d’Orly où nous avons réservé une chambre. Notre avion décolle le lendemain matin et nous devons nous trouver à 5h pour l’enregistrement des bagages.

 

Dimanche 23 décembre :

Première déconvenue. L’avion est annoncé avec du retard. Une attente très longue, ennuyeuse au possible et qui va s’éterniser. Finalement ce n’est que vers 15h que l’avion décolle !

Nous sommes placées tout à l’avant de l’avion, au-dessus de la cabine des pilotes. Je suis coincée près du hublot. C’est mon premier voyage en avion, je n’ai pas d’appréhension majeure, si ce n’est d’être obligée d’attendre assez longtemps avant de pouvoir fumer. Et ça, pour attendre, j’ai attendu !     

Après avoir fait quelques mots croisés pendant environ une heure, je commence à trouver le temps long. J’admire Peggy, impassible, plongée dans la lecture d’un roman. Moi je m’énerve et l’exaspération se transforme bientôt en déprime totale. 

Mais qu’est-ce que je suis venue faire dans cette galère ? C’est bien la première et dernière fois que je prends l’avion ! 

Je passe successivement de la somnolence à des plaintes :

On en a encore pour longtemps ?

Les gens autour de moi semblent calmes. Mais comment font-ils donc ? On est serré comme des sardines dans une boîte. Comme dit le p’tit Gibus : Si j’aurais su, j’aurais pas v’nu !

Et les heures s’écoulent, interminables.

Soudain je constate que l’avion perd de l’altitude. Un soupir de soulagement me vient aussitôt :

— Ah, ça y est, on est enfin arrivé ?

— Ah non, rétorque le monsieur assis près de Peggy. On fait escale à Saint-Martin.  

L’escale dure une bonne heure et l’avion redécolle.

Finalement, au bout de 14h d’un voyage totalement épuisant, nous voici enfin à Fort de France. Il doit être environ 1h du matin. (Je n’ai pas noté l’heure précise).

À la descente d'avion le Père Noël est là en personne pour nous accueillir !

mart2.jpg

Bon, maintenant, direction le bureau de location de voiture. Là encore, c’est la queue et il faut bien compter une heure avant de pouvoir s’installer au volant.

La première chose qui me frappe, ce sont tous les bruits de la faune, en particulier les grenouilles.

Nous atteignons l’hôtel. L’endroit est très agréable et notre chambre, donnant sur la piscine, est spacieuse. Un plateau repas nous attend.

Pour l’heure, nous nous couchons. On verra mieux demain !

 

Lundi 24 décembre :

 

mart1.jpg

Après un copieux petit déjeuner près de la piscine, nous attendons la représentante de NF qui nous propose différentes activités à faire durant notre semaine de séjour. Nous en choisissons deux ou trois, puis nous prenons le bateau qui relie la pointe du bout à Fort de France.

mart1a.jpg

mart2a.jpg

Balade dans la ville ; j’en profite pour m’acheter une tenue légère (ma fameuse tenue léopard que je porte toujours !), et des sandales. Nous déjeunons dans un petit restaurant bien sympathique où nous dégustons des spécialités de la cuisine créole.  Puis c’est le retour à l’hôtel …

Le soir un dîner de Réveillon est prévu. Certains touristes viennent râler à la réception car cela ne faisait pas partie de leur forfait et ils ne veulent pas payer le supplément.

Peggy et moi sommes très fatiguées et nous n’attendons pas le dessert. Nous allons piocher quelques fruits disposés sur les tables du buffet pour la décoration. Dans le coup, les autres touristes font de même !

 

Mardi 25 décembre : c’est Noël !

Aujourd’hui, nous avons prévu de faire quelques excursions en voiture. Premier arrêt dans une maison située au nord de Fort de France. Du jardin nous avons une très belle vue et nous pouvons apercevoir l’île de Sainte Lucie au loin. Le jardin est rempli d’oiseaux-mouches ; malheureusement ils sont difficiles à photographier.

mart3a.jpg

Second arrêt au jardin de Balata, un splendide jardin entourant une maison créole. Ce lieu est un véritable enchantement, mais la visite est gâchée par un soudain mal au crâne qui persistera un bon bout de temps.

mart4.jpg

mart6.jpg

mart7.jpg

mart5.jpg

Nous reprenons la route et, comme il est bientôt midi, nous cherchons un endroit où manger. Les restaurants sont assez rares et finalement nous nous arrêtons au Morne-Rouge. Nous sommes accueillies par une Martiniquaise qui est seule à faire la cuisine et le service. Comme l’attente risque d’être assez longue, elle nous met tout de suite à l’aise :

Faites comme chez vous, les bouteilles sont là, servez-vous ! 

mart9.jpg


Au menu, nous avons mangé … à vrai dire je ne me souviens plus du tout ! Mais si mes souvenirs sont bons, c’était le plat traditionnel de Noël.

Le temps est très changeant à cette période de l’année et les averses sont assez fréquentes mais ne durent jamais très longtemps. D’ailleurs ce n’est même pas la peine de se couvrir car on est très vite séché par le soleil qui revient aussitôt après.

Après le repas, nous partons en direction de Saint-Pierre. Nous visitons alors le musée qui relate l’éruption de la Montagne Pelée qui détruisit la ville entière en 1902. Il n’y eut que peu de survivants de cette terrible catastrophe (voir le lien).

 

mart8.jpg

Nous rentrons ensuite tranquillement en longeant la côte : Le Carbet, Case Pilote, Schoelcher.

Nous sommes surprises par la rapidité à laquelle la nuit tombe, vers 17, 18h.  

Demain, excursion en groupe !

À suivre 

lundi, 16 mai 2011

122. Carnet de voyage en Inde -17-

Samedi 23 avril : une journée à Bénarès

 Mon portable sonne : il est 4h du matin. Un réveil bien matinal pour assister à quelque chose d’unique.

Nous quittons l’hôtel à 5h et le car nous laisse près des ghâts, ces fameux escaliers qui mènent jusqu’au fleuve. Nous descendons sur les rives du Gange et embarquons à bord d’une grande barque. Le soleil n’est pas encore levé et le ciel est gris, teinté de rose. Une légère brume s’élève au dessus de l’eau. La barque  avance doucement sur l’eau, sous l’impulsion des énergiques coups de rames donnés par deux Indiens.

In2de 778.JPG

À cette heure matinale il y a déjà de l’animation : chaque matin, les gens viennent en effet se laver et se purifier dans les eaux du fleuve sacré. Mon dieu, quelles eaux ! … Les petites bougies de la veille finissent de se consumer sur leurs feuilles, des guirlandes d’œillets d’Inde flottent encore, d’autres sont venues s’échouer sur les rives.  Sur la berge, les laveurs tapent le linge sur des planches, les hommes et les femmes entrent dans l’eau, prient, parlent, rient … Les enfants s’ébrouent joyeusement parmi les détritus qui flottent sur les bords du fleuve. D’autres se soulagent sans aucune pudeur.

Les embarcations avancent très lentement, comme pour ne pas venir perturber le spectacle qui est offert à notre vue. Ce spectacle est exceptionnel, unique au monde ! J’ai rarement ressenti autant d’émotion – si ce n’est peut-être lorsque j’ai découvert le quartier des pêcheurs(Guet N’Dar)  à Saint-Louis au Sénégal.

Un peu plus loin, sur des bûchers, les corps finissent de se consumer lentement. Près des cendres fumantes encore, quelques chiens errants sont couchés dans l’attente (peut-être) d’ossements humains à dévorer. Les cendres seront ensuite jetées dans le fleuve …

Quel monde étrange ! Cette vision a quelque chose d’apocalyptique.

Le bateau rejoint bientôt la berge et nous pénétrons alors dans la vieille ville de Bénarès. Ville est un bien grand mot pour ce dédale de ruelles sombres, étroites, sales, où règne une forte odeur d’urine, d’excréments. Les vaches y sont reines : elles encombrent les passages et gare à ceux qui oseraient venir les en chasser !

In2de 813.JPG

Durant ce périple, j’ai passé le plus clair du temps à regarder où je mettais les pieds. J’avais l’impression de jouer à la marelle et sautillant par-dessus les saletés au sol. Et puis, il y a les rats ...

Retour à l’hôtel pour le déjeuner. Puis, en début d’après-midi, nous reprenons le car pour aller visiter le site archéologique de Sarnath. Nous sommes à peine installés dans le car que nous nous arrêtons 100 mètres –que dis-je, 50 mètres !- plus loin :

Tiens, une boutique ? Il y avait longtemps ! Et c’est quoi aujourd’hui ? Ah ! de la soie … 

Il est 13h30, il règne à l’extérieur une chaleur étouffante. Tout le monde s’engouffre dans le magasin, histoire d’être au frais. Je suis le mouvement… Seulement, une heure plus tard, je commence à trouver le temps particulièrement long ! Ce n’est pas que la marchandise proposée soit inintéressante, c’est tout simplement que je n’ai pas envie d’acheter. Finalement je me décide à sortir et attendre à l’extérieur que les autres se décident dans leurs achats compulsifs. Hélas, dehors il doit faire 45 degrés et pas un arbre en vue, ni un banc où s’asseoir. Je reste donc adossée à un muret et bientôt voici un petit vieux qui arrive :

Teen roupies, teen roupies, teen roupies …   

J’ai beau l’ignorer, il continue sa litanie sans avoir l’air de vouloir s’arrêter. Au bout de la vingtième (ou trentième) répétition, je sens que j’ai les nerfs qui vont lâcher. Je me prends soudain à rêver de mon petit bout de jardin verdoyant où les rosiers doivent être en fleurs.

Mais que diable suis-je venue faire dans cette galère ?

Je m’apprête à retourner à l’intérieur du magasin pour prévenir Netra Pal que je rentre seule à l’hôtel, prétextant une soudaine fatigue, et prévoyant déjà une balade toute seule, quand Véronique sort du magasin. Bon, il y a de l’espoir … Les autres arrivent, me dit-elle.

Il est 15h quand nous quittons les lieux. Avant de remonter dans le car, j’aperçois un malheureux petit singe affublé de vêtements et que son dresseur force à tournoyer sur un air de tambourin. Ça finit de m’achever…

In2de 828.JPG

Nous arrivons peu après dans le village de Sarnhat. C’est en ce lieu que le Bouddha prononça son premier prêche devant ses cinq disciples. Le site est un ensemble de ruines de monastères et de stupas qui s’étend sur plusieurs hectares. Il y a aussi un musée archéologique regroupant des vestiges dont certains datent de 2500 avt J.C.

Arrivée à ce stade de la journée, je ne suis plus en mesure de prêter la moindre attention à ce que je vois. J’ai donc totalement zappé cette visite. Vous trouverez plus d’informations ICI.

Un peu plus loin, nous trouvons un temple bouddhiste construit et entretenu grâce au financement nippon. Dans le jardin on peut voir des statues représentant Bouddha et ses disciples.

In2de 839.JPG

Mes notes, écrites chaque soir avant de me coucher, s’arrêtent ici. J’ai écrit en dernier que nous avions rejoint l’hôtel à 18h30.

Pour le reste, je vais faire appel à mes souvenirs.

À suivre


Inde 2011-9- par cheztinou

04:00 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, benares, gange