Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 08 janvier 2012

8. Bilan d'une décennie -79-

En ce mois de janvier 2009, je suis donc au Bénin. Arrivée dans la nuit du 16 au 17, j'embarque le lendemain, en compagnie d'une dizaine de personnes, dans un petit train qui remonte à la vitesse d'un escargot vers le nord du pays.

Suite du périple en train : de Dassa-Zoumé à Parakou.


BÉNIN -2- par cheztinou

À Parakou, tout le monde descend. Nous continuons le voyage en 4x4 en direction du parc de la Pendjari situé au nord-est du pays et s'étendant sur trois pays différents : le Burkina Faso, le Bénin et le Niger.

voyage, bénin, parakou, pendjari

Avant d'arriver à la Pendjari, nous faisons un détour pour visiter un village typique, à Kaneka Koko. C'est là que nous découvrons le féticheur qui semble perdu dans la fumée aux effluves bizarres de sa pipe.

voyage, bénin, parakou, pendjari

De Parakou à Kaneka Koko :


BÉNIN -3- par cheztinou

Nous passons une nuit dans le parc et nous effectuons un safari photo. Décevant car les animaux sont en fait peu nombreux et il faut se trouver au bon endroit au bon moment ! Cependant à la soirée nos efforts sont récompensés puisque nous nous trouvons nez à nez avec une lionne et ses petits ...

Parc de la Pendjari :


BÉNIN -4- par cheztinou

18:44 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, bénin, parakou, pendjari

jeudi, 29 décembre 2011

295. Voyage au Cameroun

En septembre dernier, je vous faisais part de mon intention d'aller au Cameroun. Ce matin, j'ai été informée de l'annulation du départ prévu en février -faute de volontaires!-.

Mais, bonne nouvelle, le départ en mars est garanti ! Il ne reste plus qu'à prendre son mal en patience.

voyage, cameroun, réserve, dja, pygméesDurant ce voyage, je vais visiter le parc national de La Mefou-Ebogo et la réserve du Dja, passer deux jours et deux nuits chez les Pygmées Baka et terminer par un petit farniente à Kribi, sur la côte atlantique.

J'ai découvert un site très intéressant qui donne un aperçu de ce qui m'attend, c'est ICI que ça se passe.

Finalement, deux mois d'attente, ça me laisse du temps pour m'entraîner.

S'entraîner à quoi ?

À ça : 

lundi, 26 décembre 2011

292. Bilan d'une décennie -78-

Voici donc l'année 2009.

16 janvier 2009 :

Je suis à l'aéroport de Roissy en partance pour une nouvelle destination. Le décollage a lieu vers 12h30, l'avion est un Airbus A-320 de la compagnie slovène Adria.

Quelle destination ? En premier lieu,Tripoli, en Lybie. Là je change de vol et quelques heures plus tard l'avion atterrit sous un violent orage à Douala, au Cameroun. Mais je ne suis pas encore au bout de mes peines.

Finalement, c'est vers 2h30 du matin que  l'avion atterrit à Cotonou. BIENVENUE AU BÉNIN !

Je ne vais pas reprendre ce voyage en détail car cela serait sans doute fastidieux -pour vous comme pour moi d'ailleurs !-. Je vais simplement mettre un lien qui vous permettra -si vous le souhaitez- de lire ou relire le récit de ce voyage.

Voici la première note, ICI.

Par contre, je vais rajouter à chaque fois les diaporamas que j'ai réalisés. Une façon plus distrayante de découvrir ce pays !



BÉNIN -1- par cheztinou

19:54 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, afrique, bénin

dimanche, 04 décembre 2011

263. Bilan d'une décennie -73-

Voyage au Sénégal, épilogue

Vendredi 21 décembre 2007, suite et fin :
Il me reste encore un peu de temps pour flâner dans les rues de Saint-Louis. Tous les gens s’affairent dans les maisons et la ville est devenue subitement bien calme.

A midi je retourne à l’hôtel de La Résidence où nos valises ont été déposées avant le transfert pour Dakar.

J’y retrouve Anne et Louis qui ont bien du mal à digérer le fait de partir dans la nuit !

Sont également présents deux autres couples dont le vol, en direction de Nantes, est fixé vers 19h.

Nous déjeunons ensemble puis c’est le chargement des valises dans le minibus.

voyage, croisiere, senegal, bou el mogdad

Adieu Saint-Louis ! Reviendrai-je un jour ? Derniers clichés de l’hôtel… Au passage j’en profite pour laisser mes coordonnées de blog.

 

voyage, croisiere, senegal, bou el mogdad

Le trajet est beaucoup moins fatigant qu’à l’aller, la circulation est quasi inexistante et le petit car file sur la route. De temps à autre on aperçoit une carcasse d’animal sur le bas-côté. Des bandes de vautours voraces s’appliquent à le dépecer.

 

voyage, croisiere, senegal, bou el mogdad

 Le chauffeur, très sympa, nous arrête à deux reprises pour faire une pause clope et prendre en photo quelques baobabs.

 

voyage, croisiere, senegal, bou el mogdad

Les abords de Dakar sont plus difficiles. La ville est en pleine construction, partout des immeubles neufs et des ébauches de grands axes.

Nous arrivons bientôt devant l’entrée de l’aéroport. L’accès en est gardé par des hommes armés qui demandent à voir les passeports. A l’intérieur c’est un grand brouhaha, d’énormes files d’attente de touristes bronzés qui reviennent des clubs de la côte. Un guide nous attend pour se charger des formalités d’embarquement. Nous quittons les Nantais qui prennent la queue pour l’enregistrement de leurs bagages. Le guide  revient peu après avec mon billet. Mon vol est à 21h. Mais Anne et Louis sont prévus pour le vol de nuit. Anne se précipite alors au guichet pour essayer d’obtenir des places dans le vol de 21h. Elle va ainsi attendre, debout, pendant près de trois heures, un éventuel désistement qui leur permettrait d’avoir des places. J’ai été obligée de les quitter pour enregistrer mes bagages.

Dans la salle d’embarquement la confusion est totale. Les affichages ne correspondent pas à ce qui est annoncé. Les gens s’énervent. Je m’installe prendre un café et j’observe toute cette foule surexcitée… Soudain je vois apparaître Anne ! Ils ont réussi à obtenir deux places.

Ah, le vol pour Roissy est annoncé porte 3A et il s’affiche au-dessus de la porte 4A. Bousculades… 3 ou 4 ? Finalement ce sera porte 4.

Bienvenue à bord ! Airbus A320. J’ai la place 11D. Petit problème, il n’y a pas de place 11D.

De 11C, on passe directement à 11E ! Le steewart me demande alors de patienter.

Voici bientôt le passager de la place 11E. Comme d’autorité j’avais posé mes affaires sur le siège, il s’installe donc près du hublot, en 11F.

Bon,  l’embarquement semble être fini, je me réinstalle donc en 11E. Je me retrouve à côté d’un Sénégalais, très chic dans son costume taillé sur mesure et sa chemise blanche qui fait ressortir sa couleur de peau. L’avion décolle bientôt, la nuit va commencer. 

Samedi 22 décembre 2007 :

Vers 2h30 du matin l’avion atterrit à Agadir pour un changement d’équipage. Ensuite nous redécollons en direction de Marseille. Allez, va pour Marseille, après tout, on n’est pas pressé !

Mon voisin d’une nuit me quitte à l’escale suivante. Il est chef de rang dans un restaurant de la côte…Non, je ne donne pas mon numéro de téléphone, mais je veux bien noter le vôtre.

Dernier regard discret. Que j’aime ces rencontres éphémères !

Marseille se réveille doucement dans la brume. La moitié des passagers est descendue. Il reste deux petites heures avant d’atteindre Roissy. Il est à peu près 9h quand l’avion atterrit.

Brrr, qu’il fait froid !

Je récupère très rapidement ma valise. Bises Anne et Louis, on s’écrira !

Je rejoins le Terminal 2.  Il ne reste plus qu’à attendre 13h37, l’heure du TGV qui va me ramener à la maison.

15h 20, voici Saint-Pierre-des-Corps. Je saute dans un taxi. Arrivée devant la maison, je suis obligée d’ouvrir la valise sur le trottoir pour retrouver la clef. Ah, la voici, cachée tout au fond.

« Bonjour Popy et Théo ! »

 L’année 2007 se termine  bientôt. Que me réserve 2008 ? Vous le saurez au prochain numéro !

jeudi, 01 décembre 2011

260. Bilan d'une décennie -72-

Jeudi 20 décembre 2007, suite et fin :

Notre visite de Saint-Louis continue, toujours en calèche. La ville connait une animation survoltée, beaucoup de familles arrivent pour les fêtes, d’autres partent…

dec07 365.jpg

Le soir nous prenons notre dernier repas à bord : entre temps, j’ai reçu un message de ma fille. Je m’inquiète aussitôt car en règle générale nous ne communiquons que par textos. J’essaie de la joindre mais en vain, je n’ai pas de couverture ! Déjà trottent dans la tête toutes sortes de scénarios : mort d’un chat, cambriolage, accident de voiture… Que diable a-t-il pu se passer pour qu’elle essaie de me joindre ? Par chance, je réussis un peu plus tard à ouvrir le message. Elle avait des minutes en rabe sur son forfait et en profitait pour me téléphoner. Oh ! quelle frousse j’ai eu et, dans le coup, je me suis tapée trois cocktails pour me remettre…

Au dîner qui fut excellent mais que j’ai oublié de noter dans mes tablettes, Sophie nous présente le programme du lendemain. Est-ce l’effet des cocktails ou la fatigue, toujours est-il que je n’ai pas très bien capté toutes ses indications. Je sais seulement que nous devons quitter le bateau à 8h du matin. Il faut donc boucler les valises dès ce soir…Il est temps de prendre la deuxième valise que j’avais emportée pour le retour,  sachant qu’à chaque fois je me retrouve trop chargée.

 Il me semble avoir fait le tour, bien sûr il faudra rajouter les achats de dernière minute, à savoir un énorme hippopotame le lendemain, et diverses bricoles à l’aéroport pour liquider les francs CFA.

Mais pour l’instant, c’est le casse-tête : prévoir au dessus les vêtements d’hiver. Tiens à ce propos, j’ai récupéré mon manteau à l’hôtel La résidence !

La valise principale est bouclée définitivement, c’est l’essentiel. Quant à l’autre, elle devra s’adapter coûte que coûte.  Bon maintenant il n’y a plus qu’à dormir !

 

Vendredi 21 décembre 2007

 Huit heures, la cabine est libérée, les valises ont été descendues à quai. Bon, que fait-on maintenant ? Une grande partie du groupe ne repart que demain. Pour eux, une journée à la plage a été organisée, sur la Langue de Barbarie. Ils dormiront le soir à l’hôtel La Résidence et quitteront Saint-Louis dans la matinée.

Sophie m’a dit que je partais seule pour Dakar en début d’après midi. Louis et Anne, qui étaient arrivés avec moi, ne sont pas inscrits sur le même vol, mais doivent partir dans la nuit !

 

dec07 396.jpg

Bon, pas de panique, profitons des derniers instants pour aller se balader dans les rues. C’est aujourd’hui que doit se dérouler le massacre des moutons. Ils sont tous bien beaux, lavés, décorés et le supplice ne devrait plus tarder. Un Sénégalais nous explique que l’égorgement aura lieu une fois que l’imam aura fini sa prière à la mosquée et aura tué son mouton.

 

dec07 387.jpg

Françoise, une amie du groupe, et moi allons donc voir  le mouton de l’imam ! Ah pour sûr, c’est le plus beau, le plus gros et le plus enrubanné (je parle bien évidemment du mouton, pas de l’imam que nous n’avons pas aperçu). Déjà les premiers fidèles se pressent à la mosquée. Il n’y a que des hommes, ayant tous revêtus des habits traditionnels somptueux. Vous auriez vu les couleurs ! Une splendeur… Hélas pas de photos. Les seules autorisées sont celles des moutons.

La fébrilité est perceptible chez les animaux, chez moi aussi d’ailleurs ! Je m’attends à voir bientôt les rues transformées en un vaste champ de bataille, le sang dégoulinant sur le sol, avec pour bruit de fond les cris d’agonie des bêtes.

Ah, ça y est, l’imam a fini son sermon. Tous les fidèles se précipitent hors de la mosquée. Attention, préparez vos couteaux, sortez les bassines, le spectacle va commencer.

Ouf ! l’égorgement se fait à l’intérieur des maisons, les moutons sont rentrés  et nous échappons ainsi à la boucherie. Alors nous retournons voir où en est le dépeçage du mouton de l’équipage.

 

dec07 434.jpg

Le matin même la pauvre bête -qui était enfermée dans la salle des machines depuis quelques jours déjà-  avait été sortie et soigneusement lavée sous l'œil attentif de de Sophie. Quand nous arrivons, l’animal vient juste de trépasser et a été installé pour le découpage.

Travail fait avec application jugez-en par vous-même !

 

dec07 441 (2).jpg

 

dec07 456.jpg

Déjà les premières odeurs de viande grillée se répandent dans la ville. Hum, ça me donne faim !

Après le découpage, c'est le nettoyage des tripes dans l'eau du fleuve qui prend très vite des teintes rosées.

 

dec07 473.jpg

A suivre…