Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 juin 2012

111. Maman, les p'tits bateaux

Lundi soir, j'ai regardé l'émission de Mireille Dumas concernant la croisière âge tendre d'anciens chanteurs tombés dans l'oubli depuis belle lurette pour certains d'entre eux. Pathétique de voir tous ces gens tomber en pamoison devant leurs idoles ! Tout ça se déroule sur la Méditerranée, à bord d'un de ces immeubles flottants pouvant accueillir jusqu'à 4000 passagers, le Fantasia (petit frère du Concordia sans doute). Bref, pour ceux que cela intéresse, la deuxième partie de l'émission sera projetée lundi prochain sur France 3.

J'en reviens aux croisières. Cela fait un petit moment déjà que l'idée d'une croisière me trotte dans la tête. De temps à autre, je vais jeter un œil sur les sites de voyages fluviaux. J'ai également reçu le catalogue de Croisieurope qui propose de très belles prestations fluviales ou maritimes et je me suis inscrite pour recevoir les nouveautés.

Justement, je viens de recevoir aujourd'hui une promo pour un voyage sur le Danube, promo d'autant plus attractive qu'elle offre le voyage à moitié-prix. 

msfrance.jpg

Je me suis aussitôt précipitée sur le téléphone pour réserver. Le voyage commence à Strasbourg d'où nous partons en car en direction de Passau en Allemagne. Là nous embarquons à bord du MS France, un bateau de taille humaine. Puis navigation sur le Danube avec des escales à Linz, Grein, Melk, Dürnstein, Vienne, Bratislava et enfin Budapest. Retour en avion à Strasbourg le 26 juin.

Il était un petit navire, il était un petit navire,

Qui n'avait ja-ja-jamais navigué

Qui n'avait ja-ja-jamais navigué ohé ohé !

16:33 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : croisiere, fluviale, danube

dimanche, 20 mai 2012

98. Bilan d'une décennie -92-

De retour d'Istanbul, je m'inscris à des cours d'anglais pour avoir quelques notions de base. Je me suis également inscrite sur le site d'OVS Tours ( On va sortir !). Cela me permet de rencontrer d'autres personnes venant d'horizons divers. C'est ainsi que je fais la connaissance de Christine.

L'année se termine sans évènement important à noter.

Année 2010 :

21 février : petit tour au Carnaval de Manthelan.  


Manthelan 2010-2- par cheztinou

En avril, je retourne visiter le parc de La Haute Touche à Obterre, dans l'Indre, puis, en compagnie de Julie et Olivier, je vais visiter le parc  "Terra botanica " à Angers qui vient tout juste d'ouvrir ses portes. Mais je suis déjà impatiente de partir à l'aventure.

22 mai  2010 :  Le grand jour est enfin là ! Direction Roissy où je passe une nuit à l'hôtel avant de m'envoler pour Moscou.

Que de fois j'ai rêvé de ce voyage mythique dans le Transsibérien. Jamais je n'aurais pensé qu'un jour je pourrais enfin réaliser ce rêve. Eh bien ça y est ! 

Je ne vais pas revenir sur les détails de ce voyage, mais j'en garde un souvenir très fort : les péripéties à Moscou où l'on a failli rater le départ du train, la nuit sous la yourte en Mongolie et enfin Pékin dans les brumes de la pollution, la Cité Interdite et la Grande Muraille de Chine. 


Moscou-4- par cheztinou


Pékin-1- par cheztinou


La steppe mongole par cheztinou

Et puis ma vie reprend son cours normal. 

Juillet 2010 : 

Festival des jardins à Chaumont-sur-Loire :


Chaumont-sur-Loire 2010 par cheztinou

La mort de mon chat Popy survenue fin juillet me plonge dans une profonde tristesse. Elle fait ressurgir  d'autres souffrances que je croyais disparues. C'était le chat de mon mari.

L'été s'écoule doucement avec quelques sorties ( la maison de George Sand à Nohant, le château de Gizeux, le château de l'Islette).


Château de l'Islette par cheztinou

Octobre 2010 :

Monique qui faisait partie du groupe lors de mon précédent voyage me prête sa maison située sur l'île de Hoëdic, dans le Morbihan.


Hoëdic-2- par cheztinou

À suivre 

06:02 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2)

vendredi, 18 mai 2012

97. Bilan d'une décennie -91-

Je reprends cette série de notes que j'avais laissée un peu dans l'oubli depuis février. Un petit rappel : nous sommes en septembre 2009 et je suis à Istanbul pour une semaine.

Je vous ai emmenés faire une balade en bateau sur le Bosphore, puis nous avons visité le fabuleux palais de Topkapi, ICI.

On ne peut quitter Istanbul sans voir la basilique Sainte Sophie, ainsi que la mosquée Bleue.


ISTANBUL 3 par cheztinou


ISTANBUL 6 par cheztinou

C'est fou comme je me sens bien dans cette ville. Je trouve qu'il y règne une atmosphère tout à fait envoutante. Si par hasard vous aviez l'intention d'y aller, n'hésitez pas à me contacter. Je peux vous donner quelques conseils utiles !

Pour terminer ce chapitre, partons sur les îles des Princes.


ISTANBUL 5 par cheztinou

En visionnant mes diaporamas ce matin, cela m'a donné envie d'y retourner. Il y a encore plein de choses que je n'ai pas eu le temps de voir.  

06:22 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, turquie, istanbul

mercredi, 04 avril 2012

71. Carnet de voyage au Cameroun -10-


podcast

Samedi 24 mars 2012 : fin du voyage

 Après un agréable petit déjeuner pris face à la mer, nous allons faire un tour de marché à Kribi. Un marchand de viande accepte volontiers que l’on photographie son étal.

voyage, afrique, cameroun

voyage, afrique, cameroun

Ensuite nous partons voir la criée aux poissons. Il régne en cet endroit une forte animation : poissons et crustacées divers sont étalés sur des grandes dalles de faïence blanche et les gens viennent choisir.

voyage, afrique, cameroun

voyage, afrique, cameroun

voyage, afrique, cameroun

Un peu plus loin on peut s’attabler pour boire ou manger des poissons tout frais qui sont ensuite cuisinés sur place. Nous prenons un pot avant de retourner à l’hôtel.

— Après le repas, sortez vos valises des chambres. Ceux qui le souhaitent auront encore un peu de temps pour aller se baigner. Nous partons à 15h !

voyage, afrique, cameroun

Flûte de flûte, la mer est haute et a entamé sa descente et les vagues sont trop fortes. J’aurai donc encore loupé l’occasion d’aller me baigner.

Il est 15h, le groupe est au complet. Après une dernière inspection des lieux pour vérifier que nous n’avons rien oublié, nous nous engouffrons dans le minibus.

En route pour Douala !

Nous atteignons la ville vers 17h mais la traversée pour atteindre l’aéroport est un véritable parcours du combattant. Jamais encore je n’avais vu de tels embouteillages ! C’est une longue file de camions transportant des containers chinois (tiens, encore eux ?), des camions d’essence, des motos, des voitures déglinguées, de puissants 4x4 aux vitres fumées … Ça double à gauche, à droite, dans le fossé même –au risque de renverser les piétons-  sous le regard désespéré des agents présents qui  sont totalement dépassés par la situation. Bref, on met deux heures pour faire environ 5 kilomètres !

Arrêt dans un restaurant tout près de l’aéroport. À la fin du repas, c’est Alain qui prononce le petit discours d’adieu et remet les enveloppes à Bertrand, Daniel et Désiré, le chauffeur.

Voici l’aéroport. Une foule énorme et bruyante est agglutinée sur le trottoir face à l’entrée. Les flics sont omniprésents, interdisant l’accès à quiconque ne prend pas l’avion. Bertrand ne peut donc pas entrer, les adieux sont précipités …

La camionnette de police, sirène hurlante, fait le va-et-vient devant l’aéroport, faisant mine de rentrer dans la foule qui recule puis reprend aussitôt position. Ah l’Afrique !

L’enregistrement se fait assez rapidement, mais nous devons passer plusieurs contrôles. Au dernier d’entre eux, nous devons ouvrir le bagage à mains.

— Ah oui, effectivement, j’ai oublié d’enlever mon flacon de gel douche !

Par chance le hall d’embarquement est climatisé car dehors la chaleur est particulièrement étouffante. Cela n’empêche pas quelques moustiques vindicatifs de venir nous piquer une ultime fois.

L’embarquement survient rapidement, mais ensuite l’attente est relativement longue. Il faut dire que maintenant les gens ont pris l’habitude de prendre une valise comme bagage à mains et il devient de plus en plus difficile de loger tous ces encombrants bagages. Pour ma part, je n’ai que mon petit sac à dos que je place sous le siège devant moi.

Dimanche 25 mars 2012 :

Durant la nuit, j’ai regardé deux films dont je ne me souviens d’ailleurs plus, j’ai somnolé un peu.

7h : arrivée à Roissy.

— Bon retour à tous et peut-être à une prochaine fois, qui sait ?

Taxi ! gare Montparnasse, s’il vous plait !

Il fait beau, tant mieux.

8h30 : gare Montparnasse. J’ai un train dans une petite heure.

— Mince, j’ai oublié de recharger mon téléphone, impossible de prévenir Peggy. Tant pis, je prendrai un taxi.

10h30, devant la maison :

— Mais où ai-je fichu les clefs ?

Je suis obligée de vider en presque totalité le contenu de la valise sur le sol devant l’entrée.

— Ah, les voici enfin !

Un tour de clef et, derrière la porte, mon Théo est là qui attend …

FIN

Ce voyage vous a plu ? Alors, n'hésitez pas à me laisser un commentaire, ça ne coûte rien et moi, ça me fera plaisir !

05:40 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : voyage, afrique, cameroun

mardi, 03 avril 2012

70. Carnet de voyage au Cameroun -9-


podcast

Jeudi 22 mars 2012 : l’hôtel des Anges.

Nous quittons Yaoundé et l’hôtel Safari sans regret. Ce matin, au petit déjeuner, nous avons eu la désagréable surprise de constater que nous n’avions que du pain sec. Pas de beurre, pas de confiture, même pas d’ananas ou de bananes alors que le pays en regorge ! Ce fut la cerise sur le gâteau.

Départ vers 8h en direction de Kribi, station balnéaire située sur la côte atlantique à environ  300km. La route est excellente, la circulation fluide et nous atteignons Kribi pour le déjeuner.

Bienvenue à l’hôtel des Anges ! Après l’effort, voici donc le réconfort.

voyage, afrique, cameroun, kribi

Un cadre idyllique pour cet hôtel « les pieds dans l’eau », tenu par Madame Malang Schatt. Nous allons terminer ce séjour comme des coqs en pâte !

voyage, afrique, cameroun, kribi

Après un succulent déjeuner dans le restaurant ouvert sur la mer, c’est la baignade dans une eau à 28° !

voyage, afrique, cameroun, kribi

voyage, afrique, cameroun, kribi

Puis, l’après-midi, balade dans la ville. Rien de spécial à noter, si ce n’est toujours un peu d’agressivité de la part de certains commerçants.

Le soir, après le dîner, certains voudraient prolonger la soirée. Bertrand nous déconseille vivement de partir à pied pour le centre ville. J’en soupçonne quelques-uns d’avoir l’intention d’aller danser.

— Vous n’avez qu’à demander au serveur de mettre la musique plus fort, suggérai-je à cet instant. Aussitôt dit, aussitôt fait avec l’accord enthousiaste de la directrice de l’hôtel.  

— Bah alors, qu’est-ce que vous attendez ?

Devant l’hésitation générale je me lève alors et vais sur la piste improvisée. On aura tout vu durant ce voyage !

— Bravo Danielle !

Oui, bon ce sera tout pour ce soir. Et bientôt, alors que tout le monde s’excite sur la piste, serveurs compris, je m’en vais discrètement me coucher. Je préfère de beaucoup écouter la mer.

 

voyage, afrique, cameroun, kribi

Vendredi 23 mars 2012 :

J’avais prévu de me balader sur la plage au petit matin, mais le sommeil profond dans lequel je suis tombée m’en a empêchée. Je me réveille juste à l’heure du petit déjeuner.

voyage, afrique, cameroun, kribi

Nous partons tout d’abord dans le centre-ville pour faire quelques emplettes. Depuis notre arrivée, nous n‘avons eu que peu d’occasions de faire des achats et pour un peu, on rentrerait sans rien. On s’arrête donc dans une épicerie afin de trouver des produits locaux (épices divers, savon à l’huile de palme, cartes postales,  café etc). 

voyage, afrique, cameroun, kribi

Puis nous quittons Kribi pour aller voir les chutes de la Lobé, un fleuve qui se jette dans l’océan à quelques kilomètres au sud de Kribi. Quelque temps auparavant, une violente tempête a ravagé la côte, déraciné quelques vieux arbres et emporté une partie du littoral.

voyage, afrique, cameroun, kribi

Tandis que les autres escaladent les rochers pour s’approcher des chutes, je m’installe à l’ombre d’une terrasse et papote en compagnie de cousin Prosper tout en sirotant un soda.

voyage, afrique, cameroun, kribi

Le midi, nous dégustons un plat de délicieuses crevettes.

voyage, afrique, cameroun, kribi

L’après-midi est consacré à une balade à pied dans un village de pêcheurs situé non loin de là. Les habitants en sont principalement des Nigérians, ayant quitté leur région devenue stérile pour la pêche en raison d’une forte pollution (merci Total !).

voyage, afrique, cameroun, kribi

voyage, afrique, cameroun, kribi

Non, ces petites n’ont pas un masque de beauté, mais elles fêtent la naissance d’un nouveau-né dans le village.

voyage, afrique, cameroun, kribi

voyage, afrique, cameroun, kribi

Retour à l’hôtel et dîner. À la fin du repas, Daniel, le frère du guide, placé à table à côté de  moi, me dit soudainement :

— Tu sembles fatiguée, Homonyme, ( c'est moi) tu devrais rester te reposer ce soir.

La phrase à ne pas dire !

—   Non, je ne suis PAS DU TOUT FATIGUÉE … Mais, il y a une sortie de prévue ? Personne ne m’en a rien dit !

Bertrand prend alors la parole :

— Pour ceux que cela tente, on peut effectivement sortir en ville, aller prendre en verre à une terrasse.

Christine la Belge, rajoute :

— Avec Daniel( le guide) on avait pensé  aller danser quelque part.

Je saute immédiatement sur le fait qu’elle emploie mon prénom pour me lever, tout excitée :

— Ah oui, chouette alors, on va s’éclater en boîte ! Et de taper dans les mains en esquissant un pas de danse.

Ça jette forcément un froid. En fait, hormis Christine, personne n’a envie d’aller s’enfermer dans un lieu rempli d’excités et de se faire tripoter par des mains vagabondes et fiévreuses.

Me tournant alors vers mon homonyme :

— Sache mon petit bonhomme que je n’ai pas besoin de tes conseils pour savoir ce que j’ai à faire. Et si l’envie m’en prend, je suis assez grande pour commander un taxi et aller m’amuser.

Il y a seulement quelques années encore, j’aurais bien mis mon plan à exécution. Mais là, rien qu’à l’idée de devoir me trouver dans un lieu bondé sentant la sueur et abrutie par une musique trop forte, non merci.

Finalement personne ne sortira au grand désappointement de Christine. Remarquez, rien ne dit qu’elle n’est pas sortie un peu plus tard en compagnie des guides ! C’est son problème.

Sur ce, je vous donne rendez-vous à demain.  

voyage, afrique, cameroun, kribi

06:10 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : voyage, afrique, cameroun, kribi