Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 septembre 2012

190. Carnet de voyage au Brésil -1-


podcast

Samedi 1er septembre :  Le départ

 C’est avec angoisse que j’attends l’arrivée de Christine ; je me suis en effet réveillée avec cette douleur au dos qui me cloue en général plusieurs jours au lit !

Ce voyage commence plutôt mal. Pour un peu, je me serais mise à pleurer. Allons, réagissons et utilisons la méthode Couet : Je n’ai pas mal au dos, je n’ai pas mal au dos …

Lorsque Christine arrive à midi, la douleur a presque totalement disparu. Mais je sais que je dois rester attentive à tous mes gestes et éviter les mouvements brusques.

— Au revoir Miss, à dans quinze jours !

J’arrive à Roissy vers 15h15 et je me rends directement au Terminal 1. Une longue attente s’ensuit puisque l’enregistrement des bagages ne débute qu’à 18h30. Je m’occupe en regardant les gens aller et venir.

À 19h, je passe le contrôle. Dans mon sac à dos, j’ai laissé mon briquet et il passe sans problème.

L’avion, un Airbus A330 de la TAM décolle à 21h50. J’ai obtenu une place côté couloir ce qui est un moindre mal. Bon, c’est parti pour 11h dans une boîte de sardines !

11 heures de déprime à me dire que c’est bien le dernier voyage lointain que j’effectue. Je dis ça à chaque fois et, malgré tout, je recommence. 

 

Dimanche 2 septembre : Arrivée à Rio 

L’avion atterrit à Rio à 4h –il est 9h à Paris- avec une demi-heure d’avance sur l’horaire prévu. Par chance je récupère rapidement ma valise et je me précipite vers la sortie. Pas de guide en vue, tant pis, je sors pour fumer.

Quelques minutes plus tard, je me retrouve à l’intérieur de l’aéroport. Entre temps, la guide, Carmen est arrivée. Peu à peu le groupe se constitue ; nous sommes 11 au total.

Bon, les choses sérieuses peuvent commencer ! Pas de temps à perdre.

Confortablement installés dans un immense bus nous débutons la visite de la ville. Le jour se lève bientôt :

 

voyage,bresil,rio de janeiro

Dès la sortie de l’aéroport nous traversons les favelas qui s’étalent tentaculairement à flanc de collines et viennent jusqu’au bord de la route. Tout le long de la route, de grandes plaques de plexiglas ont été érigées pour cacher la misère. Depuis quelques années, le gouvernement a enfin décidé de réagir  de manière musclée en envoyant l’armée pour lutter contre les bandes et les trafics divers. Des associations viennent également en aide auprès de cette population totalement marginalisée. Chaque quartier de Rio est flanqué de sa favela et à la tombée de la nuit, des hordes de pauvres envahissent les rues pour trier les poubelles. 37% de la population de Rio vit dans les favelas. La ville de Rio compte 578 favelas. Impressionnant tout ça ! Pas étonnant si les consignes furent strictes quant à nos déplacements personnels :

— N’emportez rien avec vous, ni argent, ni bijoux, ni papiers, ni appareil photographique.

Conclusion : je ne suis pas sortie !

Bientôt nous faisons un arrêt pour le petit déjeuner près d’une plage.

voyage, bresil, rio de janeiro

La première visite est consacrée à la cathédrale Saint-Sébastien, construite entre 1964 et 1976 et dont la forme n’est pas sans rappeler les pyramides précolombiennes.

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

Nous passons ensuite près du mythique stade de football, le Maracana, qui est actuellement en cours d’aménagement en vue de la coupe du monde de 2014.

Le midi, Carmen nous emmène déjeuner dans un restaurant où l’on peut goûter au churrasco : ce sont d’énormes brochettes de viandes diverses, cuites sur les braises et que les serveurs amènent de table en table et coupent en tranches à la demande. J’ai bien aimé la bosse du zébu, morceau très tendre et goûteux !

Après cette pause, nous partons en direction du Corcovado (déformation de corcova qui signifie bossu en portugais) nom donné au pain de sucre en haut duquel se dresse la statue monumentale du Christ rédempteur.

Pour être véritablement appréciée, cette visite doit s’effectuer par temps dégagé. Or, cet après-midi, il y a malheureusement un peu de brume et la vue sur la baie de Rio est un peu floue.

 

voyage, bresil, rio de janeiro

Pour accéder au sommet, on emprunte un funiculaire puis un ascenseur qui nous conduit directement au pied du monument. Ce Christ mesure 30m de haut, pèse 700 tonnes et repose sur un piédestal de 8m. Rien que les mains pèsent chacune 8 tonnes et font une longueur de 3,20m ! Il fut ciselé par le sculpteur français Paul Landowski.

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

 

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

Pas étonnant si j’ai eu beaucoup de difficulté pour le photographier. J’avais le vertige !  Et je n’étais pas au bout de mes peines car nous partons ensuite escalader le Pao de Açucar dans le quartier d’Urca.

voyage, bresil, rio de janeiro

Ouf, il y a deux téléphériques ! Autre vue remarquable sur toute la baie …

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

 

voyage, bresil, rio de janeiro

18h, la nuit tombe, il est temps de rejoindre notre hôtel situé dans le quartier de Copacabana.

voyage, bresil, rio de janeiro

De ma chambre je peux apercevoir la plage sur le côté. Cette plage mesure environ 4,5km de long. À savoir tout de même que l’eau est polluée et cette plage mythique dans les années 50-60 est maintenant en perte de vitesse face aux plages plus branchées d’Ipanema et Leblon.

Les recommandations de Carmen m’ont un peu refroidie et je reste à l’hôtel.

 

Complément d’informations 

1. Films documentaires sur les favelas de Rio :

- La cité de Dieu, de Walter Salles, film tourné dans la favela de Cidade de Reus.

- Favela Rising, de Jeff Zimbalist et Matt Mochary.


Favela Rising par imineo

- Tropa de elite, de José Padhila.

À suivre

189. Brasil, le retour


podcast

Et me revoici ! J'ai quitté Rio samedi matin à 5h (heure de Paris) et je suis arrivée à Roissy à 16h. De là j'ai pris un taxi pour rejoindre la gare Montparnasse à Paris.

Avant d'aller me coucher, je n'ai pas pu résister au plaisir de regarder mes photos, 2362 au total. Voici un avant-goût avant de commencer le carnet de voyage :

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

 

voyage, bresil

Bon, je vais me coucher car j'ai un gros coup de pompe !

01:34 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : voyage, bresil

jeudi, 13 septembre 2012

188. Bienvenue en Argentine

Nous sommes donc arrivés hier vers 15h  a Iguaçu. Aussitot nous sommes partis en expedition aux fameuses chutes d eau, coté brésilien. Une balade d environ trois heures avant de découvrir notre nouvel hotel, le Continental Inn.

Aujourd hui nous avons franchi la frontiére avec l Argentine et nous avons découvert les chutes coté argentin. C est grandiose et terriblement impressionnant, d autant plus que nous devons nous déplacer sur des passerelles au dessus de l eau.

Et que faire quand, comme moi, on a le vertige  ...point d interrogation que je ne trouve pas sur le clavier.

Il m a fallu une forte dose de motivation pour affronter ce défi, mais j y suis parvenue ...

Nous avons parcouru environ dix kilometres dans la journée, parmi des milliers de papillons tous plus beaux les uns que les autres. Fantastique ... point d exclamation.

Au programme demain ; visite d une réserve d oiseaux le matin et envol pour Rio en début d apres midi. Nous allons retrouver la guide Carmen qui va nous balader dans Rio vendredi toute la journé. Puis, vers minuit, nous prendrons l avion pour revenir en France. MINCE, c est deja la fin.

jE VOUS DONNE RENDEZ VOUS DIMANCHE MATIN POUR COMMENCER MON CARNET DE VOYAGE.

D ici la, portez vous bien

00:05 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, bresil, iguaçu

mardi, 11 septembre 2012

187.D'un extrême à l'autre

Après la luxuriante forêt amazonienne, nous nous sommes donc retrouvés à BRASILIA et son architecture futuriste. Nous avons également eu un nouveau guide.

Adieu Ricardo, bonjour Roland.Là encore, on passe d'un extrême à l'autre. Autant j'ai aimé le discours de Ricardo, autant le nouveau guide m'a déplu : une sorte de nabot très prétentieux, plein de suffisance. Je vous réserve les détails pour mon retour !

Notre séjour à Brasilia fut de courte durée, suffisante cependant pour me rendre compte que pour rien au monde je voudrais vivre dans cette ville -qui malgré tout présente une architecture moderne remarquable-.

Bref, samedi nous avons quitté Brasilia vers 19h30 et sommes arrivés à Salvador vers 21h3O. Nouvelle atmosphère, radicalement différente des précédentes. Nous sommes ici dans une ville peuplée à 8O% de descendants d'esclaves africains.

Hier fut une journée de détente avec une excursion sur deux îles situées dans la baie. J'en suis revenue avec d'énormes coups de soleil.

Aujourd'hui la journée fut consacrée à la visite de la ville de Salvador. Beucoup d'anciennes demeures ont été restaurées, cette ville a un charme fou, ses habitants aussi d'ailleurs.

Enfin, ce soir je devais assister à un spectacle de danses suivi d'un dîner au restaurant. Mais finalement, cette journée m'a un peu épuisée et surtout, j'ai besoin D'ETRE UN PEU SEULE ! La vie en groupe a ses limites parfois ...

J'ai transféré toutes mes photos et je suis assez satisfaite du résutat. Je profite de ce moment de liberté pour recharger mon ordinateur, papoter un peu avec vous, puis j'irai me coucher. Ma chambre donne sur la mer (enfin sur le côté) et je dors la fenêtre grande ouverte !

Demain nous quittons Salvador à 7h du matin. Vol en direction d'Iguaçu avec une escale à Sao Paulo.

 

00:22 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage, bresil, salvador

vendredi, 07 septembre 2012

186. Il s'en est fallu de peu !

Il est 21h30 (heure locale) et nous venons juste de rentrer de notre promenade en bateau. Quoique fatiguée -vous comprendrez vite pourquoi- je me suis dépêchée de prendre une douche et me voici devant mon ordinateur pour vous raconter ce qui fut le clou de la journée :

La journée avait très bien commencé (je reviendrai dans les détails à mon retour). Après le déjeuner nous embarquons donc à bord de deux pirogues qui nous conduisent à l'intérieur de la forêt. Peu après, les pirogues accostent sur le rivage et Ricardo, notre guide, nous dit :

Nous allons maintenant pénétrer dans la forêt, découvrir un peu la flore et la faune.

Quoiqu'un peu réticente - le Cameroun, ça m'a suffi- je débarque néanmoins en prenant mon sac à dos ; après une heure de marche avec arrêts pour admirer certains arbres et certaines plantes (Oh, la belle feuille, oh le beau tronc ! dixit les autres) nous faisons demi-tour.

Chouette, pensais-je en moi-même tout en m'épongeant le front à cause de la forte moiteur, le calvaire va arriver à son terme.

J'étais juste derrière Ricardo quand soudain il s'arrête et dit :

Nous ne sommes pas sur le bon chemin.

Demi-tour tout le monde, criais-je alors à la compagnie sur un ton amusé. le ton était beaucoup moins enjoué vingt minutes plus tard quand de nouveau je criais aux autres :

On fait demi-tour !

Le doute sur les compétences de Ricardo s'installa alors rapidement dans le groupe quand on le vit sortir son portable.

Une demi-heure plus tard nous tournions toujours en rond quand Ricardo lança son premier appel de détresse - un peu le cri de tarzan - : oh ho ho ho ho !

Un oiseau lui répondit au loin. C'est là qu'il est intéressant d'observer les réactions des gens quand ils ne maitrisent plus la situation.une femme, la main sur le front, se mit à geindre : mon Dieu, mon Dieu !

Une autre se mit à entendre des voix de toutes parts. Par un moment, on perdit même Ricardo ! Heureusement qu'il se mit de nouveau à crier ce qui nous permit de retrouver sa trace.

Il était environ 16h30 - une heure avant le coucher du soleil-

Je devins subitement très intéressante car j'étais la seule à avoir pris mon portable et, de surcroît, j'avais un briquet ! Certains étaient persuadés que nous allions passer la nuit dans la forêt et se voyaient déjà en train de faire un feu !

Et moi, dans tout ça, me direz-vous ? Bof, je suis assez fataliste, il arrivera ce qui doit arriver.

Et ce fut le cas : au bout de deux heures d'errements, nous entendîmes soudain une voix dans le lointain.  Voilà, l'aventure s'arrête là, mais la journée réserva encore d'autres surprises que je vous raconterai à mon retour.

Finalement, nous ne ferons pas les gros titres des journaux de demain : un groupe de touristes français perdus dans la forêt amazonienne. Dommage, ça sonnait bien !

demain nous quittons Manaus à 11h30, destination : BRASILIA.

Sur ce, je vais faire dodo.

A bientôt !

04:09 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : voyage, bresil, manaus