Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 juillet 2010

250. De Moscou à Pékin -26-

Lundi 7 juin : fin du voyage

 podcast
On arrive au terme de ce voyage. Ce matin, réveil à 5h30. Je retrouve le guide Gaston à l’heure du petit déjeuner. Comme promis il m’a apporté le jeu de Mah-jong. C’est tout à fait ce que je voulais. Seulement je n’avais pas prévu le poids. D’autre part, je ne peux pas le prendre en bagage à main car j’ai déjà le sac à dos et le tableau ! Bref, je rouvre la valise pour faire de la place. En enlevant quelques bricoles non indispensables, j’arrive à descendre pile poil à 23kilos.

Chine 284a.jpg
Chine 286a.jpg

Départ de l’hôtel à 8h30. Avant de rejoindre l’aéroport, nous faisons un détour par le site des jeux olympiques afin de voir la fameuse bulle. Il y a tellement de pollution dans l’air que l’on ne voit rien, ou presque.

 

pe74a.jpg

Puis ce sont les adieux. Youri repart à Moscou. Échange d’adresses (sans toutefois se faire trop d’illusions sur la suite).

 

youri.jpg
aeroport.jpg

Nous passons à l’enregistrement des bagages, puis dans la salle d’embarquement. En compagnie de Noël et de Monique, je vais prendre un café afin de dépenser les derniers yuans.

avion.jpg

Embarquement à 12h15 sur un vol Air France. Grâce à mes progrès en anglais oral, j’ai pu obtenir une place côté couloir ( Coud aïe Have eune éyeule sit, plize ? ) Il ne reste maintenant plus qu’à prendre son mal en patience. Finalement ce fut moins éprouvant que je le redoutais. J’ai regardé plusieurs films, j’ai somnolé un petit peu.

L’avion atterrit à Roissy à 17h20. Au dehors il fait nettement moins chaud. La récupération des bagages s’effectue à l’autre extrémité de l’aéroport. On est obligé d’emprunter la navette pour s’y rendre. Décidément je ne comprendrai jamais rien au fonctionnement de cet aéroport !

roissy.jpg

Comme je suis tout près du Terminal 2E, j’en profite pour prendre mon billet de train pour demain matin. Il est maintenant 18h30. Je me rends à l’arrêt des navettes d’hôtels. Je retrouve un des « locataires » de l’aéroport qui vient me demander une cigarette. J’en profite pour lui fourguer mon stock de cigarettes russes et chinoises.

J’arrive à l’hôtel à 19h30. Le temps de prendre une douche et je descends dîner. J’ai une envie terrible de laitages et de fruits.

 Mardi 8 juin :

gare.jpg

 Me voici à la gare SNCF. Le TGV arrive à 7h39. Le train vient de Bruxelles et il n’y a plus de place pour loger les valises. En souriant je songe aux Mongols, avec leurs chariots, leurs ballots et leurs mannequins ! Ça me parait déjà si loin tout ça, comme dans un rêve …

9h20, le TGV traverse la Loire. Il est temps de me préparer à descendre.

— Bonjour Thierry ! Ça va ?

 FIN

Quelques photos supplémentaires de Pékin :

vendredi, 02 juillet 2010

248. De Moscou à Pékin-25-


podcast
Dimanche 6 juin : les tombeaux des Ming et retour à Pékin

Après le déjeuner, nous sommes donc partis visiter le site où sont ensevelis 13 des empereurs chinois de la dynastie des Ming. Si j'avais écouté plus attentivement les explications de Gaston, j’aurais ainsi l’air un peu moins bête qu’en ce moment.

ming4.jpg

C’est en lisant attentivement les renseignements fournis par Wikipédia que je viens de comprendre ce que l’on avait visité ! Le site est très vaste et seul le tombeau du troisième empereur de la dynastie des Ming, l’empereur Yongle -qui signifie  joie éternelle-, de son vrai nom Zhu Di (1360-1424), est ouvert à la visite.

ming20.jpg

On visite le sanctuaire riche en objets divers et très documenté, mais bon, c’est en chinois et en anglais… Bref, j’ai zappé !

Ensuite nous avons repris le car qui nous a laissé un peu plus loin, à l’entrée d’une grande allée ombragée, bordée de chaque côté de statues colossales, représentant différents animaux debout et assis, ainsi qu’une série de huit mandarins. C’est l’allée de la Voie des Esprits qui est en fait le prolongement du site des tombeaux.

ming43.jpg

On remonte donc l’allée à l’envers (allez savoir pourquoi). Au bout de huit cents mètres, on atteint le Pavillon de la Stèle à l’intérieur duquel se trouve une énorme tortue de pierre qui porte sur son dos une stèle de 10 mètres de haut, gravée des deux côtés. En Chine la tortue symbolise l’immortalité. Mais vous trouverez de plus amples renseignements ICI.

Le car nous attendait à l'autre bout de l'allée. Seulement voilà, il manquait deux personnes à l’appel : Monique et Jeannine !

Elles avaient cru que l’on faisait un aller et retour dans cette allée. Aussi étaient-elles restées à l’entrée à nous attendre.

— Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

— Je vous propose d’aller visiter un très beau magasin de perles qui se trouve (comme par hasard) sur le chemin du retour ! 

Ah, c’est sûr, ça manquait au programme ! Sitôt entrée, sitôt sortie, juste le temps de faire deux ou trois photos.

perles.jpg

La journée tire à sa fin, retour à Pékin. À l’hôtel nous rejoignons nos chambres et commençons à préparer la valise pour demain.

Le soir, dîner privé dans un salon VIP. Au menu canard laqué, discours de Gaston, puis de Youri qui nous distribue notre diplôme.

diplome1.jpg

Gaston m’informe que j’aurai mon jeu de Mah-jong demain matin.

À suivre (plus pour longtemps !)

jeudi, 01 juillet 2010

247. De Moscou à Pékin-24-

Dimanche 6 juin : à l’assaut de la Grande Muraille

 Nous quittons l’hôtel à 8h30 en direction de la Grande Muraille. En principe j’aime bien savoir à quel endroit précis on va. Mais là, je ne sais pas exactement pourquoi, je me suis laissé guider. Je ne me souviens même plus du temps que l’on a mis pour arriver… Je sais qu’en chemin on s’est arrêté pour visiter une boutique de « cloisonnés ». Le cloisonné est un art utilisant les émaux de couleur sur une surface en cuivre ou en bronze (voir ICI).

cloisonnés.jpg

N’étant pas particulièrement intéressée, je suis allée faire des photos de quelques statues qui étaient à l’entrée du magasin, sous un préau. Vous pouvez voir les photos ICI.

mur13a.jpg

Nous voici maintenant au pied de la grande muraille. En fait, je n’imaginais pas que l’on allait devoir grimper ! Naïvement je pensais que le car nous menait jusqu’en haut et que, de là, on ferait une petite balade, tranquillou …Mais pas du tout !

— Pour les sportifs, c’est à gauche, pour les promeneurs c’est à droite, explique alors Gaston.

— Et pour les paresseux ?

Les sportifs, il y en eut trois je crois (Noël, Mickaël et Rachèle).

Je ne me sentais pas l’envie de grimper pour grimper. Aussi, en compagnie de Monique, nous avons escaladé une centaine, non, une cinquantaine… allez soyons franches, une petite dizaine de marches jusqu’à une terrasse d’où nous pouvions observer les autres. Au bout de quelques minutes, nous avons bientôt été sollicitées par des Chinois qui voulaient se faire prendre en photo avec nous. Puis ce fut la véritable émeute ! PHOTO , PLEASE, PHOTO …

Nous ne savions plus où donner de la tête et du sourire ! Pour un peu la télé serait venue.

C’est sans doute ça la gloire. 

Nous en eûmes bien vite marre de servir de cobayes, de tenir dans nos bras des marmots braillards et morveux, de poser en compagnie de vieux édentés.

mur33.jpg

Aussi nous sommes redescendues (de nos quelques marches) pour aller visiter un petit temple situé  en contre bas, puis prendre un pot à la terrasse d’un café tout proche.

C’est donc reposées et rafraîchies que nous avons accueilli les autres membres du groupe, suant eau et sang !

Ce n’est pas le tout, mais on irait bien manger ?

Ah la la, dans quel endroit sommes-nous tombés ! La cantine à touristes …Imaginez le parking d’une grande surface totalement rempli de cars pour touristes. Pour atteindre le restaurant il nous faut traverser un magasin de souvenirs, impossible de l’éviter !

Autant vous dire que tout cela me met de fort mauvaise humeur.

Mais nous partons maintenant visiter les tombeaux des empereurs Ming. En consultant Wikipédia, j’ai pu constater que nous étions à environ 50km de Pékin.

 Mais revenons à la grande muraille. Etes-vous prêts à grimper ? N’oubliez pas de prendre une bouteille d’eau…  

samedi, 26 juin 2010

239. De Moscou à Pékin-21-

Vendredi 4 juin : arrivée à Pékin.

Nous voici donc au terme de ce voyage de 7832km en train. Savourez-en  les derniers instants :

Peu avant d’arriver à Pékin, nous traversons une région montagneuse, la voie ferrée ondule au travers de vallées encaissées, nous franchissons de nombreux ponts et passons sous d’interminables tunnels. Enfin voici la banlieue, grouillante de vie, puis les premiers immeubles en chantier, les grandes artères où la circulation est déjà importante.

arriveepekin.jpg

Tout le monde descend. 

 

gaston1.jpg

—  Bienvenue en Chine, j’espère que vous avez fait bon voyage.

 C’est Gaston qui parle, notre guide pour le séjour. Il ne s’appelle sans doute pas Gaston mais il a choisi ce pseudo qui lui va bien d’ailleurs. Gaston et son petit drapeau rose, à ne surtout pas perdre des yeux au risque de se retrouver totalement perdu parmi la nuée de gens qui débouchent de tous les coins de la gare centrale.

— Restez « groupir », suivez mon drapeau !

Youri fait fonction de voiture balai.

Il est un peu plus de 14h et tout de suite les visites commencent. Quelque peu défraîchis et le ventre vide, nous voici bientôt dans un vieux quartier de Pékin, ces fameux « hutongs » si typiques à la capitale et qui sont démolis à tour de bras pour laisser place à des  barres d’immeubles archi-modernes mais sans aucune âme.

pe28a.jpg

Elle est très agréable cette balade en pousse-pousse, même si le fait que le conducteur du vélo soit à l’avant m’empêche de photographier. Nous pénétrons à l’intérieur d’une de ces maisons. Elles ont beaucoup de charme, même si le confort y est sommaire. C’est calme, reposant, et on en oublierait presque les effluves qui viennent nous chatouiller le nez de temps à autre. Mais après tout, quand on a supporté l’odeur du souk des teinturiers à Fès ou mieux, l’odeur du quartier des pêcheurs à Saint-Louis du Sénégal, tout ceci parait presque anodin.

Pourquoi d’emblée une visite, pensez-vous peut-être ?

Eh bien parce qu’à Pékin la circulation est devenue un véritable casse-tête et comme notre hôtel se trouve un peu excentré, il parait logique de faire cette balade. Un seul reproche : ne pas avoir eu le temps de flâner dans ce quartier typique car c’est bien là que se trouve la véritable authenticité, au cœur de  ces ruelles paisibles, avec ces gens simples et chaleureux. Le Pékin moderne ne présente aucun intérêt, on voit la même chose dans toutes les grandes villes. Malheureusement ce sera le seul instant trop bref à mon goût où l’on pourra musarder un peu.

 

shenzhen.jpg

Maintenant nous rejoignons l’hôtel. Bonne surprise, c’est un haut de gamme, avec voiturier en gants blancs (bon d’accord on n’est pas en voiture, m’enfin quand même, ça classe tout de suite !), groom en tenue bleu-pâle. Nos bagages sont déjà arrivés, pris en charge dès la descente du train.

Bon, ça n’est pas le tout, mais on irait bien manger, je commence à avoir faim !

Après une courte pause durant laquelle on se rafraîchit et on se change, le groupe se retrouve à la réception. J’ai déjà changé de l’argent et acheté des timbres.  L’euro vaut actuellement 8 yuans.

yuan.jpg

Je profite de la présence de Gaston pour lui demander s’il pourrait me trouver un jeu de Mah-jong un vrai, de bonne qualité. Il s’en charge et me tient au courant.

— Allez les cheminots, en route pour le restaurant !

Je n’ai aucune idée de l’heure, sans doute aux alentours de 18 ou 19h.

Là encore une agréable surprise nous attend. Nous allons dîner dans un très bon restaurant, au service irréprochable, mais surtout –et ce qui compte essentiellement- nous dégustons une variété infinie de plats tous plus subtils les uns que les autres, servis sur un plateau tournant au milieu de la table.

Après ce moment de pur bonheur, nous rejoignons le car qui nous ramène à l’hôtel.

 

À suivre

mercredi, 23 juin 2010

235. De Moscou à Pékin-18-

 Mercredi 2 juin : retour à Oulan-Bator.

 podcast

Changement de programme : nous devions partir ce matin voir la gigantesque statue de Gengis Khan, construite au sommet d’une colline. Cette statue est située à environ 70 km à l’est d’Oulan-Bator. Mais personne ne semble enclin à vouloir faire plusieurs heures de car.

Voici un lien qui devrait vous permettre de la visualiser, ICI.

Aussi la matinée est consacrée à la visite d’une yourte, habitée par une famille : le père, éleveur, la mère et leurs deux enfants. Nous sommes invités à pénétrer à l’intérieur et en signe de bienvenue, la jeune femme nous offre une tasse de thé et du fromage. Le thé (au lait) n’est pas sucré mais salé. Le sucre doit être une denrée rare en cette région. Peut-être est-il remplacé par le miel, quoique je n’aie pas vu de ruches.

Mongolie 375b.jpg

Nous rentrons à pied au camp.

Mongolie 399a.jpg

C’est après le déjeuner que nous quittons définitivement cette région si agréable. Nous aurons eu ainsi l’occasion de reprendre des forces pour la suite du voyage qui est loin d’être terminé !

Chine 235a.jpg

Nous retrouvons l’hôtel Bayangol et de nouvelles chambres nous sont allouées. En fin d’après-midi nous reprenons le car pour aller faire du shopping dans un grand magasin du centre de la ville. C’est un magasin haut de gamme, du style le Printemps ou les Galeries Lafayette. Je doute qu’il y ait beaucoup de Mongols qui puissent s’y achalander, quand on sait que le salaire moyen tourne aux alentours de 2 euros par jour !

En route maintenant pour le spectacle ! Un très beau spectacle, ma foi, avec des chants, des danses, de magnifiques costumes. J’avais oublié mon appareil photo. Noël m’a gentiment envoyé quelques clichés  que voici :

folklore.jpg

Ensuite nous dînons dans un restaurant tout  proche puis retour à pied à l’hôtel.

Demain s’annonce une journée chargée. Réveil à 5h et départ pour … la gare ! Nous allons retrouver les joies du transport ferroviaire à bord cette fois-ci du Transmongolien.

 À suivre