Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 juin 2007

Pour un peu...

Extrait de mon journal, 30 octobre 2002 :

69e21eff615e8bd92b905d986e578b31.jpgMax Beckmann : « Nu couché » 1929 , huile sur toile, 83,5 x 119 cm, Institut des Arts, Chicago, Etats Unis. 

« Peggy et moi avons déjeuné chez "Marianne" , rue des Hospitalières-St-Gervais dans le 4e arrondissement de Paris, puis l'après-midi nous sommes allées voir l'exposition Max Beckmann qui se tient actuellement au Centre Pompidou. Il n'y avait pas foule ce qui était bien agréable ! Je ne connaissais pas ce peintre et certaines de ses toiles m'ont tout de suite fait penser à Georges Rouault ( couleurs sombres, larges traits noirs, formes trapues)...»

Et puis, cette nuit, en reprenant la lecture d' Outrepas, de Renaud Camus, je lis page 463 :

« Hier après midi Pierre et moi avons vu au Centre Pompidou l'exposition Max Beckmann. Il n'y avait pas trop de monde, elle est très ample et excellemment présentée...

Sur la foi de douze ou quinze tableaux isolés rencontrés à Cologne, à Hambourg, à Berlin, à New York ou à Paris, je voyais Beckmann comme une espèce de Rouault germanique —picturalement s'entend : une sorte de classique revêche, ami des fortes structures, maître d'un art bien calé, rugueux et peu amène, où abonde la ligne noire, épaisse et volontiers roide, principal instrument de solidité d'un beau corps trapu et sans grâce. » 

Aujourd'hui il a plu et il va encore pleuvoir. Ce matin je suis allée à la libraire place du Grand Marché, là même où il y a environ un mois j'étais allée pour trouver des livres de Renaud Camus. Un seul livre en vente :  Commande publique .

Je n'ai rien de particulier à faire aujourd'hui. Aussi je vais de ce pas à "Cultura ". Peut-être y aura t-il plus de choix !

samedi, 23 juin 2007

A la chasse aux ...

d98aaac1d002ea3bcbec501f896e6499.jpgDurant mon séjour à Noirmoutier, j'aurais pu aller me baigner, il y avait quelques téméraires qui s'étaient lancés à l'assaut des vagues. Mais non.

 

 

 

 

 

 

ffe52b47f4e42e820117d1ac19419162.jpg 

J'aurais pu aussi aller ramasser des coques et des palourdes à marée basse. Mais non.

 

 

 

 

 

 

93e220ad78d6978e09074cab5aa362cc.jpg 

J'aurais pu également aller pêcher l'éperlan sur le ponton.Mais non.

 

 

 

 

 

 

e724c9d593c63a89838133db22c44755.jpg

J'aurais enfin pu aller pêcher en haute mer. mais non. 

Je préfère la chasse ! Je me suis alors armée de mon Konicka-Minolta et je suis partie... La chasse fut assez bonne, j'ai rapporté quelques beaux spécimens.

Chasse à quoi ?  me direz-vous. Chasse aux ... Oh et puis, flûte, allez voir par vous-mêmes si l'envie vous en dit.

C'est par ICI que l'action se déroule !

vendredi, 22 juin 2007

Vous avez dit musique ?

C'était hier la fête de la musique - comme si d'ailleurs on avait besoin d'un jour précis pour fêter la musique - enfin bon, passons...

7afb44c788b0d8372102275385f988c4.jpgMon expérience de l'année dernière m'avait amenée à la conclusion, qu'en fait de musique , on assiste surtout à un débordement de foule et j'avais décidé de ne plus jamais remettre les pieds dans ce genre de manifestation d'autant plus que je n'avais plus la contrainte d'y participer depuis que j'ai arrêté de jouer.

Oui, mais voilà, ma fille continue et c'était l'occasion de revoir le groupe. Donc j'y suis allée avec Juju et Olivier.Bonne prestation et succès très honorable pour Batuka Choz. C'est bien les petits !

Pour le reste, si les décibels ont encore pris de l'ampleur, la qualité ne suit pas du tout. DU BRUIT, OUI, DE LA MUSIQUE, NON !

La place Plum était envahie par une faune de jeunes à crêtes de coq se déhanchant avec leur bouteille à la main. Des parents inconscients déambulaient avec des poussettes. De quoi traumatiser les enfants à vie !

Arrivés à 21h, nous sommes rentrés vers 23h après une pause beaucoup plus reposante place Jean Jaurès où deux groupes de seniors interprétaient de " la musique ".

jeudi, 21 juin 2007

Le dur métier de mère

Des fois on se dit qu'il y a des claques qui se perdent ... En tout cas c'est ce que je pensais hier après midi en faisant la queue à la poste de Joué-les-Tours. Je devais aller chercher une lettre recommandée avec accusé de réception ( ouh, que je n'aime pas ça !) apportée à mon domicile le matin même par mon facteur préféré, mais comme je n'étais pas chez moi, le dit-facteur m'avait donc laissé un petit papier m'indiquant que la dite lettre pourrait être récupérée à partir de 16h le même jour. Inutile de vous dire que jusqu'à 16h ça a cogité ferme !

A 16h10 me voici donc à la poste. Comme d'habitude il y avait beaucoup de monde. Une queue canalisée par des piquets bleus et reliés les uns aux autres par des bandes élastiques noires. Juste devant moi se trouvait une jeune femme d'une vingtaine d'années avec une poussette. J'eus tôt fait de me rendre compte qu'elle était accompagnée de deux autres marmots qui avaient investi les lieux. L'aîné, un garçonnet d'environ 7 ans montrait déjà des signes d'intérêt pour le bricolage. En effet, il s'amusait à défaire toutes les attaches reliant les piquets entre eux. Travail appliqué et discret, sans bruit. Il s'attaqua ensuite à la poubelle, récupérant des tickets et essayant de les insérer dans le distributeur de timbres.

« Anthony, arrête ! ». Le petit s'arrêta, rejoignit sa mère, puis au bout de quelques secondes  repartit aussitôt à ses activités.

 Un peu plus loin, sa petite sœur était nettement plus loquace ( future femme brailleuse ) et aidait son frère en fouillant dans la poubelle pour lui passer ensuite les tickets.

La mère se décida enfin à intervenir : un « Caixa, arrête tout de suite ! » résonna soudain dans la poste qui fit se retourner tous les gens sauf l'intéressée qui continuait son travail de tri, indifférente aux injonctions.

1c91f19f4f93d73b96ac6f6877df8c16.jpg

Caixa ! Ça ne veut pas dire " caisse " en espagnol ? La caixabank, le caixa forum à Barcelone ... Pour l'heure la Caixa s'amuse bien, elle cherche maintenant des cachettes, déplace des tourniquets de prospectus. L'ambiance devient électrique, la mère est de plus en plus cramoisie - et pour une blonde c'est du pire effet !-.

« Caixa ! Viens ici tout de suite !  Tu vas voir si je me déplace ! »

La gamine rigole et la mère se déplace. On s'attend à une sanction, mais rien. Elle ramène la gamine par la main  jusqu'à la poussette et dès qu'elle la lâche, celle-ci repart de plus belle ... Le petit, pendant ce temps, avait repris son activité avec les piquets. Par un moment, il loupe la fente où insérer le cordon de séparation et l'élastique réintègre brutalement son logis.

« Imbécile ! Tu vois pas que tu peux blesser quelqu'un ! » Elle se déplace et le ramène près d'elle.

A ce moment des pleurs retentissent. La petite, cachée derrière un tourniquet, ressort en larmes : « Pipi maman ! pipi ! ».

Allons bon, manquait plus que ça ! La mère fait semblant de ne pas entendre. Le gamin vient au secours de sa sœur.  Il lui met la main au zizi et crie : « elle est toute mouillée !  » .

Entre temps, les gens sont passés aux guichets et c'est à son tour de se présenter au préposé. Elle empoigne la gamine, lui enlève la culotte ( qui n'est pas mouillée ). La petite pleurniche de plus belle : « pipi ! pipi !...»

Cela en devient poignant.  Elle saisit alors la fillette et l'asseoit sur le guichet.  

Hélas, c'est à mon tour de passer à un  guichet voisin et je ne verrai pas la suite des évènements.

De toute évidence cette jeune femme est totalement débordée avec ses trois gamins. Qu'est-ce que cela va être quand le marmot de la poussette va marcher !! Dans tout ça ce qui m'a le plus choqué c'est le mot " imbécile ".

Il n'avait rien d'imbécile ce petit gamin, il a simplement le malheur d'avoir une mère incapable de se faire respecter.

J'ai pris ma lettre recommandée et j'ai quitté la poste, laissant " la petite caisse " braillant de plus belle, Anthony " l'imbécile ", le marmot qui dormait dans la poussette ( encore une chance !) et la mère.

mercredi, 20 juin 2007

Une échappée belle

f8f31a58e4d6ba8712279fe0e89f8b33.jpgLa semaine dernière, nous avons failli ( failli seulement ) assisté à une noyade de voiture au passage du Gois. La marée était montante depuis déjà plus de deux heures et les derniers pêcheurs avaient quitté l'endroit. Tout était parfaitement désert.

23189a8f98ab67722130c7abcadb91c8.jpg

Il y eut bien sûr quelques inconscients pour s'engager tout de même, malgré le signal lumineux ( des Allemands entre autres ).Mais ils ont pu faire un demi-tour sans encombre et revenir à leur point de départ.

3677594a9b32bf27ddf7c0ac59619f32.jpg

Huguette et moi étions en train de déguster des moules-frites au restaurant que vous voyez sur la photo ( sur la gauche). Nous avions une vue imprenable sur le passage et j'ai regretté à ce moment-là de ne pas avoir pris une paire de jumelles. Et là, chose incroyable, une voiture sur l'île s'est engagée plein phare alors que de toute évidence une partie de la route était déjà recouverte ! Il a bien fallu que l'automobiliste s'arrête, il n'a d'ailleurs pas pu faire un demi-tour et a été obligé de reculer. Cela a demandé beaucoup de temps, la route n'étant plus visible et on voyait des gerbes d'eau  tout autour du véhicule. Il a tout de même réussi à atteindre la terre ferme. Dommage... Vous trouverez d'autres photos ICI.

c7bf1a425db06c255b911afc917f5784.jpg