Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 mai 2013

83. Carnet de voyage en Ukraine -2-

podcast

Vendredi 10 mai : visite de Kiev

 J’ai oublié de vous dire que, chaque soir, alors que nous sommes au restaurant pour le dîner, les employées passent dans chaque cabine pour déposer sur l’oreiller une feuille proposant le programme du lendemain ainsi qu’un bonbon.

Voici donc ce qui nous attend :

Tout commence par le proverbe du jour, à savoir :

Plus on avance dans la forêt, plus le bois est grand.

07h00   Réveil musical (ceux qui ont branché la radio sont réveillés par des chants d’oiseaux. Pour ma part, je n’ai jamais eu l’occasion d’entendre le récital car j’étais toujours sur le pont à cette heure-là).

07h15-08h20  Petit-déjeuner, buffet.

08h30  Départ pour le tour de ville avec la visite de la cathédrale Sainte-Sophie.

12h15 Ambiance musicale au bar « Panorama ».

12h30  Déjeuner

14h00 Départ pour la visite optionnelle de la Laure de Petchersk.

18h30  Cocktail de bienvenue en présence du commandant du bateau, Vladimir Alexachine, et les personnes clefs de l’équipage au Sky bar. Par personnes clefs, il faut comprendre la directrice de bord, les différents guides, le médecin.

19h00  Dîner

21h30  Départ pour la mini croisière sur le Dniepr et spectacle folklorique (sortie au pont 4 à tribord).

La journée commence plutôt mal : dès 5h du matin je suis sur le pont en pyjama. Seulement je ne peux pas me faire un café car j’ai oublié de prendre une bouteille d’eau la veille au soir. Enfin le soleil est au rendez-vous et j’observe quelques pêcheurs qui sont déjà en place, les pieds dans l’eau.

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

De retour dans la cabine, je n’arrive pas à faire fonctionner la douche. Je le signalerai à la réception un peu plus tard.

Pour l’heure, nous partons donc à la découverte de la ville en bus. 

Kiev fut construite à l’origine sur une colline dominant le Dniepr. Tous les monuments et bâtiments officiels se trouvent donc dans la ville haute.  La ville basse était habitée par les marchands.

 

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

Premier arrêt pour la visite du monastère Saint-Michel-aux-Coupoles-d’Or. On a bien failli ne plus revoir ce monastère car en 1934 les Soviétiques avaient planifié sa destruction pour y construire tout un ensemble de bâtiments de pur style stalinien, tel celui-ci, l’ancien ministère des Affaires étrangères, situé à quelques mètres seulement

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

 Nous continuons la visite à pied et nous nous arrêtons bientôt devant l’église Saint-André, un splendide édifice baroque bleu actuellement en cours de restauration.

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

Un peu plus loin, nous prenons une large avenue qui nous conduit jusqu’à une immense place sur laquelle les troupes ukrainiennes sont en représentation.

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

Voici enfin la cathédrale Sainte-Sophie :

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

C’est sous le règne de Yaroslav le Sage qu’elle fut construite, au XIe siècle, et ce n’est pas par hasard, qu’elle fut dédiée à Sainte-Sophie. Yaroslav voulait en effet faire de la capitale l’équivalent de Constantinople (l’actuelle Istanbul).

Je ne pénètre pas à l’intérieur car j’ai oublié de prendre avec moi un foulard pour me couvrir la tête, et puis, avouons-le, les églises n’ont jamais été ma tasse de thé ! Alors, tandis que les autres visitent, je m’asseois sur un banc et j’écoute le chanteur :

 

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

Comme la visite s’éternise, je vais en profiter pour vous raconter une anecdote intéressante :

Mais où est donc passé Yaroslav ?

À l’intérieur de la cathédrale se trouve une  tombe dans laquelle reposent les sépultures de Yaroslav et de son épouse. Enfin c’est ce que tout le monde croyait jusqu’à ce jour de septembre 2009, où la tombe fut ouverte pour effectuer un prélèvement d’ADN sur le prince. Et là, surprise ! Dans la tombe il n’y avait qu’un seul corps, celui d’une femme, et à côté d’elle un numéro du journal soviétique La Pravda datant de 1964.

En 1936, des scientifiques étaient déjà passés pour exhumer les dépouilles et les envoyer à Léningrad pour une étude approfondie. Les corps avaient ensuite été restitués à Kiev en 1940. Ils n’auraient été replacés dans la tombe qu’en 1964. Les documents de cette date ne mentionnent d’ailleurs la présence que d’un seul corps.

Alors, quid de Yaroslav ?

La petite histoire veut que les ossements aient été emportés par des collaborateurs ukrainiens ayant quitté la ville avec les nazis en 1943. La dépouille aurait fini dans le New Jersey, cachée pendant cinquante ans sous le lit d’un prêtre ukrainien qui l’aurait ensuite remise à un évêque de Brooklyn avant de mourir.

Interrogé par des scientifiques ukrainiens au printemps 2010, le dit évêque aurait reconnu les faits, mais serait revenu sur ses déclarations en août de la même année dans le journal Newsweek. Des tractations secrètes sont parait-il en cours entre l’Ukraine et les USA.

Rendez-leur Yaroslav !

Ah, je vois les autres qui sortent de l’église, il est temps maintenant de retourner au bateau pour le déjeuner.

 

croisiere, dniepr, ukraine, kiev

À suivre

04:12 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : croisiere, dniepr, ukraine, kiev

mercredi, 22 mai 2013

82. Carnet de voyage en Ukraine -1-

podcast

Jeudi 9 mai : Bienvenue à Kiev.

 Je suis arrivée la veille au soir au Comfort-hôtel du Mesnil Amelot. Mon portable me réveille à 4 heures du matin. Le temps d’une toilette rapide et après avoir avalé un copieux petit déjeuner, je m’engouffre dans la navette de l’hôtel qui me laisse au Terminal 3. De là j’emprunte le CgVal qui me conduit directement au Terminal 1, lieu du rendez-vous fixé à 5h15. Je suis la dernière arrivée me fait remarquer le représentant de Croisieurope. L’enregistrement des bagages a déjà commencé et je prends une place dans la file d’attente. Avant de passer dans la salle d’embarquement, je ressors prendre l’air et fumer une dernière cigarette.

L’avion de la compagnie polonaise Lot décolle vers 7h15 et atteint Varsovie aux alentours de 10h. Là, il faut dénicher le comptoir des vols en transit pour obtenir le billet. Heureusement qu’on avait de la marge car ce n’est pas évident.

L’avion redécolle vers 11h10 et atterrit enfin à Kiev à 14h. Je suis la première à sortir de l’aéroport et je fais la connaissance de Iaroslav venu nous accueillir :

— Le temps que tout le monde soit là, je sors quelques instants dehors pour fumer une cigarette.

croisiere, ukraine, dniepr

L’aéroport de Kiev est propret. Je remarque très vite qu’on ne peut pas fumer sur le trottoir ; par chance un panneau placé un peu plus loin m’indique l’endroit adéquat. Je me retrouve donc avec les autochtones, jetant un œil vers la porte de sortie afin de ne pas louper le groupe. J’ai même le temps d’aller changer de l’argent. La monnaie locale est le grivna (1 euro = 10 grivnas).

Iaroslav a récupéré toutes ses ouailles et nous embarquons dans un car qui nous emmène vers le bateau. Il est amarré sur la rive droite un peu en aval du lieu habituel en raison de travaux de rénovation. Derrière l’avenue qui longe la berge se dresse une colline boisée. C’est très étrange car on ne voit aucune habitation et on pourrait se demander où se trouve la ville.  

 

croisiere, ukraine, dniepr

Là nous sommes accueillis par un jeune couple qui nous offre le pain et le sel selon la tradition locale.

Le bateau a cinq niveaux et ma cabine est au niveau 4 (le pont des canots). À l'accueil, je mets un point d'honneur à demander ma clef en russe : tchetiré, tri, chest. Je suis juste à côté du bar ce qui occasionnera un peu de bruit durant la croisière. D’un autre côté cela a l’avantage de pouvoir rejoindre rapidement sa cabine en cas de beuverie avancée (ce qui ne se produira pas, je vous rassure tout de suite).

croisiere, ukraine, dniepr

La cabine est très spartiate, on est loin du confort des bateaux de Croisieurope. En fait, nous sommes sur un bateau d’une compagnie ukrainienne. Dans le petit réduit qui sert de salle de bain, le tuyau de la douche est branché directement sur le lavabo et un rideau en plastique bleu permet de protéger la cuvette des WC lors de l’utilisation. J’essaie, mais en vain, d’ouvrir le robinet pour prendre une douche mais  finalement je renonce de peur de me retrouver avec tout le système dans la main ! Ça n’est pas grave, on verra demain.

À 17h, tout le monde se retrouve au bar du pont soleil pour une réunion d’informations diverses. Nous sommes environ une quarantaine de Français parmi lesquels un groupe de bridgeurs qui passeront les deux tiers de leur temps enfermés au bar à taper le carton.

Très vite je sympathise avec une femme qui vient régulièrement en Touraine où elle possède une petite maison, près de Tours. Chargée de mission en Ukraine auprès de la Commission européenne, elle effectue pour la première fois une croisière.

Les autres passagers arrivent peu à peu. Ils viennent de tous les coins d’Europe et même du monde : Allemands, Belges, Espagnols, Norvégiens, Néerlandais, Anglais, Américains, Canadiens de Vancouver dont les ancêtres ukrainiens ont fui le pays au moment du régime soviétique, quelques Brésiliens et enfin des Coréens demeurant en Californie et qui se mélangeront peu aux autres durant la croisière. Au total, environ 250 personnes.

Tout ce petit monde se retrouve à 19h au restaurant du bateau. C’est là qu’il s’agit de ne pas se tromper car ensuite, nous ne changeons plus de place. Avec ma nouvelle amie, je m’installe alors à la table d’un couple de Français, appelons-les Martine et John. C’est la troisième fois qu’ils effectuent cette croisière sur le Dniepr (!) et autant vous dire qu’ils connaissent le programme parcœur !   

Martine est du genre loquace, ce qui a l’avantage de ne pas être obligé de faire la conversation. Durant ces 12 jours, nous avons fait le tour de leur vie ainsi que celle de tous les membres de la famille (frères et sœurs, neveux et nièces, tonton, tata, voisines, voisins etc).  

Martine est une grande collectionneuse … d’animaux empaillés ! Elle en possède plus de 80 d’espèces différentes, du lion d’Afrique au petit requin en passant par les rapaces, les petits mammifères divers.

— Et vous n’avez pas d’ours ?

—Hélas non, j’en avais trouvé un au Canada, mais je n’ai pas pu le rapporter car les formalités étaient trop compliquées.

Ma copine, qui possède un pangolin rapporté d’Afrique dont elle voudrait bien se débarrasser, lui a proposé de le lui donner.  

Étrange couple, rappelant les caricatures de Dubout, très émouvant cependant. La vie ne les a pas épargnés, ils ont perdu leur fille unique, morte d’anorexie à l’âge de 39 ans.

John est d’origine tchèque. Il est sorti clandestinement du pays au moment du communisme et a pris la nationalité australienne. Autant Martine est volubile, autant John est effacé, on en oublierait presque sa présence. Il parle peu, mange peu, il fait penser à un petit garçon qui obéit aux ordres de « maman Martine ».

— Fais pas ci, fais pas ça... Tu as pensé à  changer de chaussettes ?

Bref, tout ça pour dire qu’il y a des gens hors normes. D’ailleurs ça ne manquait pas sur ce bateau : deux Norvégiennes travaillant à la télévision, l’une fumait la pipe comme Popeye, l’autre fumait d’énormes cigares. Il m’a fallu un certain temps avant que je réalise que la fumeuse de cigares était une femme !

Parmi les Français, il y avait une femme de 93 ans, voyageant avec son fils et sa belle-fille. La plupart du temps elle est restée sur un banc le temps des visites.

Bref, chacun prend ses repères. La nuit tombe peu à peu, il est temps de rejoindre sa cabine. Les choses sérieuses commencent demain.

 

croisiere, ukraine, dniepr

À suivre

04:56 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : croisiere, ukraine, dniepr

mardi, 21 mai 2013

81. De retour

podcast

Me voici donc de retour au bercail. Adieu l' Ukraine ! Je n'aurai sûrement pas l'occasion (et surtout l'envie) d'y revenir. Nous avons eu la chance, durant ce voyage, d'avoir un guide excellent, très érudit et qui aime son pays. Il a su nous faire passer le courant -même si parfois on aurait pu lui reprocher d'être un peu nostalgique d'une certaine époque !-. Rien n'est jamais tout à fait noir ou blanc ...

Voici quelques photos variées pour vous mettre en appétit.

Dniep1r 096a.jpg

 

Dniep1r 134a.jpg

 

Dniep1r 102a.jpg

 

Dniep1r 186.JPG

 

Dniep1r 221.JPG

 

Dniep1r 299a.jpg

 

Dniep1r 244a.jpg

 

Dniep1r 450a.jpg

 

Dniep2r 291a.jpg

 

Dniep1r 537.JPG

 

Dniep1r 317a.jpg

 

Dniep2r 216.JPG

 

Dniep2r 258a.jpg


Je commence mon carnet demain. En ce moment, j'essaie de me réchauffer ! 

16:02 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : croisiere, dniepr, ukraine

mercredi, 08 mai 2013

80. Les timbres d'avril et de mai

podcast

Pour le mois d'avril, Thierry avait réquisitionné une amie qui partait en Grèce.

2013.04a.jpg

Et pour mai, Peggy m'a apporté hier le lot d'enveloppes à expédier depuis l'Ukraine. Le choix de Thierry s'est porté sur la faune. Belle réussite à mon avis.

2013.05a.jpg

Bon, ça n'est pas le tout, mais j'ai la valise à faire !

Si vous en avez l'occasion, passez dans les jours qui viennent, j'emporte avec moi l'ordinateur portable. Si le réseau fonctionne, je vous donnerai mes premières impressions.

Un groupe de Cosaques m'attend pour une chevauchée sauvage à travers les prairies verdoyantes bordant le Dniepr. Il faut être à la hauteur et pas question d'avoir mal au dos ce jour-là ! Pour sûr que ça va me changer du quotidien, à savoir des journées entières passées en pyjama à jouer à Cityville.

D'ici là, portez-vous bien et rendez-vous le 21 mai. 

dimanche, 05 mai 2013

79. Repérée !

podcast

Elles sont sur le pied de guerre, les copines ukrainiennes ! Pour être certaines que je ne les loupe pas, elles m'attendent déjà à l'aéroport de Kiev avec ma photo.

voyage, ukraine, croisière, croisieurope

Bon, trêve de plaisanterie, je compte les jours ... Je pars mercredi à la soirée, obligée de passer une nuit à l'hôtel car l'avion décolle jeudi à 7h du matin.

Après une brève escale à Varsovie, nous redécollons pour finalement atteindre Kiev à 13h45. Direction : l'embarcadère où nous attend le bateau sur le Dniepr.

 

voyage,ukraine,croisière,croisieurope

Durant ce voyage, nous allons visiter Kiev, Kanev, Kremntchouk, Zaporojie, Kherson, Sébastopol, Yalta et enfin Odessa.

Retour à Paris le 20 mai au soir. Je serai donc à la maison le 21 mai ...

" Maman, les p'tits bateaux" ... Tinou a retrouvé le sourire !