Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 mars 2019

Le Brésil en six étapes - 4, fin -

Nous sommes donc maintenant à Salvador de Bahia. Quelle différence avec Brasilia ! Après la grisaille du béton et des avenues quasi-désertiques, voici la chaleur des maisons colorées, la foule grouillante dans les ruelles étroites de la vieille ville, puis l'attrait de la mer. J'ai beaucoup aimé cette ville et j'y serais bien restée plus longtemps tant il y a de choses à voir.

Notre hôtel était situé face à la mer, dans la ville basse. Étant toujours très matinale, j'avais donc décidée d'aller me balader en bord de mer et de prendre des photos. Mais cela n'a pas duré très longtemps. Deux ou trois coureurs - on en trouve partout maintenant, des coureurs, depuis qu'on leur a expliqué que c'est bon pour la santé !. On en trouve même des fois qui courent en plein soleil le long des routes, là où les voitures leur envoient leurs fumées toxiques en pleine figure. 

Bref, je comprends vite d'après leurs gestes qu'il n'est pas très prudent de se balader seule avec un appareil photo.

Alors, à regret, je retourne à l'hôtel.

Durant ce court séjour, nous avons fait une excursion sur une île proche, très prisée des autochtones en fin de semaine. Cette virée en bateau a déplu à certains qui n'y voyaient aucun intérêt. Moi, j'ai bien aimé, il y avait un orchestre, on a chanté, deux des trois petites vieilles du groupe  (87, 85 et 81 ans) ont même dansé !  La troisième était un peu vaseuse ; il faut dire qu'elle s'était arrachée toute la peau sur le dessus de la jambe droite en descendant à l'échelle de corde pour grimper ensuite dans la barque qui nous amenait jusqu'au rivage. 

Voici donc un aperçu de cette jolie ville :

 

jeudi, 14 mars 2019

Le Brésil en six étapes -4, début -

Voici un petit avant-goût de la quatrième étape :

mercredi, 13 mars 2019

Le Brésil en six étapes -3-

Bienvenue à Brasilia, capitale futuriste du Brésil ! Surgie de nulle part, cette ville fut construite à partir de 1960 au centre du pays afin de désengorger les deux grandes villes de Rio et Sao Paulo et inciter les gens à venir s'y installer. Vous trouverez l'historique ICI.

Arrivés à Brasilia dans la soirée, nous sommes accueillis par un guide d'origine libanaise qui d'emblée nous prévient :

— En principe, je dois vous conduire directement à votre hôtel où vous dînerez puis passerez la nuit. Mais, comme je suis gentil (!), je vous propose de découvrir une partie de la ville de nuit, puis nous irons ensuite dîner dans un bon restaurant ....

Puis, après un silence, il rajoute : 

— moyennant la modique somme de 100 euros — en fait je ne me souviens plus si c'était 100 ou 75 —

— Il faut néanmoins que vous soyez tous d'accord car votre hôtel étant situé loin du centre, on ne peut pas y aller directement.

Nous sommes 11 au total. Je sais que parmi nous il y a quelques personnes dont le budget est assez serré. Il faut savoir que dans ce voyage la plupart des repas sont à nos frais, chacun se débrouillant pour grignoter. 

Bon gré, mal gré, tout le monde accepte donc.

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

La visite est cependant agréable car de nuit la ville est très belle. Quant au restaurant, il faut avouer que l'on s'en serait bien passé ! Nous sommes accueillis par le patron qui semble être très ami avec notre guide. On comprend pourquoi s'il lui amène ainsi des clients. Le lieu est uniquement fréquenté par la jeunesse dorée de Brasilia.

De la frime tout ça ! Je me retrouve avec un steak frites-haricots verts tout à fait banal.

Le lendemain, nous visitons donc les principaux monuments. Ce qui frappe en premier, c'est la démesure des voies principales, puis finalement le peu de gens dans les rues et l'absence totale de mendiants !

Ouh ouh ! Il y a quelqu'un ?

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

brésil,brasilia

Une ville sans pauvres ? Allons-donc ! La pauvreté est reléguée à l'extérieur, dans des bidonvilles insalubres où s'entasse une population de travailleurs pauvres et de miséreux.

Comme a dit Elizabet Bishop, poétesse américaine ayant vécu au Brésil :

" Brasilia n'est qu'un petit palais de fées, sans utilité, surgi d'un champ de boue stérile, une jolie babiole, chère tel un joyau. "

Cette ville qui au départ avait été conçue pour regrouper dans des lieux de vie communs les différentes couches de la société se retrouve aujourd'hui uniquement occupée par une classe aisée. Les concepteurs doivent de retourner dans leur cercueil !

Alors, Brasilia, une utopie ? À vous de juger :

11:13 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brésil, brasilia

mardi, 12 mars 2019

Le Brésil en six étapes -2-

Nous prenons l'avion à Sao Paulo, destination : Manaus sur les rives du Rio Negro. Quelques heures pus tard nous voici donc au cœur de la forêt amazonienne.

Ce qui frappe dès l'arrivée, c'est la chaleur moite du climat tropical de mousson qui règne sur la région.

Notre hôtel est central, situé non loin du marché et du port où des centaines de bateaux sont amarrés. Le transport fluvial est très important dans cette région inhospitalière.

 

brésil manaus,amazone

Un peu en aval de Manaus, le rio Solimoes vient se jeter dans le rio Negro pour former l'Amazone.

brésil manaus,amazone

Les eaux des deux rivières s'écoulent sur plusieurs kilomètres sans se mélanger et l'on peut très bien observer la différence de couleur des eaux (noir et beige).

brésil manaus,amazone

brésil manaus,amazone

Tôt le matin nous prenons place sur un petit bateau. Après une découverte des maisons sur pilotis le long du fleuve, nous remontons le rio Solimoes. Déjeuner sur un restaurant flottant. Puis, nous prenons des pirogues pour pénétrer plus en profondeur dans la forêt.

brésil manaus,amazone

brésil manaus,amazone

brésil manaus,amazone

brésil manaus,amazone

Les pirogues nous laissent bientôt sur une berge et nous suivons le guide dans la forêt.

Jusque là, tout va bien; on progresse doucement, écoutant sagement les explications de notre guide. Depuis combien de temps marchons-nous ainsi, un peu au hasard ? Je ne sais plus trop. Par contre je me souviens très bien qu'à un moment, nous avons senti que le guide semblait avoir un souci d'orientation. Ce sentiment s'est trouvé confirmé quand il a pris son portable ! Le malheureux, il n'y avait pas de tonalité en pleine forêt. Notre petit groupe (nous étions 11) se sentit soudain bien seul ! La panique envahit certains, d'autres entrent dans une colère terrible ... Penaud, le guide nie cependant s'être perdu et continue d'avancer, un coup à droite, un coup à gauche, revenant sur ses pas à plusieurs reprises. Le temps passe ... Les avis divergent dans le groupe :

— Je vous dis qu'il faut aller à droite !

Mais non, c'est à gauche !

Devant, derrière, à droite à gauche...  Tiens, le ciel commence à s'obscurcir. Il va bientôt faire nuit. J'ose une remarque pragmatique :

— Dans notre malheur, nous avons quand même de la chance car j'ai un briquet. Nous allons pouvoir faire du feu pour éloigner la faune hostile durant la nuit.

Que n'ai-je dit là ! Une femme est au bord de l'évanouissement et doit s'appuyer à un arbre pour ne pas tomber. Un autre est toujours en train de passer sa colère sur le guide de plus en plus courbé sous le poids du fardeau...

Alors on crie, on crie ... Puis on écoute. Rien, seuls les oiseaux nous répondent. Et on recommence une fois, deux fois, dix fois ...

Et puis, alors que l'on a perdu tout espoir, on entend, au loin, comme un faible : Ouh ouh ! Les piroguiers !

Il ne reste plus alors qu'à se diriger en direction des voix. 

brésil manaus,amazone

Autant vous dire que l'ambiance était devenue glaciale dans le groupe. Et la journée n'était pas finie. Nous nous arrêtons ensuite sur une maison flottante pour pêcher des piranhas, puis retour au bateau et attente de la nuit pour repartir sur des petites embarcations avec des autochtones qui attrapent des petits crocodiles en les attirant avec des lampes. Autant vous dire que j'ai zappé cette  sortie.

Restée seule sur le bateau, j'ai pu assister au coucher du soleil sur le fleuve : magnifique ! De l'or sur l'eau ! Au loin, quelques embarcations.

brésil manaus,amazone

La nuit était tombée depuis longtemps quand les autres sont ENFIN revenus. Un des deux bateaux était tombé en panne au beau milieu du fleuve et il avait fallu aller chercher du secours. Ça ne s'invente pas des journées comme ça !

 

06:52 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brésil manaus, amazone

samedi, 09 mars 2019

Le Brésil en 6 étapes -1-

Je reviens sur mon voyage au Brésil en septembre 2012. Le pays étant si vaste et diversifié, j'avais choisi  un circuit qui permettait de découvrir six lieux emblématiques.

brésil,parati

La première étape s'effectue à Parati, ancien port construit à partir de 1677 d'où partaient les navires chargés d'or vers Lisbonne. Pendant près de deux siècles la ville fut florissante jusqu'au moment où Rio devint le port principal. La ville se vida alors de sa population.

brésil,parati

brésil,parati

Aujourd'hui, cette petite ville d'environ 40 000 habitants a su mettre en valeur son architecture coloniale,mélange d'influences européennes, asiatiques (les toits relevés) et africaines (les moucharabiehs). Elle est située à mi-chemin entre Rio et Sao Paulo.

brésil,parati

brésil,parati

On retrouve la même architecture dans la ville de Trinidad, à Cuba.

brésil,parati

brésil,parati

J'ai beaucoup aimé cet endroit niché dans une nature florissante. On est si loin du tumulte des grandes villes !   

01:37 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brésil, parati