Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 septembre 2018

Qui étais-tu, Louise CHAMP ?


podcast

Aujourd'hui, j'ai eu une journée très chargée. J'y reviendrai ultérieurement dans le détail. À un moment de cette journée, je me suis retrouvée dans le cimetière de Richelieu à la recherche de la tombe de la famille GILBERT. D'abord j'ai loupé l'entrée du cimetière; je le voyais beaucoup plus près de la route qui va à Champigny-sur-Veude. En fait tout a changé, il y a des ronds-points un peu partout et je ne peux pas à la fois regarder sur le côté et devant. Bref, j'ai fait demi-tour, je me suis garée près de l'entrée et j'ai pénétré dans le cimetière. Je me souvenais parfaitement que la tombe était tout près de l'entrée, sur la gauche dans l'allée centrale... Seulement voilà, point de tombe ! Plus de GILBERT ! Il faut dire que ma dernière visite remonte à 1970.

Je profite de mon  passage pour faire un petit tour dans les allées. Beaucoup de tombes vont être détruites, elles sont à l'abandon. Ça fait de la peine à voir.

Pour certaines d'entre elles on n'arrive même plus à lire les noms qui sont inscrits. Et puis, par hasard, je tombe sur cette petite croix, encore intacte et lisible :

Richelieu 067a.jpg

Ci-gît Louise CHAMP, née le 26 août 1860, décédée le 3 janvier 1871.

Voilà bientôt 150 ans que cette petite croix est là. Comme je suis d'un naturel curieux, je décide alors de photographier quelques tombes abandonnées où l'on peut tout de même encore lire les noms et je vais rechercher l'identité des personnes, histoire de leur redonner vie avant l'oubli final :

Qui étais-tu donc, Louise ? 

J'ai trouvé, je vous donnerai la réponse demain.

À suivre 

 

jeudi, 06 septembre 2018

L'histoire du soldat inconnu vivant

Je vais vous conter une bien sombre histoire que je viens de découvrir seulement aujourd'hui en effectuant des recherches généalogiques sur Internet. J'ai ressenti une profonde émotion en lisant cette histoire, émotion d'autant plus forte que j'ai des liens de parenté avec le malheureux. Lui et moi avons des ancêtres communs dans le Berry :

Pasquet LIMONDIN, né vers 1607 et mort à Montierchaume, dans l'Indre, le 16 septembre 1695.

Il avait épousé Anne LELONG dont il eut, entre autres :

Laurian, dont descend l'homme qui suit, et Françoise, dont je descends.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18Voici donc la triste histoire de mon cousin éloigné :

Le 1er février 1918, on découvre un  homme errant sur les quais de la gare de Lyon-Bottreaux. Il n'a aucun papier sur lui. Dans ses balbutiements on croit alors comprendre qu'il s'appelle Anthelme Mangin. Les médecins concluent à une démence inéluctable et il est alors conduit en asile psychiatrique à Bron, Clermont-Ferrand et enfin Rodez.

Le temps passe ... Tombe la neige ...

En février 1922, le ministre des Pensions décide de procéder à une vérification d'identité de plusieurs hommes atteints d'amnésie. La presse diffuse alors leurs portraits et la photo d'Anthelme fait partie du lot.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18

Plusieurs dizaines de familles croient alors le reconnaître et le réclament. Il faut plusieurs années d'investigations et, au début des années trente, deux familles semblent être une piste plausible :

— La famille de Lucie Lemay, à la recherche de son mari.

— La famille de Pierre Monjoin qui recherche toujours son fils disparu.

Le temps passe ... La neige continue de tomber ...

En 1934, le dit Anthelme Mangin est conduit dans le village de Saint-Maur( dans l'Indre), là où demeure Pierre Monjoin.

octave monjoin,soldat,guerre 14-18

À la sortie de la gare on le laisse seul et il retrouve le chemin de la maison paternelle ! Il remarque également des changements survenus dans le village depuis son départ. La preuve est faite qu'il s''agit bien d'Octave MONJOIN, né à Saint-Maur le 19 mars 1891. Hélas pour lui, Lucie Lemay fait appel de la décision de justice,  s'ensuivent des recours en cassation.

Et tombe encore la neige ...

Il faut attendre 1938 pour obtenir - ENFIN ! - du tribunal de Rodez qu'Octave puisse retrouver son père et son frère. Hélas, son frère meurt le 23 mars 1938 d'une ruade et son père succombe de vieillesse le 1er avril de la même année.

Privé de famille, Octave MONJOIN est alors transféré à l'hôpital Sainte-Anne à Paris où il mourra de faim le 19 septembre 1942 à l'âge de 51 ans. Son corps est enseveli dans la fosse commune.

Tombe la neige ...

Il faut attendre 1948 pour que sa dépouille soit transférée au cimetière de Saint-Maur et inhumée sous le nom d'Octave MONJOIN.

À lire :


octave monjoin,soldat,guerre 14-18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre soldat inconnu.

Cette histoire me bouleverse.

lundi, 03 septembre 2018

L'université de Coimbra

voyage,portugal,coimbra,universite

Belle étape que celle de Coimbra ! C'est dans cette ville que fut transférée -en 1308- la première université portugaise fondée en 1290 par le roi Denis Ier à Lisbonne. Elle se voit de loin cette université car elle domine la ville sur la colline. Par chance le car nous dépose à proximité et nous sommes accueillis par de sympathiques étudiants en tenue sombre (cape noire pour les hommes) et qui vendent des crayons.

voyage,portugal,coimbra,universite

La réputation de cette université qui regroupe au moins 9 facultés n'est plus à faire ; c'est l'une des plus importantes d'Europe et elle regroupe environ 25.000 étudiants.

voyage,portugal,coimbra,universite

voyage,portugal,coimbra,universite

Les bâtiments sombres et austères qui se dressent juste à côté datent de la période où le Portugal était dirigé par Salazar

voyage,portugal,coimbra,universite

voyage,portugal,coimbra,universite

Après la visite extérieure des lieux - impossible de voir la bibliothèque, il faut s'inscrire au moins une année à l'avance !- on redescend tranquillement à travers des ruelles colorées. 

voyage,portugal,coimbra,universite

Les étudiants se regroupent souvent dans de vieilles maisons et ils forment des "Républiques" ,en partageant les frais. Quelques exemples aperçus :

voyage,portugal,coimbra,universite

voyage,portugal,coimbra,universite

voyage,portugal,coimbra,universite

La ville de Coimbra est également réputée pour son fado qui est différent de celui de Lisbonne car il est interprété uniquement par des hommes.

voyage,portugal,coimbra,universite

Enfin pour la petite histoire, parmi les nombreux étudiants ayant fréquenté cette université, il y eut Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal en poste à Bordeaux au moment de la débacle en France (1940). Sa vie a été retracée dans un film intitulé "Désobéir" et dont voici un bref extrait :

Nous quittons Coimbra pour remonter vers le nord du Portugal.

voyage,portugal,coimbra,universite

À suivre

vendredi, 31 août 2018

Ville close


podcast
Il avait beaucoup neigé durant la nuit et à l'aube de ce petit matin de janvier 1970 je pris quand même la route au volant de ma Coccinelle car c'était la rentrée des classes. L'idée de rouler sous la neige m'excitait beaucoup.

Fais bien attention et téléphone-nous à ton arrivée ! Telles furent les recommandations familiales. 

Il y avait peu de trafic sur la Nationale 10 et j'eus l'impression que les rares voitures croisées faisaient du sur place tellement la route était glissante. La première difficulté apparut dans la côte de Sainte-Maure ; quelques camions avaient été piégés par le verglas et s'étaient carrément arrêtés au beau milieu de la chaussée. Je me souviens avoir fait du slalom pour les éviter.À la sortie de Sainte-Maure je tournai à droite au feu. Là les choses allaient se compliquer car j'entrai maintenant dans la campagne sur une petite route toute immaculée de blanc. On ne distinguait  pas le bas-côté et je roulai donc au beau milieu pour éviter de me retrouver dans le fossé. J'avançai au ralenti sans m'inquiéter du temps qui passait. Après tout j'aurais fort bien pu téléphoner pour dire qu'en raison de la météo je ne pouvais pas venir. 

C'était beau, c'était calme, c'était pur. Personne en vue, j'étais comme seule au monde au milieu de cette immensité blanche. Ce fut un vrai moment d'extase dont je me souviens encore avec volupté quarante huit ans plus tard.

Le chauffage dans ma voiture était très vite trop chaud et je devais donc rouler avec la fenêtre ouverte par laquelle s'échappaient les mélodies de ma radio. Encore trois ou quatre villages à traverser . J'eus l'étrange impression qu'ils avaient été désertés par leurs habitants. Soudain, au bout de la route, j'aperçus la porte d'entrée et je m'engouffrai dans la ville close.

maubert, ville, richelieu

__________________________________

1999 : La ville close de Franck Maubert.

« Même en hiver, la blancheur du calcaire éblouit jusqu'à aveugler. À travers les vitres du taxi, les rayons d'un soleil bas soulignent les arrondis des champs de craie. Nous délaissons la bretelle d'autoroute. Visions des champs de neige. Le chauffeur, qui m'a embarqué à la gare, ne peut retenir d'une voix enrouée : " Votre ville, c'est le bout du monde ". Nous avançons sur la langue d'un plateau où coule une nationale qui n'en finit pas, traversée par d'autres routes, toutes perpendiculaires. [ ...]

Un sentiment d'éternité s'installe, comme si nous naviguions dans du brouillard. Nous glissons sur le ruban de bitume, avec le sentiment de ne pas avancer, sans horizon ni point de vue. Le lointain laisse juste deviner des bouquets d'arbres et un clocher. [ ... ]

Nous roulons encore une longue demi-heure, dans le ronflement du moteur diesel. Des panonceaux annoncent une zone urbanisée, comme à l'approche de toute ville désormais. De chaque côté de la route principale, des constructions récentes à l'architecture métalliques, des bâtiments industriels si frêles ; une simple pichenette suffirait à les faire s'envoler. L'enseigne jaune et bleu d'un magasin discount clignote en plein jour. Devant une station-service désaffectée, des épaves attendent la casse. Le petit bonhomme Esso, avec sa tête en goutte d'huile, nous salue. Une fois franchi ce secteur sans âme, une cité médiévale surgit, ceinte de murailles. [ ... ]

De part et d'autre d'un pont de pierre, de larges fossés où des chèvres pâturent. Un pont-levis, comme on passe un poste-frontière avec la sensation de ne pouvoir reculer et devoir se confronter à son passé. »

maubert, ville, richelieu

mercredi, 29 août 2018

Selon que vous serez puissant ou misérable

Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir."

Les_Animaux_malades_de_la_Peste.jpg

Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste, Livre VII, fable 1, 1678.

Trois cent quarante ans plus tard force est de constater que rien n'a vraiment changé !