Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 octobre 2019

Une semaine en Tchéquie -13-

Mardi 17 septembre : monastère de Strahov, château de Prague, cathédrale Saint-Guy 

Cette journée s'annonce aussi dense que la précédente. Aussi, pour nous conserver quand même en forme, un petit car nous conduit directement à l'entrée du monastère située sur une colline. De là,nous redescendrons tranquillement vers la ville.

tchéquie,prague

Nous ne visiterons que la bibliothèque du monastère, mais c'est une pure merveille : On compte environ 130 000 ouvrages. Dans le couloir, des ouvrages aux riches enluminures sont exposés dans des vitrines.

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Nous sommes sur les hauteurs de Prague et nous nous acheminons d'un pas très mesuré (il faut préserver nos forces jusqu'à ce soir !) vers le château.

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Les musiciens classiques sont toujours là, installés près de l'entrée. De cet endroit, on a une vue superbe sur la ville :

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Eva nous octroie une petite pause, le temps de photographier le va et vient des soldats, de la fanfare et du planton :

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Puis, nous déjeunons dans un restaurant situé sur la place :

tchéquie,prague

Après le déjeuner nous pénétrons à l'intérieur de l'enceinte du château : la première cour intérieure

tchéquie,prague

Puis nous visitons la cathédrale Saint-Guy : pour une fois, je fais une exception à la règle et je suis le groupe. Je ne regrette pas car les vitraux sont magnifiques (en particulier celui réalisé par Mucha).!

tchéquie,prague

tchéquie,prague

On se retrouve dans une immense salle du château — à ce moment de la visite, j'ai totalement zappé les explications d'Eva —. Je sais, ce n'est pas sérieux ...

Accolée aux murailles voici la ruelle d'Or et ses  petites maisons construites au XVIe siècle pour abriter les gardes du palais. Ce furent ensuite les alchimistes et les scientifiques qui s'y installèrent (d'où le nom de ruelle d'Or). Quand le château fut abandonné, les maison furent occupées par les miséreux. Enfin, au début du XXe, ce furent les artistes et les écrivains qui vinrent s'y installer. Kafka occupa le n°22 en 1916.

La rue étant minuscule et la foule nombreuse, il m'a été impossible de la photographier. Je vous montre donc la photo que j'avais prise en 2003 :

tchéquie,prague

Quelques détails présents :

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Le n°22 est transformé en librairie; J'en profite pour acheter un livre sur la vie de Kafka ainsi que La métamorphose, ouvrage que je n'ai pas encore lu.

Nous redescendons maintenant vers la ville :

tchéquie,prague

Le tramway nous ramène dans la Vieille-Ville pour un moment de pause.

Nous avons rendez-vous à 19h30 sur les bords de la Vltava ; le dîner est en effet prévu sur un bateau. 

tchéquie,prague

Il n'est pas très grand mais  nous sommes le seul groupe à bord. L'ambiance est agréable, il faut dire que ce groupe est particulièrement sympathique. 

Sans grande conviction je monte sur le pont prendre quelques photos. J'ai bien fait car au final, ça rend assez bien !

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Fin de la journée ; nous retrouvons l'hôtel vers 23 heures. Nous aurons parcouru aujourd'hui un peu plus de 15km à pied.

À suivre

Diaporama sur la cathédrale Saint-Guy :

 

03:40 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tchéquie, prague

jeudi, 03 octobre 2019

Une semaine en Tchéquie -12-

Lundi 16 septembre : découverte de Prague, suite.

C'est reparti pour la déambulation !

IMGP5908b.JPG

IMGP5914b.JPG

IMGP5933b.JPG

IMGP5938b.JPG

Nous déjeunons dans le sous-sol d'une taverne. Il y fait très sombre, on est éclairé par des bougies et, cela ne manque pas, nous mettons le feu à notre table ! La carafe d'eau permet de  stopper net la propagation des flammes.

IMGP5961b.JPG

Après le déjeuner, nous traversons le célèbre pont Charles IV qui enjambe la rivière Vltava. Il y a du monde, certes, mais c'est quand même assez fluide.

IMGP5967b.JPG

IMGP5965b.JPG

Le temps que la guide donne des informations, je papote avec un groupe de Sénégalais vivant à Prague depuis quelques années et qui distribuent des prospectus pour les croisières sur la Vltava.

IMGP5964b.JPG

Sur le pont, les musiciens sont toujours fidèles au poste  ; on a une très belle vue sur les rives des deux côtés de la rivière :

IMGP5976b.JPG

IMGP5973b.JPG

IMGP5969b.JPG

IMGP5978b.JPG

IMGP5982c.JPG

Nous sommes maintenant dans le quartier de Mala Strana :

IMGP5985a.JPG

IMGP5984a.JPG

IMGP6001a.JPG

À 16h, nous avons rendez-vous à l'intérieur du palais Buquoy, siège de l'ambassade de France, pour une visite guidée et privée des salons.

IMGP6022a.JPG

IMGP6017a.JPG

IMGP6018a.JPG

IMGP6019a.JPG

IMGP6021a.JPG

C'est sans doute la première et dernière fois que j'ai l'occasion de pénétrer à l'intérieur d'une ambassade.

IMGP6016a.JPG

Face à la demeure de l'ambassadeur se trouve toujours le mur John Lennon, toujours recouvert de graffitis.

IMGP6009b.JPG

Après cette visite, nous faisons une courte pause sur les bords de la Vltava puis nous prenons le tramway pour retourner dans le centre de la vieille ville.

IMGP6046a.JPG

IMGP6047a.JPG

Temps libre avant le spectacle prévu au Théâtre Noir. C'est un spectacle basé sur des effets de lumière.Franchement, je n'ai pas été très emballée — sans doute parce que nous étions trop près de la scène et que l'effet d'illusion était moins marqué —. Personnellement, j'aurais préféré, et de loin !, un spectacle classique des marionnettes qui sont quand même très réputées à Prague.

Bon, ce n'est pas le tout, ON A FAIM !

On dîne dans un restaurant tout proche, puis c'est le retour à l'hôtel en métro.

Il est environ 23h30 quand on arrive enfin. Par curiosité, une copine regarde son podomètre :

— Les filles, nous avons parcouru plus de 17 kilomètres depuis ce matin !

Je comprends mieux pourquoi j'ai tant de mal à avancer.

À suivre  

10:15 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tchéquie, prague

mercredi, 02 octobre 2019

Une semaine en Tchéquie -11-


podcast

Le printemps de Prague, du 5 janvier au 21 août 1968.

La république socialiste de Tchécoslovaquie fait partie des pays du bloc de l'Est sous contrôle des dirigeants de l'URSS.Dans les années soixante, la production industrielle stagne, le secteur agricole est très en retard et le régime est caractérisé par un manque total de démocratie : parti politique unique, répression de la population par la police et le service de renseignements, censure de tous les écrivains et artistes.

La population aspire à plus de liberté sans remettre en cause pour autant le régime socialiste. C'est le 5 janvier 1968 qu'Alexandre Dubcek est nommé premier secrétaire du Parti communiste et la présidence du pays est confié à Ludvik Svoboda. Il met en œuvre aussitôt un programme d'assouplissement.

Mais, à Moscou, Brejnev voit d'un mauvais œil cette émancipation qui risque forcément de faire tache d'huile et de s'étendre aux pays limitrophes (Pologne, Hongrie, Bulgarie, Roumanie, etc). Il ouvre donc toute une série de négociations avec la Tchécoslovaquie, puis, le 3 août, une rencontre de tous les pays de l'Est a lieu à Bratislava. Il s'agit pour eux de réaffirmer leur fidélité au marxisme-léninisme et à l'internationalisme prolétarien. De son côté, l'URSS se réserve le droit d'intervenir si un système bourgeois visait à s'établir dans un de ces pays. 

En gros, le message était le suivant : Rentrez dans le rang et tout ira bien !

La menace ne fut sans doute pas prise assez au sérieux par le dirigeant tchèque. 

Mardi 20 août 1968, il est 20h30. Des parachutistes russes en civils atterrissent sur un vol de l'Aéroflot à l'aéroport de Prague et en prennent aussitôt le contrôle. Quelques heures plus tard les premiers Antonov An-12 atterrissent et débarquent des troupes et du matériel lourd. Durant la nuit, les chars amassés aux frontières du pays font route vers la capitale. Au petit matin le centre de Prague est investi par les troupes soviétiques, le président Svoboda est en état d'arrestation, la tour de la radio est prise d'assaut. Le soir du 21 août 1968, toute la ville est aux mains des troupes soviétiques.

Dubcek appelle la population à ne pas résister. Il y aura néanmoins près de 150 morts, plusieurs centaines de blessés.

Voilà donc ce que fut le printemps de Prague. J'espère ne pas avoir fait d'erreur dans ce résumé. 

Il en suivit une vague d'immigration ; environ 70 000 Tchéques quittèrent le pays dans les mois qui suivirent. Après le printemps, vint l'automne, c'est à dire la normalisation : procès, arrestations, emprisonnements.

La chape de plomb du communisme retomba impitoyablement sur la Tchécoslovaquie. Il faudra attendre 20 ans pour que les choses se remettent à bouger. 

Je me souviens exactement où j'étais le 20 août 1968. J'avais alors 19 ans et j'avais organisé un voyage avec mes parents dans plusieurs pays d'Europe. Nous étions allés successivement à Rotterdam, Amsterdam, Berlin et nous nous étions arrêtés dans une petite auberge bavaroise pour quelques jours quand la nouvelle de l'invasion de Prague parvint à notre connaissance. Les Allemands — ceux de l'Allemagne fédérale j'entends !—étaient atterrés.

Moi, j'étais très triste : quelques jours auparavant, nous avions eu l'occasion de passer à Berlin-Est et j'avais été profondément suffoquée de voir à quel point la vie y semblait profondément désespérante. Des constructions hideuses, un délabrement des infrastructures, des magasins vides de toutes denrées. Je savais que la vie dans les pays communistes étaient loin d'être joyeuse, mais à ce point ! Apprenant l'allemand et le russe, j'avais plusieurs amies avec qui j'entretenais une correspondance très régulière. Il y avait Irena en Pologne, Evelyn à Berlin, Aline à Odessa, Tatiana à Budapest. Toutes, sans exception, rêvaient un jour de pouvoir passer à l'ouest ...

La vie nous a séparées et je ne sais pas ce qu'elles sont devenues hormis Irena que j'avais revue en 1987 chez elle, à Poznan. Avant la guerre, son père était architecte. Il fut arrêté et envoyé en camp de concentration à Buchenwald, ainsi que son frère. Après la guerre, sa maison fut réquisitionnée par les Russes et elle ne put garder qu'une seule pièce, les autres étant données à d'autres familles polonaises. C'est ainsi que lorsque je suis allée la voir en compagnie de mon mari et de ma fille, nous couchions tous les trois dans cette unique pièce, Irena dormant dans une cabane construite dans le jardin, à côté des toilettes. En 1987 ...

Je ne regrette pas cette expérience car d'abord j'étais heureuse de la revoir, je lui avais apporté plein de choses essentielles dont elle ne disposait pas car difficiles à trouver ou trop chères comme le café, les cigarettes, des médicaments, etc. Enfin, je voulais que ma fille voit la réalité de la vie de l'autre côté du Rideau de Fer.  Mission accomplie !

À notre retour, j'avais fait les démarches nécessaires pour que sa fille, Ewa, puisse venir chez nous en France. Elle passa un mois à la maison.

En France, on ne peut pas vraiment dire que la population a réagi à ces événements. Les gens étaient encore plongés dans Mai 68, et se foutaient franchement de ce qui se passaient ailleurs. Seules les manifs contre la guerre du Vietnam tenaient le haut du pavé.

Quelques photos prises sur le vif :

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

" Rentrez chez vous ! "

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

tchécoslovaquie,prague,invasion

En 2003, j'avais photographié le monument aux victimes du communisme :

tchécoslovaquie,prague,invasion

Cette fois-ci, je n'ai pas eu le temps d'y retourner.

Pour en savoir davantage :

mardi, 01 octobre 2019

Une semaine en Tchéquie -10-

Lundi 16 septembre : à la découverte de Prague

Une rude journée nous attend aujourd'hui puisque nous quittons l'hôtel à 9h pour n'y revenir que ce soir vers 23h30 !

Le temps s'est rafraîchi et le soleil joue à cache-cache.

Nous revoici sur la place de la Vieille-Ville. Au centre se dresse un groupe de bronze représentant le réformateur religieux Jan Hus entouré de son auditoire.

tchéquie,prague

En arrière-plan, les deux flèches de l'église Notre-Dame-du-Tyn.

tchéquie,prague

Je ne peux pas rentrer dans les détails historiques car nous y serions encore l'année prochaine tant l'histoire de cette ville est riche. Je me contenterai donc de vous offrir quelques clichés qui, je l'espère, vous donneront l'envie de venir visiter cette ville magnifique.J'ai fait énormément de photos (plus de 1200) aussi variées que possible. Je ne m'attarde pas sur les églises (vous aurez déjà remarqué que ce n'est pas ma tasse de thé). J'ai cependant fait une exception pour la cathédrale Saint-Guy et ses vitraux (à venir). 

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Pour l'heure, nous quittons la place et empruntons la rue de Paris avec ses magasins luxueux et nous débouchons bientôt, sur la droite dans le quartier juif, Josefov. J'y reviendrai ultérieurement pour la journée de mercredi 18 septembre.

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Nos atteignons bientôt la rive de la Vltava , en face on aperçoit le château et  la cathédrale.

tchéquie,prague

Sur le mur, une effigie en l'honneur de Jan Palach, ce jeune étudiant qui s'était immolé par le feu en 1969. Je reviendrai demain sur les événements de Prague en août 1968.

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Eva nous octroie une pause d'environ 30 minutes ce qui nous permet de nous installer à la terrasse de cette boutique pour déguster un  trdelnik ! Pas facile à prononcer ...

tchéquie,prague

tchéquie,prague

À suivre

 

21:04 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tchéquie, prague

dimanche, 29 septembre 2019

Une semaine en Tchéquie -9-

Dimanche 15 septembre : repérage dans Prague.

Après avoir admiré l'horloge astronomique, nous flânons encore un peu dans la vieille ville

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

tchéquie,prague

Une autre œuvre de David Černý à l'entrée d'un centre commercial ; elle représente la tête de l'écrivain tchèque Franz Kafka. Elle est constituée de 42 plaques de chrome mobiles qui bougent sans cesse.

tchéquie,prague

tchéquie,prague

puis, après être passés près de la tour poudrière que voici 

tchéquie,prague

nous reprenons le métro et regagnons l'hôtel. Je donne rendez-vous à mes trois copines à 19h45 pour prendre l'apéro dans ce que l'hôtel appelle pompeusement le jardin, à savoir quatre malheureuses tables alignées sur le trottoir et protégées du soleil, inoffensif à cette heure de la journée, par des parasols portant la marque Pepsi ! La grande classe ...

C'est la croix et la bannière pour obtenir quatre olives en accompagnement et au moment de payer, le barman avait déserté son poste.

— Ce n'est pas grave les filles, nous le paierons après le dîner.

Seulement, après le dîner, qui se présentait sous la forme d'un buffet aussi peu varié que dégueulasse, nous n'avions plus qu'une idée en tête : 

Sortir en boîte ! Aller dormir. (je m'égare).

Il n'y avait pas une minute que je m'étais couchée dans mon pyjama de voyage (un vêtement absolument hideux mais dans lequel je suis à l'aise), que j'entends frapper à la porte.

Trois personnes du groupe me font alors face. Après quelques secondes d'observation de ma tenue vestimentaire, une femme me dit sur un ton qui m'a paru assez peu courtois :

— Vous avez pris des consommations au bar tout à l'heure et VOUS N'AVEZ PAS RÉGLÉ LA FACTURE.

— Oui, je sais, mais le serveur n'était plus là. De tout façon, on reste ici plusieurs jours, je paierai donc demain.

— Ah mais NON ! VOUS DEVEZ RÉGLER IMMÉDIATEMENT CAR LE BARMAN N'EST PAS  LÀ DEMAIN !

Franchement, je me serais crue devant un tribunal pour vol aggravé.

— C'est bon, je descends ...

Le temps d'aller prévenir les copines et on se retrouve au bar. Je m'étais rhabillée pour éviter de  provoquer un choc émotionnel au serveur. Franchement, vous parlez d'un hôtel, incapable de gérer les consommations de ses clients !

D'autre part, je n'ai toujours pas compris comment cette femme du groupe avait pu savoir quel numéro de chambre j'occupais car je monte toujours la dernière quand on arrive dans un nouvel hôtel; ainsi personne ne peut savoir quelle chambre j'occupe. Serai-je espionnée ? Pourtant, je fais vraiment tout pour me fondre dans le paysage : j'occupe un siège tout au fond du car et, durant les visites, je me tiens en retrait afin de pouvoir photographier en toute tranquillité ...

À suivre

17:51 Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tchéquie, prague