Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 avril 2010

151. Mon compagnon du moment


podcast

Depuis presque une semaine, je ne peux plus vivre sans lui ! Je le connais depuis plus de dix ans et nos rapports étaient jusqu'à présent quasi inexistants. Je savais qu'il était là, mais rien ne m'incitait à aller vers lui. De son côté, il n'aurait sûrement pas fait le premier pas ...

Et puis, dans la nuit de vendredi dernier, j'ai soudain repensé à lui. Il devenait ma bouée de sauvetage, l'ultime ressource à mon malheur !

Depuis, nous nous fréquentons au moins une fois par jour, de préférence la nuit. Mais hier j'ai eu besoin de lui dans la journée. À son contact, j'ai tout de suite retrouvé une grande joie de vivre.

Demain je dois me rendre à Angers, il sera tout naturellement du voyage. J'ai même envisagé de l'emmener avec moi en voyage ! SI, si, vraiment... Quoique, sur place, je peux trouver des remplaçants, ce n'est pas ce qui manque (surtout en Russie). Mais il a ce petit goût de terroir que je ne retrouverai pas forcément chez les étrangers. En plus il est beau, ambré, il a une trentaine d'années, il est dans toute sa vigueur.

- On peut savoir comment s'appelle l'heureux élu ?

- Ah  non, c'est secret. Sachez seulement que son nom commence par un A.

- Albert ? André ? Alphonse ? Adrien ? Athanase ? ...

- Ne cherchez pas, je ne dirai rien ! Bref, il m'est devenu indispensable -au moins jusqu'à mercredi prochain-.

- Et pourquoi mercredi ?

- J'ai un autre rendez-vous beaucoup moins réjouissant et je sais qu'après je n'aurai plus besoin de lui, jusqu'à la prochaine fois, la prochaine crise, la prochaine rage ... de dents !

 

Redevenons sérieux un instant. Vous aurez -j'espère !- compris que je souffre à nouveau de rage dentaire et que le seul moyen efficace et rapide que j'ai trouvé pour effacer la douleur est de me rincer la bouche avec  un petit verre d'Armagnac (flacon acheté en 1999, donc plus de trente ans d'âge). Je vous garantis qu'on le sent passer ! Mais c'est très efficace.

Ce matin, je me suis enfin résolue à prendre un rendez-vous chez mon dentiste préféré. J'y vais donc mercredi prochain. D'ici là, je continue les bains de bouche à l'armagnac !

Au fait, j'attends toujours vos réponses à l'énigme proposée dans la note 150 ...

Maison 004.JPG

jeudi, 15 avril 2010

149. La chasse est ouverte !


podcast

Je viens de parcourir le fameux rapport de la H.A.L.D.E concernant la chasse aux représentations stéréotypées qui sont à l'origine des discriminations dans les manuels scolaires et j'avoue que ça m'a laissée bien perplexe. Selon le rapport de cette autorité (rapport qui a quand même coûté la bagatelle somme de 38 000 euros), les livres doivent être le portrait de notre société actuelle. En gros, « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, tout le monde il est pareil. »

Il faut donc agir et recadrer (selon la HALDE). Son comité de vigilance est d'ailleurs payé pour ça !

Déjà le terme « comité de surveillance » me donne des frissons. Cela me fait penser au Comité de Salut public sous la Révolution.

Alors, que reproche-t-on exactement aux manuels actuels ?

« L'image des femmes et des hommes continue de connaître un traitement différencié : les hommes sont plus souvent représentés que les femmes. Sur l'ensemble des illustrations étudiées qui incarnent le milieu professionnel, 1046 présentent des hommes, 341 des femmes. La place des femmes est encore fortement marquée dans la sphère domestique où leur rôle est réduit à celui de mère et d'épouse. Elles sont peu représentées dans les sphères économique et politique.»

C'est dégradant d'être épouse et mère ? Fichtre ! Effectivement la parité n'est pas au goût du jour. Supprimons tous ces hommes qui ont fait l'histoire et mettons à leur place l'image de leur femme ou de leurs maîtresses.

 « Les personnes d'origine étrangère sont souvent représentées dans des situations dévalorisantes. Dans les manuels de géographie, par exemple, les chapitres sur l'Afrique et le Maghreb mettent trop souvent l'accent sur la pauvreté avec des photos d'enfants de la rue, ou de paysans traditionnels. Ces représentations stéréotypées ne sont que rarement contrebalancées par des images de modernité de réussites, de développement.»

Encore faudrait-il en trouver ...

 « Le handicap est rarement évoqué. Les personnes handicapées n'apparaissent quasiment que dans des contextes qui leur sont propres, en lien avec leur handicap. Dans les manuels de Sciences de la Vie et de la Terre, par exemple, les illustrations relevées montrent des personnes handicapées pour traiter de l'étiologie ou des conséquences d'une pathologie ou d'un accident. Dans les manuels d'anglais étudiés, les personnes handicapées ne sont présentes que dans le cadre de la présentation des jeux paralympiques. »

Là, je suis d'accord.

 « Les représentations des seniors dans les manuels scolaires relèvent d'une image négative. Les séniors y sont en effet présentés dans des contextes très stéréotypés : problèmes de santé, isolement, déficiences physiques, inactivité, etc. Cependant, le contexte le plus fréquent dans lequel apparaissent les seniors est la maladie et la dégénérescence du corps. Ces stéréotypes ne sont pas contrebalancés par une image positive des séniors, touchant à la valorisation de leur expérience, et/ou de leur rôle citoyen, familial, associatif ou bénévole.»

Exit la vieillesse alors ?  C'est péjoratif de montrer des rides, des déchéances du corps inévitables avec l'âge ? Il faut faire comme si cela n'existait pas. D'ailleurs la publicité fait tout pour nous en convaincre. Ah qu'il est beau de voir Suzanne Branchu pédaler énergiquement sur sa biclyclette  sans craindre les fuites urinaires depuis qu'elle utilise une couche-culotte ou encore quelle joie de voir Amandine Pinsec mordre à pleine dent dans son croûton de pain  sans craindre d'y laisser son dentier grâce à la colle trucmuche !

Que dire encore de Sylvaine Retendu qui à force de chirurgie esthétique fait plus jeune que sa propre fille et se fait draguer par le copain de son fils !

Quant aux vieux séniles, on les cache dans des maisons de retraite. Ça fait désordre dans une société où il faut être jeune et beau (accessoirement intelligent, mais ce n'est plus un critère retenu)) à n'importe quel prix.

« Concernant l'orientation sexuelle, l'étude montre que les manuels scolaires font totalement l'impasse sur ce critère lorsque sont évoquées des situations de famille, de vie ou de société. Les manuels scolaires n'évoquent l'homosexualité que dans des contextes spécifiques, voire caricaturaux. Dans les ouvrages de Sciences de la Vie et de la Terre, l'homosexualité n'est évoquée dans les chapitres liés à la sexualité que dans la partie traitant du SIDA.»

Pas bien difficile de régler le problème...Changeons tout simplement les textes des problèmes de maths :

Jean-Patrick, la femme de Gontrand, achète trois kilos de pommes chez l'épicier transexuel du coin, Irma. Sachant qu'un kilo de pommes coûte 2 euros, quelle sera la dépense effectuée par Jean-Patrick ?

Oui, décidément, il y a du pain sur la planche si l'on suit les préconisations de la HALDE. À ne vouloir traumatiser personne, on va finir par ne plus oser rien dire sans craindre les foudres du comité de vigilance.

Pour ma part je souhaite bien du plaisir aux éditeurs de manuels scolaires !

Résumé de l'étude ICI

 Quelques (saines) réactions ICI .

Venons-en maintenant aux textes littéraires :

« Nous n'avons pas eu la possibilité, faute de temps, d'étudier les textes des manuels. En effet, certains textes pourraient contenir des stéréotypes. Par exemple, en français, le poème de Ronsard ''Mignonne allons voir si la rose...'' est étudié par tous les élèves. Toutefois, ce texte véhicule une image somme toute très négative des seniors. Il serait intéressant de pouvoir mesurer combien de textes proposés aux élèves présentent ce type de stéréotypes, et chercher d'autres textes présentant une image plus positive des seniors pour contrebalancer ces stéréotypes. ».

Allons bon, c'est une blague ou quoi ?

Il va nous falloir supprimer vite fait le vieux père Goriot, Jean Valjean, et bien d'autres encore, sous le prétexte futile qu'ils donnent une image dévalorisante de la vieillesse.

Vous ne trouvez pas qu'on vit dans une étrange société ?

jeudi, 08 avril 2010

139. Que serai-je sans toi


podcast

J'ai failli chanter les premières paroles de cette chanson à Christine tout à l'heure !

Figurez-vous que ma télé a rendu l'âme mardi dernier. Ce n'est pas la fin du monde, mais quand ça arrive, c'est toujours ennuyeux, surtout qu'en plus je n'avais pas envisagé d'en changer. C'est un modèle d'une sous-marque qui jusqu'à présent - ça fait 7 ans que je l'ai- fonctionnait correctement. Du jour au lendemain, pfitt, plus rien ...

Je ne suis pas une accro mais j'aime bien regarder les infos du soir et télé matin. Aujourd'hui, n'y tenant plus, j'ai décidé d'aller voir si je trouvais une petite télé comme celles que l'on peut utiliser dans les caravanes (enfin je suppose). Finalement j'ai opté pour un modèle un peu supérieur quand même. Avant de l'acheter, je demande au vendeur si l'installation est compliquée :

— Aucun problème, vous branchez l'antenne et l'alimentation et tout se règle tout seul !   

— Oui, humm... C'est à voir. Bon, je la prends.

Et me voici arrivée à la maison. Là, je dois faire une pause pour me décontracter, me mettre en condition.

— Bon, je vais bien lire la notice, tranquillement... Il ne faut surtout pas que je m'énerve.

Je commence donc par débrancher tous les fils de l' ancienne télé ( avec les rallonges qui passent derrière les rayonnages de la bibliothèque).  

— Pas de panique, laissons de côté le magnétoscope et le DVD et préoccupons-nous uniquement du branchement de la télé. Pour le reste, on verra par la suite ...

J'effectue donc les deux branchements, je mets les piles (dans le bon sens) dans la télé commande et ... c'est parti !

Rien ! Je relis la notice, je débranche et rebranche. Toujours rien, le néant... Je suis à deux doigts de la crise de nerfs. Il me reste deux solutions : soit je laisse tout en plan et je vais me coucher, soit j'appelle SOS assistance à personne nulle en technologie. J'opte donc pour la deuxième solution ( voulant éviter un réveil des plus douloureux).

— Allo Chrisitine ? J'ai un problème. Je n'arrive pas à brancher ma nouvelle télé.

Un quart d'heure plus tard, miss Christine arrive à la maison. Tout en sifflotant, elle vérifie le branchement et me dit :

— Pour la mettre en route, il faut déjà  allumer le bouton !

— Ah bon, il y a un bouton ? Et il est où, ce bouton ?

— Ici, dame Tinou, sur le côté ! Oh que j'ai honte...

Je la laisse continuer. Hormis une erreur de langue au départ (tout était écrit en tchèque), elle se débrouille d'une façon tout à fait remarquable. Elle m'installe même le DVD !  

MERCI CHRISTINE !

 

mercredi, 07 avril 2010

137. Un coup de chaud ?

Anomalie dans le système de référencement ? Toujours est-il qu'hier, en allant jeter un œil sur les statistiques de mon blog, j'ai eu une sacrée surprise : il m'annonçait que le 4 avril j'avais eu 1 142 VISITES ! En moyenne, le nombre varie entre 130 et 250 au maximum.

5237 pages consultées le 4 avril !

Voulant en avoir le cœur net, ce matin je suis retournée voir les résultats du 5 avril : on redescend à 851 visites et 4 276 pages consultées. M'enfin quand même ! Ça me parait un peu excessif ...

Serait-ce l'effet twitter ? J'ai reçu quelques commentaires de gens qui m'indiquaient qu'ils "twittaient" ma note (diverse selon les blogs) à des amis. Or, comme je ne sais pas ce que cela veut dire, je ne suis pas plus avancée. Quoiqu'il en soit, je continue à tenir ce blog régulièrement sans me préoccuper de l'effet de mode. Je vous dirai dans quelques temps ce qu'il est advenu de ce brusque engouement. 

vendredi, 02 avril 2010

130. En avril ne te découvre pas ...

d'un fil.

Oui, c'est tout à fait de circonstance. Le week-end de Pâques s'annonce frais, pluvieux, venteux, bref, maussade. Il faudra donc faire avec, hélas...

printemps.jpg

Cette semaine j'ai profité de quelques éclaircies pour aller faire des photos au jardin botanique. Le printemps est bien là pourtant ! La nature ne se trompe jamais.

Côté flore, je vous présente l'Herbe de fidélité que vous connaissez, mais sous un autre nom..